AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848763620
Éditeur : Philippe Rey (03/10/2013)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Avec ce recueil de nouvelles (chacune un vrai roman en soi) et qui pourrait s?intituler Terreurs tranquilles, Joyce Carol Oates prouve encore, s?il en était besoin, son incontestable maîtrise du genre. En proie dès le début à un malaise grandissant, impossible à analyser, l?innocent lecteur devient la victime consentante d?une panique subtile qui finit par le laisser, au bout de ces récits, pantelant d?angoisse, incapable de distinguer un bonheur entrevu d?un malheu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  31 mars 2017
La grande dame de la littérature américaine a encore frappé. Au moins en ce qui me concerne. Ce recueil de nouvelles aurait pu s'intituler "Terreurs tranquilles", comme le suggère la quatrième de couverture, ou "Les contes cruels", pour faire un petit emprunt chez L'Isle Adam.
Les petites drames des gens ordinaires (père aveugle ou soeur handicapée à gérer, trop d'amour à offrir mais pas assez en retour, l'ennui pesant pendant les longues soirées d'hiver, impossibilité de remplir son rôle d'épouse, d'amant, d'enfant....) sont traités ici avec un mélange de cynisme et de la mélancolie; avec un détachement presque descriptive. Presque tous les personnages d'Oates (sauf, peut-être dans "Remise en forme suicidaire", la fin était elle "bonne"?) sont pris ici aux débuts de la descente dans une spirale infernale, et il n'y a pas beaucoup qui s'en sortent indemnes.
Car c'est la façon d'écrire de Joyce Carol Oates; cela peut-être le métaphorique "Maudits", les livres-histoires comme "Confessions d'un gang de filles" ou ce recueil d'un noirceur délibéré qui est "Cher époux", on y trouve toujours ce perfide "indicible" planant entre les lignes, qui nous met mal à l'aise avec beaucoup de finesse et de subtilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
Stockard
  04 mai 2016
Joyce Carol Oates, c'est plus d'une cinquantaine de romans, essais, nouvelles (on s'approche peut-être même de la centaine ?!). de ce décompte qui fout le vertige, j'ai du en lire 3 ou 4 , c'est dire si je ne connais encore rien à son oeuvre foisonnante. Malgré tout, j'ai apprécié – et pas qu'un peu – le peu que j'ai lu jusque là... En tout cas jusqu'à "Cher Époux"
Pas que c'est mauvais ni rien, faut pas abuser, mais y'a pas ce petit truc accrocheur (oui, j'aime employer des termes hautement techniques afin qu'on me comprenne clairement) que j'avais trouvé dans ses livres lus précédemment. On a ici une succession de nouvelles que j'aurais tendance à qualifier d'inégales même si j'ai conscience que ce sont mes goûts personnels qui parlent et non pas le style, l'écriture ou le talent de l'auteure. Parce qu'à ce niveau, il y a tout ce qu'il faut, on sent qu'on a quand même sous le nez quelqu'un qui connait son affaire et qui la connait bien.
Finalement ce manque d'enthousiasme sur ce recueil viendrait plutôt du fait que ces nouvelles ne marquent pas. Elles se lisent, et elles se lisent avec plaisir mais un fois fermé, ce livre ne laisse pas de traces derrière lui.
C'est peut-être le bémol quand on est aussi prolifique : on ne peut pas mettre dans le mille à chaque coup.
Je suis sûre que le prochain m'accrochera mieux, si, si, si... il a intérêt !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
AudreyT
  02 avril 2014
Novice dans la découverte de ce genre littéraire, j'ai lu ces nouvelles avec plaisir. Sans être ni trop longue ni trop courte, on reste parfois sur sa fin, mais je crois que c'est un peu le but !
Les différentes nouvelles sont variées et traitent de sujets très divers. On ne présente plus Joyce Carol Oates et ce recueil est a l'image du talent de cet auteur !!!
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 octobre 2013
Maintenant tu es libéré de nos liens conjugaux, cher époux. Là où je vais, je n’aurai pas d’enfants. Si j’avais été assez forte, le feu m’aurait consumée. Mais le feu a faibli maintenant, je suis très fatiguée, je peux tout au plus avaler ces cachets et prendre le couteau à découper sur l’évier de la cuisine. Tu trouveras une autre femme à honorer et à chérir, elle te donnera des enfants et ils seront beaux comme tu le mérites, et ils seront parfaits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
StockardStockard   20 avril 2016
Maintenant le sexe ne ressemblait pas au sexe mais à quelque chose d'autre. Un vieux film muet en noir et blanc. C'étaient des rapports sexuels mais sans l'être. Le genre de rapports pendant lesquels, si votre portable sonne, vous répondez.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   19 octobre 2013
Il y avait quand même des hommes qui me regardaient d’une certaine façon. Je n’étais pas pressée d’être la femme de quelqu’un parce que je savais du fait de ma mère ce que ça voulait dire, un homme en rut sur vous quand il veut et qui vous fait des bébés etc. très peu pour moi. Les frotti-frotta, les grognements et toutes ces histoires ça me dégoûtait, ce qui s’appelle le « sexe ». Maintenant je suis une vieille femme, presque plus de cheveux et qui sont blancs, le dos bossu à cause de ces années à me baisser pour récurer les toilettes des riches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 octobre 2013
Il paraît que lorsqu’on vous tire dessus, vous ne ressentez pas de douleur, mais seulement l’impact violent de la ou des balles, comme si un cheval vous décochait un coup de sabot. Vous pouvez même vous étonner de voir votre sang couler parce que vous ignoriez avoir été touché. Une partie de votre cerveau le sait, évidemment, mais pas la partie consciente parce que cette partie-là travaille à nier ce savoir. Le travail de l’humanité consiste à nier ce savoir. Le labeur de la civilisation, de la vie tribale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 octobre 2013
Ne communiquer avec aucun magistrat ou avocat, ni avec l’accusé pendant toute la durée du procès. Ne saluer aucune de ces personnes dans les couloirs du tribunal et ne pas chercher à obtenir des informations sur l’affaire dans les médias et surtout ne pas chercher à entrer en contact avec l’accusé, sa famille ou ses connaissances sous peine de se rendre coupable d’outrage au tribunal. Interdiction de parler du procès même à des membres de sa famille sous peine de se rendre coupable d’outrage au tribunal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Joyce Carol Oates (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joyce Carol Oates
Direction Princeton, dans le New Jersey, à la rencontre de la poétesse, romancière et dramaturge Joyce Carol Oates. Elle signe un roman magistral sur les menaces qui planent aujourd?hui : violences faites aux femmes, avortement ou le poids de la religion... Fresque sur les travers de l?humanité, "Un livre de martyrs américains" est publié aux éditions Philippe Rey.
autres livres classés : littérature américaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Joyce Carol Oates (difficile si vous ne connaissez pas son oeuvre)

Un des nombreux romans de Joyce Carol Oates est consacré à Marilyn Monroe. Quel en est le titre ?

Corps
Sexy
La désaxée
Blonde

10 questions
276 lecteurs ont répondu
Thème : Joyce Carol OatesCréer un quiz sur ce livre