AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Seban (Traducteur)
ISBN : 2253155365
Éditeur : Le Livre de Poche (17/09/2003)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 36 notes)
Résumé :

Etats-Unis, 1891. Escroc patenté, Abraham Licht vient rétablir à Muirkirk une dynastie d'éblouissants filous. Tel un patriarche biblique, Licht, qui voit en ses enfants le moyen de parvenir à l'immortalité, les expédie à travers l'Amérique et dans le siècle avec pour mission de soulager de leur argent les très riches et les très crédules. Mais ses leçons n'auront que des effets provisoires, encore que remarquables : les uns après les autres, les héritiers de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  11 mai 2010
Roman de Joyce Carol Oates.
Abraham Licht est un homme entreprenant à l'orée d'un siècle dont il compte profiter. Fieffé coquin et escroc patenté, l'homme est rompu au mensonge et à la mascarade. le domaine où il excelle? Délester les riches et les idiots de leur fortune. Abraham Licht voit en ses enfants la projection de son ambition sans fin. Dans la famille Licht, il y a l'aîné, Thurston, un homme séduisant, la fierté de son père, mais qui se détournera de ses voies. Il y a Harwood, ombrageux et jaloux, prêt à tout pour prouver à son père sa valeur. Il y a le noir Elisha qui renie sa couleur de peau pour satisfaire les projets de son sauveur. Il y a Millicent, si fine et si jolie, la fille adorée d'Abraham, aussi rouée qu'elle est belle. Il y a Darian, petit génie musical incompris et si peu considéré. Il y a Esther, gauche et inquiète, bercée de rêves romantiques et d'idéaux humanitaires. de 1891 à la veille de la première guerre mondiale, le patriarche envoie sa progéniture à travers le pays. Il la perd, la retrouve, la renie et la maudit.
"S'il prenait à un homme ambitieux l'envie de révolutionner, d'un seul coup, l'univers de la pensée humaine, l'occasion est là, la route de la renommée immortelle s'ouvre devant lui, droite et sans embarras. Tout ce qu'il a à faire est d'écrire et de publier un tout petit livre. le titre devrait en être simple, quelques mots ordinaires: "Mon coeur mis à nu". Mais ce petit livre devrait être fidèle à son titre. Personne n'ose l'écrire. Personne, en admettant que quelqu'un ose, ne pourrait écrire. À chaque touche de la plume enflammée, le papier se tordrait et s'embraserait." La citation tirée de Marginalia, d'Egdar Allan Poe, en introduction du roman, promet bien des choses. Joyce Carol Oates a osé écrire et avec maestria! le papier ne s'est pas enflammé, et le livre n'est pas petit... et heureusement! le plaisir n'en est que plus grand!
L'argent est le nerf de la guerre et une entité incontournable de ce roman. "Abraham Licht est d'abord et avant tout un capitaliste américain. [...] Il ne vénère qu'une seule chose: l'argent." (p. 124) Ses entreprises sont aussi impressionnantes que les sommes qu'il perd sur un simple revers de fortune. Expert en tractations financières, en paris sportifs, en spéculations boursières ou investissements immobiliers, Abraham Licht ne vit que pour l'argent. Ses escroqueries renvoient les malversations d'un Madoff au rang de loto paroissial. Toutes les grandes villes américaines sont rançonnées: New York, Baltimore, Washington, Philadelphie, etc. Et c'est bien un pays aussi vaste que les États-Unis qui convient aux projets démesurés d'Abraham Licht.
Génie de l'arnaque et orateur hors pair, il est aussi un expert en déguisements. Pour chaque nouvelle entreprise malhonnête, il invente pour lui ou ses enfants un nouveau personnage au passé clinquant bien que mystérieux et exotique. Abraham Licht "comme Ulysse, est l'homme aux mille tours, l'homme de la ruse, du calcul et de la duplicité." (p. 256) Les enfants Licht sont initiés très jeunes au travestissement et à la mascarade. "Il leur donne à apprendre les grands monologues de Shakespeare, qui, selon lui, contiennent toute la sagesse naturelle du monde, en miniature." (p. 146) Les enfants deviennent des acteurs rompus à la duplicité, capables d'endosser et d'incarner une nouvelle identité puis de l'abandonner avec autant de naturel que le simple fait de s'habiller.
Le danger est toujours là d'être démasqué, reconnu, confondu. C'est pour cela que Papa Licht a mis en place son "catéchisme" (p. 152 à 154) En trois pages, le patriarche liste des règles, des principes fondamentaux de survie et de protection. Ces règles permettent de participer au Jeu. "Père a enseigné: le Jeu ne doit jamais être joué comme s'il n'était qu'un jeu. Et le butin récolté, qu'un butin." (p. 89) le Jeu, c'est ce qui permet à la famille Licht de s'emparer du monde, de le revendiquer. L'enseignement d'Abraham est sans appel: "Le Jeu est ce que je dis qu'il est." (p. 335)
Les premiers chapitres du roman semblent ne pas appartenir au même récit. On assiste au dépouillement de victimes trop crédules, aux aléas des paris hippiques, sans trouver de fil conducteur. Et soudain, tout prend forme. On comprend que ces chapitres étaient, comme aux échecs, des coups pensés à l'avance dont on observe le brillant résultat sur un plateau où ne reste qu'un vainqueur. C'est aussi ça le Jeu, et le favori Licht, même s'il essuie des défaites, reste le grand gagnant.
La famille Licht est composée de coupables qui sèment le mal dans le monde. Les fautes sont nombreuses: vols, abus de confiance, mensonges, dissimulation, luxure, colère. Il y a un peu des sept péchés capitaux dans les agissements des Licht. le plus grand de tous est l'orgueil, l'hybris des Grecs antiques: tout est démesure pour Abraham Licht et certains de ses enfants. le monde n'a pas de frontières assez reculées ni de barrières assez infranchissables. L'orgueil des Licht est tel qu'il se rit de la mort. Thurston, Harwood, Elisha disparaissent du monde et y reviennent, sous d'autres formes, se jouant des lois de l'univers, avec une désinvolture bravache et dangereuse.
Il y a faute, et il y a Faute. La faute de l'inceste ou celle de l'adultère sont commises, mais elles ne sont pas graves dans le sens biblique, elles sont graves dans le sens d'Abraham Licht. Quand ses enfants le déçoivent, la punition est sans appel: ils sont reniés, oubliés, bannis de la famille et de la mémoire. Et pour réparer la Faute, l'offense qui lui a été faite, Abraham Licht envisage simplement de concevoir de nouveaux héritiers, qu'il modèlera davantage à son image.
Abraham Licht est le Père. Seigneur en sa demeure et sur ses héritiers, il a fait siens certains passages de la Bible dont il se moque cependant avec mépris. "Et Dieu vit que cela était bon" ou "Croissez et multipliez-vous": tout est Genèse pour Licht et par Licht. Ses enfants sont comme issus de son sein propre. Si Abraham Licht est un homme qui cherche en toute femme une Vénus Aphrodite, s'il est un homme passionné de belles personnes, il n'arrive à garder l'affection et la fidélité d'aucune. Les enfants Licht n'ont pas de mères: elles sont mortes, enfuies, dissoutes dans les brumes d'un passé nébuleux. Abraham est père et mère. Les héritiers courent après l'affection de leur géniteur, avec la terreur de le voir disparaître. Et Abraham Licht est un père anxieux et surprotecteur: "[il] se tourmentait [...] qu'une catastrophe puisse arriver à l'un ou l'autre de ss enfants." (p. 171)
Abraham Licht a installé sa famille dans l'ancienne église des Nazaréens évangéliques, à Old Muirkirk, une terre sauvage dans la vallée de Chautauqua, cernée de marais. L'environnement semble fermé au reste de l'univers et à la marche du monde. "Les marais ne changent jamais, [...] ils étaient là au commencement du monde et seront là à sa fin." (p. 293) Les lieux sont inquiétants, propices aux légendes et aux rencontres funèbres. La vieille femme aux longs cheveux blancs est un présage funeste et le fruit noir et sucré est de ceux qu'il ne faut pas croquer. Old Muirkirk génére ses propres histoires et alimente les mystères: "Tant d'histoires couraient sur Abraham Licht, tant de récits fantaisistes sur ses femmes, ses enfants, sa profession... " (p. 115) Et Abraham Licht laisse dire: plus les gens parlent, plus ils inventent et moins ils en savent.
Dans ce roman, l'histoire se moque de l'Histoire. Mon coeur mis à nu, ce sont les mémoires d'Abraham Licht, "deux mille pages de mémoires, [...], le travail de soixante ans et l'oeuvre de sa vie." (p. 758) Abraham est un personnage d'envergure et sa vie est grandiose. En comparaison, les agissements des personnages réels qui traversent le récit paraissent bien ridicules, bien vains en regard des machinations perfectionnées du patriarche. Henry Ford ou Theodore Roosevelt sont des hommes dont L Histoire a retenu le nom et les oeuvres, mais qui n'arrivent pas à la cheville, et encore moins au panache, d'Abraham Licht!
Le roman est fleuve, mécanique implacable qui entraîne le lecteur dans un monde de délicieuses duperies. Qu'il est bon de voir les pigeons se faire plumer! L'écriture de Joyce Carol Oates est fine, incisive, elle dévoile avec une précision chirurgicale les purulences d'un monde dont les plus rusés savent tirer profit. Roman à lire, à lire!!!!!

http://lililectrice.canalblog.com/archives/2010/05/12/17863637.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
carnet-de-voyage
  04 décembre 2016
"Une suite de petites volontés fait un gros résultat."
Cette citation n'est pas issue du livre de Oates, mais du recueil de Baudelaire, "Journaux intimes, Mon coeur mis à nu" mais cependant cette citation corresponds trait pour trait à Abraham Licht.
Licht n'est pas poète, mais effleure le mal bien souvent....
Licht est un escroc. Mais un escroc de grand vol, si vous me permettez l'expression.
Nous faisons connaissance du père Abraham et de sa tribu en 1909.... Nous suivrons leurs périples jusqu'en 1929, année tristement noire pour la bourse américaine..
Abraham, tel un patriarche illustre enseigne la voie à suivre à sa descendance (2 fils d'une première union, un autre fils, noir celui-ci, trouvé tel un Moïse, une fille d'une beauté hors norme issue d'une deuxième union, et enfin, un fils et une fille issus d'une troisième et ultime union). Hormis les deux derniers rejetons qui selon Abraham ne "sont pas faits pour le Jeu", tous les autres s'adonnent aux malfaçons de leur géniteur... en escroquant les fortunés, naïfs pour la plupart...
Mais au fil des ans, les enfants décevront le père, et l'inverse aussi...
"Je comprends qu'on déserte une cause pour savoir ce qu'on éprouvera à en servir une autre.
Il serait peut-être doux d'être alternativement victime et bourreau. "
Cette pensée de Baudelaire, pourrait servir d'épitaphe à Abraham Licht pour conclure "Mon coeur mis à nu"...
Si ce dernier avait lu Baudelaire au lieu de Shakespeare...
Oates, une fois de plus nous livre un livre d'une grande puissance. Il est inutile de parler du talent de narratrice de Oates, car c'est un fait établi et reconnu. Toutefois, et bien que ce livre soit bon, il n'atteint pas la beauté de "Nous étions les Mulvaney" ou "Les Chutes", chefs-d'oeuvre absolus.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mariech
  14 avril 2011
Un livre de Joyce Carol Oates qui se passe à la fin du 19ième siècle et se termine dans les années 1930 , c'est L'histoire d'Abraham Licht et de ses nombreux enfants , un imposteur qui reste toujours sympathique car il a un côté vulnérable , malgré ses nombreuses mésaventures , il garde toujours espoir. Avec ce livre L'auteur nous démontre encore une fois ses talents de conteuse .
Commenter  J’apprécie          74
pasiondelalectura
  18 décembre 2017
"Mon coeur mis à nu", a été traduit en 2001 , c'est un sacré pavé de plus de 600 pages avec lequel j'ai parfois eu du mal, trouvant certains passages trop denses. Néanmoins, c'est encore un sacré bouquin que l'on pourrait qualifier de roman picaresque : l'histoire d'Abraham Licht un homme assez mystérieux qui va surgir au début du XXème siècle et passera sa vie à jouer au Jeu, un jeu qu'il aura inventé de toutes pièces pour escroquer dans le vaste continent Nord-américain des riches et des moins riches. Pour parvenir à ses fins, il va entraîner ses propres enfants, les obligeant à jouer différents rôles de composition. le personnage va connaître divers revers de fortune et devra fuir souvent. Il perdra sa fortune plusieurs fois mais rebondira toujours sur une autre affaire, encore plus juteuse, ceci à la façon américaine où les gens ne s'embarrassent pas du passé et repartent à la charge comme de vrais culbutos.
L'homme a 5 enfants, nés de trois femmes différentes, plus un fils adopté. Les deux premiers garçons sont des escrocs comme leur père et le deuxième, très brutal, est capable des pires vilenies pour lui plaire et attirer son attention. le troisième enfant est une fille d'une beauté exceptionnelle qui sera aussi son associée en affaires. Les deux plus jeunes sont différents: l'aîné est un musicien brillant et la dernière, une créature assez facile à vivre et altruiste. Enfin, l'enfant adopté est noir, ce qui va être à l'origine de nombreuses mésaventures dans une société où la couleur de la peau est déterminante. Peu à peu tous les enfants vont se distancer de ce père malveillant qui les utilise comme des pions dans un échiquier et ne se soucie pas d'eux affectivement.
Abraham Licht écrira ses méfaits tout le long de sa vie hasardeuse dans un journal de 2 000 pages sous la forme de Mémoires intitulées Mon coeur mis à nu, l'oeuvre de sa vie, mais sur le tard, acculé par la maladie et la déchéance générale, il les brûlera.
Les aventures d'Abraham Licht et de ses enfants se succèdent et parfois sont très choquantes. Malgré le fond de franche immoralité, par moments l'ironie pointe dans le texte ce qui le rend plus supportable.
Le modus operandi de l'auteur dans ce livre est un peu particulier, c'est à dire qu'elle annonce un fait important mais les explications ne viennent qu'après et tout n'est pas expliqué, des choses vont rester ambiguës. Est-ce un effet voulu de la part de l'écrivain ?
Lecture assez copieuse avec quelques longueurs pour moi et une admiration sans bornes pour cet écrivain nord-américaine multifacétique qui a largement la carrure d'un Nobel.

Lien : https://pasiondelalectura.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PerdreUnePlume
  03 juin 2010
Au passage entre 19ème et 20 siècle dans une Amérique riche et en pleine évolution, Abraham Licht est un escroc.
Pas un de ceux, minables qui volent les sacs des grand-mères ! Un de ceux qui élèvent l'astuce pour le gain au rang de philosophie, à la fois acteur, touche à tout et homme charismatique.
En bon père de famille, il élève tout une équipe de filous, hommes et femmes, qu'ils initient au "Jeu" et à ses lois : l'art de détrousser les pigeons, les naïfs, les trop riches et ceux à l'argent mal acquis.
Cependant, et à tour de rôle, ses enfants vont l'abandonner, le décevoir ou le trahir...
Mon avis dans la suite...
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
S'il prenait à un homme ambitieux l'envie de révolutionner, d'un seul coup, l'univers de la pensée humaine, l'occasion est là, la route de la renommée immortelle s'ouvre devant lui, droite et sans embarras. Tout ce qu'il a à faire est d'écrire et de publier un tout petit livre. le titre devrait en être simple, quelques mots ordinaires: "Mon coeur mis à nu". Mais ce petit livre devrait être fidèle à son titre. Personne n'ose l'écrire. Personne, en admettant que quelqu'un ose, ne pourrait écrire. À chaque touche de la plume enflammée, le papier se tordrait et s'embraserait."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CjanickCjanick   17 mai 2012
Suis je idiote? fermée? j'adore Joyce Carol Oates, mais je ne comprends RIEN à ce livre, j'ai tenté de lire le premier chapitre sans pouvoir continuer, puisque c'était du Chinois pour moi. Une de vos critique dit "que les noms changent", au fil des chapitres, mais je n'en suis même pas là. je n'aime pas rester sur un échec, puisque d'autres ont réussi à le lire, et l'apprécier?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
"Il leur donne à apprendre les grands monologues de Shakespeare, qui, selon lui, contiennent toute la sagesse naturelle du monde, en miniature." (p. 146)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
"Tant d'histoires couraient sur Abraham Licht, tant de récits fantaisistes sur ses femmes, ses enfants, sa profession... " (p. 115)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
Abraham Licht est d'abord et avant tout un capitaliste américain. [...] Il ne vénère qu'une seule chose: l'argent." (p. 124)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Joyce Carol Oates (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joyce Carol Oates
Paysage perdu, de Joyce Carol Oates
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Joyce Carol Oates (difficile si vous ne connaissez pas son oeuvre)

Un des nombreux romans de Joyce Carol Oates est consacré à Marilyn Monroe. Quel en est le titre ?

Corps
Sexy
La désaxée
Blonde

10 questions
272 lecteurs ont répondu
Thème : Joyce Carol OatesCréer un quiz sur ce livre