AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782954969206
129 pages
(29/06/2014)
5/5   1 notes
Résumé :
Sergueï Konrad, journaliste modèle de la Pravda, s'enlise dans un quotidien morne qu'il partage entre son journal et sa compagne Lena. Dans les laboratoires du Parti, on prépare en secret l'avènement de l'Homme nouveau pour renforcer la puissance de l'empire soviétique. L'Expérience, dont Sergueï est l'un des cobayes, fait basculer son destin et celui de ses camarades. Le virus qu'on lui injecte modifie ses facultés mentales et physiques : il s'enfuit et devient dès... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  23 novembre 2014
J'ai eu connaissance de l'existence d'Hybris par hasard, mais cela importe peu au regard du plaisir pris à lire ce roman court, un premier roman, à l'écriture précise, incisive, juste, entraînante, qui vous donne envie d'aller à la fin d'une seule traite, de connaitre la suite.
Le sujet peut paraître ardu : la société peut-elle changer l'homme et l'homme peut-il changer la société ?
L'histoire nous plonge au coeur du système soviétique, sous la dictature de Staline, le personnage principal, Serguei Konrad, un journaliste à la Pravda, se pose lui même ces question et à son insu il devient le cobaye d'une expérience visant à le transformer en l'homme nouveau capable de démontrer la suprématie du modèle soviétique.
La force de l'auteur est de faire vivre ces concepts au travers d'un récit haletant où les rebondissements sont nombreux. Les personnages sont vivants, pleins, crédibles et se laissent prendre au jeu de leurs convictions souvent remises en cause par le système qui invente en permanence de nouvelles règles.
Sergueï, tombe dans ce piège, d'abord adulé, nommé rédacteur en chef, il chute par ignorance, ses amis, (mais peut-on avoir des amis dans un tel système ?), ne lui sont d'aucune aide, il se voit .perdu, mais il lutte en dépit des trahisons.
Le parcours de Sergueï, assez classique, responsabilités idéologiques de premier plan, accusations de trahison, emprisonnement dans un camp est restitué avec réalisme, on retrouve dans la construction du récit des accents comparables à ceux que l'on trouve dans des ouvrages de référence sur le même sujet (Une hirondelle avant l'orage de Joseph Littell, l'homme qui aimait les chiens de Leonardo Padura ou encore une exécution ordinaire de Marc Dugain qui traitent chacun à leur manière des paradoxes paranoïaques et schizophrènes de la période stalinienne) (à ce propos je serai curieux de savoir comment Clément de Obaldia a travaillé pour parvenir à ce résultat et quelles sources il a utilisé)
La société soviétique de l'époque avec ses travers et ses passages obligés,, sexe et alcool, mensonges, peurs, croyances irrationnelles, allégeances, auto-critiques, est décrite avec le même réalisme et on mesure, en suivant les pérégrinations de Sergueï, le paradoxe de ce système basé sur le matérialisme historique mais dont le ciment n'est autre que la confiance aveugle dans le chef et l'obligation d'atteindre les objectifs qu'il donne sans vraiment les expliciter.
Il faut croire sans se poser de questions.
Chacun peut trouver ce qu'il veut dans un tel système, respecter ce qu'il croit être la vérité, mais qui n'est jamais celle des sbires du NKVD.
Sergueï, un homme sympathique mais naïf, pathétique parfois, se révolte, mais au fond c'est ce que le système attend de lui, il devient l'image abhorrée des fidèles, l'image du mal, jusqu'à ce qu'on finisse par l'ignorer, il continue de vivre parce qu'il ne présente plus aucun intérêt, mais de quoi sera fait demain ?
On ne peut que s'étonner de ne pas voir un tel roman publié, diffusé, commenté, conseillé, analysé ! Il est vrai que la rentrée littéraire 2014 n'est guère propice à un tel ouvrage, 145 000 acheteurs ont préféré se ruer sur le livre de Mme Valérie Trierweiller dans lequel ils n'apprendront rien de plus sur la duplicité des hommes politiques et leur propension à ne pas vouloir nous ressembler.
Le livre de Clément de Obaldia a une ambition plus noble, il ne se contente pas de répondre au comment ? mais cherche à répondre au pourquoi ? Une question d'actualité et qui occupera l'humanité encore longtemps.
LISEZ HYBRIS !!!
Lien : http://www.amazon.fr/product..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 novembre 2014
Les parents apprenaient à leurs enfants à renoncer à toute curiosité et à garder le silence. Leur progéniture pouvait les dénoncer par inadvertance à l'école. Andreï offrait pourtant un curieux spectacle : les joues gonflées de sucreries, il achevait ses pâtisseries dans un état de transe. Il leva ses yeux rouges et gonflés sur la rue toute proche. Une vague lasse de travailleurs écumait le trottoir, déferlait sur les bureaux du centre ville. Rassasié jusqu'à l'écœurement, Andreï sortit et s'immergea dans ce flot. D'habitude, il marchait la tête baissée pour explorer ses pensées sur le fonds abstrait du trottoir. Cette fois il gardait la tête haute, une allure altière, mais toujours chancelante. Il s'arrêta soudain dans le flot empressé et prit une décision capitale. " Je renonce aux obligations morales, à la vulgarité à laquelle le monde se livre"
Son sérieux céda à un rire irrépressible et sa vie lui parut être une mauvaise plaisanterie dans le décor absurde du communisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
autres livres classés : sibérieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2579 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre