AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246812747
Éditeur : Grasset (29/03/2017)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Chers lecteurs, Je vais bientôt me quitter. Oui, disparaître de cette planète. Et il m'est venu à l'idée de rassembler moult pensées, citations, engrangées tout au long de mon existence, et de vous les léguer, dans l'espoir que pour vous aussi, elles seront source de réflexions, méditations, voire matière à rire et à pleurer. Chers lecteurs, chers obaldiens, à vous, selon vos affinités, vos humeurs, de vous approprier une perle rare. Je vais maintenant prendre congé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  28 mai 2017
"Chers lecteurs,
Je vais bientôt me quitter. Oui, disparaître de cette planète. Et il m'est venu à l'idée , encouragé par mon cher éditeur, de rassembler moultes pensées, citations (la plupart méconnues), engrangées tout au long de mon existence, et de vous les léguer en héritage, dans l'espoir que pour vous aussi, elles seront source de réflexions, méditations, voire matière à rire et à pleurer. "
le présentation de ce recueil de René de Obaldia m'a été expédié , il y a une dizaine de jours par un ami de très longue date, qui fut mon patron aux Musées Nationaux...
Cet ami , Claude S. a eu la gentillesse de me dédicacer ce petit opuscule, me révélant connaître et avoir rencontré cet auteur...pendant sa longue carrière.
Ouvrage sympathique mais que je n'aurais peut-être pas acquis personnellement...même si ce florilège des citations ou réflexions de cet écrivain et homme de théâtre, est plaisant... Il dévoile à la fois un homme joyeux, facétieux, et grave... Ce qui me fut encore plus évident en l'écoutant directement à l'émission matinale de ce dimanche 28 mai , "Thé ou café" .
Un homme pétillant, curieux, toujours grand lecteur... de 98 ans...avec un grand esprit de répartie. Je méconnais les pièces et écrits de cet écrivain, en dehors d'une pièce de théâtre, à laquelle j'ai assisté il y a fort longtemps, avec une magistrale interprétation de Jean Marais. Il s'agissait du "Vent dans les branches de Sassafras". Incapable de me souvenir du sujet... Tout ce qui me reste comme "trace", c'est d'avoir beaucoup, beaucoup ri , avec mon
mari qui pourtant, n'était que moyennement attiré par le théâtre...
Ce florilège offre de nombreuses citations fort drôles et humoristiques, mais pas que cela...
Une lecture agréable... qui peut donner envie de se plonger dans les écrits et pièces de théâtre...de René de Obaldia..
Difficile de choisir une citation, car il y en a de nombreuses que je serai tentée de faire "miennes" !!
Je me décide pour la suivante de Marc Twain :
"Je n'aime pas l'idée d'avoir à choisir entre le ciel et l'enfer. J'ai des amis dans les deux."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
deuxquatredeux
  28 avril 2017
De René de Obaldia, je ne connaissais pas grand chose avant de lire ce livre et serais presque tenter de dire que je n'en connais pas davantage après sa lecture (je reviendrais plus bas sur cet élément).
Au cours d'un voyage à Ghent (Gand), je me suis retrouvé devant le petit rayon des livres en langue française au milieu des livres en langue flamande et en langue anglaise et qui mettait en valeur Perles de vie de René de Obaldia.
Rapide lecture de la préface pour comprendre que ces perles de vie sont des citations que René de Obaldia a collecté et que son éditeur lui a invité a publié (comme l'écrivain le note dans la préface). Au programme des citations d'Einstein, de Jules Renard, de Nietzsche, de Saint Augustin, de Paul Valéry, de Dante, de Julien Green (que René de Obaldia a remplacé à l'Académie française) des proverbes (chinois, bantou), et de quelques inconnus (de moi) notoires (j'imagine). Et il y a aussi quelques citation de René de Obaldia.
Si j'osais, je dirais bien que c'est un livre de fainéant*,** dans la mesure où la préface est courte même si elle est bien troussée et donne envie de lire ces perles de vie mais que la majorité du livre n'est pas d'Obaldia. Du coup, je n'en sais pas beaucoup plus sur René de Obaldia , son écriture voire son œuvre sauf que, comme le disait Sacha Guitry, citer les pensées des autres c'est regretter de ne pas les avoir eu soi-même avant (c'est l'idée mais pas forcément la forme exacte.) Aussi, la lecture des perles de vie de René de Obaldia en apprennent sur lui. Et ces perles de vie valent en elles-mêmes indépendamment de l'auteur.
En tout cas, un auteur qui vous offre le proverbe bantou suivant : « Mon ami n'est pas mort puisque je vis encore » vaut certainement le détour.
* Une citation se retrouve deux fois, certes en des formes différentes.
** Ou bien une commande de son éditeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
domisylzen
  03 décembre 2017
Un court recueil de citations (à peine 300) composé par un homme en fin de vie.
Partagé entre deux.
D'un côté certaines de ces citations sont de véritables petites perles.
De l'autre c'est le genre de bouquin un peu trop facile à faire.
L'homme se sentant mourir, il a 98 ans, c'est un dernier au revoir qu'il nous adresse.
Salut l'artiste.
Commenter  J’apprécie          300
gonewiththegreen
  09 octobre 2018
le 22 Octobre 2018, René de Obaldia aura un siècle . Tout rond.
Comme il le dit dans la préface de ce recueil de citations , il va nous quitter. Il nous laisse ici quelques uns de ses mots mais surtout ceux des autres . Mots qui l'ont accompagné durant un siècle et ont fait de lui un grand poète, un écrivain aux multiples facettes.
C'est peut être un livre de fainéant comme j'ai pu le lire.
Euh , Robert Marchand , quand il pédale à 100 ans devant les caméras , vous aussi vous trouvez qu'il se la coule douce, hein ? Il pourrait quand même accélérer un peu , cette feignasse.
Merci Monsieur de Obaldia pour ce très bon moment . Les citations me sont en énorme majorité inconnues (mais même jeune , j'étais une feignasse moi même , je n'ai pas ouvert un bouquin à l'école !).
Quand je lis "Les pessimistes sont des optimistes bien informés" ou "L'escargot est naturellement héroïque; L'escargot ne recule jamais." , je prends un plaisir dense .
Merci pour ce bon moment , trop bref. Mais n'est ce pas la caractéristique première d'un bon moment ?
J'édite ma critique pour rajouter une dernière citation , tellement vraie : "On dit que les cygnes chantent avant de mourir.Ce serait bien que certaines personnes meurent avant de chanter". (Coleridge )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
vellard
  24 mars 2018
Obaldia est un sale gosse! un galopin de presque un siècle utilisant ,l'Absurde, l'Humour , le Fantastique, l'Espièglerie comme terrain de jeu littéraire favori , avec comme conséquence ,entre autres choses, un univers théâtral totalement foutraque et déjanté .
Sa dernière(ultime semble t-il nous dire) facétie ? Ce petit recueil signé de lui-même mais n'utilisant quasi exclusivement que les mots des autres! ( plutôt bien choisis, il convient cependant de le dire)
Chapeau l'artiste.... et à vous retrouver pour un nouveau tour de piste, quoique vous en disiez !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 avril 2017
Chers lecteurs,
Je vais bientôt me quitter. Oui, disparaître de cette planète. Et il m'est venu à l'idée, encouragé par mon cher éditeur, de rassembler moultes pensées, citations (la plupart méconnues), engrangées tout au long de mon existence, et de vous les léguer en héritage, dans l'espoir que pour vous aussi, elles seront source de réflexions, méditations, voire matière à rire et à pleurer.
« Tout au long de mon existence ». Existence riche en métamorphoses : poètes, romans, théâtre, mémoires (Exobiographie) aussi, de nombreux voyages. Oui, « Monsieur le Comte » a essuyé bien des longitudes et des latitudes.
Mais que ce soit à Ouagadougou, Florence, San Francisco ou Reykjavik, l'homme n'est-il pas soumis à l'incongruité de l'existence et, en fin de compte, infiniment pathétique ?
Certaines des ces citations m'ont bien sûr frappé plus que d'autres. Ainsi, de Fernando Pessoa : « Aujourd'hui, je me sens aussi lucide que si je n'existais pas » ; de Chesterton : « Les anges volent par ce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère » ; de Kafka : « J'ai peu de choses en commun avec moi-même » ; de Nerval : « Je voyage pour vérifier mes songes. »
Aussi, lors de ma réception à l'Académie française où je succédais à Julien Green, j'avais souligné comment celui-ci avait été hanté par le Malin, et m'était revenu à l'esprit le mot merveilleux de Cocteau : « Sans le Diable, Dieu n'aurait jamais atteint le grand public. »
Chers lecteurs, chers obaldiens, à vous, selon vos affinités, vos humeurs, de vous approprier une perle rare.
Je vais maintenant prendre congé de vous non sans vus gratifier cette fois d'un proverbe bantou : « Mon ami n'est pas mort puisque je vis encore. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
fanfanouche24fanfanouche24   08 mai 2017
Aussi, lors de ma réception à l'Académie française où je succédais à Julien Green, j'avais souligné comment celui-ci avait été hanté par le Malin, et m'était revenu à l'esprit le mot merveilleux de Cocteau : " Sans le Diable, Dieu n'aurait jamais atteint le grand public" (p. 11)
Commenter  J’apprécie          340
fanfanouche24fanfanouche24   28 mai 2017
Pourquoi se déplacer, puisque c'est soi-même qu'on emporte en voyage ?

Sénèque

(p. 44)
Commenter  J’apprécie          242
JuinJuin   10 septembre 2017
Non, personne ne peut confondre le sourire de l'humour avec le ricanement de l'ironie.
Jankélévitch

(p 35)
Commenter  J’apprécie          141
fanfanouche24fanfanouche24   28 mai 2017
Il faut beaucoup de temps pour devenir jeune.

Pablo Picasso

(p. 33)
Commenter  J’apprécie          211
Videos de René de Obaldia (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René de Obaldia
Un court extrait de l'interview par Patricia Martin des membres de l'Académie Alphonse Allais emmenés par Xavier Jaillard avec René de Obaldia, Jean Pierre Mocky, Marcel Amont et Voutch à l'occasion de la remise du Prix Jules Renard.
autres livres classés : penséesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Découvrez, redécouvrez René de Obaldia

Quelle pièce de théâtre n'a-t-elle pas été écrite par René de Obaldia ?

Sept Impromptus à loisir
Monsieur Klebs et Rozalie
Du vent dans les branches de sassafras
La rosière et le chien enragé
Le Général inconnu

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : René de ObaldiaCréer un quiz sur ce livre