AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213706122
848 pages
Éditeur : Fayard (17/11/2020)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans "Une terre promise", Barack Obama entraîne le lecteur dans un voyage fascinant, depuis ses toutes premières aspirations politiques à sa victoire cruciale aux primaires de l’Iowa, qui démontra le pouvoir de l’engagement citoyen, jusqu’à la soirée décisive du 4 novembre 2008, lorsqu’il fut élu 44ème président des États-Unis, devenant ainsi le premier Afro-Américain à accéder à la fonction suprême.

Un récit fascinant et profondément intime de l’hist... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  21 novembre 2020
# Rentrée littéraire 2020
LE livre de la rentrée littéraire 2020, un succès mondial, un événement tant attendu : « Une terre promise « (« A Promised Land » - Tome 1 aux éditions Fayard) de Barack Obama, qui a été Président des États-Unis, de 2009 à 2017.
Cet homme au charisme étonnant et d'un humour certain, a déjà écrit plusieurs ouvrages (voir ma liste publiée le 20/11/2020). Fait étonnant (surtout dans son pays), il a été le premier Afro-Américain à être rédacteur en chef de la célèbre « Harvard Law School ».
Dans « Une terre promise », une autobiographie (ses Mémoires), d'un peu plus de huit-cents pages (il avait beaucoup à dire et ce n'est pas fini), le 44ème Président des États-Unis livre ses impressions – des réflexions ayant trait à la sociologie, au racisme, à la politique (bien entendu) – des faits marquants de son mandat – il nous livre aussi des révélations personnelles en nous faisant un peu entrer dans sa vie familiale, le couple qu'il forme avec Michelle, sans oublier leurs deux filles.
C'est sa prise de position contre la guerre en Irak lancée par George Bush qui le révèle à la nation américaine. Face au républicain John McCain, et à Hilary Clinton, il a remporté la Présidence. Depuis, il a occupé deux mandats et malheureusement, impossible d'en briguer un autre. S'il avait pu, qui sait ce qui serait advenu ?
On peut déjà dire que sa « destinée » est « historique ». Il a marqué L'Histoire (avec un grand H) et a reçu le Prix Nobel de la paix en 2009.
Dans ce témoignage « unique », il écrit avec une grande sincérité en évoquant non seulement ses réussites mais également ses échecs. Il rêve d'un monde meilleur et son regard est très réfléchi – il aimerait beaucoup plus de démocratie : un rêve…. He had a dream…. Mais n'oublions pas que s'il a été Président, Barack Obama reste un Homme avec une grande sensibilité, certes, mais aussi un grand réalisme.
Dans ce premier tome de ses mémoires, le lecteur peut lire la passionnante « odyssée » de ce personnage et il est entraîné à sa suite dans ce grand voyage. On va dans les coulisses de la Maison Blanche (à Washington avec son célèbre bureau ovale), mais on se retrouve aussi à Moscou ou à Pékin. Il nous parle de la crise financière qui a touché le monde. Des anecdotes dont son « bras de fer » avec Vladimir Poutine – un grand rire pour Nicolas Sarkozy : «Les discussions avec Sarkozy étaient ainsi tout à tour amusantes et exaspérantes, ses mains en mouvement perpétuel, sa poitrine bombée comme celle d'un coq nain. » …
Malgré un humour certain, Barack Obama reste grave car il y a eu l'affaire Ben Laden et d'autres faits marquants qui ont surtout eu lieu pendant son premier mandat et ne pas oublier son célèbre slogan : « Yes We Can ! ».
Il est tout à fait impossible (du moins je pense et c'est mieux ainsi) d'en dire trop sur ce livre qui a déjà connu une grande célébrité, après celui de son épouse, Michelle avec « Devenir » en 2018. Un couple qui a donc beaucoup de faits à nous raconter et…. Eh oui, on n'attend que ça après ces années à entendre parler des frasques du « Donald », de ses coups de poings (pour ne pas dire ses coups de gueule...)
Voici donc un livre bien intéressant d'un personnage que l'on aime (ou pas) – toujours souriant – élégant – mais d'une grande simplicité qui a fait tout ce qui était en son pouvoir et qui aurait bien aimé en faire plus.
Dernière indication, le couple a franchi le cap en passant de la scène aux écrans et en créant sa propre société : « Higher Ground » et a conclu un accord avec Netflix, sans oublier que Michelle Obama avait signé un partenariat avec « Spotify »…. 🎬
Mais à présent, il continue d'une autre façon, en donnant des conférences (moyennant quelques milliers, ou millions de dollars car : "Money is Money", don't you agree ?) de toute façon, il n'est pas le seul à continuer ainsi puisqu'en France, il y en a un, parmi d'autres (vous savez un certain Nicolas ?) qui fait de même, alors ... En France ou ailleurs. "To be continued).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5217
Lesaloes
  22 novembre 2020
« L'audace d'espérer »
Par quel profond mystère, volonté ou hasard, le doigt du Destin se pose un jour sur l'épaule d'un être pour le désigner au pays comme l'élu attendu ? Ou s'agit-il d'une prédestination ? Il appartiendrait alors à la Divinité, si chère aux Américains empreints de religion, de rendre ses décrets. C'est la calme certitude du Révérend Otis Moss, promoteur du mouvement des Droits civiques aux côtés de Martin Luther King : le métis hawaïen en proie au doute, au nom improbable de Barak Hussein Obama, est chargé de la mission de guider la nation hors du désert vers une Terre biblique promise.
« Chaque génération est limitée par ce qu'elle sait. Ceux d'entre nous qui ont participé au mouvement, les géants comme Martin, les lieutenants et les fantassins comme moi... nous sommes la génération Moïse. […] Nous sommes sortis d'Égypte, pour ainsi dire. Mais nous n'avons pas pu poursuivre notre voyage au-delà.
« Vous, Barack, vous faites partie de la génération Josué. Vous et vos semblables êtes responsables de la prochaine étape. Les gens comme moi peuvent vous offrir la sagesse de leur expérience. Peut-être saurez-vous tirer des leçons de nos erreurs. Mais, au bout du compte, c'est à vous, avec l'aide de Dieu, que revient la tâche de bâtir à votre tour sur nos propres fondations, et de mener notre peuple et ce pays hors du désert. » (p.174)
La conquête des sommets « Yes we can ! »
Plus prosaïquement, à la lecture de ses Mémoires, la réussite d'Obama s'explique par la triple conjonction de facteurs de réussite, un alignement exceptionnel de planètes. Un, le moment de l'histoire des Etats-Unis ; deux la profonde volonté de changement du pays ; trois les qualités d'exception d'un être lancé dans l'action, tel « un boulet qui vient d'être éjecté d'un canon ».
Les années Bush sont marquées en effet par les années de guerre en Irak, le tsunami économique de la crise des subprimes et la mondialisation, autant de « changements qui bouleversaient le paysage urbain, non seulement à Chicago mais partout ailleurs aux États-Unis – le déclin de l'industrie, l'exode des populations blanches loin des centres-villes, la paupérisation de toute une frange de la population, silencieuse et isolée, tandis que l'apparition d'une nouvelle classe éduquée accentuait le phénomène de gentrification dans certains quartiers. » (p. 28). Sans compter la fatalité originelle des USA, la discrimination raciale qui divisait le pays et conduit jadis à la guerre de Sécession.
D'où la formidable volonté de changement : « Le pays était avide d'une nouvelle voix. Je ne serais jamais en meilleure position pour me lancer et, grâce à ma popularité auprès des jeunes, dans les minorités et chez les indépendants, j'étais en mesure d'élargir le champ au profit des démocrates dans toutes les élections à venir. »
L'élection présidentielle résulte de la rencontre entre un homme et un peuple. Et Obama réunissait toutes les qualités pour réussir : un relatif manque d'expérience malgré son cursus honorum de sénateur le l'Illinois puis du Congrès, un homme neuf, jeune la quarantaine, loin des intrigues et des compromis de Washington.
Un Verbe chargé d'émotion et de sincérité portant à la communion « Et puis, au bout d'un moment, je trouve mon rythme. La foule cesse de rugir et écoute en silence[…] C'est une sensation physique, une émotion qui se propage comme une onde électrique entre vous et l'auditoire […] Vous avez touché au coeur d'un esprit collectif, vous avez atteint quelque chose que nous connaissons et désirons tous – le sentiment d'un lien qui abolit nos différences et les remplace par une immense vague de possibilités – et vous savez que ce moment, comme tous les moments les plus importants de la vie, est éphémère, et que bientôt le charme sera rompu. » (convention démocrate nationale).
Enfin la volonté et l'ambition de changer le monde « Mais l'idée de l'Amérique, la promesse de l'Amérique : ça, je m'y accrochais avec une obstination qui me surprenait moi-même. « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux » – voilà l'Amérique telle que je la concevais. L'Amérique de la Déclaration d'indépendance, de Tocqueville, le pays de Whitman et de Thoreau, où nul ne m'était inférieur ou supérieur ; l'Amérique des pionniers qui étaient partis vers l'Ouest en quête d'une vie meilleure ou des immigrés qui avaient débarqué à Ellis Island, poussés par la soif de la liberté. » (28)
Une longue et difficile odyssée, un incessant travail d'équipe le mèneront enfin jusqu'à la Terre promise : « Et puis, tout à coup, mon visage a surgi en gros plan à l'écran et ABC News a annoncé que j'allais devenir le quarante-quatrième président des États-Unis. Tout le monde a explosé de joie. […] Quoi que j'aie pu accomplir pour ma part, c'étaient eux, leur talent, leur travail acharné, leur perspicacité, leur ténacité, leur loyauté et leur générosité, ainsi que le dévouement de toute l'équipe, qui avaient rendu ce moment possible. »
Conclusion : se confronter à la réalité du monde
Une terre promise narre l'odyssée d'un obscur métis idéaliste né à Hawaï qui deviendra le premier président noir du pays. Un Rêve américain, à la portée de tous : « Ce livre est avant tout pour ces jeunes gens une invitation à refaire le monde une nouvelle fois, et à faire advenir, par le travail, la détermination et une bonne dose d'imagination, une Amérique qui se mettra enfin au diapason de tout ce qu'il y a de meilleur en nous. » (Préface)
Un plaidoyer pro domo certes - il lâche ses coups et donne, enfin, libre cours à ses colères et à ses indignations - qui révèle les grands traits de caractère d'un président habité par ses convictions, déterminé, volontaire, plein d'humour et porté à l'émotion ; mais, confronté à la réalité du monde, il s'oblige à composer, à limiter son action par « cynisme, calcul, et une forme de prudence déguisée en sagesse » (p. 816) ; au risque de décevoir comme le prévient Vaclav Havel « Votre malédiction, c'est que les gens attendent beaucoup de vous. Car cela signifie qu'ils pourront être vite déçus. C'est une chose dont j'ai l'habitude. Je crains que cela ne soit un piège. »
Si Barack OBAMA in fine s'est appliqué en pédagogue avec autant de scrupule aux détails de sa Terre promise, à ses Travaux et ses jours, nous le comprenons à présent et il le savait, c'est qu'il présente ici les pièces à conviction de sa présidence à la postérité et au jugement de l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
culturevsnews
  23 novembre 2020
Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, ce mémoire ne sera pas pour tout le monde. Il vous met en garde dès le début… Il n'a pas maîtrisé la brièveté. C'est indéniable. Avec ses 768 pages sur papier et ses 29 heures et plus sur support audio (comme j'ai pu le constater dans le livre, lu par le président Obama lui-même), A Promised Land est un engagement. J'étais plongé dans le livre, très plongé, très plongé, quand j'ai soudain réalisé que nous étions encore dans la première année de sa présidence. (Aïe !)
Donc, c'est un engagement, mais ce n'est pas un slogan. Au contraire, je n'ai cessé de me dire que c'était un privilège d'avoir cette vision franche de ses pensées et de ses expériences, documentées de manière exhaustive. Maintenant, c'est Barack Obama, donc vous savez qu'il ne laisse pas échapper une seule anecdote ou un détail qu'il n'a pas soigneusement examiné, mais cela a vraiment l'air authentique. Par exemple, il dit beaucoup de choses élogieuses sur Hilary Clinton. de toute évidence, il la respectait suffisamment pour la nommer secrétaire d'État. Mais il ne fait pas l'impasse sur l'acrimonie des deux côtés lorsqu'ils se sont battus pour l'investiture démocrate. Et parfois, tout au long du livre, il fait un commentaire ou un coup de pinceau subtil. Une revanche, je pense. Rien à Washington n'est jamais oublié.
Ne pensez pas, en vous basant sur ce que j'ai écrit ci-dessus, que c'est une sorte de révélation mesquine. Vous savez que ce n'est pas le cas. Et si vous cherchez à savoir ce qui se passe à Washington en ce moment, vous ne le trouverez pas. Donald Trump n'est pas vraiment mentionné avant l'avant-dernier chapitre, juste quelques pages avant la fin du volume 1. D'un autre côté, une grande partie du monde actuel est préfigurée par le temps passé par le président Obama. Elizabeth Warren était professeur d'université. Lindsay Graham était prête à traverser l'allée. Les juges – à ce moment-là – étaient confirmés à la Cour suprême sans le spectacle complet de l'horreur partisane. D'une certaine façon, c'était une époque plus simple.
Il y a tellement plus de choses que je pourrais dire sur ce livre. Hélas, comme Barack Obama, je n'ai pas encore maîtrisé la brièveté. À ce stade, j'ai lu tellement de livres de tant de personnages de l'orbite d'Obama, que sa voix est maintenant au centre d'un portrait de l'époque à la Rashomon. Je conclurai en disant que, aussi long et exhaustif que soit ce livre, j'attends avec impatience la lecture des volumes suivants. (Celui-ci se termine avant même que son premier mandat ne soit terminé, alors qui sait combien il y en aura). le livre est terriblement bien écrit.
Lien : https://culturevsnews.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mimipinson
  01 décembre 2020
Il aura fallu pas moins de 800 pages à Obama pour faire le récit de son premier mandat à la Maison Blanche ; premier mandat, incluant naturellement les presque deux années de campagne alors qu'il n'est un jeune sénateur inconnu du grand public.
Avant de s'engager en politique, presque par hasard, et sans vraiment l'assentiment de son épouse, Obama est avant tout un jeune homme instruit qui se cherche beaucoup, engagé dans le travail social, mais déjà très au clair avec ses convictions profondes.
Quatre années de présidence s'apparentent à un véritable parcours du combattant tant la conquête du pouvoir est longue et difficile, et à une aventure de chaque jour. La Maison Blanche est une ruche permanente, une presque prison dont le locataire peine à s'extirper pour tenter de vivre un semblant de vie normale.
De plus, arrivant après la présidence Bush, Obama a dû très vite affronter la crise financière qui affectât le monde entier, de même que les printemps arabes et les multiples terrains de guerre laissés par ses prédécesseurs.
C'est avec respect, et aussi beaucoup d'humour qu'Obama relate les différents dirigeants internationaux avec lesquels il a travaillé au cours de son premier mandat. Si les portraits ne sont pas toujours très flatteurs, ils montrent un grand sens de l'observation.
En outre, si les crises internationales occupent une bonne part de ce récit, la politique intérieure n'est pas en reste avec notamment la mise en place de la couverture médicale promise lors de sa campagne, la gestion d'une marée noire majeure dans le golfe du Mexique. Cheminer au coeur des institutions américaines est une chose passionnante, autant parce qu'elles sont complexes, que parce qu'au fond tout n'est que pragmatisme, négociations et compromis, surtout après deux ans de pouvoir, et l'inévitable revirement politique des élections de mi-mandat.
Comme commandant en chef, on découvre un Président pas toujours en accord avec ses généraux, un homme soucieux de ses soldats, un homme qui prend le temps de la réflexion, de la concertation avant d'engager des troupes supplémentaires et de décider d'une opération périlleuse. le terme de ce récit est d'ailleurs l'épisode de la capture de Ben Laden
Si Obama se raconte en tant que POTUS, il y a aussi Barak, l'époux et le père. Il y a un côté intime (non négligeable) à ce récit nous montrant un homme comme les autres, inquiet du bien-être de sa femme, préoccupé de la préservation de l'enfance de ses deux petites filles ; un homme respectueux des institutions qu'il tente de servir de son mieux avec ses doutes et ses convictions, conscient de ses limites.
Ce livre aura nécessité pas moins de trois traducteurs qu'il faut saluer pour le rendu final : sérieux, documenté, précis, technique, et accessible à la fois.
Si quelque fois, il aurait gagné à plus de concision (notamment quand il est question des affaires intérieures), ce livre n'en reste pas moins passionnant pour autant. Il reflète le charisme et la classe qui se dégage de cet homme qui a su, en toute circonstance durant ses 8 années de présidence, donner une image respectable de son pays (n° 45 ne pourra pas en dire autant…)

Lien : https://leblogdemimipinson.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
regina55
  23 novembre 2020
Ce livre se lit comme un roman, il est construit comme tel.
Il a du prendre des notes pendant ses mandats tellement de détails jonchent les pages.
Je voulais en savoir plus sur les coulisses du pouvoir, il dit ce qu'il a envie de dire bien sur....
C'est très bien écrit, à son image. A découvrir avec un retour dans le passé avec tous les événements qui s'y prêtent......
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (3)
Lexpress   01 décembre 2020
Avec "Une terre promise", le premier tome de ses Mémoires d'ex-président états-unien, Barack Obama débarque en vainqueur dans le palmarès des essais.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Culturebox   18 novembre 2020
890 pages pour retracer près de 30 ans de carrière politique, des premières aspirations à la Maison-Blanche. Mardi 17 novembre, Une Terre promise, le premier tome des mémoires de Barack Obama, 44e président des États-Unis, sort partout dans le monde.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeJournaldeQuebec   17 novembre 2020
Premier tome des mémoires de Barack Obama, Une terre promise. (...) Une passation des pouvoirs courtoise et élégante... qui contraste de manière saisissante avec le climat politique actuel, où Donald Trump refuse toujours d’admettre sa défaite contre Joe Biden près de deux semaines après l’élection américaine.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
CelineCebulskiCelineCebulski   30 novembre 2020
En scrutant les gens sur les bancs de l'église - amis, membres de la famille, collègues, dont certains croisaient mon regard ou me faisaient un petit signe enjoué de la main -, je me suis rendu compte que cela faisait désormais partie de ma mission : conserver en apparence un semblant de normalité, maintenir pour tous la fiction selon laquelle nous vivions dans un monde sûr et ordonné, alors même que je plongeais mon regard dans l'abîme du hasard et me préparais de mon mieux à l'éventualité qu'à tout instant, n'importe quel jour, le chaos pouvait éclater.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
PGillyPGilly   01 décembre 2020
J'aime encore écrire à la main, je trouve que l'ordinateur confère même à mes premiers brouillons un lustre trop brillant et pare les idées inabouties d'une netteté factice
Commenter  J’apprécie          40
CelineCebulskiCelineCebulski   23 novembre 2020
Vous vous dites peut-être que vous n'êtes pas prêt, que vous ferez ça plus tard, à un moment plus opportun. Mais ce n'est pas vous qui choisissez le moment. C'est lui qui vous choisit. Soit vous saisissez la chance qui s'offre à vous aujourd'hui, et qui pourrait bien être la seule qui se présentera jamais, soit vous décidez que vous êtes disposé à continuer votre route en sachant que vous avez laissé passer cette chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nadiouchkanadiouchka   22 novembre 2020
Avec le recul, je me demande parfois, éternelle question, dans quelle mesure la personnalité des différents chefs d’État infléchit l’histoire avec un grand H – si ceux d’entre nous qui accèdent au pouvoir sont de simples vecteurs des courants de l’époque, ou si nous sommes au moins partiellement auteurs des événements à venir.
Commenter  J’apprécie          170
LesaloesLesaloes   21 novembre 2020
« Chaque génération est limitée par ce qu’elle sait. Ceux d’entre nous qui ont participé au mouvement, les géants comme Martin, les lieutenants et les fantassins comme moi... nous sommes la génération Moïse. […] Nous sommes sortis d’Égypte, pour ainsi dire. Mais nous n’avons pas pu poursuivre notre voyage au-delà.
« Vous, Barack, vous faites partie de la génération Josué. Vous et vos semblables êtes responsables de la prochaine étape. Les gens comme moi peuvent vous offrir la sagesse de leur expérience. Peut-être saurez-vous tirer des leçons de nos erreurs. Mais, au bout du compte, c’est à vous, avec l’aide de Dieu, que revient la tâche de bâtir à votre tour sur nos propres fondations, et de mener notre peuple et ce pays hors du désert. » (le Révérend Otis Moss, promoteur du mouvement des Droits civiques aux côtés de Martin Luther King, encourageant Barack OBAMA)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Barack Obama (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barack Obama
Barack Obama - Une terre promise "Comment avez-vous travaillé à l’écriture de ce livre ?"
autres livres classés : présidentsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1031 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre