AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Tachan


Tachan
25 septembre 2022

Après toutes ces années, voici enfin l'ultime volume des aventures de l'Office S. Je remercie Panini pour avoir repris et terminé cette série alors que je doute que beaucoup de lecteurs aient encore été au rendez-vous des années après. C'était une entreprise louable.

Cependant Honey Bitter a vieilli et la narration de Miho Obana n'est peut-être plus exactement d'actualité. Alors entre ça, l'arrêt qui empêche de trouver les premiers tomes et le fait que les derniers soient dispo sans jaquette, en gros volumes doubles, avec juste une couverture cartonnée, ça fait pas mal d'obstacle.

Pourtant, les aventures de Shuri n'ont rien de désagréables à lire. Elles sont même plutôt intéressantes dans leur genre. Ici, on assiste tout au long de la première partie, qui correspond au volume 13 japonais, à un sauvetage pendant une prise en otage. Puis dans la seconde partie, on décortique les conséquences de telles actions traumatisantes sur le cerveau et l'âme des participants. Malgré une narration un peu fade et maladroite avec quelques non-sens, ce fut prenant à lire.

J'ai apprécié de suivre les actions de Shuri lors de la prise en otage. C'était intéressant de la voir utiliser ses pouvoirs et son intelligence pour diviser le groupe des criminels et ainsi peu à peu libérer de petits groupes d'otage. J'ai aimé que l'autrice nous montre également qu'elle ne fait pas ça de gaité de coeur et que ça lui coûte d'éliminer des hommes. Elle ne banalise pas la violence au contraire.

La seconde partie consacrée aux traumas de Shuri est donc bien trouvée. Avec quelqu'un qui peut lire ainsi dans les esprits, c'est normal que les conséquences de tels actes soient importants. L'autrice en a peut-être un peu trop fait et a été maladroite une fois de plus dans la mise en scène car le long coma de Shuri puis son réveil partiel étaient assez bizarrement menés. J'ai aussi eu du mal avec le retour de sa mère, qui l'avait abandonnée, juste à ce moment-là et le discours de celle-ci quand Shuri, lui dit vouloir disparaître. C'était malaisant...

Cependant, j'ai apprécié de voir l'héroïne sortir grandie de ces épreuves, comprenant ce qui compte pour elle dans la vie : aider les gens, connaissant mieux les limites de ses pouvoirs et comment les employer. L'autrice ne cède pas à la facilité, elle ne nous offre pas un happy end total. Par exemple, la dimension sentimentale sort peu à peu du champ et j'apprécie qu'elle nous montre une femme qui réussit sans que pour autant elle soit amoureuse et/ou en couple. La preuve qu'on peut faire des shojo sans obligatoirement avoir une histoire d'amour au coeur de tout ;)

Avec son trait fin et un brin rétro, Miho Obana nous a conté tout au long de ces 9 tomes vf (14 au Japon) les aventures policières de notre agence de détectives. Avec ses hauts et ses bas, la série était cependant intéressante car offrant un shojo d'aventure dans un cadre criminel. le final est peut-être l'un des passages les plus intéressants et mieux construits de la série car on a enfin une longue mission avec de la tension et des conséquences porteuses. Je salue une nouvelle fois Panini d'avoir mené cette série à son terme et j'espère qu'on aura d'autres shojo en France qui sortent de ce cliché shojo = romance !

Commenter  J’apprécie          60



Ont apprécié cette critique (6)voir plus