AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782092512944
70 pages
Éditeur : Nathan (07/12/2006)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 21 notes)
Résumé :

Azur, blond aux yeux bleus, et Asmar, brun aux yeux noirs, grandissent ensemble. Enfants, ils se battent et s'aiment comme des frères. Adultes, ils se retrouvent rivaux, chacun ayant maintenant le même but : conquérir la Fée des Djinns...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lunillune
  22 février 2018
J'ai beaucoup apprécié cette histoire, qui m'a paru très originale ; notamment par ses magnifiques illustrations, ses écritures en arabe le parsemant de temps à autre.
Beaucoup de parties de cet ouvrage m'ont plu par le lien émotionnel qu'elles dégageaient, comme les retrouvailles d'Azur avec sa nourrice.
Les personnages m'ont beaucoup plu, dont les créatures, qui correspondaient bien à nos deux héros, et un énorme coup de coeur pour la princesse Chamsou-Sabah ♥♥ !!!
Je vous recommande cette lecture ♥♥♥♥♥ !!!
Commenter  J’apprécie          80
Eden_Zorjunn
  16 mai 2018
Je garde un très bon souvenir du film que je ne me lasse pas de revoir. Les courts métrages de Michel Ocelot sont bien aussi, mais je les ai découverts plus tardivement. Ils ne m'ont donc pas donnée les mêmes émotions.
L'album retranscrit bien l'ambiance du film avec ses grandes illustrations. Les pages sont dans le style des livres médiévaux. le font des pages est beige pour rappeler le parchemin. Des filets encadrent le texte et les illustrations. C'est un effort apprécié, mais qui ne cadre pas totalement avec les images numériques et le texte dactylographié en gros caractère. le texte est assez plat. Il manque beaucoup de chose pour retrouver la richesse du long métrage.
J'aime toujours autant la fin, parlant de métissage et d'amour. Un conte comme j'aimerais en lire plus, mais je vais retourner regarder une nouvelle fois le DVD.
Commenter  J’apprécie          30
SabiSab28
  28 juillet 2017
Une petite déception quant à cette lecture. Je m'attendais à retrouver à l'atmosphère poétique et l'humanité qui se dégage du film mais le livre est trop succinct je pense pour bien représenter le film.
Il est fidèle à l'histoire mais accentue moins les sentiments de Azur et Azmar, ni sur la fin sur les bons sentiments de chacun qui les empêche de les départager quant à leur bravoure et leur sagesse.
Commenter  J’apprécie          20
Moussaron32
  02 septembre 2013
Azur et Azmar sont des amis d'enfance mais la vie va les séparer et l'océan aussi. Plusieurs épreuves attendent Azur pour délivrer son ami prisonnier et comme dans les contes ils se marièrent et eurent bcp d'enfants
Commenter  J’apprécie          20
1234567890l
  02 avril 2015
Ce livre ma inspirer pour beaucoup de dessins.
J'ai adorer ce livre et j'ignore combien de fois je l'ai lue.
Si aujourd'hui je suis autant d'en la lecture.
Les images de ce livre sont magnifique.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Moussaron32Moussaron32   02 septembre 2013
"L’autre pays: Le temps a passé. Mais Azur n’a jamais oublié Asmar et sa nourrice ni l’histoire de la Fée des Djinns, dans le beau pays plein de roses, de jasmin et de soleil, de l’autre côté de la mer. Et à vingt ans, cette mer, il la traverse, à la rencontre de ses rêves.
Il aborde sur une côte aux rochers sombres. Quand il approche et souhaite le bonjour en arabe maladroit, les gens s’enfuient en criant. Il arrive auprès d’une pauvre famille. Azur cette fois se tait pour ne pas faire d ‘erreur. Un petit enfant le voit, lui sourit et vient vers lui. La mère de l’enfant se précipite et l’emporte en hurlant. On lance des pierres à Azur, et tous s’enfuient, sauf un vieillard infirme. Azur obtient de lui l’explication : les gens pensent que les yeux bleus portent malheur, qu’il est maudit.
Alors Azur décide de fermer à jamais les yeux : les gens ne sauront plus qu’il a les yeux bleus, et il ne verra plus un monde laid où tout est laid. Azur, pauvre aveugle, rencontre un autre vagabond, appelé Crapoux, qui vient du même pays que lui et qui lui propose un marché : Azur le portera sur ses épaules, car l’homme prétend qu’il a du mal à marcher, en échange, Crapoux le guidera et parlera pour lui, car il connaît bien la langue de ce pays. Ils mendient ensemble à la ville. Azur est heureux de cette compagnie. Au milieu d’arbres et de fleurs, qu’hélas il ne peut voir, il passe à côté d’une « chapelle de Clé Chaude », comme dans les histoires de sa nourrice. Et il trouve la clé magique que personne n’avait trouvée. Etant aveugle, il a tâté le mur avec sa main. Il a senti qu’un carreaux était chaud. Il l’a enlevé, et a trouvé dans une niche un petit soleil d’or tout chaud.
Ils arrivent à la ville, pleine de merveilles qu’Azur ne peut admirer. Crapoux dit pourtant du mal de tout ce qu’on voit. Il mendie. Azur bute contre les choses et les gens, se fait insulter, s’excuse, se salit, peine sous le poids de Crapoux . Soudain, il entend une voix qu’il connaît, celle de sa nourrice ! « Impossible, dit Crapoux, c’est la veuve Jénane, la plus riche marchande de la ville ! » Azur tambourine contre la grande porte bleue, crie : « Nourrice, nourrice, ouvre-moi, je suis Azur ! » Un attroupement se forme. Crapoux, effrayé par le scandale en pleine rue, s’enfuit. Et la porte s’ouvre.
La nourrice est bien là, méconnaissable, magnifiquement vêtue. Elle refuse de reconnaître en cet aveugle sale l’enfant blond qu’elle a aimé. Alors Azur rouvre ses yeux bleus pour elle, et lui chante la berceuse de son enfance. Bouleversée, elle le reconnaît enfin et l’accueille comme son fils. Et c’est le bonheur. Dans un jardin qui embaume, elle lui fait servir un repas savoureux, au son d’une délicieuse musique. Et pour que la fête soit complète, voici Asmar, devenu un superbe cavalier. Mais il rejette Azur, comme s’il était responsable de leurs souffrances de l’autre côté de la mer et s’en va. La nourrice Jénane est désolée. Azur et Asmar veulent tous deux partir délivrer la Fée des Djinns – Cela n’a pas changé. Et Jénane va les aider tous les deux également. Il faut d’abord réunir renseignements et objets magiques.
Ils vont trouver le Sage Yadoa, qui leur explique par où passer et quels écueils éviter. Grâce à Jénane, Azur rencontre la mystérieuse Princesse Chamsous-Sabah, enfermée dans son palais. C’est une fillette ! Elle admire les yeux d’Azur, et lui confie une fiole de Brouillard d’invisibilité, un bonbon Langues de Fauves et une Plume Irisée de Saïmourh.
Azur a accepté d’accompagner en secret la princesse pour découvrir la ville à minuit. Elle s’est déguisée en pauvresse, elle se glisse par une petite fenêtre au-dessus d’une fontaine. Et en compagnie du grand frère qu’elle s’est choisie, elle découvre des choses simples, comme aller où on veut, et les rues, la terre, un chat, un arbre, dans lequel ils grimpent. Ils admirent la belle cité, le palais, la mosquée, l’église et la synagogue. De leur perchoir ils aperçoivent aussi un méchant marchand est ses hommes, qui préparent un guet-apens, pour tuer Azur et Asmar et prendre leur place. Une exclamation de la princesse les fait découvrir, et ils doivent fuir à toutes jambes, poursuivis par les hommes de main. Heureusement Jénane veille, leur ouvre sa porte à temps et la verrouille vite. Ils sont sauvés."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Moussaron32Moussaron32   02 septembre 2013
" ENFANCE: Azur est blond aux yeux bleus, Asmar est brun aux yeux noirs. La Maman d’Asmar est aussi la nourrice d’Azur. Elle élève les deux garçons avec tendresse, elle leur apprend les deux langues qu’elle connaît, et des chansons, et des jeux, et des histoires, et les bonnes manières. Les bonnes manières, Azur et Asmar ne les pratiquent guère entre eux, ils sont toujours prêts à se battre comme des chiffonniers, ce qui ne les empêche pas de s’aimer comme des frères, et d’être heureux et libres dans cette belle campagne, pleine d’arbres et de fleurs. L’histoire qu’ils préfèrent est celle de la Fée des Djinns : « De l’autre côté de la mer, dans le pays de la Fée des Djinns, il fait toujours soleil, partout des roses et des jasmins embaument. Les maisons sont blanches et bleues comme dans un rêve. Mais la Fée des Djinns est retenue au loin dans une montagne noire. A l’intérieur il y a une salle des Lumières, décorée de pierres précieuses. Et dans une cage de cristal est emprisonnée la Fée des Djinns, plus belle que tous les diamants. Un jour, un prince d’amour viendra, il trouvera les trois clés magiques, il vaincra le Lion Ecarlate aux griffes bleues, il vaincra l’Oiseau Saïmourh aux ailes d’arc-en-ciel, il trouvera le passage secret dans la falaise noire..» Et la chanson qu’ils préfèrent, c’est la berceuse de La Fée des Djinns que leur chante la nourrice, et que deux petits êtres féeriques viennent leur murmurer pendant leur sommeil. L’un porte un turban, c’est un djinn, il chante an arabe, l’autre porte un chapeau, c’est un elfe, il chante en français.
« Petit enfant deviendra grand, il franchira les océans, il sauvera le Fée des Djinns, et tous les deux seront heureux »
Le père d’Azur, châtelain sévère, décide un jour que son fils est trop grand pour vivre avec la nourrice et son enfant. Désormais, il dormira dans une immense chambre - il s’y sent terriblement seul. Asmar aussi, dans sa petite chambre. Azur sera richement habillé. Asmar, non. Azur prendra des leçons. Asmar n’y a pas droit. Mais il regarde et écoute et en apprend autant qu’Azur, tout en se moquant de lui pendant les leçons de danse.
Dés qu’Azur le peut, il rejoint Asmar dans l’arbre où on est tellement mieux et où on peut discuter énergiquement, se faire dégringoler de branche en branche, jusqu’à tomber dans une meule et se pousser et se culbuter dans le foin.. Asmar se moque moins d ‘Azur pendant les leçons d’équitation, car il a peur pour lui quand il tombe de l’énorme cheval. De retour à l’écurie, ils recommencent leurs disputes. Asmar dit que son pays c’est mieux qu’ici, Azur lui rétorque qu’il ne sait pas : il n’y est jamais allé ; que de toute façon, son pays, c’est ici : il y est né. Et chacun veut être celui qui ira de l’autre côté de la mer, délivrer la Fée des Djinns.
Cette vie heureuse prend fin d’un seul coup. Azur et Asmar se battaient de bon cœur dans le fumier, près du cheval. Pour la dernière fois, le père d ‘Azur les sépare. Il envoie son fils étudier en ville. Une voiture l’emporte au loin, sans lui laisser le temps de se laver ni de se dire au revoir à sa nourrice et au compagnon de son enfance. Puis le châtelain chasse la nourrice et son enfant, sans pitié, les exposant à tous les dangers."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Moussaron32Moussaron32   02 septembre 2013
La Quête :Au petit jour, Azur et Asmar quittent ensemble la ville. La troupe du marchand les suit à distance. Alors, Azur et Asmar débouchent leur flacon de Brouillard d’Invisibilité. Une vapeur bleue les efface. Invisibles, ils font demi-tour, pendant que l’autre caravane continue dans la mauvaise direction. Au pied des montagnes, Azur et Asmar se séparent.
Des cris retentissent : Asmar est attaqué par des pillards. Crapoux se réjouit : ça fera un concurrent de moins… Ah non !! Azur fonce dans la bataille et fait fuir les assaillants. Mais il est bléssé. Asmar, qui n’avait jamais eu un geste pour lui depuis les retrouvailles, le soigne, sans dire un mot. Et chacun reprend son chemin. Quand le rugissement du Lion écarlate retentit, Crapoux s’enfuit. Azur fait face, et grâce au bonbon Langue des Fauves, il rugit et parle au lion, et obtient qu’il l’amène sur son dos jusqu’à la Falaise Noire. Azur y trouve une faille, débouche dans un immense espace, et découvre Asmar prisonnier de chasseurs d’esclaves.
Azur est vite cerné par les malfaiteurs qui veulent le tuer, à cause de ses yeux bleus. Jusqu’ici, Asmar n’a parlé à Azur qu’en arabe. Cette fois, dans la langue de son enfance, pour que les malfaiteurs ne comprennent pas, il révèle à Azur un passage secret. Azur s’échappe. Les Bandits, furieux, poignardent Asmar, et l’abandonnent. Azur revient silencieusement, charge Asmar mourant sur ses épaules. Les chasseurs d’esclaves, qui guettaient, reviennent en hurlant, mais Azur disparaît à temps dans le passage secret. Là, il panse tant bien que mal les blessures d’Asmar, le reprend sur ses épaules et progresse vers la Fée des Djinns. Grâce aux clés magiques trouvées par Azur et Asmar, ils franchissent trois portes. Azur hésite devant le dernier passage, les portes Pareilles. Il prend à gauche. Tout est perdu, il est parvenu à la grotte des ténèbres. Mais une voix pure retentit : « Tu as gagné .» Un chant magnifique s’élève, et des milliers de flambeaux s’allument, portés par des Djinns, et au milieu de la Salle des Lumières resplendit la Fée des Djinns, dans sa cage de cristal, qui se défait en une myriade d’étoiles.
Asmar est guéri par un djinn-médecin. Mais lui et Azur ont tous les deux été héroïques et ont tous deux rejoint la Fée des Djinns en même temps. Lequel a gagné ? La Fée ne sait les départager. Elle fait venir tour à tour Jénane, la Princesse Chamsous-Sabah, le sage Yadoa, et enfin Crapoux, mais aucun ne sait les départager. Alors la Fée des Djinns appelle sa cousine, la Fée des Elfes. Elle non plus ne sait départager les deux héros et propose de faire d’abord connaissance. Toute la compagnie se met à danser aimablement, tandis que les Djinns font tomber une pluie d’étoiles. Quand la danse se termine, le brun Asmar est avec la Fée des Elfes, le blond Azur est avec la brune Fée des Djinss, leur bonheur est complet, et Jénane, Chambous-Sabah, Yadoa et Crapoux se réjouissent avec eux."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
floraliesunfloraliesun   21 mai 2019
"De l’autre coté de la mer, dans le pays de la fée des djinns, il fait toujours soleil, partout des roses et du jasmin (...). Les maisons sont bleues comme dans un rêve. (…)
La fée des djinns est retenue au loin dans un montagne noire. À l’intérieur, il y a une salle de lumière décorée de pierres précieuses. Dans un cage de cristal est emprisonnée la fée des djinns, plus belle que tous les diamants. Un jour un prince d’amour viendra. Il trouvera les trois clés magiques. Il vaincra le lion écarlate aux griffes bleues. Il vaincra l’oiseau Saïmourh aux ailes d’arc-en-ciel. Il trouvera le passage secret dans la falaise noire."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michel Ocelot (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Ocelot
Tribunes de la Presse #8 : Michel Ocelot
autres livres classés : animationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1149 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre