AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2092565907
Éditeur : Nathan (06/07/2017)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Elyse, promise à une belle carrière de chanteuse, doit partir en tournée avec sa sœur jumelle. Mais elle devient muette suite à un accident en mer. Du jour au lendemain, Elyse perd ses repères, ses rêves, sa joie de vivre… Elle se réfugie alors chez sa tante, à Atargatis Cove, petite ville portuaire portant le nom d’une sirène légendaire. Là-bas, elle s’isole, passant ses journées à écrire des poèmes sur le flanc d’un bateau échoué. Heureusement, elle rencontre bien... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Lunartic
  12 juillet 2019
Tout d'abord, une fois n'est pas coutume : un grand merci aux éditions Nathan pour ce second envoi, après Marquer les ombres de Veronica Roth, qui avait été un gros coup de foudre. On quitte la science-fiction dystopique pour un Young adult qui sent bon l'été et le soleil. En voyant la couverture avec son ciel bleu sans nuages, ses planches de bois blanches et rouges, et la plage et son sable chaud qui n'attendaient que moi en arrière-plan (je décris la cover française, très jolie elle aussi), je sentais que j'allais m'embarquer dans une belle histoire calibrée pour la période estivale et que je pourrais lire en bronzant sur ma chaise longue. Néanmoins, Le silence des sirènes ou The summer of chasing mermaids, peu importe l'appellation que vous choisissez, va bien plus loin qu'une simple lecture détente. En parlant des titres VO et VF, je trouve que les deux ont été très bien choisis et sont même complémentaires si on y pense un instant : l'été que va vivre Elyse d'Abreau, notre héroïne, sera celui de tous les défis.
Une quête pour faire resurgir la sirène qui est en elle après la perte de sa voix littérale, même au sens métaphysique du terme, afin de percer ce silence trop lourd qui ronge Elyse et même les autres personnages à petit feu. Elle n'est pas la seule sirène de cette intrigue, en effet. Tous nos amis sont cette étincelle en eux, qui ne souhaite que briller. Mais personne ne veut vraiment les écouter ou faire pencher la balance. Du moins, personne qui aurait les moyens matériels de faire avancer les choses. Notre jeune Trinidadienne et sa famille, sa tante Gini (Lemon en V.O., ne me demandez pas pourquoi) et sa cousine Kirby, ainsi que le cercle d'amis qu'elle va réussir à intégrer, vont devoir élever leur voix frêle et s'opposer aux règles pré-établies, aux normes de la société, à l'appât du gain des hommes de pouvoir et d'argent, à la rivalité incroyablement stupide de deux amis d'enfance qui ont leur destin entre leurs mains et qui le piétinent sans ménagement, sans leur demander leur avis.
Une ville répondant au charmant nom d'Atargatis Cove, où je me suis rapidement sentie comme chez moi, va devoir être sauvée de l'urbanisation et de l'invasion de touristes pullulants et ne demandant qu'à dépenser leur argent. La préservation de son âme brute est en jeu et Elyse va ainsi s'improviser pirate d'eau douce. En me plongeant dans les pages de cette douceur de YA, je me suis mise à me rêver navigatrice lors de la frégate, sirène lors de la parade, me régalant du plat du chef de Noah à la Perle noire, m'acheter des objets en cristaux confectionnés par la tante attentionnée et esprit libre qu'est Ursula (Non mais lol, la réf' à la Petite sirène quoi !), et je me suis vue lire des histoires de folklore antillais à l'adorable petite sirène qu'est Sébastian, ce petit garçon si attendrissant qui n'aspire qu'à une chose : trouver LA sirène des sirènes. Et en devenir une lui aussi, avoir ce droit alors qu'il est de sexe masculin *soupir*. J'ai adoré le message de tolérance véhiculé par ce roman, que notre appartenance sexuelle à un genre ne devait pas nous limiter, nous mettre dans une case, nous faire pointer du doigt par des préjugés sexistes, abjectes.
Nous ne devons jamais cesser de nous battre pour la justice, la liberté, et pour tout ce qui est beau et a de la valeur dans ce monde à nos yeux. Ce roman est tel un cœur qui pulse dans notre main, un cœur ardent et plein de vie, à l'image du combat qu'Elyse mène contre les promoteurs, contre le maire Katzenberg (quel misérable, celui-là), et enfin contre elle-même, démunie sans ses cordes vocales, qui représentaient son âme. A ses côtés, elle aura Christian, le capitaine du Véga. Il est certes présenté comme un bad boy sur la quatrième de couverture, mais j'ai trouvé qu'il n'avait rien de tel en lui. Il a collectionné quelques conquêtes grâce à son charme ravageur (rien qu'en me l'imaginant, j'en succombais déjà, héhé), c'est sûr ; n'empêche qu'il est un garçon attachant, qui a un cœur gros comme ça, il est un ami formidable et un grand frère fou d'amour pour son frérot, bref il ne manque pas de qualités.
Simplement, les hautes attentes que son père a placé en lui et le peu d'affection que ce dernier démontre pour ses deux fils, ainsi que le cadre familial globalement peu sain, voir sombre, n'ont pu que le rendre cynique et pessimiste sur les bords. Il n'attendait que l'arrivée de notre jolie poétesse des îles, à la peau couleur chocolat (et du vrai de vrai venant des plantations de cacao celui-là), pour allumer la flamme de l'amour passionnel en lui, l'amour qui consume tout et vous fait voir la vie sous un angle nouveau, plus lumineux. Un amour magnifique, au-delà des mots, qui vous consume. La relation entre Noah et Kirby est beaucoup plus en arrière-plan, mais je la trouve tout aussi sincère, forte et attendrissante que celle de nos deux protagonistes. Il y a une véritable magie qui opère entre le meilleur ami de Christian et la cousine d'Elyse.
L'un est écrasé lui aussi par l'ambition de son père, lui qui n'aspire qu'à un bonheur simple et sublime, et l'autre est une jeune fille chaleureuse et dynamique, amie fidèle qui sera toujours celle avec la main tendue pour vous relever, l'oreille pour écouter, sœur dévouée. J'ai adoré comment sa relation avec notre héroïne a évolué, pour prendre de plus en plus d'ampleur et finir par nous submerger. Ça a été extraordinaire à vivre. Je ne peux pas conclure sans vous parler de Vanessa et de sa mère.Vanessa est une adolescente superbe, féministe dans l'âme et qui n'hésite pas à vous dire droit dans les yeux ce qu'elle pense. Elle est la force comique du roman grâce à ses reparties cash qui vous laissent sans voix ; cependant, ne la sous-estimez pas car elle est puissante cette fille. Elle se bat comme une lionne pour ses amis, tous liés comme les doigts de la main, et elle n'a pas honte de ce qu'elle pense, de ses idéaux, bien au contraire. Quant on voit la maman, on comprend d'où la fille a hérité de sa manie de garder la tête haute et de parler pour les opprimés, les incompris, qu'on a rendus muets car on leur reste sourds.
Contrairement à la plupart des adultes du roman, Mme Jones n'est pas tourmentée ou incapable d'exprimer convenablement ses sentiments à sa propre progéniture. Elle est une maman exemplaire, et Vanessa a de quoi être fière.
Ce souffle de vent marin m'aura vraiment fait du bien, et je remercie encore sincèrement les éditions Nathan pour cet envoi qui m'honore. Ce roman est un petit rayon de soleil à lui tout seul, car il m'a rappelé que nous avions tous voix au chapitre, qu'il ne faut jamais plier face à l'absurdité de la discrimination, et que l'amour nous donne la force de nous sauver nous-même. Je ne peux que vous recommander cette lecture, spécialement en ce moment, pour parfaire au mieux votre été. Alors, prêts à débarquer à Atargatis Cove ? COUP DE FOUDRE ϟ
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
manguy
  10 décembre 2017
Je n'ai pas vraiment aimé.
Elyse avait un chemin tout tracé dans le monde de la musique, en tant que chanteuse, au coté de sa soeur jumelle. Malheureusement, elle perd la voix et devient muette suite à un accident en pleine mer. Elyse, dévastée, trouve refuge chez sa tante, à Atargatis Cove, une petite ville au bord de la mer. Elle refuse de voir, d'entendre ou de répondre à sa soeur jumelle (qui est restée dans les Caraïbes) et reste seule à écrire des poèmes et des vers sur un bateau en très mauvais état. le bateau, "la reine de", appartient en vérité à Christian, un séduisant jeune-homme. Pour sauver la villa de Christian et la maison de sa tante, elle va l'aider à remettre le bateau en état pour gagner la régate des pirates. Retrouvera-t-elle sa joie de vivre ?
J'ai eu du mal à lire ce livre.
Tout d'abord je ne ressentais pas vraiment l'envie de tourner la page pour savoir la suite et, dans ce livre, il n'y a aucune action, sauf aux dix dernières pages ! Il passent 600 pages à réparer le bateau ''la reine de" !
De plus dans le résumé ont nous dit que Christian est un bad-boy, ce qui est totalement faux à mon goût, il est doux et gentil, ne hausse jamais la voix, rien !
Elyse est muette et cela aurait put faire une magnifique histoire mais, j'ai eu l'impression que l'auteure n'exploitait pas cette facette d'Elyse, ce qui est dommage.
L'écriture ne m'a pas vraiment marquée pour tout dire, c'était une écriture ni vraiment incroyable ni déplaisante.
J'ai adoré le personnage de la tante d'Elyse, un peu sorcière, un peu voyante. Toujours avec la joie de vivre et des potions naturelles étrange.
La couverture était très belle par contre et le titre très attirant.
Donc, j'ai trouver ce livre moyen, avec des points positifs mais surtout négatif pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Analire
  30 juillet 2017
Sarah Ockler est une auteure jeunesse que j'ai déjà croisé à plusieurs reprises. Sans être de la grande littérature, ses précédents romans m'avaient fait passer un bon moment de détente. Avec le silence des sirènes, l'auteure revient au devant de la scène en proposant une lecture estivale, propice à la saison.
Alors qu'Elyse, accompagnée de sa soeur jumelle, sont promises à un grand avenir dans le monde de la chanson, Elyse perd subitement l'usage de sa voix. Démunie, anéantie, elle décide de s'éloigner de son ancienne vie, et trouve refuge à Atargatis Cove, une ville en bord de mère, où habite sa tante. Là-bas, escortée de sa cousine, elle va faire de très belles rencontres : Vanessa, une jeune femme sympathique et délurée, Christian, un beau gosse ténébreux et mystérieux, ainsi que Sébastien, le petit frère du bad boy. Pour retrouver goût à la vie, Elyse va se lancer dans une aventure qui n'est pas de tout repos : restaurer le vieux voilier de Christian, pour ensuite prendre la mer avec lui et gagner ensemble la compétition des pirates.
L'histoire est agréable à lire, et devrait ravir les jeunes lecteurs. Néanmoins, pour des lecteurs plus aguerris, comme moi, certaines choses, dans le comportement des personnages, par exemple, ont gênés l'avancée de ma lecture. Car il est vrai que Sarah Ockler baigne dans le cliché. le bad boy et la petite fille timide et muette qui tombent mystérieusement et subitement amoureux, on le sentait tous venir à mille kilomètres. Ce n'est pas très novateur comme approche ; à force de voir le même schéma archétypale se présenter à chaque lecture jeunesse, on en arrive à saturation. Même les jeunes lecteurs doivent en avoir marre qu'on les infantilise encore plus qu'ils ne le sont déjà. Un peu plus de maturité dans les histoires jeunesses narrées, notamment dans les histoires d'amour, ça apporterait quelque chose de plus solide au récit.
En outre, je suis passé totalement à côté de ce que l'auteure voulait transmettre à travers son histoire de sirène. Je n'ai absolument pas compris le rôle des sirènes dans l'histoire, ni l'intérêt d'accorder cet aspect de l'histoire au reste. Certains chroniqueurs postulent à dire que le silence des sirènes est une réécriture de la Petite sirène. Certes, les connivences sont nombreuses, l'inspiration est clairement tirée du conte d'Andersen, mais la modernisation et l'ancrage réaliste de l'histoire ne m'ont pas convaincues ; bien trop brouillonne, et peu utile au déroulement du récit.
De plus, il y avait une sorte de fil conducteur tissé autour de la perte de parole d'Elyse, qui nous poussait à en savoir toujours davantage. L'auteure ne distille que très peu d'indices pour assouvir notre curiosité, d'où l'envie toujours plus grande de continuer notre lecture pour découvrir le fin mot de l'histoire. Mais là encore, l'histoire s'étire en longueur. Il ne se passe que très peu de choses, tant et si bien que je me suis ennuyée à de nombreuses reprises.
Un roman jeunesse estival et moderne, qui devrait ravir les fans de la Petite Sirène. Malheureusement pour moi, la magie n'a pas opérée. J'ai trouvé le récit trop plat et pas assez original.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sevader_Lecture
  28 janvier 2018
Bon mardi soir à tous !
Comme dernier article ce soir et promis ce matin, voici ma chronique du roman avec lequel j'ai commencé mon année ! Et pour un premier roman, je suis vraiment heureuse d'avoir choisi celui-ci parce que c'est un roman qui a frôlé le coup de coeur pour moi et quand je dis frôlé, c'est qu'il est passé à un cheveu du coup de coeur. Les romans qui contiennent des histoires de sirènes sont toujours pour moi des romans gagnants parce que je n'en ai jamais trouvé un que je n'aie pas aimé alors mes attentes envers celui-ci étaient déjà hautes lorsque je l'ai commencé. Et plus surprenant encore, il a dépassé mes attentes bien que les sirènes, dans ce roman, soit plus une métaphore que de réelles sirènes. Je suis tombée en amour avec l'histoire et les personnages. de plus, c'était la première fois que je lisais un roman de cette auteure même si j'en ai deux autres dans ma bibliothèque et c'est toujours un plaisir pour moi que de découvrir une nouvelle plume. Dès les premières pages du roman, je me suis laissée emporter vers cette petite ville de l'Oregon et je me suis retrouvée à la place d'Elyse, en train de vivre ses aventures. Sarah Ockler a su, dans ce roman, parlé de sujets qui ne sont pas toujours facile à toucher de manière brillante et surtout elle a construit une histoire avec des personnages tous plus complexes les uns que les autres sans qu'on ne ressente aucun manque chez l'un ou l'autre. En bref, ce fut un roman que j'ai apprécié de la première à la dernière page et la seule chose qui m'ait empêché de lui donner la mention coup de coeur fut la fin, mais je vais me garder de vous expliquer pourquoi pour ne pas vous gâcher la fin de votre lecture parce que ce qui chez moi m'a bloqué, vous vous aimerez peut-être ça !

Comme à mon habitude, voici un petit résumé du roman afin de vous faire comprendre mon point de vue. Nous retrouvons donc Elyse, une jeune femme que la vie n'a pas épargnée. Alors que tout son avenir était concentré sur un seul point, la musique, un accident en mer la prive de sa voix. Elle ne pourra plus parler et encore moins chanter. Ne pouvant plus rester chez elle, elle déménage en Oregon chez sa tante Gini pour essayer de trouver une certaine paix qu'elle n'arrivait plus à ressentir dans son île natale. Alors que les vacances d'été commencent à peine et avec elles, le retour des vacanciers, elle fait la rencontre de deux frères, Christian et Sebastian Kane. Alors que Christian l'intrigue en tout point et qu'elle veut voir ce qui se cache derrière son attitude de Don Juan, elle prend Sebastian sous son aile et elle trouve en lui le petit frère qu'elle n'a jamais eu. Tout s'annonçait donc pour être un été des plus tranquilles, mais rien ne se passe jamais comme ça doit être et cette fois-ci, ça arrive par un pari entre deux pères. Christian doit gagner la régate des pirates pour éviter la vente de leurs maisons... Apprenant qu'Elyse sait naviguer, il la prend comme second, mais les obstacles sur leur chemin ne seront pas facile à surmonter... Arriveront-ils à gagner la course ? C'est ce que vous découvrirez en lisant ce roman.
En ce qui a trait aux personnages, comme mentionné un peu plus haut dans ma chronique, Sarah Ockler a su en créer de très complexes. Tout d'abord, nous avons Elyse, jeune femme perdue alors que les rêves et les objectifs qu'elle avait pour son futur sont désormais désuets. Elle renferme beaucoup de colère et de jalousie en elle-même, mais surtout de la peur face à l'inconnu et tout au fil des pages, vous la verrez évoluer afin de retrouver sa voix intérieure qu'elle croyait perdue. Ensuite, nous avons Christian. Bien qu'au premier abord, ils nous donnent l'impression d'être un Don Juan qui passe de fille en fille, quand on passe sous cette carapace, on se rend rapidement compte qu'il n'est pas que ça et qu'intérieurement, il se cherche beaucoup. Il a toujours rempli les attentes de son père sans penser à lui et à ce qu'il voulait faire dans la vie et sa rencontre avec Elyse créera un feu d'artifice. Outre ses deux personnages, nous avons Sebastian, le petit frère de Christian, qui vient ajouter une petite touche de fraicheur au récit. Je l'ai adoré parce qu'il n'a pas peur de ses idées et qu'il fait tout pour arriver à son but malgré son jeune âge. Il est vraiment mignon. Bien entendu, ce roman comporte plusieurs autres personnages qui sont tout aussi attachants, mais que je vous laisserai découvrir par vous-mêmes.
En conclusion, le rêve des sirènes fut pour moi une lecture parfaite en ce début d'année qui m'a permis de m'évader loin de mon quotidien. J'ai adoré le récit de la première à la dernière page et je ne peux que vous en conseiller la lecture. Pour être totalement franche avec vous, j'aurais bien aimé avoir droit à un second tome, mais malheureusement pour moi, je crois que ce roman n'était qu'un « one-shot », c'est à dire une histoire à un seul tome. Alors n'hésitez plus et laissez-vous tenter !
Bonne lecture à tous !
Merci aux Éditions AdA pour cette magnifique lecture !
Lien : https://sevaderparlalecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Virginie94
  01 octobre 2017
Elyse a toujours vécu avec son père, sa grand-mère et ses soeurs sur une ile des caraibes. Elle était doté d'une voix magnifique tout comme sa jumelle et elles s'appretaient à faire une grande tournée. Mais suite à un accident, Elyse est muette et ses rêves d'avenir détruit. Elle s'éloigne pour l'été à Atargatis Cove, une station portuaire dans l'Oregon. Elle est accueillie par sa tante et sa cousine.
Mais le maire de la petite ville veut construire un nouveau projet. Et le propriétaire de sa tante parie sur une course avec le maire : l'enjeu en est justement la maison de la tante d'Elyse. Elyse décide d'aider le beau Christian a gagner cette course en bateau.
Je suis bien mitigée sur ce roman.
L'histoire de reconstruction d'Elyse est intéressante. On comprend petit à petit ce qui lui est arrivé. Il y a tout un jeu sur son histoire en lien avec la mer. On comprend bien sûr ses moments de déprime, son éloignement de sa famille...
Il y a aussi une belle galerie de personnage. Christian et son petit frère, mal-aimés par leur père et dotés d'une mère effacée, sont particulièrement sympathiques.
Cette histoire de course avec un pari est plutôt prenante. le maire de la ville et le père de Christian, amis d'enfance, parient ensemble sur l'issus d'une course qui opposera leurs deux fils également amis. Les deux fils auraient préférés faire la course ensemble plutôt que l'un contre l'autre. L'un risque de perdre son bateau, l'autre sa maison de vacances. Pour simplifier les choses, le premier Noah est également le petit ami de la cousine d'Elyse ou il perd son bateau ou sa petite amie doit déménager. Ca donne forcément un coté qui relèverait presque de la tragédie. J'y ai surtout vu un pari un peu improbable.
Mais j'ai vu aussi de nombreuses incohérences. Passons sur l'histoire d'amour entre les deux héros qui est inévitable, jolie d'ailleurs, mais qui arrive immédiatement, presque automatiquement avec un aspect un peu plaqué. Qui plus est, il semble avoir une petite amie donc Elyse essaie de ne pas tomber amoureuse et puis finalement non, la petite amie n'en était pas une. Pourquoi créer ce semblant de problème qui n'en est pas un ?
J'ai été trèèèèèès étonnée qu'à aucun moment Elyse et Christian qui vont faire une course avec un enjeu si important ne prennent la mer. Ils réparent le bateau, s'occupent du petit frère, font des balades, s'embrassent… Ils ont le temps mais se préparer à une course en navigant ne leur vient pas à l'idée. Elyse se demande si elle pourra reprendre la mer suite à son accident mais elle n'essaie pas… Personne dans leur entourage ne leur conseille d'ailleurs de le faire. Un petit repérage de la course ? Non !
Mais surtout, il y a des longueurs dans ce roman. A force de donner les informations petit à petit, ça traine. Et certaines informations font des rebondissements qui retombent. Elyse ne pourrait plus parler à cause de sa soeur ! Mais qu'est-ce sa jumelle a bien pu lui faire ? Plusieurs chapitres plus tard, on comprend qu'elle lui a sauvé la vie mais que ça a occasionné des dommages sur les cordes vocales. Plouf !
Le roman commence sur la mort annoncée de l'héroine. On attend une catastrophe, on se demande si elle va en réchapper. Tout le long du récit est développée une sorte de malédiction d'Elyse avec la mer qui devrait venir la reprendre. Et puis le moment arrive, voilà la vague ! Elle est passée. Plouf !
Je me suis posée la question tout au long du roman : faut-il voir dans cette histoire de jeune fille qui ne peut pas parler avec une sorte de malédiction de mer qui devrait l'emporter et ces références aux sirènes tout le temps, une référence au conte d'Andersen. J'y ai pensé mais je ne suis pas sûre. le moins que l'on puisse dire c'est que Elyse n'a pas de mal à obtenir l'amour de Christian mais elle est entourée de soeur. Il y a aussi l'aspect loin de sa famille composé de sa grand-mère, du père et de cinq soeurs. Ca ressemble effectivement mais pas vraiment. Un peu comme beaucoup de chose dans ce roman, ça monte et puis non finalement.
Et malgré toutes ces critiques, j'ai trouvé que c'était une lecture agréable. Pas passionnante, imparfaite mais agréable.
Lien : http://bloguiblogas.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   26 juillet 2017
J'étais désolée que les gens censés nous aimer le plus puissent nous faire autant de mal, alors que nous étions du même sang et partagions une même histoire. A croire que le fait de connaître notre passé leur donnait accès à ce qu'il y avait de plus fragile en nous. Un simple regard, un commentaire malheureux, un rappel anodin de toutes les occasions où nous les avions déçus suffisaient à rouvrir les plaies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
manguymanguy   09 novembre 2017
Cette cicatrice qui avait changé ma vie.
Cette cicatrice qui avait brisé mes rêves.
Cette cicatrice que ma sœur m'avait faite.
Commenter  J’apprécie          90
LunarticLunartic   12 juillet 2019
- Je suis vraiment désolée, a-t-elle recommencé. Le règlement n'autorise pas les garçons à s'inscrire à la parade. Je ne peux rien y...
Je l'ai fait taire d'un geste, j'ai retourné le formulaire et j'ai écrit au dos d'une main rageuse :
Règles
Si tout le monde suivait les règles
A la lettre, telles qu'elles ont été écrites
Vous ne pourriez même pas voter.
Autrefois, la règle disait qu'un homme
Pouvait battre son épouse, du moment
Que l'outil employé n'était pas plus gros que son pouce.
Si tout le monde suivait les règles
Ma famille ne posséderait pas de plantation de cacao
Et je ne vous regarderai pas dans les yeux,
De femme à femme.
Heureusement pour vous, quelqu'un à défié les règles.
Heureusement pour moi, quelqu'un les a dénoncées.
Heureusement pour mon ami, le petit blond
Qui veut être une sirène -
Ah, non, j'oubliais, pas d'heureusement - pour lui.
Personne ne veut bousculer les règles pour lui.
Personne ne veut se lever pour dire
Que des petits garçons dans une parade de sirènes
C'est parfaitement acceptable
Pour dire que ce qu'il est, LUI,
Est parfaitement acceptable
Et parfaitement parfait.
Le règlement, c'est le règlement, tant qu'il ne piétine pas
Les principes humains de bonté et de décence.
LAISSEZ. LE. DÉFILER.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnalireAnalire   27 juillet 2017
Mettre des mots sur des choses leur donne une forme de pouvoir ; les "peut-être" sortent du brouillard et s'incarnent de façon concrète dans l'encre noire.
Commenter  J’apprécie          60
ascienaasciena   25 août 2019
Ils avaient essayé de me préparer aux peurs irrationnelles, à la paranoïa, à la dépression, à la colère. Mais ils ne m’avaient pas parlé du sentiment de trahison qu’on éprouve quand ce qu’on aime depuis toujours se retourne contre nous et nous brise le cœur, tout en nous laissant en vie.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : reconstructionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1059 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..