AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Jeune fille à l'ouvrage (13)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Mimeko
  14 août 2016
Un recueil de dix nouvelles, où l'on retrouve les thèmes développés dans ses romans : le rapport aux anciens, le musée et l'accumulation d'objets (Le musée du silence), le concours de beauté des bébés (Manuscrit zéro, journal de l'année 2009), la maladie et d'autres thèmes plus dérangeants touchant au corps, le tout dans un style poétique et fantastique.
A lire en gardant à l'esprit le côté dérangeant que peuvent prendre certaines nouvelles.
Commenter  J’apprécie          211
traversay
  28 février 2016
Nouvelles, novellas, romans : les traductions des ouvrages de Yôko Ogawa nous arrivent dans le désordre mais cela n'a qu'une importance relative tant entre l'auteure et ses lecteurs s'est nouée une véritable familiarité. Par ses thèmes et surtout son ton, douceur, mélancolie et nostalgie, mais aussi une cruauté qui surgit parfois pour suggérer une atmosphère horrifique. Jeune fille à l'ouvrage, recueil de dix nouvelles paru il y a déjà vingt ans au Japon, ne dépare pas dans sa bibliographie. Ogawa est particulièrement douée pour créer une ambiance d'emblée, à partir d'une accumulation de détails, et pour cerner la psychologie de ses personnages. Avec, assez souvent, un léger décalage qui lui fait tutoyer le fantastique ou tout du moins l'étrange. Ange du bizarre, elle nous prend par la main pour des récits conçus comme des miniatures, instantanés de vie, de rencontres et d'événements. La seule frustration, car il y en a une, est la brièveté de ces nouvelles, une vingtaine de pages en moyenne, qui ne nous rassasie point, tellement chacune d'entre elles mériterait un développement supplémentaire. Tant pis, on s'en contentera en attendant un futur roman d'une belle consistance, celui-ci.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
betty
  19 février 2016
10 nouvelles composent ce recueil paru au Japon il y a 20 ans et seulement cette année chez Actes Sud.
Ce sont 10 portraits tantôt touchants, tantôt effrayants. Certaines nouvelles sont douces, poétiques, un peu tristes. Elles nous entraînent à la suite de personnages mélancoliques ou nostalgiques (Aria, Jeune fille à l'ouvrage). D'autres nouvelles vous cueillent à froid, Yoko Ogawa y fleurte littéralement avec l'horreur. Je tais les noms pour ne pas gâcher la surprise... Mais quelle réussite ! L'une d'elles est ma préférée, elle hantera longtemps ma mémoire... D'autres encore rappellent des thèmes déjà présents dans d'autres romans : Ce qui brûle au fond de la forêt m'a évoqué l'atmosphère de Cristallisation secrète, par l'étrangeté du lieu, hors du monde, par une disparition initiale qui en entraîne d'autres, par le sentiment de catastrophe imminente, d'oppression...
Commenter  J’apprécie          50
kevindio
  05 février 2016
Excellent recueil. On retrouve les thèmes de prédilection de l'auteure, maniés avec talent, pour un voyage dans dix nouvelles qui vous feront vibrer à coup sûr, de dix façons différentes.
Lien : https://comaujapon.wordpress..
Commenter  J’apprécie          40
Bill
  15 janvier 2018
Un recueil de nouvelles tout en douceur, en nuances, et si sensible ...

des personnages aux prises avec diverses fragilités, maladies, auprès de qui rôde une mort proche ...

Des nouvelles toutes en légèreté qui laissent cependant une impression profonde, un désespoir certain ...

Un auteur dont je vais rechercher d'autres ouvrages ... 
Lien : http://les.lectures.de.bill...
Commenter  J’apprécie          30
feanora
  16 juillet 2017
Mon grand-père ne parlait pas de son passé. Et je ne l'ai jamais entendu parler français. Il n'avait pas non plus d'amis français, aucun parent ne venait lui rendre visite. Il ne recevait jamais de courrier par avion de l'étranger. J'avais toujours cru qu'il était japonais comme moi.
Commenter  J’apprécie          20
AnyoneAndNobody
  18 novembre 2017
Première expérience avec cette autrice et ce fût intéressant, étrange également.
Ces nouvelles parfois dures, parfois noirs, parfois douces j'ai dû les consommer avec parcimonie pour éviter l'overdose parce que cette ambiance éthérée qui plane tout le long du recueil laisse entrevoir dés le départ que ce ne sera pas lecture facile à assimiler à grosses doses.
Il n'en reste pas moins que j'ai apprécié, surtout Transit qui est l'histoire la plus positive et tendre.
Je relirai Yôko Ogawa.
Commenter  J’apprécie          10
isanne
  12 avril 2017
Bien que j'aie déjà lu des romans de Yôko Ogawa, je n'avais jamais lu de nouvelles d'elle : la trouvaille de ce livre chez un bouquiniste en aura été l'occasion !

D'habitude, - je ne sais pas, pour vous, si c'est pareil - j'ai toujours un livres de nouvelles à portée de mains comme on croquerait un carré de chocolat en passant... pour une occasion de lecture que l'on attendait pas ou que l'on sait être de courte durée , mais là, je les ai toutes lues tellement je n'arrivais pas à me détacher de ces histoires toutes si différentes et si poétiques . Yôko Ogawa excelle dans ce genre d'écriture et le bonheur ressenti est pour moi, le même que pour un livre beaucoup plus long qu'elle aurait écrit.

Elle a l'art de suggérer des sensations visuelles très fortes et très marquantes....je ne regarderai plus les grues de la même façon désormais.

Bref, encore un petit bonheur que ce recueil !!
Commenter  J’apprécie          10
MAPATOU
  25 janvier 2017
En règle générale, j’aime les nouvelles. Mais dans le cas présent, je dois avouer que je n’ai pas accroché.

Sur les 10 nouvelles qui composent ce recueil, il n’y en a pas une que je mettrai en exergue. Ce n’est pas l’écriture qui m’a déplu mais les thèmes abordés. L’ambiance y est triste, lourde voire même pesante.

Je ne suis pas certaine de vouloir lire autre chose de cet auteur.

Commenter  J’apprécie          10
Damepluie
  24 septembre 2016
Il m'apparaît de plus en plus prégnant que je ne parviens à m'immerger dans mes lectures que dans la mesure où elles s'accordent à mon état d'esprit du moment, à mon ambiance intérieure. Or, je dois bien constater que j'ai été confrontée à pas mal "d'erreurs d'harmonisation", ces derniers temps.
Lorsque j'ai ouvert ce reuceil de nouvelles de Yoko Ogawa, j'aspirais à la fraîcheur lumineuse de "La ballade de Mina", à la délicatesse humaniste de "La mer". L'illustration de couverture, évoquant pour moi l'enfance et les arts forains, m'avait induite en erreur. de fait, on est ici confronté à des aspects plus sombres, plus menaçants, plus cruels, plus glauques de l'existence et de l'humanité. Je ne dirais pas qu'ils sont sans intérêt pour moi, j'ai pu les apprécier réellement dans d'autres récits de Yoko Ogawa. Mais ce n'était pas vraiment à cette lecture que j'aspirais à ce moment-là. J'ai clos le livre aux deux tiers du volume. Je vais pourtant le garder quelques mois dans ma bibliothèque. Qui sait? Peut-être un jour aurai-je à nouveau réellement envie de me confronter à cette face-là de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Yôko Ogawa

Dans quelle maison d'édition française sont édités les livres de Yôko Ogawa?

Les Editions de Minuit
Actes Sud
Le Seuil
Stock

10 questions
89 lecteurs ont répondu
Thème : Yôko OgawaCréer un quiz sur ce livre