AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369810432
Éditeur : Rue de Sèvres (21/01/2015)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 28 notes)
Résumé :
1886, un père et ses deux enfants font routes vers la Californie. Parti de la Nouvelle- Orléans, ils espèrent trouver fortune à l'Ouest. Leur route est stoppée par l'attaque d'un groupe de bandits. La jeune ne doit la vie qu'à l'intervention de Ed Fisher qui met les péons hors d'état de nuire. Ed et Mary trouvent refuge dans la ferme des bandits, et commencent une longue veillée. Ils attendent le reste de la troupe de vauriens, qui ne va pas tarder à venger ses mort... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  30 décembre 2015
1896, sud du Texas, non loin de la frontière mexicaine. Sous le soleil et la poussière, une carriole, avec à son bord Henri Ducharme, tout juste veuf, et ses deux enfants, Matthew et Mary, emprunte la route du sud qui les mènera vers la Californie, terre d'espoir et d'avenir. Quand ils aperçoivent une masure avec des chevaux devant, ils sont soulagés à l'idée de pouvoir se désaltérer et se reposer un peu. Mais, l'accueil est glacial et les indiens s'en prennent aussitôt à eux. Edmund Fisher, vieux cow-boy qui passait par là, leur vient en aide. Malheureusement, il est déjà trop tard pour Henri et Matthew. Mary, violée, d'abord sous le choc, finira par achever ces indiens. Il faut ensuite enterrer les corps et surtout se protéger du reste de la bande qui, certainement alertée par les coups de feu, ne va pas tarder à rappliquer. La mule blessée, le mieux est de s'abriter dans la masure et de les attendre. En même temps qu'Ed fabrique ses propres cartouches avec ce qu'il a trouvé, il raconte à Mary, prostrée dans un coin, son histoire...
Edmund Fisher est ce Buffalo Runner, c'est à dire un tueur de bisons. Une vie pleine et riche pour cet homme qui, enfant, fut kidnappé par des indiens, racheté par des comancheros puis adopté par des paysans et qui fut tour à tour soldat dans l'armée, tueur de bisons, paysan ou homme de confiance d'un riche propriétaire français. Dans cette masure, Mary à ses côtés, il va lui raconter tous ces événements qui l'ont marqués et faits de lui l'homme qu'il est aujourd'hui. de nombreux flashbacks ponctuent évidemment ce récit riche donnant ainsi de l'épaisseur au personnage et le rendant touchant dans sa quête. Tiburce Oger nous livre un western efficace et passionnant. Il finit de nous séduire avec un graphisme remarquable: un trait nerveux et élégant, des couleurs tantôt sombres tantôt étouffantes, de magnifiques paysages sauvages et un cadrage judicieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
Crossroads
  07 janvier 2016
♫ Buffalo runner, dreadlock rasta
There was a Buffalo runner in the heart of America ♪
Houlà, houlà, au temps pour moi. Bob, si tu me lis, rien de personnel.
Si, un lien évident entre cette chanson et cette BD, l'Amérique en pleine mutation.
Lorsque Bob dénonce l'horreur de la guerre en focalisant sur le soldat africain déraciné, Tiburce Oger, lui, s'appuie sur Edmund Fisher, témoin et acteur privilégié d'une nation en devenir.
Fisher, reclu dans une vieille bicoque, en compagnie de Mary qu'il vient de sauver d'une mort certaine, se confie en attendant poindre l'aube et les hordes de mercenaires qui ne manqueront pas de déferler dans l'unique but de se venger.
Longue sera la nuit, propice aux confessions d'un homme qui a vu naître un pays.
Un western atypique aux faux airs de Mon Nom Est Personne, Buffalo Runner est une réussite éblouissante n'hésitant pourtant pas à casser tous les codes du genre.
Oubliez duels matinaux, bars enfumés et autres récits vengeurs car ici on tape dans l'originalité assumée et on tape fort !
Fisher aura traversé l'histoire. L'aura écrite parfois.
Il aura vécu de grands bonheurs éphémères, connu de grosses désillusions mais toujours il se sera relevé, un peu plus cabossé qu'il ne l'était hier et empli d'un volontarisme forçant l'admiration.
Buffalo Runner est son histoire, indissociable de celle du pays violent qui l'a enfanté.
Tout y est juste parfait. Du scénario au cordeau au graphisme dynamique qui vous pète la rétine tellement qu'c'est beau.
Rien à jeter, tout à dévorer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
trust_me
  01 mars 2015
Sud du Texas, 1896. Après avoir mis en déroute les agresseurs d'une famille de pionniers en route pour la Californie, Edmund Fischer se cache avec la seule survivante de l'attaque dans une hacienda en ruines, persuadé que le reste de la bande va revenir se venger. Commence alors une longue nuit d'attente au cours de laquelle, pour éviter de sombrer dans le sommeil, le vieil homme va raconter sa vie à la voyageuse. Et quelle vie ! Orphelin élevé par les comanches puis par un trappeur, participant à la guerre de sécession aux cotés des armées sudistes, devenant ensuite chasseur de bisons, perdant femme et enfant après un raid indien contre sa ferme pendant son absence, il finira homme de mains d'un riche marquis venu de France avant de repartir sur les pistes poussiéreuses, revolver à la ceinture.
Au-delà du western, Tiburce Oger raconte la véritable histoire de l'Ouest américain, loin des clichés hollywoodiens. Il dépeint des pionniers miséreux partant vers un hypothétique eldorado que beaucoup n'atteindront jamais, il met en scène des indiens et des cow-boys sans le clivage entre les bons d'un coté et les méchants de l'autre. L'épisode sur l'extermination des bisons est on ne peut plus véridique, comme la lutte acharnée et sanglante entre propriétaires terriens.
Un album très documenté, donc, violent et sans concession, comme l'était le Far West à cette époque. Un album superbe aux nombreux plans larges magnifiant les paysages, au découpage nerveux et inspiré et surtout aux dessins sublimes d'un auteur dont on reconnaît le trait au premier coup d'oeil. Les couleurs sont parfaites et les quelques illustrations pleine page insérées au fil du récit sont à tomber par terre. Bref, tant sur le fond que sur la forme, si on aime le genre, une lecture incontournable !

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
badpx
  31 mars 2018
Je poursuis avec beaucoup de retard ma lecture de la sélection cézam 2016. J'y fais presque toujours de bonne découverte, et cette fois c'est encore le cas.
Au travers du récit de la vie de ce chasseur de bison, c'est toute l'histoire de la conquête de l'ouest américain au cours du XIXème siècle qui est raconté. C'est un point de vue, certes contestable, mais qui reste très intéressant en abordant différents sujets, outre le massacre des bisons et la rivalité entre hommes blancs et indiens. Il est aussi question de la difficulté de vivre pour les petits fermiers, de la guerre de sécession, de l'arrivée de nouveaux colons très riches, etc...
J'ai été très surprise par la fin..... Et je dois avouer ne pas comprendre les 2 ou 3 premières planches, que je ne parviens pas à recoller au reste du récit.
Quant au dessin, j'ai adoré. Et j'ai été gâtée par des dessins pleines pages que j'aurais pu passer des heures à détailler.
Commenter  J’apprécie          100
chocobogirl
  14 mai 2015
Dans une vieille carriole chemine Henry Ducharmes et ses deux enfants, Andrew et Mary. Nous sommes en 1896 et notre homme espère faire fortune en Californie, tenant ainsi la promesse faite à sa défunte femme d'offrir un meilleur avenir à leurs enfants. Hélas, le sort en décidera autrement et c'est un petit groupe d'indiens qui les accueille, bien loin des bonnes intentions de cette famille qui les dérange. Alors qu'il massacre le père et son fils, Mary subit les assauts des bandits. Elle ne devra la vie sauve qu'à l'intervention d'un vieux cowboy, Ed Fisher. Retranchés dans la cabane des indiens, ils attendent l'attaque qui ne manquera pas d'arriver du reste de la troupe. La nuit va être longue. Ed prépare des munitions et raconte son passé à une jeune fille mutique et traumatisée.
Ed Fisher est loin d'avoir eu une vie simple et tranquille. Enfant volé par les indiens qui ont tués sa famille, il est ensuite vendu à des comancheros, des blancs qui s'allient aux Indiens pour se livrer au commerce d'alcool et d'armes. Il fuguera de sa famille d'accueil suivante et apprendra le métier de vacher avant de devenir un vrai cowboy puis un soldat, en s'engageant dans la guerre de sécession. A son retour, il ne savait « plus rien faire d'autre que manier un fusil » et devient un de ces buffalo runner qui massacrent les bisons par centaines pour gagner des fortunes.
Une vie aventureuse qui se poursuivra encore avec son lot de drames, de vengeance et de mort. Une vie indubitablement liée au destin des indiens et des grandes plaines, et à cette fameuse conquête de l'Ouest dont Ed fisher est le symbole.
Grande fresque à la fois historique et humaine, Buffalo Runner nous conte à travers le destin finalement peu glorieux d'un cowboy cette époque charnière des États-Unis qui vit le pays évoluer en une nation dite moderne tandis que certains de ses habitants en payaient le prix fort. La conquête de l'Ouest est en plein boom, des migrants colonisent les territoires des indiens à la recherche d'une vie meilleure, les buffalo runner massacrent les bisons et affament, par là-même, les familles indiennes vouées à une disparition progressive. La cohabitation avec les indiens se fait sanglante et chaque camp possède son quota de violence : des chasseurs blancs sont mutilés et tués, des enfants indiens massacrés sans scrupule. Pendant ce temps, les commerçants font leur beurre et une concurrence féroce fait rage, entraînant là-aussi son lot de sang coulé. Les boeufs remplacent les bisons et une véritable industrie de la viande est en train de naître.
Tiburce Oger connaît son sujet sur le bout des doigts et nous offre plutôt un western crépusculaire qui, loin de magnifier le cowboy légendaire, nous propose de découvrir sa face sombre à travers le point de vue de l'un d'eux. Ed Fisher avec sa longue expérience semble bien blasé et sa narration empreinte de tristesse et de mélancolie dévoile un Ouest sauvage finissant. Croisant des personnalités comme Théodore Roosevelt ou le Marquis de Morès, il dresse avec beaucoup de détails et de réalisme l'histoire de ce pays. On assiste par exemple à la fabrication de munitions, d'une précision exemplaire.
Scénariste de L'auberge du bout du monde et de Canoë Bay, auteur de Gorn, le dessinateur nous offre ici encore une histoire de grande qualité ! Ses planches sont loin d'être figées et témoignent d'une belle énergie qu'on retrouve dans son trait vif. Les couleurs sont particulièrement réussies et s'épanouissent même à de rares moments dans des illustrations pleines pages qui laissent le lecteur prendre la mesure de la dramaturgie de l'histoire. Il offre aux paysages et aux décors beaucoup d'ampleur tout en s'attachant aux hommes qui ont fait et défait l'Ouest.
Vrai réussite du genre, Buffalo Runner reprend les grands éléments qui ont fait la réussite du western mais pour mieux les dépasser. La bouleversante pirouette finale ne laisse aucun doute sur le contre-pied anti-héroïque du personnage principal, à l'image d'une nation qui s'est construite dans la douleur et oublie aujourd'hui eux qui l'ont faite jadis.
Un vrai coup de coeur et une histoire complète !
Lien : http://grenieralivres.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (4)
BulledEncre   19 février 2015
La vie de Fisher a été parsemée d’embûches et de morts. Tiburce Oger nous fait revivre ainsi par flashbacks, différents moments clés de la vie du personnage principal. Il nous dépeint la rude vie de l’ouest américain à la fin du 19è siècle. Servi par un dessin fouillé et détaillé, on sent presque la poussière du désert monter au nez.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi   12 février 2015
Ce one-shot narré par son héros désabusé se révèle extrêmement classique, mais dans le bon sens du terme. Bien documenté et rythmé, il plonge le lecteur au coeur des prairies américaines où des chasseurs de bisons exterminèrent des millions de bêtes en quelques années, mettant ainsi fin au mode de vie des Indiens autochtones.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   03 février 2015
Le scénariste adopte un mode de narration plaisant et efficace. Les longs flash-back sur les tranches de vie du vieux Fisher entrecoupent la longue veillée d’armes des deux assiégés. La fin de l’album réserve une très jolie surprise, sauf, peut-être, pour quelques observateurs avisés et connaisseurs de l’œuvre du Sieur Oger.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   28 janvier 2015
Buffalo Runner se distingue très vite des classiques par son traitement singulier et original. On nous y offre une autre vision de l’Amérique, celle d’un loser pathétique, attachant et totalement crédible. Ce one shot bénéficie d’une réalisation particulièrement soignée dans un format tout aussi généreux (24/32) sur près de 80 pages Un très bel objet.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
marina53marina53   30 décembre 2015
La tristesse, je l'ai apprivoisée.
Commenter  J’apprécie          240
lunchlunch   25 janvier 2015
Ça n’a pas l’air trop grave, ma vieille. Arrête de faire ta douillette, la balle n’a touché que du gras. Fallait planquer tes fesses, tu voyais bien qu’il tirait mal…
Commenter  J’apprécie          30
lunchlunch   25 janvier 2015
Je ne supportais pas l’arrogance des militaires. Ils méprisaient les indiens. Moi, je les haïssais, mais je reconnaissais leur existence d’êtres humains.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Tiburce Oger (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tiburce Oger
Un entretien avec Guy Pierre Gautier, résistant, déporté, grand père de Tiburce Oger qui mit en scène son histoire dans le magnifique album : Ma guerre
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
150 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre
.. ..