AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246805058
Éditeur : Grasset (27/02/2013)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 23 notes)
Résumé :
L'enseignement de la morale à l'école a longtemps été justifié par la nécessité de former des bons citoyens-soldats, bouleversés à la vue du drapeau national, connaissant La Marseillaise par cour, et prêts à verser l''impôt du sang' pour défendre la patrie contre ses ennemis extérieurs. Aujourd' hui, il semble plutôt dirigé contre un ennemi intérieur, une classe dangereuse qui ne partagerait pas les 'valeurs de la République'.
Lorsque Vincent Peillon, minis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
GabrielleTyler
  17 mai 2018
Bonjour à tous !
Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler d'un ouvrage d'un auteur que j'aime beaucoup, et dont je n'ai pourtant chroniqué qu'un seul livre à ce jour : il s'agit de Ruwen Ogien, un philosophe contemporain décédé il y a à peine quelques mois (à mon grand désespoir, puisque j'espérais pouvoir assister un jour à l'une de ses conférences). Je ne vais pas m'attarder davantage sur qui est cet auteur et sur les thèses qu'il défend de manière générale : pour ceux qui nous suivent sur la chaîne Youtube, je compte faire bientôt une vidéo qui lui est toute consacrée !
J'ai donc lu hier La Guerre aux pauvres commence à l'école, un livre court à dimension argumentative. On y part d'un fait d'actualité : le projet de restaurer les cours de morale à l'école. La thèse d'Ogien à ce sujet est la suivante : ces cours de morale sont justifiés par les politiciens qui les proposent, par la décadence de l'école d'aujourd'hui où « tout fout le camps ». Il est donc sous-entendu que si l'école se porterait mal aujourd'hui, ce ne serait pas pour des raisons d'injustices sociales (inégalité des chances, manque de moyens matériels et de personnel, etc), mais pour des raisons d'immoralité (auxquelles il faudrait remédier par ces cours de morale). Ainsi, ces cours de morale seraient un moyen pour l'Education nationale de se décharger de la faute de l'échec scolaire et du chômage qui en résulte, en enseignant dès leur plus jeune âge aux classes défavorisées que si elles échouent, ce sera de leur faute (manque de travail et de bonne volonté, incapacité à profiter de la chance qui leur est offerte).
Tout le livre se propose donc d'argumenter pour défendre cette thèse :
1. le retour des cours de morale est un pas de plus dans la guerre aux pauvres que mène l'Education nationale
2. Même si leurs propos étaient justifiés (si l'échec scolaire était réellement dû à l'immoralité des élèves, et non à l'injustice sociale), les cours de morale laïque ne seraient en rien une solution.
J'ai trouvé ce livre très intéressant : je préfère les essais qui se concentrent sur un point précis, où on prend le temps de bien comprendre tous les tenants et aboutissants de la question, plutôt que les essais très larges qui nous laissent sur notre faim en matière d'approfondissements. Ici en particulier, la question du retour des cours de morale à l'école, est un sujet que je trouve original et sur lequel il faudrait, à mon avis, se pencher davantage.
J'ai surtout apprécié l'argumentation très claire et très détaillée ! C'est pour cette raison que j'apprécie particulièrement Ruwen Ogien : l'argumentation est logique, carrée, tout s'enchaîne de manière claire sans qu'aucun point ne soit laissé flou. D'ailleurs, Ruwen Ogien cite absolument TOUTES ses sources : il n'y a pas une seule page dépourvue d'une petite note indiquant un livre/article de presse auquel se reporter. Il s'agit donc d'un ouvrage très documenté, où chaque donnée est vérifiable.
Cela pourra peut-être paraître peu distrayant pour certains : c'est sûr qu'il n'y a pas la place ici aux épanchements lyriques et aux petites anecdotes rigolotes pour regagner l'attention du lecteur… Il faut se lancer dans cet ouvrage avec en tête l'idée que l'on va apprendre quelque chose, qu'il va falloir être concentré et réfléchir. D'ailleurs, ce n'est pas le genre de livre, à mon avis, que l'on peut lire d'une traite en pensant à autre chose, juste « comme ça », surtout si on n'a pas l'habitude de lire de la philosophie : Ruwen Ogien aborde parfois des notions compliquées qu'il faut prendre le temps de digérer (et se demander si on les a bien comprises avant de continuer la lecture) ; il rentre parfois dans une argumentation complexe où il faut rester concentré pour bien comprendre où on en est.
Ruwen Ogien a un style clair et son argumentation est tout sauf allusive : pour moi, ce livre peut donc être lu par vraiment tout le monde ! Cependant, les lecteurs qui se lancent dans cet ouvrage doivent garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas d'un livre de divertissement à lire pour se détendre, qu'il va falloir faire fonctionner un peu les méninges !
Quant aux conclusions que tire ce livre, j'ai personnellement été tout à fait d'accord avec elles ! Cependant, ce livre est tout sauf neutre et il ne s'en cache pas : il a pour but de se positionner politiquement contre les défenseurs du retour des cours de morale. Or j'étais, avant même de commencer cet ouvrage, également contre le retour des cours de morale à l'école. Beaucoup en concluront donc que je ne pouvais QUE être d'accord avec les conclusions de Ruwen Ogien, qui prêchait une convaincue…
Je serai donc curieuse d'avoir l'avis d'une personne étant pour le retour des cours de morale à l'école, et qui aurait lu ce livre avec un minimum de bonne foi !
Bref, un ouvrage que je conseille à tous, non seulement pour son sujet original et sur lequel il peut être intéressant de se pencher, mais aussi pour le « plaisir intellectuel » d'avoir affaire à une argumentation aussi claire et sans accrocs ! Mais faites tout de même bien attention à aborder cet ouvrage en étant concentrés et actifs dans votre lecture !
Lien : http://leboudoirbibliotheque..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Leraut
  27 mai 2014
Sur la Morale Laïque. La Guerre aux Pauvres commence à l'école.
Ruwen Ogien . Edition : le Livre de Poche
Ruwen Ogien a obtenu en 2012 le prix : « Procope des Lumières » pour « L'Influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine. »Directeur de recherches au CNRS, il a plusieurs cordes à son arc. Plusieurs fois Docteur, il s'intéresse aux Sciences sociales, à la philosophie morale et aux questions sur la bioéthique. Ce livre est un essai, qui détricote « La Morale Laïque » afin de recommencer dès le début ce que La Morale Laïque peut engendrer de non –sens. Il adresse au lecteur les tracés fondamentaux d'une juste morale laïque.
Ce livre est un levier contre les discriminations déguisées. Il distingue les normes de l'ordre de l'Ethique et de la Morale. Il respecte les valeurs fondamentales de l'élève. Il refuse toute étiquette socialement appauvrissante. Cet essai est remarquable de justesse, de fine analyse. L'élève grandissant dans ses lignes à la plus belle et noble place dans la société. Ce livre abouti, réfléchi, aux concepts de base philosophiques, moralistes, et sociologiques est outil. Il apporte un regard neuf sur la Vérité de ce qu'est un élève. Les notes en bas des pages amplifient la lecture. Ruwen Ogien a fait des recherches approfondies et remarquables pour écrire cet essai. C'est un livre référentiel et je le conseille aux parents, élèves, et comités d'Ethique et de Citoyenneté, aux cercles humanistes, et aux rectorats.
Page 56 : « Finalement lorsqu'on s'interroge sur la possibilité même d'enseigner la morale à l'école, on ne peut éviter de se poser des questions plus générales sur le contexte dans lequel les professeurs sont censés inculquer les valeurs suprêmes de la République : Liberté, Egalité, Fraternité.
« Comment un enseignement de la Fraternité peut-il être dispensé dans le contexte d'un système qui cultive la concurrence acharnée entre les élèves et les établissements scolaires ?
« C'est une contradiction qui n'échappe pas à tout le monde ».
Page 40 : « Pourquoi qualifie-t-on « d'incivilités » les tags et les graffitis et non l'envahissement des espaces publics par des panneaux publicitaires ? »
Ce livre extrêmement pédagogique et non démagogique est un moyen de lever des doutes et des certitudes sur la « Juste Morale Laïque ». Ce livre pertinent est un éclairage fabuleux sur les notions de Morale et d'Ethique. Il fait la part belle à l'élève en devenir d'une citoyenneté prônant les valeurs d'une république irréprochable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
M_a_r_c
  03 novembre 2017
Avec ce titre, je pensais naïvement que Ruwen Ogien allait nous démontrer qu'il était possible de fournir dès leur plus jeune âge aux enfants les outils permettant, pour les plus chanceux, d'éviter de sombrer dans la pauvreté et pour les autres, moins bien nés, d'avoir une chance de s'en sortir. Tout comme je pensais qu'il allait expliquer quelles valeurs inculquer à ces mêmes enfants et comment les leur inculquer pour leur rendre la pauvreté « intolérable » et lui faire la « guerre ». Bref, je m'attendais à un essai sur la manière d'apprendre à combattre la pauvreté dès l'école.
L'objectif de Ruwen Ogien dans son livre est tout autre. La thématique n'en est pas, comme je le pensais, la guerre contre la pauvreté, mais la guerre contre les pauvres. Une guerre larvée dont l'un des vecteurs serait, selon l'auteur, le désir que semblent avoir tous les ministres français de l'éducation nationale de réintroduire à l'école des cours de morale « laïque ».
(Notons au passage que le débat semble faire beaucoup plus rage chez nos voisins français que chez nous…)
Cette morale « laïque », qui serait enseignée à chacun dès son plus jeune âge, devrait lui permettre de distinguer le bien du mal, le juste de l'injuste, lui inculquer les valeurs de la République, le goût de l'effort, le respect de l'autorité mais surtout, elle devrait permettre, déclare l'auteur, de le rendre responsable de ses éventuels échecs, qu'ils soient scolaires, professionnels, socio-économiques ou autres. En d'autres termes, selon lui, réinstaurer l'enseignement de la morale à l'école, en l'affublant du qualificatif de « laïque », reviendrait à se doter d'un argument selon lequel si les pauvres sont pauvres, c'est de leur faute. C'est-à-dire parce qu'ils n'ont pas tenu compte de cet enseignement, parce qu'ils ont perdu le goût de l'effort, parce qu'ils n'ont pas respecté l'autorité, parce qu'ils n'ont pas cherché assez assidûment à terminer leurs études, à trouver un travail, etc.
Les positions de Ruwen Ogien sont évidemment nuancées et argumentées. Il ne prétend pas, dans son essai, qu'il y a d'un côté les gentils pauvres qui n'en peuvent rien et de l'autre les méchants riches dont le seul souci est de maintenir les premiers dans un état proche de l'asservissement féodal. Certains de ses arguments interpellent et la réflexion qu'il suscite, loin d'être dépourvue d'intérêt, pourrait transcender le cadre strictement scolaire et surtout celui de la querelle politique.
J'ai en effet été très dépité, croyant initialement lire un essai sur la guerre contre la pauvreté, de me retrouver face à un argumentaire essentiellement conçu pour mettre à mal, en 2013, les velléités de François Peillon, alors ministre de l'éducation nationale en France, de réintroduire à l'école primaire des cours de morale « laïque ».
Les débats politiques ne sont pas sans intérêts. Personnellement, ils m'intéressent peu. Parce que trop ponctuels, trop périssables et trop biaisés, il est rarement possible d'en tirer quelque chose d'utile et de durable.

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coconut
  16 octobre 2017
Si ce livre pose des questions intéressantes sur ce qu'est la morale, sur ce que serait une morale laïque à transmettre aux élèves et sur les "valeurs" d'une société ainsi que sur leur universalité, je n'ai pourtant pas été convaincue du tout par le diagnostic posé sur l'école telle qu'elle produirait des exclus. Étant moi-même enseignante, j'ai une connaissance du"terrain" que Ruwen Ogien ne semble pas avoir du tout. Par conséquent, les critiques qu'il assène ainsi que les remèdes auxquels il fait allusion ne sont pas convaincants à mes yeux. de nombreuses informations sont issues de données théoriques et de rapports divers ainsi que de préjugés très "bourdeusiens". Si l'auteur n'était pas mort, je lui conseillerais d'aller travailler une année dans un collège.
Commenter  J’apprécie          20
Notenbadepage
  14 novembre 2015
Le titre de ce livre ne correspond qu'au dernier chapitre de l'ouvrage. C'est une réflexion sur la morale laïque telle qu'elle a été enseignée à l'école de Jules Ferry et dont Vincent Peillon a proposé le retour.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Ruwen Ogien (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ruwen Ogien
Que faire contre la maladie ?
autres livres classés : écoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
293 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre