AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070451917
Éditeur : Gallimard (28/03/2013)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Comment conjuguer la justice sociale et les libertés individuelles ? La pensée conservatrice et sa vision moraliste des urgences politiques triomphent désormais sans complexe dans tous les camps politiques et dans l'action de l'État, quelle que soit la couleur des gouvernements. Le problème principal de nos sociétés ne serait pas d'améliorer la condition économique des plus défavorisés, de mieux protéger les droits et les libertés de chacun, de réduire les inégalité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Maquart
  30 mars 2018
Je suis trop triste : Ruwen est mort.
C'était vraiment un super chouette philosophe que tu devrais lire !
Dans ce livre ce philosophe analytique, parle de la liberté qui, pour lui, est préférable de définir de façon négative : la liberté c'est agir sans contrainte extérieure, alors qu'une définition positive peut inclure des valeurs paternalistes ou de perfectionnement qui peuvent-être délétères.
Il est libertaire pour les moeurs et égalitaire du point de vue économique et social.
Pour Ruwen, l'état doit faire preuve de permissivité morale, rejeter les inégalités économiques et sociales et faire preuve d'un usage parcimonieux de la force.
Il revient longuement sur la notion de domination avec différentes interprétations et comment justement la liberté positive peut se transformer en domination alors que pour Ruwen, et les partisans de la liberté négative, il est justement question d'une non-domination.
Dans la deuxième partie, il est question de justice sociale et comment celle-ci est abordée par différents courants de pensée.
Les libéraux pensent que ce sont les qualités de chacun qui doivent être glorifié et l'état n'est pas à remettre en cause pour ceux qui restent au bord de la route : c'est de leur faute…
Ruwen montre d'où proviennent nos intuitions de justice et comment la pensée conservatrice est en augmentation.
Quand il parle de moral, Ruwen fait référence à maître Kant pour qui la question du juste concerne notre rapport aux autres et celle du bien concerne notre rapport à nous même.
Dans le cadre de l'école on pourrait enseigner le juste, mais pas le bien, car ce serait une infraction à la neutralité éthique de l'état.
La morale est un vieux débat (avec une pause après 68) et qui date d'une circulaire de 1883 de Jules Ferry qui entendait substituer la religion par la raison et les valeurs communes.
Et c'est là que ça se gâte : la raison à qui ? A Kant, aux utilitaristes….
En 2011, l'enseignement de la morale a fait son retour.
Ruwen voit dans cet éternel retour de la morale une guerre aux pauvres, plutôt qu'améliorer économiquement leur situation, il est plus simple et moins coûteux de les stigmatiser.
Un débat contradictoire sur ce retour de la morale a eu lieu entre Ruwen et Finkielkraut.
Ruwen évoque ensuite le sort que nous réservons aux immigrés : des personnes qui sont mobiles et qui cherchent à s'en sortir, ils devraient donc logiquement plaire aux libéraux et pourtant…non.
Il se positionne également pour le lancer de nain (consentent), l'amour tarifé et la GPA (entre autre…).
L'écriture de celui qui fut régulièrement invité sur le plateau de Taddeï est accessible et espiègle (les exemples qu'il donne pour illustrer son propos sont souvent très drôles).
Ses propos peuvent parfois aller très loin mais ils sont argumentés et obligent donc à s'interroger sur ses propres convictions…
Des gars comme lui, y'en a pas beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Romain28
  09 août 2015
En ces temps de retour de la Morale à l'Ecole, de promotion d'une liberte d’expression à géométrie variable, de criminalisation de la prostitution, le concept de Liberté négative à minima proposé par Ruwen Ogien est un vrai bol d'oxygéne.
Postuler un espace de permissivité potentielle et l'absence d'obligations morales envers soi même en lieu et place d'une Liberté qui prescrit des comportements à l'aune de valeurs prétendument universelles, voila bien posée une pensée libertaire et égalitaire , des plus réjouissantes !
Commenter  J’apprécie          20
BoumPoteau
  13 avril 2016
La première partie, dans laquelle l'auteur parle des types de liberté (positive et négative), relève de la philosophie théorique et je l'ai lue en diagonale. J'ai préféré la deuxième partie, qui fait place à la philosophie appliquée. Ruwen Ogien y aborde divers sujets (moralité à l'école, inégalités économiques, problèmes de société, etc.) sous l'angle de l'individualiste, tendance anarchiste.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Bibliobs   17 avril 2013
Pour lui, chacun est libre d'organiser sa vie comme il l'entend. L'Etat ne doit pas chercher à nous rendre meilleurs. Se détruire, se droguer ou se tuer sont certes des comportements idiots, mais non amoraux. Bref, il n'existe qu'une seule règle morale incontestable: «Ne pas nuire à autrui.»
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Romain28Romain28   15 août 2015
En fait même si personne ne pense sérieusement que ces projets de "civiliser" les jeunes des classes populaires par l'enseignement hebdomadaire de la pensée morale sont réalistes , tout le monde a compris qu'ils ont au moins l'avantage de faire porter la responsabilité de la misère de l'institution scolaire sur les jeunes "barbares" . P 192
Commenter  J’apprécie          30
Romain28Romain28   10 août 2015
Ceux qui défendent les politiques de contrôle des frontières brutales reprochent aux immigrés de faire ce qu'ils reprochent aux autochtones les plus pauvres de ne pas faire: prendre leur vie en main,aller chercher le travail là ou il se trouve en dépit des immenses difficultés culturelles et économiques que cela représente (p 194)
Commenter  J’apprécie          30
issablagaissablaga   27 septembre 2013
les projets récents de faire "revenir la morale à l'école" montrent à quel point la pensée conservatrice est devenue hégémonique dans les esprits, même à gauche, en dépit du fait qu'elle stigmatise injustement les plus pauvres.
Commenter  J’apprécie          30
Romain28Romain28   10 août 2015
L'Appel aux valeurs morales pourrait bien être l'expression d'une remise en cause des principes de base des sociétés démocratiques,c'est à dire de la priorité qui est normalement accordée,dans ces sociétés,aux idées de droits , de consentement , de libertés indivividuelles. ( p 239)
Commenter  J’apprécie          10
Romain28Romain28   10 août 2015
En réalité , la notion de dignité humaine ne sert pas à justifier le consentement mais à lui imposer des limites. ( p 234)
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Ruwen Ogien (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ruwen Ogien
Que faire contre la maladie ?
autres livres classés : libertéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre