AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290170908
Éditeur : J'ai Lu (11/09/2019)
4.12/5   26 notes
Résumé :
À Stockholm, alors qu’Efraim Kiel vient recruter un nouveau responsable de la sécurité pour la synagogue de Salomon, l’alarme se déclenche : une institutrice a été abattue devant une école juive, peu de temps avant que deux enfants disparaissent sur le chemin de leur cours de tennis. Crimes antisémites ? Vengeance personnelle ? Y aurait-il même un lien entre les crimes ? Alex Recht et Fredrika Bergman sont chargés de l’affaire, mais une tempête de neige a fait dispa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 26 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Titania
  27 octobre 2019
Un bon polar, un peu poussif au démarrage, mais qui s'accélère et se tend jusqu'à la résolution finale.
C'est sombre et froid comme l'hiver en Suède, mais aussi comme en Israël, le moral en berne des gens d'un pays en guerre perpétuelle, comme la vengeance longtemps mijotée aussi.
Un sujet original qui mêle deux pays, leur police et leurs services secrets, un drame terrible, beaucoup trop de victimes innocentes, des personnages nombreux et intéressants, une enquête passionnante pleine de zones d'ombre, non dits et secrets menée par des flics et des espions .
Sur la couverture du livre, une erreur il me semble, il est écrit : une enquête de Fredrika Bergman. Or le personnage d'Alex est plus à la manoeuvre dans un environnement de vents contraires perturbé par Éden Lundell de la Sapö, et Efraim Kiel , maître espion du Mossad. On entre dans une série et les héros ont déjà une histoire, les rappels indispensables sont sans doute ce qui ralentit le rythme . le petit côté très suédois de cette société égalitaire dans laquelle les hommes sont très impliqués dans l'éducation des enfants émaille le récit de moments familiaux, souvent en conflit avec les horaires de la police.
Impossible de deviner le mobile des crimes , et le plus réussi dans l'histoire, c'est que le lecteur en sache plus qu'Alex et Fredrika à la toute fin. Donc un bon moment de lecture, pas mal pour les transport en commun, les salles d'attente des médecins tout le temps en retard, les dimanches pluvieux....comme vous voulez, toute occasion de se plonger dans le monde noir du crime avec délice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
SPOUNY
  24 septembre 2020
Un joli nom pour ce titre « Les étoiles de David », un livre de Kristina Ohlsson, écrivaine suédoise qui a travaillé en tant qu'analyste politique pour la Police nationale suédoise.
Ce livre est paru aux Éditions J'ai lu en 2019 et, oui, je suis plutôt en retard pour le chroniquer mais comme on dit : « mieux vaut tard que jamais... »
Ce livre est présenté comme une enquête de Frederika Bergman. Honneur aux femmes !
Comme j'aime les pays froids (je le répète encore une fois, au risque de vous lasser : c'est de famille), je me suis donc rendue en Suède mais aussi en Israël, Israël à cause du nom de David, avec ce « pavé » (un polar nordique) qui parle d'enlèvements d'enfants et de meurtres. le personnage mythique de David est présent au cours de tout l'ouvrage.
Il y est question d'un mystérieux Garçon de papier (un mythe) dont la simple évocation terrifie les enfants d'Israël ainsi que le peuple Juif vivant en Suède.
On voit Éden Lundell (qui appartient à la Sapö : le service de sécurité de l'État de la Suède) ; Efraim Kiel (espion à la solde du Mossad) ; Peder Rydh (licencié de la police et qui vient de trouver un poste de responsable à la sécurité à la synagogue de Salomon) ; et justement, une institutrice a été abattue devant une école juive, un peu avant la disparition de deux enfants qui revenaient de leur cours de tennis (Simon et Abraham, retrouvés assassinés).
Mais en voulant citer quelques personnages, finalement ils sont tellement nombreux que je me limite à ceux-ci.
La question qui se pose immédiatement est de savoir s'il s'agit de crimes antisémites. Mais rien n'est certain car on pourrait aussi supposer une vengeance personnelle ou s'il existe un lien ?
Les enquêteurs désignés sont Alex Recht et Frederika Bergman. Par contre, comme pour brouiller les pistes, les indices ont été effacés par une tempête de neige. Pendant ce temps, on voit Eden Lundell (qui dirige la section antiterroriste suédoise), enquêtant de son côté sur Efraim Kiel. Sans oublier ce fameux Garçon de papier qui apparaît toujours pendant les recherches ! C'est ainsi que les enquêteurs vont se retrouver en Israël afin de découvrir la vérité sur ce personnage : mythe ou réalité ?
Cet ouvrage, « Les étoiles de David » est le cinquième sur les enquêtes de la célèbre Frederika Bergman et les livres de Kristina Ohlsson restent pour moi des récits qui entraînent le lecteur jusqu'à la dernière page, suspendu à l'intrigue, à sa résolution, donc, pour résumer, un suspense garanti pendant les six cents pages (un peu plus), avec l'écriture toujours aussi bien maîtrisée.
Elle est très forte pour nous tenir en haleine : un livre que je recommande car il y a bien d'autres événements à lire….. Place au mystère de la découverte de ce polar nordique, à la construction un peu particulière et à lire bien au chaud (si vous craignez le froid!) et il y a ce voyage qui se fait pour se rendre en Israël, donc, changement de climat….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Sharon
  15 novembre 2019
Merci aux éditions J'ai lu et à Babelio pour ce partenariat.
Cet été, je me suis offert une cure de romans policiers suédois, en découvrant l'oeuvre de Liza Marklund, et Annika, son héroïne. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement entre ses deux autrices suédoises, parce qu'elles exploitent, comme Sjöwall et Wählöö l'avaient fait avant elles, sur la place de la femme dans la société suédoise et sur la parité. En effet, ce n'est pas un vain mot dans ce roman. Frederika, l'héroïne de Kristina Ohlsson, est mariée, elle a deux enfants avec l'homme avec lequel elle a eu une relation de longue date, avant qu'il ne quitte sa femme et ne l'épouse. Il n'a pas quitté sa femme parce que Frederika lui avait fait un enfant dans le dos, non, la naissance de leur premier enfant a été choisi, voulu. Ils l'élèvent donc ensemble, et il n'est pas question pour Frederika qu'il en soit autrement : ne comptez pas sur elle pour donner sa bénédiction à son mari pour qu'il parte quinze jours pour son métier. Attention ! Elle n'est pas contre ses déplacements professionnels, tout comme il n'est pas contre les siens : il faut simplement planifier leur organisation afin que l'un ou l'autre se retrouve seul avec leurs deux enfants pendant un long moment. Alex, le chef de la bridage, a refait sa vie après son veuvage, et auprès de Diana, qui veut que leur vie commune le soit vraiment, il comprend ce que sa femme a dû assumer pendant leurs années de mariage, la laissant seule alors qu'il se consacrait à leur métier. Même Peder a mis de l'eau dans son vin - avec lui, qui n'est plus dans la police, nous revenons de loin du point de vue de la misogynie.
C'est par son biais, presque, que nous entrons dans l'enquête. Peder travaille à divers postes de sécurité depuis qu'il a été licencié de la police. Il vient d'être embaucher comme nouveau responsable de la sécurité de la synagogue de Salomon. Une jeune institutrice a été tuée, deux enfants ont été enlevés puis ont été retrouvés assassinés. Ce n'est pas un crime antisémite, c'est du moins ce que les policiers veulent croire. le but est de ne pas provoquer d'accès de panique - comme si trois meurtres, à eux seuls, n'étaient pas inquiétants.
Autre fait : le rôle des services secrets, et je ne parle pas forcément des services secrets suédois. Nous croisons aussi le Mossad, et non, l'on ne se demande pas ce qu'ils viennent faire là : toutes les pistes mènent en Israël, toutes. Elles renvoient au passé des parents de deux des victimes, qui ont émigré en Suède peu avant la naissance de leur fils respectif. Alors, oui, ce n'est pas forcément facile d'interroger des parents qui viennent de perdre leur enfant dans des circonstances atroces. Il est tout aussi difficile de se dire qu'ils cachent peut-être des éléments utiles à l'enquête sans s'en apercevoir - ou en s'en apercevant trop bien. Mener une enquête, dans son pays, hors de son pays, n'est pas chose facile, mais aucun des enquêteurs ne recule devant les tâches qui leur incombent.
Ce n'est pas tant que l'enquête nous emmène de rebondissements en rebondissements, c'est que nous nous retrouvons face à des pistes que les enquêtes creusent sans relâche, face à des suspects qui ne cessent de nous surprendre, face à des révélations que certain(e)s auraient voulu garder pour toujours.
Ce n'est pas une lecture agréable, dans le sens où ce qui est raconté ne l'est pas. C'est une lecture qui nous montre une réalité qui n'est pas évidente à découvrir. Il est des personnes, fort heureusement, qui mènent leur vie intime, familiale, paisiblement. Il en est d'autres pour qui la vie de leur pays passe avant - et tant pis pour les dégâts. Les étoiles de David est une oeuvre forte, bien maîtrisée - que les six cents pages de ce pavé ne vous effraie pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SaveurLitteraire
  16 septembre 2019
Tout d'abord un grand merci aux éditions J'ai Lu et à BePolar pour leur confiance et l'envoi de ce service-presse. Prêt(e) à plonger dans Les étoiles de David, cette brique de presque 700 pages ?
J'ai déjà visité l'Islande et la Norvège grâce à de belles plumes du froid, et aujourd'hui c'est au tour de la Suède et d'Israël d'intégrer ma carte ! La tragique histoire d'enlèvements d'enfants et de meurtres prend ses racines auprès d'un personnage mythique qui, tout au long du roman, va s'agiter comme une poupée de chiffon démoniaque. Laissez-moi vous introduire au mystérieux et carnassier Garçon de papier, un mythe qui terrorise les enfants d'Israël et s'abat même jusqu'au sein d'une communauté juive en Suède.
C'est donc ainsi que l'on commence le roman, par le fameux mythe ! Intrigant à souhait, tout d'abord comme une histoire racontée par-ci par-là, puis comme un monstre qui attend son heure en observant chaque fait et geste. Cette impression-là est renforcée par une écriture particulièrement efficace : on alterne entre les points de vue de différents personnages ; trop nombreux pour que je puisse ici les citer, mais aussi entre les temps narratifs, pour un rythme prenant qui dure tout au long de ces presque 700 pages. Et oui, c'est une brique qu'on tient entre nos mains, elle peut donner l'impression de rebuter au départ, mais l'intrigue démarre tout de suite, le suspense suit derrière et les pistes s'accumulent très vite.
Les étoiles de David a ce point particulier de concentrer pas mal de personnages dans ses chapitres, et là où ça pourrait devenir handicapant, l'auteure parvient à différencier ses bébés d'encre ; en effet, chacun(e) sait être assez reconnaissable malgré, pour les besoins de l'intrigue, parfois quelques similitudes. On parvient finalement à jeter son dévolu sur son chouchou. Chaque camp est sur le pied de guerre à tenter de découvrir qui a enlevé puis tué des membres d'une communauté juive : la police avec Fredrika et ses collègues, l'anti-terrorisme avec Edden, les renseignements avec Efraim ou Peder… Avec autant d'organismes, autant vous dire que les hypothèses vont bon train et que rien ne sera épargné aux familles comme aux lecteurs, comme aux enquêteurs aussi, au passage.
Je vous disais qu'on allait pas mal voyager ; on va même se rendre en Israël ! L'occasion pour nous de faire le point sur la situation du pays, depuis les années 2000 jusqu'à maintenant. Il semble que, d'une triste mais banale histoire d'enlèvement puis de meurtres d'enfants, les choses aillent plus loin. On pourrait bien en effet avoir glissé sur un terrain miné. Les enquêteurs vont le découvrir à leurs dépends, mais ça, je vous laisse le lire de vous-même !
Admirable façon d'imbriquer le présent et la fin de l'histoire, pour nous faire prendre la mauvaise direction. On a ce pressentiment dès le début des premières lignes que l'histoire ne va pas bien se finir, qu'il y aura des dégâts et de la douleur. Eh beh, ça ne rate pas quand, une à une, les conclusions à toutes ces histoires arrivent à la file indienne. Il y aura là de quoi rester bouche bée devant la tournure des événements. Quelques déceptions du point de vue d'Edden, après tout ce qui peut se passer, que ça se finisse comme ça pour son histoire me paraît franchement idéaliste. Et de la satisfaction pour d'autres ; Fredrika, par exemple. Les mystères trouveront-ils tous une fin ? Pas sûr, mais tout ne peut pas être révélé au grand jour.
Ch'tite question que je me pose à la fin, c'est le rapport entre le titre et l'histoire ? Un titre tel que le Garçon de papier aurait peut-être bien sonné quand on s'immerge dans toute cette horreur, m'enfin, je ne me plains pas ! Ce fut certes une longue brique, mais Les étoiles de David ne m'a pas assommé du tout, des directions totalement différentes de ce qu'on pensait, toujours plus de mystères et de fausses pistes, je n'aurais pas rêvé mieux pour mon dimanche.
En ce qui me concerne, si j'ai l'occasion de lire les autres tomes des enquêtes de Fredrika Bergman, je n'hésiterais pas ! Et vous, prêt(e) à plonger dans les méandres d'un secret destructeur ?
Lien : https://saveurlitteraire.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
deslivresetmoiunivers
  05 septembre 2019
Un livre dans lequel j'ai eu du mal à m'immerger, malgré le fait que j'adore les romans policier. J'ai trouvé, qu'il y avait trop de personnages différents ayant son chapitre et pour certains il y avait à mon sens des chapitres qui ne servait pas à grand chose. Cela n'ai que mon avis.
Ce n'est que vers la fin, on va dire à la dernière moitié du roman ou j'ai commencé à prendre du plaisir à la lecture, et à chercher le meurtrier. Je l'avais supposé mais c'est vrai que plus je lisais plus on donnait des indices sur untel ou untel et plus je me pommais dans mes réflexions. Vous me direz, c'était peut être aussi un peu le but de réfléchir en même temps, et de ne pas avoir une réponse évidente, c'est d'ailleurs cela qui m'a tenu en haleine jusqu'à la fin.
Ne vous attendez pas à une série de meurtres sur meurtres tout au long du livre ce n'est pas le cas. le livre se concentre majoritairement sur la résolution et l'explication de trois meurtres. On suit vraiment Alex et Frederika à la recherche d'indices, bref de quelque chose pouvant les amener jusqu'au tueur.
En ce qui concerne la lecture et l'écriture, elle est assez fluide, rien de trop difficile à lire à part le nom des rues, mais en même temps, nous sommes en pays nordiques alors ceci explique cela. C'est à mon sens un livre à la portée de tous.
En bref, ce livre aurait été un peu plus court, cela ne m'aurait pas troublé, peut être même la lecture aurait été plus agréable pour moi sans certaines pages inutiles à mon sens. Après, si vous aimez les enquêtes policières et chercher des solutions avec la police, vous apprécierez surement ce côté comme moi j'ai pu apprécier cette recherche quand elle s'est vraiment fait importante.
Mais encore une fois, ce n'est que mon ressenti, peut être vous allez adoré et avoir un coup de coeur pour ce livre, qui sait?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Sandra_CSandra_C   05 mars 2021
Sa détermination lui échappait, elle disparut dans la neige, sous les semelles de ses godillots.
Quelques minutes par-ci, par-là, est-ce que ça valait qu'on se fache?
Ses joues brûlaient de honte et de mépris pour lui-même. Le bus freina, les portes glissèrent dans leurs rails. Il ne bougeait pas, comme transformé en statue de glacesur son trottoir.
Quel lâche.
Pas étonnant qu'Abraham le méprise.
Il lança un coup de pied furieux devant lui.
Le bus s'éloignait, dans un nuage blanc.
Alors il vit la voiture arriver. Elle avançait si doucement qu'elle avait presque l'air de planer. Quelqu'un, assis à l'avant, lui faisait signe de la main. Un signe hésitant, d'une main prudente.
Etonné, il regarda autour de lui, mais il était tout seul sur le trottoir. C'était à lui et à personne d'autre qu'on s'adressait. Il ne vit qui était assis sur le siège passager que lorsque la voiture s'arrêta devant lui.
Abraham.
La vitre s'abaissa et son camarade regarda au dehors.
- Excuse d'être en retard, dit-il. On va nous conduire, monte à l'arrière.
Simon ne dit mot. Il ne distinguait pas le visage de la personne assise au volant.
- Monte, répéta Abraham.
N'aurait-on pas dit qu'il suppliait?
Simon en resta perplexe. La voix de son amis sonnait si aiguë, son visage était si figé.
- Allez, quoi.
La vitre commença à remonter. Un deuxième bus venait d'apparaître quelques centaines de mètres derrière la voiture.
Simon sentit le poids de son sac sur son épaule et pensa qu'il serait agréable de se faire conduire. Mais surtout, Abraham n'avait pas l'air d'avoir envie d'être seul. Alors il ouvrit la porte et monta à l'arrière.
La voiture commença à rouler, et alors seulement, il se rendit compte de ce qui venait de se passer: " Excuse d'être en retard."
Excuse.
Un mot que Simon ne l'avait jamais entendu prononcer auparavant.
Une sensation l'envahit, si forte qu'il aurait presque pu la toucher.
Sortir de cette voiture. Il fallait sortir de là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SPOUNYSPOUNY   24 septembre 2020
Maman.
Un mot au son et à l’intonation uniques en leurs genres, dont les pères n’approchaient qu’en rêve.
Ima en hébreu. Umi en arabe.
(p.389)
Commenter  J’apprécie          70
christinebeaussonchristinebeausson   11 novembre 2019
Dire que la mort et le sang attiraient autant l'attention. Que tant de personnes cherchaient sans vergogne à approcher le malheur, pour le seul plaisir de se sentir indemnes.
Commenter  J’apprécie          00
indramandarineindramandarine   17 septembre 2019
Les gens qui vous connaissent trop bien, quel emmerdement.
Commenter  J’apprécie          10
christinebeaussonchristinebeausson   11 novembre 2019
Les réunions sont une invention pour gens qui s'ennuient.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Kristina Ohlsson (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kristina Ohlsson
Bande annonce de la série Stockholm Requiem, adaptation des romans de Kristina Ohlsson mettant en scène son personnage Fredrika Bergman, criminologue.
autres livres classés : israëlVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2119 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre