AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266286978
208 pages
Éditeur : Pocket (17/01/2019)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Roman vient de trouver un job sur le Paris-Venise, le train de nuit le plus en retard d’Europe. Un signe. Lui non plus n’est pas très en avance dans sa vie. À presque trente ans, décrocher ce poste de couchettiste ressemble à une consécration…
Les trafics de clandestins, les douaniers avinés, les descentes de pickpockets venus piller la diligence une fois les passagers endormis : tout peut arriver dans ce théâtre ambulant. Même tomber amoureux.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
lecturemameufsure
  17 mars 2018
J'ai découvert il y a quelques semaines déjà le jeune auteur Florent Oiseau par son Je vais m'y mettre, par son Fred. Et mes cinq étoiles parlent d'elles-mêmes quand on sait que j'ai eu l'outrecuidance de n'en mettre que trois à un Dostoïevski (pas le meilleur tout de même, vous en conviendrez).
Sans hésiter je me suis lancée dans la lecture de son second roman, Paris-Venise, avec en tête une petite voix qui fredonnait la rengaine des deuxièmes fois qui arrivent bien trop vite après la première mais (presque) jamais à son niveau. À partir d'aujourd'hui, c'est décidé, avoir tort est ma nouvelle première passion.
Non seulement Monsieur Oiseau nous propose une intrigue aussi bien menée que dans son premier opus, sinon plus, mais il y parvient sans perdre une miette de ses délicieuses formules (à volonté en termes de justesse et de drôlerie).
Un train-couchettes qui donne envie de tout sauf y dormir, des protagonistes aussi loufoques que touchants et l'homme de toujours, Roman, qui n'a pas de romanesque que son nom, loin s'en faut. Ayant lui-même officié à bord de cette liaison, Florent Oiseau semble jongler entre ses petits moments de vie et ceux qu'il a sûrement dû fantasmer les nuits où tous les passagers étaient en règle, où personne n'a cédé à la tentation d'un léger larcin et où il ne restait donc que les lumières des villes au loin qu'il nous décrit pour le tenir éveillé.
C'est là que tout son talent réside, une beauté désinvolte conférée aux recoins parfois sombres, qui en fait des non-lieux. Florent Oiseau ou la suggestion du plus beau par le sentiment parfois, par la dérision tout le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          593
Jeanfrancoislemoine
  08 mars 2019
Cet auteur, c'est tout de même un drôle d'oiseau ( oui , je sais , elle est facile , mais bon .) Entreprendre d'écrire un tel roman , qui en aurait eu l'idée ? Et bien oui , Florent Oiseau . Son héros , Roman , il est sympa ,,honnête , et donc fauché . Sa banquière va être rassurée , le Roman , il n'est pas bête , il parle plusieurs langues et , comme la place ne semble pas inspirer trop de vocations , le voilà couchettiste dans le Paris Venise . Un job , des rentrées d'argent mais...comme tout le monde ,il aimerait bien un peu ameliorer ses fins de mois et ce train de nuit va lui offrir de belles opportunités . Avec le sourire ,c'est sûr ce qu'on se sent devenir puissant......honnête ,oui , mais jusqu'à un certain point ! Et puis, il y a " elle " , " elle qui occupe son esprit " jusqu'à.....Oui , de l'humour , il y en a dans ce roman , il y en a, désopilant au début , un peu moins au fur et à mesure qu'on avance dans ce court récit. Est- ce l'auteur qui s'essouffle , moi qui me lasse , ou la situation qui l'exige ? Aprés un départ somme toute sympa et drôle , j'avoue me sentir submergé par une certaine lassitude , je ne sais plus trop d'où l'on vient ni où l'on va ...si ce n'est que le sujet est plus grave qu'on ne le craint et les employés du Paris - Venise plus pervers que la moyenne . Bien parti , ce roman ne " monte pas en puissance " comme on aurait pu l'espérer et ne réserve pas vraiment de surprises. Un bon petit roman sympa , ça vous convient ? Pas désagréable ,pas extraordinaire non plus , un bon petit livre de " milieu de tableau "....
Après une longue période de lecture , je sentais une certaine lassitude m'envahir . Il paraît que c'est normal pour les grands lecteurs et il convient , pour ne pas " décrocher ", de faire un break ou de lire " soft ". J'ai choisi la lecture " soft " , j'aurais peut -être dû faire un break .
" Un monument d'humour ? " , hum, qu'est - ce que c'est ce monument .? Modeste , alors...
A défaut de prendre ce " Paris Venise " qui pourrait me valoir certains désagréments , je vais rentrer dans une pâtisserie m'acheter un Paris -Brest ...cela me semble plus tranquille et de ...meilleur goût. Il y a de la crème , non.? Bien meilleure que celle qu'on va côtoyer dans un train bien étrange...
Florent Oiseau / Frédéric Dard , ai - je lu ? Çà viendra peut - être bientôt et je le souhaite de tout coeur mais la route est tout de même encore longue pour l'instant. . Ça va venir ? Alors tant mieux. Courage .
Et puis , Venise , je connais alors ce train , faites comme bon vous semble . Moi , j'ai déjà donné....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
Ziliz
  11 février 2019
Après avoir perdu son job de réceptionniste dans un hôtel, Roman se retrouve à bosser sur le Paris-Venise, un train d'une compagnie privée. Les collègues sont sympas, les chefs un peu moins, les conditions de travail pas terribles, certaines tâches ingrates, et le boulot est mal payé.
Mais... la délicieuse Juliette illumine et rafraîchit ces trajets interminables, éreintants et étouffants. Il peut aussi arrondir ses fins de mois avec quelques activités annexes, au nez et à la barbe de l'employeur.
Nicolas Ungemuth (Le Fig Mag, cité en 4e de couv) écrit à propos de ce roman : « Pour lire tout en riant à gorge déployée. »
J'ai ri, souvent, mais ma gorge était plus nouée que 'déployée'.
T'es resté en première classe, Nico ? 🙃
Ce loser au grand coeur, Roman, est aussi amusant qu'émouvant et les victimes de ces petits délits entre amis ne sont pas seulement des touristes friqués prêts à s'en mettre plein les mirettes à Venise. Au retour, il y a aussi ceux qui montent à Milan, avec ou sans billet, avec ou sans passeport :
« Ces hommes venaient en majorité d'Afrique, mais aussi du Pakistan, du Bangladesh, de Syrie, d'Albanie, et avaient l'air d'avoir vécu des choses compliquées [...]. Des types avec des cernes, des cheveux sales, des coupures. »
Quoi qu'il en soit, grâce à l'humour de l'auteur, ce récit est une réussite. Le ton rappelle ceux d'Arnaud le Guilcher et d'Olivier Maulin. On pense aussi à Iain Levison pour le côté autobiographique, l'auto-dérision, et la critique de notre société, de ses laissés-pour-compte et des 'petits boulots'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
coquinnette1974
  20 décembre 2017
Paris-Venise est un roman que j'ai eu la chance de découvrir en avant première grâce à net galley et Allary Éditions.
J'en suis ravie car ce roman lu d'une traite cette après-midi m'a permis de passer un bon moment en compagnie de Roman sur le train Paris-Venise.
Roman accepte un emploi de couchettiste sur le train couchette Paris-Venise. Il ignore tout de l'ambiance très spéciale, des petits trafics qui sont possibles. Il a du travail, il est content car ça va rassurer sa banquière mais il ignore que ses heures de nuit ne seront pas comptés et il ne s'attendait pas du tout à découvrir certaines choses. Il ne s'attendait pas non plus à avoir un coup de coeur pour une de ses collègues :)
Roman m'a beaucoup touché, c'est un personnage très intéressant, très humain et il est facile de s'identifier à lui.
Les petits trafics font parfois sourire, ça peut aussi agacer, mais leur comportement est humain.
C'est un roman très crédible, j'ai aimé la façon d'écrire de Florent Oiseau, et il y a pas mal d'humour.
J'ai aimé la petite histoire d'amour en prime.
La fin m'a semblé un peu rapide mais elle est ouverte, et laisse place à notre imagination, c'est sympa.
Paris-Venise est une très bonne surprise de la rentrée littéraire de l'hiver 2018, c'est avec plaisir que je vous invite à le découvrir quand il paraîtra.
Je lui donne avec plaisir quatre étoiles et demie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
diablotin0
  04 janvier 2020
Roman, jeune trentenaire, vient de décrocher un boulot mais pas forcément celui dont on rêve puisqu'il s'agit de couchettiste sur la ligne Paris-Venise. Si les destinations peuvent être tentantes, voire romantiques, la compagnie ferroviaire l'est en revanche beaucoup moins. le travail de Roman va s'avérer peu gratifiant, mais à travers ce job, on va découvrir son caractère, sa personnalité très touchante.
Roman, héros ou anti Héros ? Et bien pour moi, sans hésiter c'est un héros car s'il est naïf, s'il a gardé sa candeur d'enfant, il est aussi et surtout rempli d'humanisme ce qui le rend extrêmement émouvant et touchant.
Les autres personnages, les secondaires, ne sont pas insignifiants, loin de là, ils sont hauts en couleur et on se régale avec eux aussi !
Florent Oiseau nous embarque pour plusieurs aller-retour dans ce Paris-Venise et nous faisons connaissance avec les voyageurs mais aussi et surtout avec les pickpockets et les clandestins.
Le style de l'auteur est jubilatoire, on rit, c'est drôle, mais derrière cette plume qui nous réjouit, les thèmes traités sont bien moins drôles. La précarité, la misère, la détresse, la clandestinité.
C'est un petit livre qui est vraiment super agréable à lire, il détend sans pour autant nous abêtir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
lecturemameufsurelecturemameufsure   19 mars 2018
Mais tu aimeras le reste aussi. Je te jure de ne jamais te regarder autrement qu'avec les yeux d'un homme qui souffre de trop t'aimer, Juliette. De ne jamais faire semblant de t'écouter ou de te comprendre. J'apprendrai à connaître tes confitures préférées. Tu aimeras ma soif de toi, et toutes les choses que je saurai te promettre. Les longues nuits à boire du vin sur notre terrasse en pin. Je t'aimerai avec mes artères, mes atomes. Sans t'envahir, sans faire comme les autres, sans que notre couple ne forme plus qu'une seule entité, une masse fade et uniforme qui dégouline sur un canapé en racontant des saloperies sur leurs amis. Ça, jamais. Des taies d'oreiller en soie l'été, en coton l'hiver. On gardera du mystère. Je continuerai de me branler en cachette dans la salle de bains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
LibrairePerigourdinLibrairePerigourdin   16 janvier 2018
Je me suis arrêté après quelques arrêts, via Ginnastica, dans le vieux Trieste. Des immeubles aux couleurs chaudes mais usées, des façades qui se cassent la gueule et que personne ne semble vouloir refaire. Des murs roses, jaunes, orange, mais rien de clinquant, aucune trace d'un quelconque ravalement, d'une vaine tentative de rafraîchissement. Trieste se laissait vivre et mourir avec l'insouciance et la résignation de ceux qui ont trop aimé pour craindre de souffrir.

p 207
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
ZilizZiliz   10 février 2019
[ dans un train Italie > France ]
Ces hommes venaient en majorité d'Afrique, mais aussi du Pakistan, du Bangladesh, de Syrie, d'Albanie, et avaient l'air d'avoir vécu des choses compliquées [...]. Des types avec des cernes, des cheveux sales, des coupures. Des visages qu'on retrouve dans les albums en noir et blanc de photographes à la con ayant fait le tour du monde pour se retrouver plus proches 'des gens et de la terre' - mais très contents, une fois rentrés, d'exposer leurs clichés dans des petites galeries de la rive gauche avec des blinis bios tartinés de caviar Beluga et des vieilles putes en tailleur sur mesure.
- Mireille, regardez seulement l'intensité de ce regard. Ah, oh, wouah, uh.
(p. 34-35)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
lecturemameufsurelecturemameufsure   27 mars 2018
Le lendemain, après une nuit à cuver, j'ai embarqué pour Venise. Je m'y rendais pour la onzième fois, déjà. J'ai pensé qu'avec les hôtesses de l'air, les routiers et les pilotes d'avion, je faisais partie des gens qui y étaient le plus allés. Même les gens très riches et très amoureux ne vont pas onze fois à Venise.
Ce soir là, l'équipage ne me disait trop rien. Mes collègues étaient au mieux discrets, au pire, fades. J'ai demandé un poste en couchettes et j'ai passé l'aller dans mon office, pour esquiver le groupe de retraités que j'avais en wagon 88 et qui m'assaillait de questions à la con.

- Et pourquoi le train est arrêté ?

- On vient de crever, on change la roue et on repart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ZilizZiliz   11 février 2019
- Il se sent comment, le délinquant ? Tu vois, je t'avais dit, aucun risque.
- En soi, je sais que c'est pas bien grave, désolé d'avoir un peu perdu mes moyens.
- C'est moi qui suis désolée. Je n'avais pas à te mêler à tout ça.
[...]
Elle avait bien fait. Pour quel genre de petit bouffon étriqué et chiant je serais passé en refusant ? Merde, je n'étais peut-être pas une figure du grand banditisme, mais je venais de Bondy Nord, ça devait suffire à faire de moi un gars crédible et couillu quand il fallait un peu s'écarter du droit chemin. D'accord, je faisais des allergies au pollen et j'avais une tendresse pour le point de croix, mais je l'avais héritée d'une grand-mère couturière. En dehors de ça, j'avais une bonne gueule de mec qui accepte de rendre un service sans se liquéfier, il fallait bien que je le justifie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Florent Oiseau (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florent Oiseau
La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • Journal intégral - 1815-1818 de Gaspard Gourgaud et Jacques Macé aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1031168-encyclopedie-journal-integral---la-bibliotheque-de-sainte-helene.html • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Patricia Ann Granger et Delphine Rivet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Sang chaud de Kim Un-Su aux éditions Matin Calme https://www.lagriffenoire.com/1030156-nouveautes-polar-sang-chaud.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • 18.3: Une année à la PJ de Pauline Guéna aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029494-livres-politiques-183-----une-annee-a-la-pj.html • Rituels de Philippe Charlier aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/1032145-divers-voyage-rituels.html • Aldobrando de Cretonne & Gipi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/1030784-achat-bd-aldobrando.html • Wild West - tome 1 - Calamity Jane de Thierry Gloris et Lamontagne Jacques aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1031949-achat-bd-wild-west-t1-----calamity-jane.html • La maison de l'abbaye de Jean d'Aillon aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1028948-nouveautes-polar-la-maison-de-l-abbaye.html • La Dictatrice de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1031487-divers-litterature-la-dictatrice.html • La Citadelle de Archibald Joseph Cronin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1017369-divers-litterature-la-citadelle.html • Les Magnolias de Florent Oiseau aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/1028896-divers-litterature-les-magnolias.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionsmatincalme #editionsgrasset #editionsdenoel #editionsducerf #editionscasterman #editionsdupuis #editions1018 #editionsflammarion #editionslivredepoche #editionsallary
+ Lire la suite
autres livres classés : trainsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Une Onomatopée, un film et souvent un roman pour le même prix !

Pan !

Tirez sur le pianiste
Les violons du bal

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre
.. ..