AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072882869
Gallimard (06/01/2022)
3.35/5   54 notes
Résumé :
Fernanda, une belle et insolente lycéenne passionnée de littérature et de films d’horreur, se réveille pieds et poings liés dans une cabane au milieu de la forêt équatorienne. Sa kidnappeuse n’est pourtant pas une inconnue : il s’agit de sa professeure de lettres, Miss Clara, une femme hantée par le souvenir de sa mère et harcelée depuis des mois par ses élèves dans un établissement catholique de l’Opus Dei, réservé aux élites de Guayaquil.
Les raisons de cet... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 54 notes

Pecosa
  14 mai 2022
Fernanda Montero Oliva, jeune lycéenne équatorienne se réveille dans une cabane perdue au fond des bois. Elle vient d'être enlevée et ligotée par Miss Clara, sa professeure de littérature. L'adolescente, férue de films d'horreur et biberonnée aux creepypastas ( légendes urbaines diffusées sur le net, de type La Llorona) se souvient de ses séances chez son psychiatre et de son groupe d'amies, toutes jeunes filles de la bonne société scolarisées dans un établissement catholique de l'Opus Dei de Guayaquil. Obsédées par les scénarios horrifiques, elles ont harcelé Miss Clara, déjà fragilisée par le décès de sa mère et l'attitude agressive d'anciens élèves.
Les Mâchoires, sont celles d'un crocodile qui hante une mangrove voisine autour de laquelle son amie Annelise (présente dans son précédent roman La desfiguración Silva) organise la célébration d'un Dieu blanc, et des défis qui au fil des incursions, se transforment en actes dangereux. Ces mâchoires se réfèrent aussi aux mères, « Un grand crocodile dans la bouche duquel vous êtes - c'est ça, la mère. »(Lacan), invasives, dévorantes. Mâchoires est un roman quasi exclusivement féminin, bâti sur les relations mère-fille, professeure et élèves, victimes-bourreaux, une oeuvre centrée sur l'intensité des amitiés adolescentes et des changements biologiques du corps, qui nous rappelle Carrie recouverte de sang lors du bal de fin d'année.
Mónica Ojeda nous révèle peu à peu l'enchainement des actes qui ont abouti à la séquestration par l'enseignante dans ce thriller psychologique d'une grande richesse narrative, nourri de littératures fantastique et gothique (Lovecraft, King…) qui ne ressemble à aucun autre. L'écriture aux fulgurances poétiques, nous renvoie l'image d'un Féminin dévorant façonné par les romans et les films de genre, quand « la chair de ma chair » devient cannibale. Une très bonne surprise et une auteure que j'ai hâte de retrouver dans un prochain roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573
Cricri08
  07 février 2022
Voilà un thriller qui porte bien son nom : sa lecture m'a réellement angoissée et fait frissonner d'effroi. Pourquoi ? Parce que (évidemment) je suis fille mais aussi mère ET prof !
Dès la première page, avant même que le roman ne commence, une citation m'a glacé le sang : « un grand crocodile dans la bouche duquel vous êtes – c'est ça, la mère » de Jacques Lacan. Vision effrayante de la mère prête à dévorer son enfant … La symbolique de la morsure et les images de dents/mâchoires/absorption/ingestion sont bien évidemment centrales dans le roman.
Entrons dans le roman : une lycéenne Fernanda est retenue prisonnière par Clara, sa professeure de lettres. On découvre l'univers de Fernanda par le récit de ses relations avec sa BF Anne Lise et son groupe d'amies, toutes de la même classe de 1ère d'un lycée catholique en Equateur, leurs expériences de plus en plus poussées dans un immeuble abandonné. Fernanda dont le petit frère est mort noyé … elle s'en rend responsable malgré les nombreuses séances chez un psy. Fernanda dont la mère anti-IVG l'écrase de toute sa morale.
On en apprend plus sur Carla également, sur sa relation avec sa mère maintenant décédée et la violence dont elle a été victime dans son précédent établissement scolaire. Une mère qu'elle cherche à copier intégralement, physiquement et moralement.
Un roman puissant mais oppressant sur la difficulté à se forger son identité propre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
croquemiette
  09 avril 2022
Équateur, Guayaquil, de nos jours.
Miss Clara est professeure de lettres dans un collège-lycée pour jeunes filles de l'Opus Dei. À l'ancienne, habillée comme sa mère décédée, elle aime l'ordre et corriger les copies et déteste les adolescentes, qui le lui rendent bien.
Fernanda et ses amies lycéennes se réunissent dans un bâtiment abandonné et jouent à des jeux très dangereux. Elles aiment se faire peur, sont fascinées par les films d'horreur et la mort. Elles se créent des rites autour de leur propre dieu, le dieu blanc.
Dès les premières pages, l'auteure annonce la couleur. Fernanda est ligotée au sol. Clara l'a kidnappée et la séquestre dans une cabane en pleine forêt...
Aux sons des sifflements de serpents et des claquements de mâchoires de crocodiles, Mónica Ojeda, dans une langue poétique et mystique, décortique les corps, fouille les âmes et nous pousse à la réflexion. Les personnages principales sont toutes des femmes et l'on rentre dans leur tête jusqu'à leurs peurs les plus profondes, ancrées dans leur chair. La relation mère-fille est analysée et considérée comme une sorte de cannibalisme mutuel, mâchoires prêtes à mordre.
De nombreuses références enrichissent les pages, Stephen King, Lovecraft et Poe côtoient Internet et les films d'épouvante. 
On ne s'ennuie pas ! Un roman protéiforme intelligent qui mélange habilement les genres, chahute la chronologie et alterne les points de vue.
Je recommande ce livre, car je l'ai beaucoup aimé et n'ai pas pu le lâcher ! Mais je conçois que ce soit une lecture difficile d'accès et choquante, qui nous plonge dans la terreur et le Mal, à la limite du supportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Aufildeslivres
  06 avril 2022
Miss Clara l'a conduite dans une cabane isolée, l'a attachée et laissée sur le sol tel un déchet qu'elle pense qu'elle est, cette lycéenne impossible aussi tordue que folle, cette mauvaise fille qui lui pourrit l'existence depuis des mois. Elle a bâillonné ses insultes et rabattu son caquet, a plié son regard, l'a soumise, elle qui s'est crue intouchable. Elle sait, Miss Clara, ce qu'elle a osé faire à Anne-Lise, cette tarée !
Trois femmes : Fernanda, Anne-lise et Clara, et leurs mères – des mères destructrices aux mâchoires puissantes dont les dents laissent des traces au plus profond des âmes. Adolescente ou adulte, la folie rode.
Roman déroutant, percutant, dérangeant, « Mâchoires » décline les séquelles des blessures. Cru et foncièrement charnel, il déverse le sang, les fluides, les chairs – les corps dans leur véracité, les pensées les plus sombres. Les métaphores le composent, s'entrechoquent, vidant le vrai et l'imagé. Elles prennent à la gorge et pourtant ne font pas renoncer à la lecture. On s'accroche, même retourné, à ces mots violents et oppressants : il faut connaître la suite. L'intention de l'auteure. le message. Il faut comprendre puisque que l'écriture est belle et puissante ; elle est un tour de force dont on ne sort pas indemne.
Difficile de vous décrire ma lecture. Ce livre est absolument inqualifiable. A la fois « gothique » et poétique, brutal et sensé, pragmatique et onirique, il déconcerte sans jamais décourager. Il est à découvrir pour flirter avec le risque d'une lecture « hors de sa zone de confort ».
Une lecture ahurissante et addictive.

Lien : https://aufildeslivresbloget..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Sofiert
  06 mars 2022
Entre Lovecraft et Bataille, Monica Ojeda raconte les expériences ultimes de lycéennes d'un lycée de l'Opus Dei à Guayaquil.
"Pour moi, la peur de l'âge blanc a commencé au moment où mon corps s'est mis à changer. D'abord une odeur rance. Ensuite deux tétons comme deux hématomes qui se soulèvent, douloureux au frottement. Après, les sécrétions vaginales, comme des mucosites fraîches et blanchâtres. le poil frisé. Les stries. le sang. Cette chose incomplete et indefinie qui vous répugne en nous est tout aussi répulsive pour moi. L'enfance se termine par la création d'un monstre qui se traîne dans la nuit: un corps désagréable, impossible à éduquer. "
Dans cette fable mystique et sexuelle à la Bataille, de très jeunes filles font l'expérience volontaire de la peur, de la violence, de la souffrance et du plaisir. Elles sont riches, jeunes et jolies mais s'ennuient et la prise de risques est enivrante à l'adolescence. D'autant que les deux meneuses sont psychologiquement perturbées, l' une par la mort de son petit frère dont elle se croit responsable, l'autre par une mère castratrice.
La mère est omniprésente, métaphoriquement incarnée par une mâchoire qui broie, grignote, mord et déchiquette. Des mères qui dévorent leurs filles et les filles qui rêvent de dévorer les mères. Lacan n'est jamais loin :" un grand crocodile dans la bouche duquel vous êtes- c'est ça la mère."
Et crocodiles et caïmans hantent les rêves de ces jeunes filles qui découvrent la jouissance dans des morsures sanglantes.
Clara, la professeur-mère des jeunes filles decident de prendre les choses en main et de punir Fernanda parce qu'elle a couvert le corps de sa meilleure amie de morsures, mais aussi et surtout parce qu'elle représente une menace pour sa propre intégrité. Clara est elle aussi une fille broyée par sa mère, mais elle a choisi la voie du miroir.
Monica Ojeda aborde les relations des femmes entre elles sous l'angle de la violence et de la psychanalyse, avec ce regard cru qui désenchante et qui fait du bien, tant les poncifs sont sauvagement repoussés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (2)
LesInrocks   16 mars 2022
La jeune Équatorienne signe “Mâchoires”, un surprenant roman gothique qui explore les relations de pouvoir entre filles et révèle les malaises d’une société latino-américaine.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
LeMonde   14 mars 2022
Mais qu’a donc fait cette élève [...] pour être ainsi enlevée et maintenue prisonnière dans une cabane lugubre, au milieu de la nature sauvage ? Elle-même l’ignore. Et c’est autour de cette ignorance que se noue l’intrigue de ce récit perturbant, à mi-chemin entre le thriller psychologique et le roman gothique à la sauce andine.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   15 mai 2022
Je crois que les livres (enfin, certains), font très peur parce que ce qui y est raconté ne peut pas se voir, seulement s'imaginer. Quand j'ai lu Lovecraft, par exemple, la première chose que j'ai pensée c'est que ses meilleures nouvelles ne pouvaient être adaptées au cinéma sans devenir autre chose. Je n'avais pas vu de films qui s'inspiraient de ses textes, mais je les ai cherchés pour confirmer ma théorie (selon laquelle une adaptation au cinéma d'un récit de Lovecraft ne pourrait jamais faire peur à qui que ce soit parce que le propre de l'horreur cosmique, c'est de ne pas avoir d'image). C'est là son problème et sa principale vertu: elle ne se voit pas, voilà pourquoi elle fait si peur. Je ne parle pas d'une frayeur qui fait trembler et avoir des cauchemars, car l'horreur cosmique ne provoque pas cela. Je parle d'une inquiétude, d'une sorte de présence étrange assise au fond de soi. Une présence qui n'est ni une personne, ni une chose, ni un animal. Elle n'a pas de forme, et se compose de tout ce qui ne peut pas être imaginé. C'est pour cela que l'horreur cosmique (qui ressemble un peu à l'horreur blanche, mais j'y reviendrai plus tard) n'a rien à voir avec les fantômes, les démons, les zombies, les vampires et autres créatures épouvantables qui peuvent être détruites. Elle est plutôt liée à la notion d'extraterrestre, mais pas comme dans X-Files, plutôt comme le personnage du clown dans Ça , parce que chez Lovecraft, comme vous le savez, l'extraterrestre et le monstrueux c'est l'indescriptible; une métaphore de l'inconnu et de l'immensément supérieur (c'est presque mystique et cela dépasse son référent).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
PecosaPecosa   14 mai 2022
Elle ferait mieux de penser à la BD d'exploitation fiction qu'elle avait commencée, sans la finir, avec Annelise. Il s'agissait d'un projet ayant pour titre Soeur Juana: zombies, vampires et lesbiennes, dont l'héroïne était la poétesses mexicaine et qui avait pour toile de fond un couvent de nonnes lesbiennes, dominatrix, dans lequel se propageait, grâce à un Chac Mool et un rituel ancestral, un virus nahuatl-zombie. Cette histoire était racontée depuis le futur par un chercheur arabe de l'Université nationale du Mexique qui, en enquêtant sur la véritable histoire de la poétesse, Phénix d'Amérique, avait trouvé un aleph dans un urinoir mis hors service par un concierge aveugle passionné d'étymologie. Grâce à cet aleph, le chercheur avait réussi à faire correspondre ses visions et les données historiques éparses qu'il avait récoltées au fil du temps, et cette révélation lui avait permis à son tour de raconter la véritable histoire de soeur Juana Inés de la Cruz.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
KarineMLVLKarineMLVL   07 février 2022
En ce sens, le fait que le Lycée ne soit pas ouvert aux garçons était est un facteur clé car cela modifiait les relations entre les filles ainsi que l’organisation sociale des classes. Dans un groupe mixte, par exemple, l’élément le plus turbulent - celui qui faisait le malin et se faisait mettre à la porte - était en général un garçon. Il y avait aussi cette éternel flirt entre garçons et filles d’une même classe, qui fonctionnait par contraste : plus ils étaient provocateurs et violents, plus elles étaient sages et responsables - ou du moins faisaient semblant de l’être car ce n’était qu’un masque pour attirer leur proie. Il y avait, bien sûr, des exceptions : des gamines qui enfreignaient les règles, abusaient de la patience de leurs professeurs et frappaient leurs camarades, mais en général les filles se construisaient en opposition à ce genre de comportements qu’elles voyaient chez les autres et qu’elles associaient à une masculinité qui leur était interdite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nelly76nelly76   13 mars 2022
Le pire n'était pas la douleur lancinante au niveau de ses extrémités, ni l'odeur de son corps---une masse enpestant la sueur et l'urine qui imposait sa crasse au monde propret de la cabane.--,ni le temps se dilatant comme un trou noir qui engloutissait tous les objets,la forêt, le volcan,ses souvenirs ,cette pute de Miss Clara et elle -même ;ce n'était pas non plus le fait qu'elle soit encore là, menottée à une table,à sentir son estomac se plaquer contre son dos,à observer en silence sa peau devenir une prairie ocre sur laquelle s'invitaient les petites fourmis noires sillonnant le sol.Tout cela était tolérable dans une certaine mesure.Le pire de tout était que déjà deux jours se soient écoulés depuis la dernière fois qu'elle avait eu de la dignité. Le pire était de ne rien savoir--comme Shelley Duvall dans Shining mais avec la couleur de cheveux de Julie Christie dans Génération Proteus--et d'avoir commencé à prendre peur,( Page166).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nelly76nelly76   13 mars 2022
Une fille ne se rend jamais compte qu'un jour il lui faudra être la mère à la mâchoire. Mais tu es comme ma fille parce que tu es mon élève. Je me rends responsable de tout le mal que tu fais .Ouvre toi bien .On va éteindre ensemble les lumières pour qu'apparaisse le Dieu blanc de ta pensée. L'immense vérité du néant. Tu le sais, non?Bien sûr que oui.Bien sûr que tu le sais.Tu sais bien que les filles qui ont trop d'imagination finissent tarées, mais à présent tu vas apprendre quelque chose d'important .Réjouis-toi.Voici la couleur de la peur .Le blanc du lait.Le blanc de la mort.Crane enneigé de Dieu.Bienvenue dans la mâchoire volcanique.Bienvenue chez moi.Entrons.(Page 315/316).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Mónica Ojeda (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mónica Ojeda
Yann Brancherie de la Librairie le Divan vous présente son coup de coeur de février : “Mâchoires”, le roman de Mónica Ojeda !
« Un grand crocodile dans la bouche duquel vous êtes, c'est ça, la mère. Un magistral roman sur l'adolescence ! Repousser les limites, explorer les corps, se faire peur. L'autrice en héritière de Poe ou de Lovecraft signe un roman au suspense hypnotisant ! » *** Fernanda, une belle et insolente lycéenne, se réveille pieds et poings liés dans une cabane au milieu de la forêt équatorienne. Sa kidnappeuse n'est pourtant pas une inconnue : il s'agit de sa professeure de lettres, Miss Clara, une femme hantée par le souvenir de sa mère et harcelée depuis des mois par ses élèves dans un établissement catholique réservé aux élites de Guayaquil. Les raisons de cet enlèvement vont cependant vite se révéler bien plus inattendues et complexes qu'une simple vengeance pour les humiliations subies. Un amour qui ne dit pas son nom, une trahison inespérée et les rites secrets d'une bande d'adolescentes intoxiquées par les creepypastas — ces histoires d'épouvante devenues virales sur Internet — composent la trame surprenante et parfaitement maîtrisée de ce thriller psychologique sur la jeunesse, le sexe et la peur. ***
En savoir plus : https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Du-monde-entier/Machoires
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature équatorienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1274 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre