AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Binti, tome 1 (20)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
LaGeekosophe
  27 février 2020
J'ai reçu Binti de la part des éditions ActuSF, ce roman fait partie de la collection Naos, une collection destinée aux lecteurs jeune adulte. J'avais découvert l'autrice grâce à son roman “Qui a peur de la mort ?”, un post-apo allié à une quête d'identité. Ici, Nnedi Okorafor nous offre un space opera.

L'ensemble du livre a été une bonne surprise. J'ai été très séduite par cet univers coloré, qui part du désert pour nous emmener jusque dans l'espace. le roman se divise en différentes parties, qui suivent plusieurs étapes de la vie de la jeune prodige des mathématiques Binti, de son voyage, sa vie à l'université et son retour difficile parmi les siens. le roman nous offre des paysages, des sensations et des cultures très variés, pour un ensemble dépaysant et unique.

L'autrice a également créé des éléments très originaux. Par exemple, le talent de Binti est d'être une harmonisatrice, c'est à dire qu'elle est capable de s'apaiser et d'apaiser autrui à travers des transes mathématiques. Elle a don pour les énigmes logiques. Autre exemple, l'un des peuples existants est appelé les Méduses. Il s'agit d'êtres agressifs qui sont en guerre avec les Khoush, l'une des peuplades majoritaires sur Terre. Mais l'un d'entre eux deviendra l'ami de Binti. Il est très rare que des créatures non anthropomorphiques soient choisies comme personnages importants.

J'ai également apprécié que bien que l'écriture soit simple et accessible, Nnedi Okorafor n'hésite pas avec Binti à aborder des thèmes complexes et durs comme le deuil ou la séparation de sa famille. le premier motif récurrent est la notion de culture, avec ce qu'il implique de différences. La culture joue un rôle prépondérant dans le roman. Binti appartient aux himbas, un peuplé méprisé par les Khoush, mais elle est métissée du peuple des sables, une population elle-même méprisée par les Khoush et les himbas. Cette idée de métissage montre bien à quel point l'identité est reliée à ses origines, et que les traditions sont des éléments culturels complexes.

Binti est ainsi tiraillée entre les traditions de son peuple (coiffure, produit qu'elle porte sur la peau…) qui la font paraître étrange aux yeux des autres, et un monde qui s'offre à elle, qui n'est pas accepté par son clan et ses origines. Si les différences crée les différends entre les peuples, elles en sont d'autant plus source d'appartenance, de fierté et d'affirmation. Et renoncer aux traditions, c'est renoncer à son clan. Binti choisit de s'éloigner de ce conformisme et doit pour cela apprendre à accepter qu'elle ne sera jamais la fille parfaite si elle veut suivre son propre chemin.

Ces considérations montrent une grande maturité de la part de l'autrice dans la façon dont elle a construit son roman et ses personnages. Loin de faire partie de ses livres axés jeunesse qui choisissent d'ignorer les drames, Nnedi Okorafor choisit de faire de ses personnages des êtres faillibles, qui craignent leurs décisions, évoluent au fil de l'histoire pour découvrir qui ils sont, et accepter la richesse qui repose en eux. Binti et Oksu la Méduse offre un duo de protagonistes réussis et sympathiques.

Le seul bémol est pour moi la fin, qui est très ouverte. En fait, il s'agit d'un premier tome mais ce n'est pas clairement précisé. du coup, on nous laisse avec un cliffanger assez violent et une fin un peu rapide qui ne résout pas grand chose. On aurait presque dit que ce n'était pas prévu au départ, ce qui est assez déstabilisant.

Binti est un chouette voyage dans l'afro-futurisme ! Avec une écriture directe, Nnedi Okorafor construit un univers riche et bigarré, qui séduit grâce à son originalité et de multiples éléments technologiques et culturels qui forment une histoire mature et maîtrisée. L'autrice n'hésite pas à aborder des thématiques complexes comme le deuil, le trauma et l'intolérance. C'est donc une belle lecture à mettre entre toutes les mains.

Lien : https://lageekosophe.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanny954
  24 avril 2021
Lu dans le cadre de mon travail en bibliothèque (mais surtout pour moi, ne nous mentons pas), Binti est une très bonne nouvella à destination des ados et des adultes. Elle explore le destin de Binti, une jeune fille tiraillée entre son origine et sa famille traditionnelle et son choix - controversé - d'aller dans l'espace et d'étudier dans une université-planète. Son chemin est ponctué d'épreuves, de morts, d'amitié, de découvertes. Binti nous transporte et nous rappelle une chose : de prendre en main son destin.
Commenter  J’apprécie          30
Yuyine
  21 janvier 2021
Ce recueil de trois textes formant néanmoins un tout commence un peu en deçà de mes attentes avec la novella Binti trop classique et peu surprenante, se poursuit sur une bonne voie avec la nouvelle Feu sacré et termine en apothéose avec le retour, un texte plus abouti et passionnant qui interroge les thèmes de cet univers afrofuturiste avec intelligence et force. Je vous conseille finalement cet ouvrage qui, non content d'être sublime, est une lecture agréable qui, bien qu'imparfaite, a des éléments plutôt intéressants à nous offrir.

Avis complet sur yuyine.be!
Lien : https://yuyine.be/review/boo..
Commenter  J’apprécie          30
Nympha86
  17 décembre 2020
Binti est une jeune fille Himba, culture isolée d'un petit bout de Terre, et vient d'être admise à l'université d'Oomza, une université interstellaire. A l'insu de sa famille, elle s'enfuit de chez elle pour poursuivre ses rêves et quitte donc pour la première fois sa planète pour partir étudier. Eux la voyaient reprendre le travail de son père, en sa qualité de maîtresse harmonisatrice, une capacité qui lui permet d'"harmoniser" ce qui l'entoure au travers de transes mathématiques. Sur le trajet, une tragédie va frapper son vaisseau... et je ne vous en dirai pas plus ^^

Le roman est en fait un fix-up de trois nouvelles, qui se suivent comme des chapitres. La première des trois nouvelles a d'ailleurs remporté le prix Hugo 2016 de la meilleure Novella. Et c'est assez mérité : Binti est touchante, et son histoire prenante. L'univers décrit est assez original, mêlant technologies obscures, voyage spacial et espèces extraterrestres à des inspirations africaines, et nous amenant tour à tour dans l'espace, dans des lieux futuristes puis sur une terre désertique au sein d'une culture ancestrale que l'on associerait pas de prime abord avec de SF. Les thématiques des nouvelles nous parlent d'acceptation de soi et de l'autre, et de traumatisme (quelque chose que je salue d'ailleurs : souvent, les héros de l'imaginaire vivent des horreurs tous les quatre matins et passent à autre chose... là ce n'est pas le cas : notre héroïne a vécu un traumatisme que le livre n'a pas peur d'aborder de front). Binti grandit, s'émancipe de sa culture et est déchirée entre plusieurs mondes. Une jolie histoire qui devrait avoir une suite (la troisième nouvelle s'achève sur un cliffhanger assez frustrant) et que j'ai beaucoup appréciée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
kadeline
  19 mai 2020
Binti est un recueil de 3 novellas : Binti, Binti feu sacré et Binti retour.

On suit le parcours de Binti, une jeune femme Himba. Elle a été acceptée grâce à son haut niveau en mathématiques dans la meilleure université interplanétaire, l'université de Oomza. Cette annonce, qui serait une fierté pour tous les autres peuples, ne l'est pas pour l'entourage de Binti. Les Himbas ne voyagent pas, ni sur Terre, ni dans l'espace. Elle passe outre leur interdiction de partir mais son voyage à bord de Poisson 3, un vaisseau vivant se passe mal, les Méduses attaquent. Nnedi Okorafor fait preuve d'un grand talent de conteuse pour nous livrer un récit intimiste, initiatique. le parcours de Binti est une quête de soi très intéressante à suivre avec tous les conflits sous-jacents. On oscille entre acceptation de soi et dénis d'identité, entre le soi d'avant le départ et l'acceptation des changements, entre traditions et choix individuel…

La façon de se débattre entre respect des traditions et aller de l'avant est très bien distiller au fil des pages. C'est un très beau récit qui met en avant le chemin vers la maturité sans négliger ses racines sous fond de racisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kariana
  19 mars 2021
Qui c'est qui débarque après tout le monde pour découvrir une petite pépite ? Eh bah c'est moi ! :D

Je crois que si on m'avait dit un jour que j'allais aimer un roman de science-fiction mêlant folklore africain et mathématiques, j'aurais bien rigolé. Ce n'est pas vraiment le genre de mélange auquel on s'attend. En plus, les maths et moi ça fait 50.

Je ne pensais même pas être capable de trouver une certaine poésie aux mathématiques.

Au vu du synopsis, je pensais que le roman serait tourné autour de ce fameux combat pour la survie de Binti, mais en fait non, ça ne concerne que la première partie. Présenté comme un tome 1, il regroupe en fait trois courts romans qui se suivent. Cependant, j'espère qu'il y aura au moins un tome 2, parce que sinon avec le cliffhanger qui nous laisse bien sur notre faim, ce serait abusé !

Le personnage de Binti puise son inspiration parmi le peuple Himba, qui dans l'histoire vit entre traditions ancestrales et modernité, avec notamment l'idée des astrolabes et de la « magie » des mathématiques à laquelle Binti est particulièrement réceptive.

Je me suis retrouvée assez perplexe, au début, ayant du mal à situer le roman dans l'espace-temps : Binti mentionne des traditions et mentalités vraiment archaïques, et pourtant son éducation poussée et son don lui ouvre les portes d'une modernité qui ne semble pas la surprendre, donc elle doit y être familière. Son peuple et sa tribu sont isolés, mais pas au point d'ignorer tout du monde extérieur et de la technologie, sans pour autant y être totalement favorables.

L'auteure arrive à traiter les sujets de la tradition, de la modernité, de la paix et du pardon en une seule histoire : l'amitié de Binti avec la méduse Oksu, qui pourtant a participé au meurtre de personnes qu'elle aimait, est superbement bien traitée : elle en montre toutes les failles et la difficulté.

Binti est un personnage dont le tiraillement intérieur incessant est présenté de manière réaliste. Son stress post-traumatique qu'elle doit traiter en parallèle de l'amitié qu'elle a développée avec Oksu qui pourtant a participé au massacre auquel elle a survécu et qui l'a exposée à un stress inimaginable. Oksu est un guerrier, incapable de comprendre sa détresse émotionnelle, et qui pourtant lui voue une certaine estime de par ses capacités et la paix qu'elle a apportée. Leur amitié est à la fois forte et bancale, elle est nécessaire mais les crimes ne sont pas oubliés pour autant.

Binti est déchirée : elle est attachée aux traditions dans lesquelles elle a grandi, et pourtant elle veut apprendre, elle veut comprendre, elle ne veut pas se fermer au monde extérieur comme l'exigerait sa tribu. C'est d'ailleurs montré lors de son retour : les siens ne la comprennent plus, la culpabilisent, la rejettent. Pourtant elle n'a pas commis de crime majeur : elle est partie pour apprendre, pour développer son don extraordinaire.

En cela, le roman s'inscrit dans notre société, comme une main tendue à tous ceux qui ont grandi entre traditions et modernité et qui ont eu du mal, voir n'ont pas réussi, à faire adopter leurs choix à leur famille.

Ce roman est pour moi une agréable surprise : c'est la preuve que la science-fiction, ce n'est pas seulement des histoires futuristes se passant sur des planètes lointaines. Et que les maths, ce n'est pas si mal.
Lien : https://catladyquilit.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DreamBookeuse
  19 mars 2020
Ce recueil de novellas m'a été envoyé par les éditions ActuSF au titre d'un service de presse. Il fait partie de ma semaine « Okorafor », avec la lecture d'un recueil de nouvelles Nabu Nabu chez le même éditeur et Akata Witch à l'école des loisirs. J'ai par ailleurs découvert la plume de l'autrice avec "Qui a peur de la mort ?" qui avait été un gros coup de coeur et dont vous pouvez retrouver la chronique ailleurs sur mon blog.

Mon avis
Il est très compliqué de déterminer à quoi nous avons à faire dans cet ouvrage qui est présenté comme un tome 1 par les éditions ActuSF. Découpé en trois parties, « Binti », « Binti : feu sacré » et « Binti : le retour », chacune d'entre elle offre un début et une fin mais elles ne peuvent absolument pas se lire indépendamment. J'ai tenté d'en retrouver la trace sur internet mais les avis des autres blogueurs quant à sa construction sont tout aussi flous. Je pars donc du principe qu'il s'agit de trois novellas mettant en scène la même protagoniste à différentes étapes de sa vie.

En dehors de ce « flou », le roman de Nnedi Okorafor est remarquable. Ancré dans le courant de l'afrofuturisme, il donne à voir une société éclectique, un space opera de grande ampleur et un traitement saisissant de la question des préjugés, du traumatisme et du racisme. Issue du peuple Himba, très isolationniste et ayant pour coutume de s'enduire le corps et les cheveux d'otjize, Binti est une maîtresse harmonisatrice. Capable, à l'aide d'équations mathématiques complexes, d'harmoniser, elle entre dans une sorte de transe qui lui permet de calmer ses émotions et celles d'autrui, mais également de comprendre des objets complexes. Héritière de son père, elle est destinée à un grand rôle au sein de sa communauté. D'un autre côté, l'école d'Oomza lui offre une bourse afin d'étudier à leurs côtés ce qui la passionne. Contre l'avis de sa famille, les habitudes de son peuple, elle choisit de partir. Une trahison qu'elle commet envers les Himba, eux qui refusent de quitter leur terre. C'est ainsi qu'elle embarque à bord du Troisième Poisson, genre de vaisseau extraterrestre vivant, qui est censé la conduire vers ses rêves. Dès le départ, et avant les Méduses, son voyage n'est pas de tout repos. Elle croise beaucoup de Khoush, pour qui sa peau couverte de terre rouge (l'otjize) est synonyme de sauvagerie, de boue, d'infériorité. L'autrice écrit avec justesse les injustices que subit son personnage, à ce moment de l'histoire, ou bien après, au sein même de son propre peuple.

Lorsque les Méduses attaquent le vaisseau sur lequel elle voyage, tuant l'ensemble de l'équipage, elle ne doit sa survie qu'à son edan. Un objet étoilé qu'elle ne comprend pas très bien mais qui lui permet de comprendre l'ennemi…et de se faire comprendre. Armé de cette étoile étrange mais bienvenue, Binti entame les négociations. Pour sa survie. Pour la paix entre les espèces. le traitement de ces scènes peut sembler un peu étrange, distant, mais par la suite, l'autrice développe tout le traumatisme qu'elle a subit et que personne n'arrive à comprendre : flash back de cette poitrine qui explose sous ses yeux, de la relation amicale qu'elle entretient avec Okwu, une Méduse, et la mélancolie de son pays, aussi, sans se sentir pour autant y appartenir tout à fait. Etrangère dans tous les recoins du monde.

Petit à petit, le personnage de Binti grandit, apprend, et gagne en force et en caractère. Une fois passée l'impression des répétitions, sans doute normale due à l'addition de l'ensemble des novellas, du manichéisme, ou encore de la facilité de certaines actions, on se prend d'affection et de tendresse pour cette adolescente qui n'a sa place nulle part…et partout à la fois.

On appréhende aussi le peuple des Méduses d'une drôle de manière, à travers Okwu, d'abord ennemi, puis ami, on hésite, on ne l'aime pas tout à fait mais on l'accepte pour ce qu'il est : une race différente, non moins sentimentale, non moins réfléchie, non moins complexe. Il y a un beau message que Nnedi Okorafor souhaite transmettre : l'acceptation de l'autre, dans toute sa différence. A travers les Méduses, les Khoush et les autres créatures humanoïdes (ou non) qui peuplent le récit c'est la diversité du monde qu'elle nous offre. Diversité des peaux, des coutumes, des sentiments, des envies. Tout comme Binti doit réviser ses préjugés sur les Khoush et les « gens du désert », ce peuple que le sien déteste et qu'elle méprise aussi en partie, on est amené à prendre conscience de nos propres limites, nos propres à priori.

Enfin, et ce n'est pas rien, la plume de l'autrice est riche mais fluide. Elle apporte avec une certaine poésie et un réalisme saisissant les traditions du peuple Himba de Namibie et donne envie de se plonger dans les histoires de Mascarades et leur mythologie. Sans chercher à provoquer, elle propose une lecture fictionnelle et contemporaine des maux de notre siècle, sans hypocrisie et sans pathos, faisant de la science-fiction un remarquable pont entre nous et les autres.

En résumé

Chacune des parties de Binti ouvre un champ différent mais toutes traitent de l'acceptation, de l'autre, de l'identité, du traumatisme, des préjugés et des normes sociales. Avec des personnages extravagants, une héroïne forte, indépendante mais aussi vulnérable, et tout ce qui constitue le terreau africain dans lequel elle a puisé son imagination (la Namibie, les mascarades, les rites et mythes Himba, etc.), Nnedi Okorafor signe un recueil de novellas puissant et brillant dans le sillon de l'afrofuturisme.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FungiLumini
  20 février 2020
Je ne devais au départ pas recevoir ce livre, puis le destin en a décidé autrement… et bien lui en a pris ! Merci ActuSF pour ce roman hors norme, comme il en existe peu actuellement. La couverture est juste sublime avec ces reflets dorés et son design épuré et étoilé, je l'adore ! Ce qui m'ennuyait un peu était, comme d'habitude, qu'il s'agissait d'un tome 1 sans que cela soit indiqué sur la couverture, même si j'avoue avoir du mal avec ce à quoi correspond exactement ce livre : j'ai vu sur certains sites « intégrale », sur la couverture il n'y a aucune mention, à l'intérieur, il est écrit « t. 1″… Au final, j'ai eu l'impression de lire trois novellas avec la même protagoniste, à des périodes différentes de sa vie. J'aurais peut-être aimé une note de l'éditeur au début pour aiguiller un peu la lecture et le contexte.

Binti est une jeune femme Himba, peuplade minoritaire qui fabrique les astrolabes sur Terre. Maitresse Harmonisatrice de grand talent, elle est appelée à succéder à son père dans la boutique familiale d'astrolabes. Seulement voilà, Binti a été acceptée à l'université d'Oomza et va décider de s'y rendre contre l'avis de sa famille et les coutumes de son peuple. le voyage ne va cependant pas se passer comme prévu.

Ce roman se divise en trois parties : le départ de Binti et son voyage vers l'université, sa vie sur place, et son retour chez les siens. Si la protagoniste voyage beaucoup physiquement, elle fait surtout un important voyage intérieur, découvrant qui elle est vraiment et comment les événements passés ont construit la personne qu'elle est maintenant. J'ai beaucoup aimé suivre son cheminement interne et la voir s'épanouir dans la direction qu'elle a choisie et non celle qui semblait s'imposer à elle. Elle a soif d'aventures et de connaissances et se laisse porter par ses envies plutôt que par des obligations sociales. Un très beau message à passer : ne laissez jamais quelqu'un décider de votre vie pour vous ! La jeune femme expérimente dans sa quête des traumatismes qui la marquent à jamais, mentalement et physiquement, mais elle apprend à vivre avec, pas à pas.

En tant que Maitresse Harmonisatrice, Binti se sert des mathématiques à chaque instant. Elle se met à arborescer lorsqu'elle doit réfléchir, se calmer, méditer… ce qui l'aide à trouver l'harmonie et à communiquer. Lorsqu'elle était petite, elle a trouvé un étrange objet fait d'une matière inconnue : elle la nomme edan, mais une dame du désert lui a dit qu'il s'agissait d'une pierre des dieux. Grâce à cet objet et à ses capacités, elle va réussir à communiquer avec les Méduses, peuple vu comme barbare et ennemi de la Terre. L'edan va devenir son objet d'étude principal à l'université et elle va tenter, non sans mal, de percer ses secrets.

Un autre personnage important du roman est Omzu, premier étudiant méduse à l'université d'Oomza. J'ai trouvé qu'il était très intéressant, de par sa nature, ses valeurs et dans sa relation avec Binti et aux autres. C'est un personnage qui ne parle pas beaucoup et j'aurais beaucoup aimé lire certains passages sous son point de vue.

L'univers proposé par l'autrice est tout à fait différent du nôtre. Bien que le récit se déroule au départ sur Terre, celle-ci n'a rien à voir avec notre planète actuelle. Les peuples n'y sont plus les mêmes, les technologies sont très différentes, la façon de penser certaines choses, par contre, est assez proche… malheureusement. Il est assez aisé de quitter la Terre et de voyager dans l'espace, ici avec des vaisseaux « vivants ». L'université est à une dizaine de planètes de la Terre. Là aussi, le paysage est très différent et les habitants sont de races/espèces variées. Un dépaysement total et plus que bienvenu !

Un récit initiatique passionnant en trois parties : Binti va se dresser contre le destin choisi pour elle par ses pairs et suivre sa propre voie, avec toutes les conséquences que cela aura pour elle. Une quête d'identité dans un univers futuriste fascinant. Une très belle lecture !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lutin82
  16 février 2020
Du fond, de la créativité, Binti est une novella très prometteuse qui met en lumière une jeune femme pleine de fougue. Ce space opera oppose le peuple des Méduses aux êtres humains, un conflit qui surgira dramatiquement dans la vie de la jeune femme. Les thématiques sont abordées avec élégance, avec des mathématiques au coeur de l'équation. L'obtention des deux prix font grimper des attentes qui seront sans doute déçues en raison du format trop court pour exploiter son potentiel, et d'un traitement YA. Mais pour 100 pages, c'est plutôt très engageant.

Voici une novella qui a relevé toutes les promesses contenues dans son tome d'ouverture. Si initialement, le premier volume avait un petit parfum de Young Adult de grande qualité, Nnedi Okorafor a sauté le pas et nous propulse dans un space opera sensible et subtil centré sur les difficultés relationnelles entre peuples ou personnes ayant de fortes discordes – ou conflits. J'ai été enthousiasmée par cette lecture.

critique plus complète sur mon blog
Lien : https://albdoblog.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
apcalipticart
  10 février 2020
Ce roman de science-fiction, s'encre dans le mouvements african-futurism. Il s'agit, de reprendre la civilisation africaine et de la remettre au centre de l'intrigue. Binti emprunte donc au chamanisme et aux coutumes moins occidentales. le dépaysement est total et ça fait du bien. Pour citer un exemple plus connu : Zoo City de Lauren Beukes est un parfait exemple pour commencer. .

En plus d'appartenir à un genre qui sort des carcans habituels, Binti revêt une intrigue, complexe et bien menée. A coups de chapitres courts, on suit les protagonistes principales aux confins de la galaxie. Suivant un schéma narratif classique, l'ajout d'une race galactique atypique, belliqueuse, ajoute de la fraîcheur à un genre qui voit son renouveau depuis ses dix dernières années. .

Si la trame narrative est classique (la quête de l'dentité), les personnages secondaires viendront ajouter du piment à cette quête, qui semble ne pas être jouée d'avance du tout. Les races se multiplient et plus on avance dans l'intrigue et plus l'autrice emmène son public avec elle, mené par une écriture efficace, presque trop fluide par moment. On regrettera certains passages, qui mériteraient plus de détails, de descriptions. .

Pourtant, l'immersion est totale et au fur et à mesure du voyage galactique, des prises de positions se dessinent. A travers certains personnages, la religion, la guerre ou encore la sexualité et la famille deviennent des terrains de jeux argumentatifs. Ce sont là des sujets qui sont traités simplement, mais intelligemment. L'intrigue avance, il se passe beaucoup de choses et d'un coup tout s'arrête, brutalement. Un événement nous rappelle à la dure réalité et on se souvient que la paix n'est qu'une autre façon de déclarer la guerre. .

Binti nous fait voyager et ne tombe pas dans les travers du style trop technique, que la SF arbore souvent trop fièrement. A l'aide de ses deux personnages uniques, l'autrice déploie sans prétention tout un panel de réflexions, pas si galactiques que ça et c'est pas un mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3534 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..