AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Irène Sokologorsky (Traducteur)Georges Nivat (Préfacier, etc.)
EAN : 9782020131193
159 pages
Éditeur : Seuil (02/05/1991)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Ce récit impertinent garde jusqu'à aujourd'hui une fraîcheur étourdissante. Paru en 1928, il fit d'Olé­cha un auteur célèbre du jour au lendemain.
Mais il l'enferma aussi dans un succès dont cet esthète soviéti­que ne s'affranchit pas. Olécha reste - injustement ­l'auteur d'un livre. La sobriété de style d'un Bounine, la sophistication des constructivistes, l'impertinence d'un dandy se marient au burlesque et à l'inquiétant d'une physiologie à nu et d'un freu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bookycooky
  22 août 2019
Lui, c'est André Petrovich Babitchev, directeur du trust de l'industrie alimentaire,
un charcutier en gros, un confiseur en gros, un cuisinier en gros, bref un personnage en gros 😄, un barine !
“Et moi, Nicolas Kavalérov, je suis son bouffon,” son parasite, le narrateur de cette histoire, “L'Envie”, publié en 1927, dix ans après la révolution bolchevique, et considérée le chef d'oeuvre de mon créateur Iouri Olécha. Je suis l'homme qui haïssait tout le monde et qui enviait chacun, le veinard, l'orgueilleux qui débordait de plans magnifiques, voulait accomplir de grandes choses mais qui n'en fit rien .
Ceci est mon histoire, l'ivrogne, le poète, le bon à rien, bref l'homme du monde ancien, et celle de l'homme que j'envie et haï, André Babitchev, l'homme nouveau, le superman du nouveau régime communiste. Racontée dans le contexte du chaos de l'édification du rêve socialiste russe et des désillusions qui s'en suivirent, un récit qui va inéluctablement vous dérouter.....
Sous forme d'une fable mi-baroque, mi-fantastique d'une prose enchanteresse,
une plongée dans la société russe du début du siècle dernier, dans les années qui suivirent la révolution. Un saucisson y devient le protagoniste d'un festin digne d'un tableau de Tiepolo ( le banquet de Cleopatre / la référence est de l'auteur, pas de moi 😀), la verrue d'une tante s'épanouit en une modeste fleur des champs, qu'une piqûre d'abeille enivrée va transformer en “une sorte de serre tropicale”, ......
Iouri Olécha est considéré comme l'un des plus grands romanciers russes du XXiéme siècle. Né en Ukraine d'une famille d'aristocrates polonais ruinée, il accueille avec enthousiasme la révolution bolchevique de 1917, alors qu'il vient d'avoir dix-huit ans; mais il en revient très vite quand le rêve du plan quinquennal prend le pas sur celui de l'homme nouveau. Cette mise en cause de la nouvelle société soviétique est ici mise en scène dans un face à face de l'homme ancien et de l'homme nouveau, dont l'individualité est sacrifiée au profit de la communauté et les sentiments au profit de la raison. C'est son premier roman, considéré comme son chef-d'oeuvre. Un formidable challenge de lecture, que je vous invite à découvrir.
«  Toute époque expirante envie celle qui va la remplacer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          910
Renod
  12 mars 2015
L'écrivain Iouri Olécha a fêté ses dix-huit ans en 1917. Son entrée dans l'âge adulte a coïncidé avec la Révolution et il s'est senti « suspendu entre deux mondes ». La révolution dont l'un des objectifs était de former «l'homme nouveau », un travailleur plein d'abnégation et d'enthousiasme, pourvu d'une conscience communiste, entièrement dévoué au collectif, a fracassé l'ancien monde reposant sur l'individualisme . Olécha va illustrer l'opposition entre ces deux mondes avec les personnages de son roman « l'envie » : Andreï Babitchev et son contraire, son frère Ivan ; Volodia Makarov, l'ambitieux, et son adversaire, Kavalerov.
Andreï Babitchev est un entrepreneur infatigable qui travaille dans l'industrie agroalimentaire. Il oeuvre jour et nuit à la construction d'une immense cantine qui proposera des repas de qualité pour un coût modique. Il est capable de s'extasier pour la conception d'un saucisson de veau d'un excellent rapport qualité-prix mais n'éprouve aucune sensibilité pour la poésie ou le romantisme. A ses yeux, son frère Ivan est « un paresseux, un propre à rien, un individu nuisible ».Ivan est un inadapté, un rêveur, parfois magicien, médium ou prêcheur. A ce nouveau siècle centré sur le pratique et l'utile, où les idoles sont la machine et l'usine, il réplique en inventant une machine qu'il baptise «Ophélie », du nom de l'héroïne qui a perdu la raison par amour. La machine n'apparaît à aucun moment, elle n'existe que dans ses paroles. Ophélie est « une blagueuse, une menteuse, une fripouille sentimentale », elle est tout à la fois un rêve, une supercherie, une mystification, elle condense les sentiments et les émotions du siècle passé. Pour Ivan, les âmes sont guidées par les génies des sentiments. Pour faire surgir ces diables et les jeter en spectacle dans une arène, il cherche un prototype qui illustre parfaitement sa thèse. Il le trouve dans l'entourage de son frère qui a recueilli le citoyen Kavalérov. Kavalérov est aigri. Il souhaite de tout son coeur réussir par la force de son individualité et être reconnu. Il se sent étouffé dans cette société qui ne parle que d'effort général et d'utilité. Hébergé par Babitchev, il observe avec rage la réussite de cet industriel qu'il trouve stupide. Et la chambre qu'il occupe est réservée à Makarov, jeune homme plein d'avenir, d'ambition, sportif émérite que Babitchev considère comme son propre fils. Makarov symbolise l'homme nouveau. Il recommande à Babitchev de chasser son hôte. Après, l'expulsion, la déception amoureuse : la belle Valia, nièce d'André et fille d'Ivan, convoitée par Kavalérov, est éprise de Makarov et se moque du romantisme de son prétendant. Kavalérov se rabat sur sa logeuse, une veuve qui le dégoûte. Il est le perdant. Et son âme est guidée par un fort sentiment d'envie. Mais même dans les bas-fonds, Iva le foutraque n'est jamais loin...
J'ai été surpris par la liberté de ton et par la fantaisie de ce roman. C'est une critique directe des principes moraux de l'idéologie communiste. le récit est d'une grande modernité, il pourrait être l'oeuvre d'un auteur contemporain. J'ai parfois été décontenancé par la succession des scènes : le récit parfois onirique, politique ou burlesque, peut passer d'une scène de cirque à un match de football... Ce roman impertinent publié en 1927 présage les malheurs à venir : l'individu sera prochainement écrasé par la machine totalitaire et la créativité sera mise au service de la "réalité" et de l'idéologie. Quelques années plus tard, en 1931, Olécha décrètera la mort de la littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
zellereb
  21 octobre 2018
Une superbe pioche en bouquinerie. Un petit bijou facile à parcourir, où beaucoup de métaphores étonnent, et transportent sur fond de réflexion politique dans une fantasmagorie époustouflante, entre rêve et réalité. C'est clownesque, poétique et merveilleusement écrit.
On est au début du XX è siècle. C'est la révolution en Russie. Kavalerov, un clochard est recueilli saoul dans la rue par Babitchev, directeur d'un trust alimentaire. Celui-ci lui offre un coin de chambre où dormir, et parfois un petit boulot, comme de transporter du saucisson. Kavalerov, désoeuvré, observe tous les faits et gestes de Babitchev, ce qui n'est pas rien. Il devient envieux de lui. Disons plutôt que c'est sa haine du capitalisme qu'incarne Babitchev qui motive son sentiment d'envie. le sentiment d'envie est illustré en profondeur, et vient avec lui la question des sentiments en général.
Un livre subtil à lire.
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DidishaDidisha   09 avril 2015
Il n'a pas besoin de se peigner ni de mettre de l'ordre dans sa barbe et sa moustache. Son crâne est presque rasé, et sa moustache est toute courte, juste sous le nez. Il a l'air d'un grand garçon obèse.
Il prend un flacon. Le bouchon de verre émet un petit tintement. Il se verse de l'eau de Cologne dans la main qu'il se passe ensuite sur la boule de sa tête: du front à la nuque et retour.
Le matin il déjeune de deux verres de lait froid. Il va chercher la cruche dans le placard, se sert, et boit le lait sans jamais s'asseoir.
Ma première impression a été étonnante. Je n'aurais jamais imaginé; je n'aurais jamais cru. Il se tenait devant moi, avec son costume gris élégant, sentant bon l'eau de Cologne. Ses lèvres étaient fraîche, légèrement en avant. C'était en somme un vrai dandy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RenodRenod   06 mars 2015
Le matin, il chante dans les cabinets. Ceci pour faire comprendre quelle est la santé et l'épanouissement de vie de cet homme. Le besoin de chanter le saisit comme un réflexe. Ce sont des modulations sans paroles, (...) et qui peuvent se traduire ainsi :
"Que je suis à l'aise dans la vie !... ta-ra, ta-ra... Mon estomac marche bien... ra-ta-ta, ta-ra-ri...Mon sang circule... ra-ti-ta-dou-da-ta... Evacue, boyeau, évacue, ta-ba-ba-boum !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DidishaDidisha   16 avril 2015
Quelles étaient les raisons qui avaient poussé une personnalité de son importance à porter les yeux si bas, à arrêter son regard sur un jeune homme inconnu et d'allure suspecte?
Commenter  J’apprécie          30
CathRoyCathRoy   17 juin 2019
Ainsi tout peut se résumer à ce paradoxe que le plus difficile dans la vie, c’est la vie elle-même — attendez un peu que je meure et alors vous verrez comment je vivrai.
Commenter  J’apprécie          30
zellerebzellereb   21 octobre 2018
C’est le soir. Il travaille. Moi, je suis sur le divan. Nous sommes séparés par la lampe. L’abat-jour (c’est ainsi que les choses m’apparaissent) anéantit la partie supérieure de son visage, elle n’existe plus. La seconde moitié est accrochée en l’air. Sa tête dans son entier ressemble à une tirelire.
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
319 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre