AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2017028096
Éditeur : Hachette (29/03/2017)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 396 notes)
Résumé :
"Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre? Que feriez-vous? Comment vous habilleriez-vous? Qui aimeriez-vous embrasser? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour sauver votre vie?

Samantha Kingstone a tout pour elle: le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une côte de popularité illimitée.
Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (146) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  10 avril 2017
J'ai un ressenti mitigé envers ce roman. Il y a des choses que j'ai beaucoup aimées et d'autres pas du tout. Pourtant, je garde un sentiment positif pour Before I fall, comme si les points négatifs avaient en fin de compte été balayés pour laisser la place au message de l'auteur.
Before I fall a ce côté original qui m'a intrigué. le sujet, bien sûr mais aussi la façon dont l'auteur allait traiter tout cela me titillaient. Car, il faut le dire créer un roman dont le thème est axé sur le fait de revivre plusieurs fois la même journée… c'est quitte ou double. de ce côté-là, chapeau bas. J'ai vraiment eu l'impression de ne pas avoir cette effet de déjà-vu même si certains éléments reviennent. Il y a une évolution, des changements infimes qui produisent des effets dont on ne se doutait pas. En fin de compte, je dirais même qu'il y avait tellement de possibilités à cette journée du 14 février que c'est à en donner le vertige.
Le deuxième point primordial de Before I fall est la mort. Pas non plus un sujet facile à aborder. le titre français, d'ailleurs, me gêne un peu dans le sens où il est trop « transparent » par rapport au récit. L'anglais, au contraire, est plus subtil et plus représentatif de la globalité de l'oeuvre. Mais passons. Sam, notre héroïne, est contrainte de revivre son dernier jour. A 17 ans, on ne peut que s'imaginer ce que cela doit représenter. C'est un âge où l'on se croit invincible et où la mort n'a pas de place. Nous avons la vie devant nous, non ? La dure réalité est pourtant tout autre. Un constat violent et perturbant. Pourtant, l'auteur choisit de traiter cela avec un effet de boucle, et pour moi, Before I fall est une métaphore des sept étapes du deuil, du deuil de sa propre vie. Sept jours, sept sentiments. Déni, culpabilité, colère, marchandage, dépression, reconstruction, acceptation. Et là, je dis bravo, car non seulement, cela nous aide, nous les lecteurs à accepter tout ce qui suit, mais en plus, on arrive à un cheminement intéressant et à une profondeur à laquelle je ne m'attendais pas forcément.
Les sept jours que Sam vit sont un parcours prenant, une prise de conscience, un changement brutal mais tellement beau à voir. Je n'appréciais pas tellement Sam au tout début, pour tout vous avouer, mais au final, ce petit bout de femme est devenue pour moi une héroïne attachante, celles qu'on a envie de protéger de tout et pour qui on espère… malgré la vie. Et c'est ça que je garderai en mémoire de ce roman. Pas forcément les points que je vais maintenant aborder.
Deux choses ressortent le plus pour moi, dans les côtés négatifs. Déjà le côté caricatural des personnages. Sam et sa bande d'amies sont populaires, et forcément ce sont des adolescentes superficielles, méchantes, fêtardes, qui se moquent de tout et qui n'en ont rien à faire des conséquences de leurs actes. le beau gosse sportif est un salaud qui ne pense qu'à sauter sa petite copine. Si vous n'êtes pas populaire vous êtes forcément un rebus de la société. Vous êtes en seconde ou en première : même topo. Tout cela est normalisé et ça m'a écoeuré à bien des moments. Je pense que l'auteur aurait pu arriver aux mêmes points de son récit en diluant cet effet caricatural. Certains points ont leur intérêt pour la suite de l'histoire mais franchement… Lindsay est je crois l'exemple le plus parlant. Sam a beau lui trouvé des qualités, je n'en ai vu aucune chez cette adolescente paumée et méchante. Elle a ses raisons, je vous l'accorde, mais elle ne fait rien pour arranger les choses. Un parallèle encore plus poignant face à Sam car en un sens, elle est la seule à évoluer. Même si cette évolution ainsi que ce qu'elle arrive à faire durant ses journées sont en fin de compte effacés. Un petit côté tout ça pour ça qui m'a dérangé.
J'en viens au deuxième point. Qu'est-ce que l'auteur a voulu créer ? En fermant le roman, j'ai eu cette impression que Sam avait accompli tellement de choses, et oui, certes certaines de ses actions auront (je l'espère) des répercutions positives, mais nous n'en savons rien. Et le pire est que le lecteur, lui, est le seul à savoir certaines choses et que personne d'autre ne le saura jamais. Certes, pour nous, cela apporte beaucoup de sens à toute l'histoire mais j'aurais aimé que cela affecte les personnages aussi. J'en viens même à me demander si Sam a vraiment vécu, en fin de compte, ces sept jours. N'est-elle pas morte la première fois, tout simplement, et que ce que nous découvrons, ces sept jours sont en fait un passage lors de notre mort pour accepter notre sort. Nous donner la possibilité de régler certaines choses, d'en vivre d'autres, et de partir sans regret.
Pourquoi Sam, donc, a-t-elle eu cette chance de revivre cette journée ? Aucune explication. Quel était le but de tout cela ? Aucune explication. On ne peut qu'en déduire certaines choses à la fin, mais ce n'est pas clair. La fin en elle-même n'a pas vraiment de sens pour moi, non plus. Il n'y a aucun doute sur le destin de Sam mais pourquoi en est-elle arrivée à cette conclusion ? Il y a aussi tellement de cruauté avec cette fin, envers Sam, le lecteur, ses amis, ses proches… Pour au final ne pas savoir. Rien. J'étais triste de voir tout cela filer et la résignation de notre héroïne qui n'avait alors pourtant qu'un but : sauver une vie. Et cela est peut-être le pire. Cet altruisme désintéressé.
Before I Fall est donc un roman qui fait réfléchir et qui ne laisse pas indifférent. J'irais d'ailleurs voir le film par curiosité pour prolonger un peu plus mon bout de chemin avec Sam.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Korto23
  22 juillet 2012
Et s'il ne vous restait plus qu'un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ? Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l'entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?
Mon avis...
Au début de l'intrigue du Dernier Jour de ma Vie, nous faisons la connaissance d'une jeune fille populaire et pétasse de surcroît (terme utilisé par l'auteure elle-même). Il est vrai que Samantha Kingstone a tout pour elle, mais elle véhicule également l'allégorie de la garce dans toute sa splendeur : antipathique, égoïste, méchante gratuitement, nombriliste, etc. Toutefois, sa vie parfaite bascule du jour au lendemain, trouvant la mort dans un accident de voiture après une soirée bien arrosée. Au lieu de cesser d'exister, elle se réveille le matin de sa mort et aura sept fois l'occasion de revivre les vingt-quatre dernières heures de sa vie. Nous pourrions croire que cela puisse paraître répétitif, mais chaque journée apporte sa nouvelle vision des événements, mais aussi de nouvelles moralités.
Nous décelons aisément l'évolution de Sam en tant que telle, qui est progressive et frappante. Au fur et à mesure que nous tournons les pages de cette lecture, nous nous rendons compte qu'elle se découvre elle-même, se posant plusieurs questions pertinentes. Remettant sérieusement en question ses anciennes affinités, elle se rapproche alors de sa famille, mais surtout de sa petite soeur. Au final, nous tombons indubitablement dans le piège dressé par l'auteure car nous finissons à nous attacher à ce personnage.
La plume de Lauren Oliver est une nouvelle fois magnifique et sincère. Radicalement opposé de Delirium et conçu comme un roman autobiographique, l'intrigue générale paraît simple au premier abord, basée sur un thème déjà vu, mais l'auteure traite avec justesse divers thèmes épineux, comme la mort et le suicide par exemple. Elle relate également deux revers possibles d'une médaille dans le comportement des adolescents : le besoin de paraître parfait aux yeux des autres et celui de pouvoir simplement exister sans être quotidiennement agressé par la première catégorie. Cette globale description permet de mieux appréhender les divers ressentis plausibles que peuvent éprouver les adolescents durant l'âge ingrat, mais cela est d'autant plus touchant car très proche de la réalité.
L'aboutissement de cette lecture est juste parfaite. Nous savons pertinemment ce qui risque d'arriver à notre protagoniste, mais nous ne pouvons pas nous empêcher d'espérer de tout notre coeur une issue un peu plus joyeuse. Néanmoins, cette fin mérite amplement réflexion sur nos actes, mais aussi sur les conséquences qui peuvent en découler.
Conclusion, le Dernier Jour de ma Vie est un énorme coup de coeur et cela commence réellement à devenir une habitude avec les différents romans de l'auteure ! Pour finir, Lauren Oliver nous fait passer un autre message important au travers de son oeuvre : nous devons absolument profiter de tous les petits moments que nous offre la vie comme si c'étaient les derniers.
Lien : http://bibliodekorto.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Archessia
  16 octobre 2011
Sam fait partie des filles les plus populaires du lycée, grâce à Lindsay, Reine de l'école, qui un jour l'a prise sous son aile.
Leur quotidien n'est fait que de rigolade, de drague, de ragots, de piques aux ringards, de fêtes, de beuveries et de shopping.
Une vraie jeunesse dorée, dont la plupart des filles de cet âge-là rêve.
Mais une soirée ne se passe pas exactement comme prévu, et sur le chemin du retour, le pire arrive : la voiture fait une embardée, et Sam meurt.
Au moment où elle ouvre les yeux, elle se retrouve le même matin, celui du 14 février. Croyant d'abord à un cauchemar ou à une énorme impression de déjà-vu, Sam va bien devoir se rendre à l'évidence.
Elle revit la journée de sa mort. La dernière. Encore, et encore, et encore ...
Faire la même chose ? Tout changer ? Quelles options s'ouvrent à elle ? Comment arrêter cette boucle du temps, si cela est possible ?
Sam n'a que ces 24h pour espérer faire une différence.
Ca faisait longtemps que j'avais envie de lire ce livre, je n'en avais entendu que du bien, et comme j'avais adoré Delirium, de la même auteur, je me disais que ça ne pouvait qu'être bon.
Je ne me suis pas trompée, car ce fut une lecture pleine d'émotions, qui m'a prise aux tripes autant qu'au coeur.
Pourtant, dès le début, ce n'est pas comme si on n'éprouvait que de l'amour pour Sam.
[Attention, cette chronique va contenir des gros mots, éloignez les jeunes enfants de l'écran maintenant]
Sam est une pétasse, elle fait partie des filles populaires et en joue à fond. C'est un vrai cliché sur pattes, elle ne vit que pour faire comme ses trois amies toutes aussi populaires, elle ne pense qu'aux garçons et aux fringues, elle est dégoûtée de certaines personnes juste parce qu'elle sont différentes, elle se fout de la gueule des "ringards" de l'école, et pleins d'autres joyeusetés.
On ne peut pas dire que j'avais envie de l'avoir dans mon cercle d'amis ...
Et pourtant, on sent qu'il y a un petit quelque chose, qu'il y a moyen de gratter la couche de vernis.
Quand elle se rendra compte que sa journée du 14 février va recommencer encore et encore, elle va commencer à changer, un petit peu, tout doucement.
Parce qu'après tout : à quoi bon ?
Pourquoi faire attention à son style quand de toute façon, on est morte, et demain sera comme aujourd'hui, à l'infini. Pourquoi calculer les calories ? Pourquoi se retenir de draguer ce prof canon ? Pourquoi tout faire pour garder cette réputation ?
Sam va passer par plusieurs stades, au fil de ces journées répétées, et je peux vous assurer que certaines ont été incroyablement intenses.
Autant il y en a eu des funs, assez sympas, où elle se lâche complètement, autant il y en a eu également où elle a fait des choix horribles, justement car ils ne prêtaient plus à conséquences.
Ca ne sera qu'après bien des débâcles qu'elle se décidera à chercher ce qu'il faut qu'elle change pour que cette journée cesse enfin.
Cette histoire aborde des sujets importants, et souvent très durs. Elle nous apprend que chacun de nos actes, chacune de nos paroles, a des conséquences, que ce soit sur notre vie ou celle des autres.
Qui peut savoir à quel point cette insulte va toucher cette personne ? Ou alors ce coup de main que l'on n'apporte pas, car on n'a tout simplement pas le temps ou l'envie ?
Au fil de ces jours répétés, elle va expérimenter, et observer, goûter aux retombées de ses actes et de ses paroles. Elle apprendra à comprendre ce qui est important, où se trouvent les valeurs qui lui sont chères, que veut-elle vraiment dans la vie, pour elle, et pas seulement pour les autres, pour ce qu'ils voudraient qu'elle soit.
Une véritable évolution que l'on suivra pas à pas, aussi bien dans les réussites que dans les échecs, et cette évolution a un prix, elle est douloureuse, laborieuse, elle se fait dans le sang, la sueur et les larmes.
C'est vraiment fascinant de voir les chemins qu'elle prend, ceux auxquels elle tient, ceux qu'elle veut tenter, etc ...
Niveau amour, nous ne sommes pas en reste non plus, et je dois avouer que j'ai souvent hésiter sur le choix qu'allait faire son coeur.
J'ai adoré voir le développement de ses sentiments, que ce soit les grosses déceptions qu'elle vit (bien faire pour sa tronche, au début), les expériences traumatisantes qu'elle peut avoir (elle l'a cherché ... mais ça reste une scène glauque et dure) ou encore l'émerveillement de certaines découvertes (mon petit coeur a fait d'énormes bonds).
En tout cas, ce qui est indéniable quand on lit ce livre, c'est que Lauren Oliver a un véritable don pour écrire sur les adolescents.
Je me suis retrouvée dans certaines discussions, dans certaines pensées, dans certains actes ou même certains rêves. Dans bien des scènes, je me suis revue à 16-17 ans (pas spécialement la popularité, car ce n'était pas le cas , mais plus dans ce qui pouvait me passer par la tête).
Elle décrit avec beaucoup de précision les tracas, les espoirs et les comportements que l'on peut avoir à cet âge-là. Elle va jusqu'à retranscrire certaines blagues avec énormément de réalisme, et les dialogues, franchement, je pouvais les entendre, réellement.
Ce n'est pas comme certains romans YA où les adolescents y vont à coup de "mince" ou de "zut" quand quelque chose leur arrive.
Non, ici, ça les fait chier quand quelque chose ne va pas, et elles y vont de leur "putain" et autre "merde" comme si c'était des points de ponctuation (bon, d'accord, je me suis complètement retrouvée là-dedans ).
Rien que pour ça, pour cette exactitude et ce réalisme, ce roman doit être lu. Ca contribue à l'immersion totale dans l'histoire.
Le dernier jour de ma vie est un roman coup de coeur et coup de poing, qui m'a procuré de grands sourires, mais également quelques crampes au ventre, et même quelques larmes.
Un livre dur, qui peut choquer par moment, mais qui émerveillera par les valeurs mises en avant, par la beauté des mots et de l'évolution de Sam, et par son histoire d'amour qui vous donne de véritables papillons dans le ventre.
Un bouquin sublime qui veut mettre en avant les choses importantes dans une vie, qui nous montre comment le quotidien peut être merveilleux, si on s'en donne les moyens.
Merci, Lauren Oliver, pour cet intense moment de bonheur ♥
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
tousleslivres
  29 avril 2012
Dans les premières pages du livre on découvre que Samantha va mourir dans un accident de la route, elle revient d'une soirée avec ses copines, elle ne s'en sortira pas...
Ce qu'on lit pendant les 450 pages de ce livre, ce sont les 7 dernier jours de la vie de Sam, qui sont en fait le dernier de jour de sa vie qu'elle va vivre 7 fois. A chaque jour, Sam va vivre cette journée différemment de l'autre. le personnage de Sam est très complexe, elle sait tous les matins que ce qu'elle va faire dans la journée n'aura aucune incidence sur le lendemain, ni même sur la soirée, puisqu'elle aura cet accident fatalement... Je me suis beaucoup attachée à Samantha. Je l'ai trouvé intéressante et j'ai apprécié le fait qu'elle ne reste pas figée, qu'elle évolue, elle apprend de ses erreurs. Elle va aussi en apprendre beaucoup sur ses amis
Ce n'est pas que je n'ai pas aimé, c'est que ce livre manque cruellement d'intrigue, il est plat, trop plat pour moi... peut-être aussi trop ado. Passé un début assez long, le livre commence à bien bouger et à être intéressant passé la journée 4, qui est pour moi un moment fort dans ce livre. Mais ce qui m'a agacé le plus, se sont ces journées, certes différentes, mais sans vraiment de surprise. Pas de coup de coeur, c'est clair, une lecture agréable, un roman qu'on lire sur la plage ou dans un train...
Et l'auteur ne dit pas vraiment si Sam va t-elle mourir à la fin... le doute persiste, mois qui aime qu'il y ait une fin clair et net ou du moins s'il y a une suite, qu'il y ait une fin à cet opus... peut-être que certains trouverons une réponse... le lecteur reste dans le flou total et je trouve ça un peu dommage... Je trouve qu'il n'est pas à la hauteur de tout ce qu'on a dit autour de ce livre...
Autant j'ai adoré Delirium autant celui-ci me laisse de glace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155
saphoo
  21 juillet 2011
Je ne connaissais pas ce titre ni l'auteur, n'avais jamais lu un seul article à ce sujet, j'ai répondu à ce partenariat plus pour le sujet qui frappe tout le monde là ici maintenant demain ou dans fort longtemps, dans tous les cas : un jour sera notre dernier jour.
J'ai eu quelques appréhensions quand j'ai entamé le deuxième chapitre donc le deuxième jour, en réalisant un peu tard que j'allais devoir subir ce type de roman à effet papillon, genre que je n'affectionne pas énormément, cette redondance me donne la nausée, et a le don de m'énerver.
J'ai pourtant poursuivi sans ressentir cette oppression, bien au contraire, bien que les faits peuvent sembler à l'identique, on n'a pas ce sentiment de lire et relire la même journée que Sam va devoir revivre durant 7 jours durant. Bien au contraire, j'ai aimé cette lente métamorphose de cette jeune fille qui à l'image de ses copines doivent s'évertuer à rentrer dans le moule de la jeunesse américaine, et en prime : haïr, ignorer et blesser ceux qui sont autrement ou paraissent hors norme, les normes qui sont qu'illusion et apparat clinquant et dévergondé.
Le premier atout de ce livre pour nous européens, c'est l'approche de cette fresque de la jeunesse américaine, et aussi les coutumes comme celle de la St Valentin, toujours intéressant !
Mais le point fort de ce livre réside dans le cheminement de l'être humain, celui qui prend conscience de l'autre, des vraies valeurs, et de l'importance de la vie, le respect et l'amour de sa famille, de ses amis, et de tout être humain qui mérite une certaine dignité.
Je ne suis pas certaine que les jeunes lecteurs appréhendent la profondeur de ces pensées "philosophiques" à leur juste mesure. La vie et la mort, l'importance d'autrui au sein d'un groupe, la différence de chacun, et l'indifférence qui blesse et meurtrit au très fond de l'âme, l'injustice, et la trahison de ses meilleurs amis, la perte de confiance ... Enfin toute une panoplie d'idées plus ou moins humaines qui devraient avoir le don d'éclairer les êtres "mauvais" ou "bornés" vers une certaine compassion et attention vers autrui et non plus vers soi et uniquement son petit cercle restreint d'amis.
Pourtant, cette histoire serait comme une lumière pour certains jeunes qui ignorent ou refusent de croire qu'on peut être différent et pourtant intéressant, que la vie est un instant unique et qu'il est bien dommage de gâcher, ce si précieux trésor. Qu'il ne faut pas attendre le dernier jour pour dire à son entourage qu'on les aime, et pas attendre qu'il soit trop tard pour faire le bien et cesser de se mettre de la poudre aux yeux par reflet des autres, cesser d'être des moutons.
Au fur et à mesure des jours qui se ressassent, combien on ressent cette souffrance de Sam, même si elle peut apparaitre ignoble, au fond elle n'est que la victime de cette société, mais combien on apprécie sa lente prise de conscience, et sa volonté de connaître la vraie personnalité de chacun, comment elle juge non plus par l'image que donne une personne donnée, mais en prenant le temps de connaître la personne, de parler avec elle, de se faire sa propre opinion et non de boire les seules idées reçues des uns et des autres.
Bien sûr, ce livre est destiné plus à une peuplade d'ados en mal de vivre, à eux qui ne croient pas trop en l'avenir et encore moins au leur, à cette jeunesse qui se détruit à l'extrême croyant que la vie est trop brève pour perdre une seule minute de plaisir en se perdant dans des paradis artificiels, se noyant dans l'alcool.
Malgré les avis qui divergent et ça se comprend facilement, je pense que l'auteur a réussi à peindre une part de l'humain dans toutes ses frasques du plus ignoble à la métamorphose de l'être tel qu'il devrait être : humain tout naturellement dépouillé de son habit d'égocentrique pour ne citer qu'un seul mal qui gangrène cet étrange mammifère penseur ne sachant apprécier la vie telle qu'elle est, ne sachant pas être sans paraître.
Une ode de la fragilité de la vie, des choses, c'est un grain de sable qui fait dérailler le destin, un rien qui fait tout, un nouveau regard quand il est trop tard. Moralité, n'attendez pas le moment ultime pour lever vos yeux, pour ouvrir votre coeur, devenir ce que vous devriez être, et profiter des belles choses dans toute leur simplicité.
Tant de choses deviennent belles quand on sait les regarder.

Pour ma part je recommanderais ce livre pour les ados qui sont ouverts et prêts à sortir de leur costume d'ado juste le temps d'une lecture et à tous les parents d'ados.


Lien : http://lesmotsdepascale.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   12 avril 2017
Au moment où nous nous engageons dans la rue, je me fais la réflexion que la vie n’est peut-être pas si compliquée : la plupart du temps, quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent, on ignore comment et pourquoi les différents fils sont noués ensemble, et ça ne pose aucun problème. On accomplit une bonne action, qui est suivie d’une conséquence désastreuse. Une mauvaise, d’une conclusion heureuse. On reste les bras croisés et tout explose. Et très, très rarement – par un agencement de coïncidences miraculeuses –, on obtient une opportunité de changer le cours des choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
orbeorbe   17 mai 2013
peut-être que vous pouvez vous permettre d'attendre. Peut-être que pour vous il y a un lendemain. Peut-être que pour vous il y en a mille, trois mille ou dix mille, tant que vous avez le luxe de vous y prélasser, de vous rouler dedans, de les laisser filer telles des pièces de monnaie entre vos doigts. Tellement de temps que vous pouvez le gâcher.
Mais pour certains d'entre nous, il n'y a qu'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
RadicaleRadicale   28 mai 2011
C'est bizarre : on s'imaginerait que, lorsqu'un événement terrible survient, tout le reste disparaît, qu'on ne pense plus à aller aux toilettes, à manger ou à boire. Rien ne serait plus faux. Comme si l'âme et le corps ne faisaient pas qu'un, comme si ce traître de corps continuait imperturbablement à fonctionner, se fiant bêtement à ses instincts animaux, réclamant de l'eau, un sandwich ou un tour au petit coin alors que le monde s'écroule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
saphoosaphoo   21 juillet 2011
C’est un enseignement que j’ai tirés de cette matinée : si vous franchissez une limite et que rien ne se produit, la limite perd de sa valeur. C’est comme l’histoire de l’arbre qui tombe dans la forêt : fait-il du bruit si personne ne l’entend ? On repousse la limite, de plus en plus loin, et on continue à la franchir. Voilà comment les gens finissent par se retrouver au bout de la Terre. Vous seriez surpris de constater combien il est facile de basculer, d’échapper à la gravité, d’atterir dans un endroit où personne ne peut vous toucher. Combien il est facile de se perdre… d’être perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
saphoosaphoo   21 juillet 2011
J’ai faim d’une autre lumière, d’un autre soleil, d’un autre ciel. Je n’y avais jamais vraiment réfléchi avant, mais c’est un miracle qu’il y ait autant de luminosités diffrentes au monde, autant de ciels : l’éclat pâle du printemps, lorsque la nature se met à rosir, l’audace luxuriante et radieuse d’un jour de juillet à midi ; l’étendue violette d’un ciel d’orage aux traînées vertes annonciatrices d’éclairs ; les couchers de soleil psychédéliques qui évoquent les trips de drogués sous acide. J’aurais dû en profiter d’avantage, les graver dans ma mémoire. J’aurais dû mourir par un magnifique coucher de soleil. J’aurais dû mourir pendant les vacances d’été ou d’hiver. J’aurais dû mourir un autre jour. Le front appuyé contre la vitre, je m’imagine en train de la briser d’un coup de poing, de la regarder en éclats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Lauren Oliver (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lauren Oliver
Before I Fall Official Trailer 1
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Delirium (Tome 1) - Lauren Oliver

Comment s'appelle l'héroïne ?

Magdalena Ella Haloway
Madeleine Lila Holaway
Lena Nella Haloway
Melina Nala Holaway

13 questions
176 lecteurs ont répondu
Thème : Delirium, Tome 1 de Lauren OliverCréer un quiz sur ce livre
. .