AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782732491752
384 pages
Éditeur : La Martinière Jeunesse (28/05/2020)
3.94/5   35 notes
Résumé :
Depuis que le monde est gouverné par une intelligence artificielle nommée Happy, les guerres ont disparu de la surface de la Terre.

Mais dans le Loop, la prison ultramoderne du District 86, les adolescents criminels sont soumis à une routine écrasante. Chaque jour, à l’heure de la Récolte, ils sont vidés de leur énergie afin d’alimenter le bâtiment en électricité. Et tous les six mois, lors des Reports, ils doivent faire un choix : servir de cobayes l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 35 notes
5
7 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

gruz
  09 juillet 2020
La puissance d'une idée.
Dans ce genre de livre, il faut tout d'abord un concept fort, et une entrée en matière qui happe le lecteur. Pari tenu avec The Loop.
Les romans pour jeunes adultes sont un terreau idéal pour des histoires dystopiques, au futur bien loin d'être idéal.
Après une troisième guerre mondiale éclair, un seul gouvernement tient les rênes de la terre. Largement assisté par une intelligence artificielle au doux nom de Happy.
Les délinquants mineurs, pour certains au passif bien léger, sont enfermés dans le Loop. On y puise alors leur énergie pour alimenter le bâtiment et l'extérieur. Une récolte tout en souffrance, entrecoupée de moments de désoeuvrement. Une vraie prison où l'on donne de soi, avec un choix régulier qui s'offre à eux : servir de cobayes à des expériences scientifiques ou être éliminés.
Un monde où tout semble maîtrisé et codifié, pour la paix de tous. Si on ne creuse pas un peu et si on ne se trouve pas dans la situation de ces adolescents enfermés.
A la croisée de « Prison Break, The Walking Dead et Hunger Games », dit le slogan du la quatrième de couverture. C'est assez juste, mais le roman n'est pas qu'une combinaison de recopiages. Même s'il n'invente rien, il est sacrément bien mené et l'intrigue est assez créative pour le faire sortir du lot.
Premier tome d'une série, The Loop frappe donc d'entrée et la première moitié du livre est franchement captivante. Si la seconde est plus convenue, jamais la tension ne retombe et la « fin » augure d'une suite surprenante.
Ben Oliver fait le job avec envie et talent. Les codes du genre sont bien présents, solidarité adolescente, surprises, violence (justifiée et non gratuite…). le tout sans mièvrerie, dans une intrigue souvent dure et qui ne ménage pas ses protagonistes.
Les personnages, parlons-en. Ils sont attachants, certains étonnants et surtout ils ont tous leurs propres personnalités, ingrédient indispensable pour le sel de l'intrigue.
The Loop prouve une fois de plus que l'inventivité et la vitalité se retrouvent souvent dans la dystopie étiquetée pour adolescents. A tel point, que voilà un livre à conseiller aux lecteurs de tous les âges, s'ils veulent passer un excellent, divertissant et prenant moment de lecture.
Ben Oliver a ouvert une porte sur un monde effrayant et magnétisant. On est impatient de découvrir la suite !
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Lenocherdeslivres
  29 juin 2020
Voilà un bon page turner, efficace et plaisant à lire. Enfin, si on aime l'action et le sang, les changements de cap et les courses contre la montre.
Le principe : dans cette dystopie, les jeunes prisonniers (en dessous de 18 ans), se retrouvent dans le Loop, une prison extrêmement bien gardée où les condamnés servent de "batterie" six heures par jour. Pour cela, ils doivent souffrir atrocement, mais sans être blessés, afin de resservir le lendemain. Et le lendemain. Et le lendemain. le héros, Luka, a dépassé les 700 jours. Il a ses habitudes qui lui permettent de tenir. Mais une révolte gronde à l'extérieur et cela va changer l'avenir de ces prisonniers.
Ben Oliver doit avoir peur que l'on s'ennuie tant il multiplie les actions et les changements de décor. Car on ne reste pas dans la prison pendant tout le roman. Outre par ses souvenirs, Luka va sortir plusieurs fois, physiquement, entre autres pour subir une opération mystérieuse. Car dans cette prison, vous devez (sauf si vous acceptez de mourir) subir des opérations plus ou moins graves : cela peut être juste gênants ou, finalement, mortel. Cela fait partie des obligations imposées à ces prisonniers transformés en objets.
Donc, aucun ennui, des personnages vite attachants et un roman qui finit avec presque plus de questions qu'au début (non, ce n'est pas possible, tant on est dans le flou au début, même si cela se corrige rapidement). Mais The Loop a été pour moi une bonne surprise (malgré l'abus de théories du complot) qui me fait regretter que le deuxième tome ne soit pas encore paru.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Mariloup
  10 juillet 2020
Grâce à la Masse Critique Babelio de juin 2020, j'ai pu découvrir ce premier tome de The Loop. Je remercie encore Babelio et les éditions La Martinière Jeunesse pour l'envoi et la découverte de ce titre dont le résumé m'intriguait fortement!
Le Loop est une prison ultra perfectionnée pour jeunes individus criminels (de 10 à X années, garçon et fille) qui n'ont pas d'interaction entre eux sauf lors d'une sortie précise mais sans qu'ils ne se voient (ils n'entendent que les voix des uns et des autres). La prison est dirigée par Happy, une intelligence artificielle et il n'y a qu'une seule personne "humaine", Wren, qui est là pour la distribution des repas ou de quelques effets comme des livres par exemple. Ces jeunes sont condamnés à mort, ils se savent condamnés mais ils peuvent grappiller quelques mois/années de plus s'ils acceptent des Reports plus lourds. Seulement, ceux qui subissent ses opérations ne reviennent jamais ou terriblement changés. de l'énergie est volée chaque jour aux détenus pour alimenter la prison-même. Nous suivons Luka, un prisonnier de 16 ans, et d'autres détenus tous plus différents les uns que les autres durant leur captivité, leur quotidien qui est toujours le même chaque jour jusqu'à ce qu'un jour, des choses étranges et des événements qui sortent de l'ordinaire se produisent et que le monde implose!
Je ne dirais pas que je me suis ennuyée dans la première partie du roman mais disons que c'était quand même assez long, assez redondant et pas assez passionnant. Mais une fois arrivée à la moitié, c'est devenu très très intéressant et plus entraînant! Enfin, il y avait de l'action et j'avais du mal à m'arrêter de lire! Il y a quelques petites références littéraires (Harry Potter, le seigneur des anneaux...) ce qui est bien sympa et renforce le fait que l'auteur doit être un lecteur passionné! Par contre, je trouve qu'il y a pas mal d'inspiration Hunger Games/L'épreuve/Les 100... c'est assez dur de passer après ces grosses sagas, je le reconnais. Il y a plein de petites choses qui m'y ont fait pensé après, ce n'est aucunement un copier-collé! le roman a sa propre identité, l'univers se démarque surtout que l'auteur s'inspire de notre société actuelle et imagine son avenir car il faut dire qu'elle est en perpétuel mouvement, en perpétuelle évolution. Il ne cesse d'y avoir des nouveautés et des avancées au niveau de la science, des technologies, de la robotique... Nous avons ici un monde science-fiction ultra moderne où le contrôle absolu est le maître mot. Informatique, robotique, électronique, ingénierie... sont au coeur de ce monde évolutif. Il y a des IA (comme dans le Loop), des cyborgs appelés Modifs, des clones, les Normaux (les personnes qui n'ont jamais subi de Report, le Report (une série d'expériences, d'opérations cybernétiques)... C'est carrément un monde post-apocalyptique puisqu'il y a eu une Troisième Guerre Mondiale! C'est plus l'univers qui m'a hypé, plus que les personnages auxquels je ne me suis pas attachée, même pas à Luka le héros principal. Je n'ai pas eu d'accroche particulière malheureusement. Ils ne sont peut-être pas assez approfondis et charismatiques.
Le roman est écrit à la première personne, c'est ce que je préfère car cela me permet d'être au plus proche du protagoniste principal. C'est fluide, ça se lit tout seul mais il faut un petit temps d'adaptation vis-à-vis du vocabulaire spécifique et de la mise en place de l'univers par l'auteur. le découpage est assez particulier dans une grosse partie du roman, à savoir qu'un chapitre correspond à un jour passé dans le Loop, alors il peut y avoir des sauts dans le temps par exemple.
En bref, j'ai bien aimé ma lecture dans l'ensemble qui reste très introductive mais nécessaire (mention à l'univers qui est top!). C'est sympathique mais je n'ai pas forcément hyper envie de connaître la suite. En fait, vu que je me connais bien, je vais dire que je lirai la suite pour au final ne jamais la lire! Donc peut-être que je lirai la suite... ou peut-être pas. ça dépendra. Mais en tout cas, je recommande cette saga à tous les amoureux de dystopie, de science-fiction car c'est pas mal du tout!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Bitlitcom
  31 juillet 2020
L'avis de Tan :
Se lever, manger, lire, faire de l'exercice, manger, faire de l'exercice, lire, manger, souffrir intensément au moment de la récolte, regarder la pluie tomber, dormir. Se lever, manger, lire… Et ainsi de suite, jour après jour. C'est le rythme qu'impose l'auteur dès les premières pages dans ce Loop qui est non seulement le titre du livre, mais également le nom de la prison où va se dérouler une grande partie de l'action de ce premier tome sur les trois prévus. Luka y passe des journées répétitives, seul dans sa cellule avec une maigre permission d'une heure dans un couloir muré où il fait tout pour se vider de son énergie en courant, courant, courant. C'est le seul acte de rébellion possible qui lui reste. Les jours se suivent et se ressemblent beaucoup, jusqu'au jour où, on s'en doute, un grain de sable va venir se glisser dans un rouage quelque part.
Tout commence donc dans un lieu clos, froid et sans pitié. Il y a bien des bruits de couloirs qui circulent au sujet d'une rébellion, mais les prisonniers n'ont strictement aucun moyen de communiquer avec l'extérieur pour en savoir plus. Et puis, à quoi bon entretenir le moindre espoir puisque s'ils sont là, c'est qu'ils ont été condamnés à mort et qu'ils peuvent juste espérer grappiller un sursis en acceptant les Reports, des expérimentations sur l'humain que Josef Mengele n'aurait pas reniées. de l'extérieur, le lecteur ne sait donc pas grand-chose au départ. Il est question d'humains modifiés, de drogués, de tours d'habitation gigantesques et d'une intelligence artificielle omniprésente. de bien maigres indices pour essayer de reconstituer un puzzle qui, de toute façon, n'aura rapidement plus aucun sens. C'est ce contraste entre le monde intérieur de la prison et le mystère du monde qui l'entoure qui tient vraiment le lecteur en haleine pendant une grande partie du roman. Jusqu'à l'évasion. À partir de ce moment-là, protagonistes et lecteurs se retrouvent confrontés ensemble à l'inconnu et au chaos.
Ce qui est rapidement évident en lisant The Loop, c'est que Ben Oliver a le sens du rythme : celui auquel il révèle des informations essentielles d'une part et celui de l'action d'autre part. Il sait ralentir quand il faut pour créer une attente ou une tension et accélérer à d'autres moments pour emporter le lecteur dans une boulimie de pages frénétique. Même s'il se dévore en un rien de temps, le livre n'est cependant pas exempt de défauts. À l'exception de Luka qui est le fil conducteur de l'histoire, la surabondance de personnages sans visage au début noie un peu le lecteur. Ils ont du mal à prendre forme et vie à travers les murs de la prison, et donc à devenir attachants (ou pas). Il faudra attendre un peu avant de pouvoir visualiser qui est qui dans le grand nuage des prénoms, et même là, certains n'arriveront pas à gagner en substance pour que leur destin ait une réelle importance pour le lecteur. Il y a également trop de situations de climax où le héros est sauvé in extremis par un élément extérieur à lui-même, à la façon d'un Deus Ex Machina ; ce qui aurait pu passer comme une lettre à la poste si l'auteur n'avait pas un peu trop abusé du procédé. Et puis il y a la fin qui arrive avec son lot d'explications et de réponses très attendues, mais aussi de nouvelles questions pour tenter de provoquer une furieuse envie de découvrir la suite. Comprendre un peu mieux ce qu'il se passe vraiment aurait dû, à ce point de l'histoire, être un bouleversement pour le lecteur, un moment où la lumière se fait. En ce qui me concerne et, ce, même si je ne l'avais pas vu venir, l'histoire est finalement rentrée un peu trop dans les clous à ce moment-là. Ce qui ne m'empêchera certainement pas de lire la suite l'année prochaine.
Nouvel arrivant sur le marché de la littérature dystopique pour jeunes adultes, The Loop n'échappe pas aux comparaisons : Hunger Games, le Labyrinthe, Prison Break et même Walking Dead. En cours de lecture, les amateurs de mangas penseront peut-être aussi à I am a Hero et à la couverture du tome 3 de Scumbag Loser. La plus évidente commence peut-être à trop dater pour venir à l'esprit des plus jeunes, mais il y a indéniablement du Matrix dans l'âme de ce livre. Pourtant, malgré tout cela, The Loop a su trouver sa voix avec une intrigue qui mêle adroitement moments d'horreur pure, noirceur sans concession, scènes d'action tendues et rebondissements multiples. Autant dire que ce livre est particulièrement efficace et qu'il ferait une très bonne minisérie ou série de films. En espérant que la suite soit aussi surprenante.
Lien : https://www.bit-lit-leblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
loudu76
  09 juillet 2020
Un très bon roman de dystopie / SF très intelligent, mais étrangement j'ai eu du mal à m'attacher à l'histoire.
On suit dans ce roman le personnage Luka, qui est emprisonné depuis un peu plus de 2 ans. Luka et tous les autres sont retenus dans le Loop, prison qui chaque jour leur prend toute leur énergie pour l'utiliser pour la Société.
On se situe dans un monde qui se veut parfait, les guerres n'existent plus ; et tout cela, c'est grâce à l'intelligence artificielle Happy. Mais les choses vont vite dégénérer, et Luka et ses amis devront faire face à des êtres aussi violents qu'effrayants...
Je n'en dis pas plus pour le résumé, car les choses se passent très rapidement dans le roman et c'est mieux d'y entrer sans en savoir trop !
J'ai trouvé ce roman très bien réussi, il fait un bon premier tome et annonce une suite tout aussi haletante et palpitante. L'écriture est agréable et simple, le récit très rythmé et très vite on sent que le temps est compté. En lisant The Loop, je me suis parfois sentie oppressée, angoissée, et ça rendait l'expérience de lecture particulière et très réaliste.
Le récit avance rapidement et il n'y a pas de longueur, c'était donc très agréable d'avancer dans l'histoire. Malgré tout, je n'ai pas réussi à accrocher à ce que je lisais, même si c'était indubitablement bon. Je me suis sentie en retrait avec ce qu'il se passait, malgré le fait que je ressentais facilement l'angoisse des personnages.
Les personnages sont réalistes mais peu détaillés. C'est peut-être aussi ça qui m'a tenue en retrait de l'histoire, mais impossible de m'attacher à eux même si leurs réactions m'ont semblé logiques et compréhensibles.
On n'explore pas énormément leur personnalité en elle-même, j'ai l'impression que l'auteur s'est simplement contenté de nous les présenter en deux lignes.
J'aurais donc aimé en voir plus des personnages, mais également plus de l'univers dans lequel on évolue. Je ne doute pas que ces points seront très sûrement approfondis dans les deux prochains tomes (car il s'agit d'une trilogie), mais en tout cas ces petits bémols ne me permettent pas d'avoir envie de découvrir la suite.
En bref, c'est un roman très intelligent au rythme entraînant, qui saura plaire à tous les fans du genre ! Ce n'était juste pas le genre d'histoire qui me passionne, c'est pourquoi je reste objective et vous conseille de lui laisser sa chance !
Bonne lecture !
Sacha
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   23 juin 2020
La liberté est un privilège qu'on ne savoure vraiment qu'après qu'on vous en a privé.
Commenter  J’apprécie          90
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   26 juin 2020
Les humains ne demandent qu'à sacrifier leur semblables à leur propre intérêt.
Commenter  J’apprécie          80
MariloupMariloup   10 juillet 2020
"J'ai honte de rêver d'une guerre. Sauf que quand vous êtes dans une cage, quand vous êtes brisé, la guerre est votre seul espoir." # Luka
Commenter  J’apprécie          40
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   13 juillet 2020
Ce sentiment de futilité, de désespoir… Voilà ce qu’on obtient quand on choisit des dirigeants au cœur de glace, des juges au cœur de glace. Quand on confie le destin des humains aux machines.
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   13 juillet 2020
Chaque fois, l’humanité survit, s’adapte, se renforce, se multiplie et continue de ravager cette planète et toutes les autres espèces qui la peuplent.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : dystopieVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Ben Oliver (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3587 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre