AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213687005
Éditeur : Fayard (18/11/2015)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 170 notes)
Résumé :
À peine seize ans, cette gamine retrouvée nue, étranglée près du cimetière... Et ces pervers qui s'exhibent entre les tombes... Et ce fumier qui croit séquestrer l'innocence qu'il a perdue...
Morte d'avoir trop ou mal aimé ?
Des halls de banlieue, zones de non-droit, à la propriété somptueuse d'aristocrates au-dessus des lois, la Crim' est malmenée, impuissante à répondre au drame des parents ! Alors que l'ADN reste muet, un témoin "signe" une vérité ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
carre
  29 octobre 2016
Lionel Olivier choisit un angle original, celui d'être au plus près des enquêteurs avec à sa tête le commandant Quentin Fergeac. Lui et son équipe enquêtent sur le meurtre d'une jeune fille mais aussi sur la disparition de sa meilleure amie. Si l'on suit les avancées avec intérêt, c'est dans l'immersion au fameux 36, quai des orfèvres que le roman est le plus intéressant. Travail minutieux, répartition des taches, des heures et des heures sans compter pour trouver l'indice qui fera basculer l'enquête. Une course aussi contre la mort pour retrouver l'adolescente disparue. Derrière Fergeac, une équipe dévouée, soudée et attachante.
On reprochera cependant à l'auteur de balancer sa conclusion en deux mains, trois mouvements, un peu tirer par les cheveux et finalement pour le coup plutôt frustrante. Couronné du « Prix du Quai des Orfèvres » 2016. Pas mal.
Commenter  J’apprécie          410
Stelphique
  30 juillet 2016
Ce que j'ai ressenti:…Je ne sais même pas l'expliquer…
C'est en fait à l'ouverture de ce livre que tout se fait…Le style direct, sans fioritures, l'embarquement immédiat dans une enquête avec des thématiques plutôt intéressantes: j'accroche bien…Tu lis, tu lis, tu dévore presque les pages… Tu te laisses prendre au jeu des fausses pistes, tu apprends deux, trois données concrètes et réelles sur le vrai métier de flics. Sûr de ta trouvaille puisque c'est quand même, le gagnant du Prix du Quai des Orfèvres. 2 soirées auront suffi pour mettre le point final à cette lecture…
Oui, mais voilà…Tu as lu, tu as aimé la dynamique, l'écriture franche et directe, mais ça coince…Pourquoi? ???!!!
•Aucun feeling avec l'équipe: c'est assez rare, mais là, rien ne se passe. Il a beau y avoir des « dîners », de légères rétrospectives, ça passe pas…Rien.
•La fin est décevante: ce final m'a laissée un peu perplexe, on n'a pas les réelles motivations du tueur, c'était peut être aussi que c'est du « déjà-vu » quand au dévoilement de celui ci…et puis il y a des zones d'ombres encore, sans compter des détails un peu tiré par les cheveux…Bref, décevant.
• Il manque aussi une cruelle émotion pour les victimes. J'ai besoin d'empathie envers ces victimes, un minimum de psychologie, et là, rien. Même quant à leurs « choix », ça reste flou. Même par rapport au titre, on aimerait plus de prise de position, plus de liant, et …Rien.
•Le tueur: on aimerait qu'il est plus de carrure, plus de poids dans cette histoire. Hop, une pirouette et c'est fini…Non je suis désolée, c'est sans intérêt ce méchant…Il ne fait ni peur, ni n'est crédible…Décevant.
Et là, tu remarques qu'il y a plus de points négatifs alors que tu as passé, « à priori », un moment de lecture assez plaisant ( deux soirs pour 350 pages, c'est quand même pas mal)…Je n'ai rien compris…Ce livre me laisse perplexe, c'est la première fois que j'ai un tel sentiment…Quand je le lisais, ça allait, et à la fermeture, je me dis qu'il manquait d'âme, ou tout simplement d'émotions. C'est peut être que l'auteur s'est trop tenu à la « vérité » d'une enquête, mais n'a pas assez exploité les noeuds sociologiques qu'il pose à son intrigue…Je ne sais pas trop expliquer, c'est comme ça: j'ai certainement dû passer à côté…

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
paillasse71
  24 décembre 2015
Testé pour vous aujourd'hui "Le prix Quai des orfevres 2016" et donc le bouquin que la tata ou le cousin un peu radin vous offrira pour Noel. Et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est pas folichon et que vous allez leur en vouloir de pas avoir cherché un peu plus dans les rayons! Un peu de suspense oui mais une histoire et une enquête bien baclée par son auteur. Le denouement notamment est bien honteux usant d'une facilité ultra convenue et d'indices qui apparaissent comme par hasard sur la route des flics (nan mais serieux le coup de la gerbe sur la scène de crime, n'importe quoi... et pourquoi l'assassin y a pas coulé un bronze aussi?). Une écriture pourtant pas ininteressante mais une histoire trop bancale et mal pensée qui rende ce bouquin vraiment dispensable.
Commenter  J’apprécie          150
DesLivresEtMoi7
  13 décembre 2015
Prix du Quai des Orfèvres 2016: le crime était signé, de Lionel Olivier, chez Fayard.
Le pitch: Quentin Fergeac et son groupe du "36" se voient chargés d'une enquête suite à la découverte du cadavre d'une jeune fille, retrouvée nue, étranglée dans le coffre d'une voiture abandonnée. Alors que l'enquête mène, trop facilement peut-être, vers un trio de pervers qui s'adonnent à des relations sexuelles en plein cimetière, les enquêteurs s'aperçoivent qu'une autre jeune fille, avec qui la victime entretenait une relation amoureuse, reste introuvable...
Remarqué en tête de gondole dans de nombreuses librairies pour son prix, je n'ai pas résisté à la tentation de me procurer ce polar au titre accrocheur. L'auteur nous livre une enquête réaliste et très prenante jusqu'aux dernières pages. le style de l'auteur, vif et fluide, rend la lecture aussi rapide qu'elle est plaisante. Très fouillé sur l'aspect judiciaire et l'actualité, l'auteur a su nous faire découvrir avec brio le travail des services enquêteurs, parfois même au point de nous noyer dans les trop nombreux détails du code de procédure pénale. Les personnages sont intéressants et forment une belle équipe autour de ce chef, ébranlé par la mort de son fils quelques années plus tôt, mais reste courageux. L'intrigue est très bien menée et le dénouement, qui aurait mérité d'être davantage développé et creusé, est surprenant et inattendu, prenant ainsi le lecteur au dépourvu.
Bref, un polar à découvrir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Gaoulette
  24 avril 2017
Une vraie surprise ce polar. Rondement mené et surtout il prend le lecteur d'une autre manière. Une enquête vue du 36 Quai des orfèvres avec des hommes tout simplement. Pas de super-héros, de profilers qui pointent plus vite que leur ombre, juste des hommes/femmes qui sont bons dans leur métier et qui ont aussi des faiblesses.
Des hommes/femmes qui travaillent en équipe pour trouver des liens dans leur enquête et avancer pas à pas. Un groupe uni dans leur travail et s'entraide et essaye de concilier vie privée et professionnelle. Des humains qui voient des horreurs au quotidien et essaient de faire abstraction chez eux. Et des protagonistes qui vivent aussi des drames dans leur vie privée et font tout pour le mettre de côté dans leur boulot.
Pour ce roman, prend le lecteur au dépourvu sur sa manière de traiter l'enquête. Une jeune fille trouvée assassiné dans un fourgon et un travail de fourmi s'installe. L'auteur ne rentre pas dans la vie de famille ou n'en mets pas plein la vue sur le déroulement de l'enquête. D'ailleurs cela peut déconcerter les amateurs de polar ou thriller. Non il nous fait vivre à l'intérieur, en pleine immersion et en temps réel. Et je comprends tout à fait le prix de ce roman. Cela change des polars habituels.
Pour moi c'est un coup de coeur surprise pour sa prise de risque et surtout montrer autre chose des polars habituels. Prix du quai des orfèvres 2016 amplement mérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   28 juillet 2016
-Allez vous faire foutre!
Après cette invitation à aller goûter des plaisirs prétendument helléniques, la discussion s'engagea dans la voiture où l'étroitesse de l'habitacle se prêtait à plus de familiarité.
Commenter  J’apprécie          220
asnicoasnico   06 juillet 2016
Des corps appuyés contre les troncs nus, comme des étais. Des groupuscules pour le comité d'accueil aux entrées des halls, liés entre eux par des critères communs, signes d'appartenance choisis et acceptés de tous: bombers, capuches, casquettes, dodounes luisantes sur le dos et baskets de marque aux pieds. Des regards vides, parfois haineux. Toujours des regards sans animosité, aussi. Toujours des regards qui n'y croient plus, qui n'espèrent plus (p 102)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PusziPuszi   22 mai 2016
p.56 "De petits groupes squattaient le hall de l'immeuble où Fergeac voulait se rendre. Pas évident pour une perquisition. Des jeunes, surtout des garçons, un monde de mâles avec ses chefs de meute, ses leaders et ses suiveurs, ses dominants et ses dominés. Une école avec sa pédagogie singulière de l'intimidation, de l'esbroufe, avec sa discipline et ses règles, ses codes et son honneur. Ses provocations, ses bousculades pour se tester, ses mains sur le coeur pour se saluer. Ses compétitions de scooters poussées au paroxysme et ses poursuites dangereuses pour tuer aussi le temps. Un melting-pot recueillant le désœuvrement du monde."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
morinmorin   19 décembre 2015
"La Tour de Montlhéry". Un phalanstère d'amitié.Un lieu et ds murs là aussi, où le groupe Fergeac se retrouvait après avoir affronté la tempête. Des copains parmi les journalistes qui essayaient de vous tirer les vers du nez. .Et tout continuait en chamailleries distrayantes. On repartait requinqué pour de nouvelles aventures, de celles qui attendent les flics dans leur chasse aux malfrats et aux criminels Ressourcé. pour un boulot qui n'en finirait décidément jamais....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emi13emi13   05 février 2016
Un orage venait d'éclater quand ils garèrent leur véhicule devant le " 36 ". Putain de temps ! Et moi qui suis en chemisette , cria Paluche , en sortant de la voiture.
Commenter  J’apprécie          90
Video de Lionel Olivier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Olivier
Lionel Olivier - le crime était signé .Lionel Olivier vous présente son ouvrage "Le crime était signé" aux éditions Fayard. Prix du Quai des Orfèvres 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/prix-quai-des-orfevres-2016-9782213687001.html Notes de Musique : Drown by Altered:Carbon. Free Music Archive. www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Lionel Olivier (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1707 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..