AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782732432113
189 pages
Éditeur : Editions de la Martinière (01/10/2004)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Imaginez... La fin du cours vient de sonner. " Pour la semaine prochaine, dit la prof de français, vous ne lirez pas le chapitre 9. Il est interdit de finir le livre, ni même de le continuer. C'est bien compris ? (Là, les élèves soupirent) Et surtout : interdiction d'en faire un résumé. " Peine perdue... Trois heures plus tard, en rentrant du travail, les parents trouvent leur progéniture en train de lire avant même d'avoir fini de regarder télé ! " Montre-moi tes d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  24 septembre 2017
Un court roman autobiographique ou les confessions d'un ancien non-lecteur, repenti depuis, transfiguré par l'amour.
A l'instar de Daniel Pennac et son "chagrin d'école", il faudra 21 ans à Mikaël Ollivier pour découvrir qu'il aime lire.
Il fallait simplement ne pas le lui demander sans cesse, à la maison, à l'école, tout le temps. Ce qu'il voulait, lui, c'était juste apprendre à exister...
Un récit sur la quête d'identité, sur le mal-être adolescent, la culpabilité, la libération par la parole et, surtout, par l'image (cinéma).
Quelques touchants passages, mais pas assez pour m'enthousiasmer totalement.
Je trouve dommage que l'ensemble frise souvent le prosaïsme, que la confession soit si intime qu'elle finisse par laisser le lecteur un peu seul, dans son coin.
(dès la 4ème)
Commenter  J’apprécie          706
book-en-stock
  31 mai 2019
Un ouvrage de la collection « Confessions » chez La Matinière jeunesse où les auteurs s'adressent à leurs lecteurs et évoquent, entre autre, leur adolescence.
Mikaël Ollivier a choisi de nous raconter comment et pourquoi il n'aimait pas lire : l'emploi de l'imparfait est important puisqu'à présent cela a bien changé !
Le texte est découpé en plusieurs étapes pas forcément chronologiques, plutôt thématiques. le ton est simple, très accessible et sincère, avec sa touche d'humour personnelle. Il n'omet pas de nombreuses références littéraires et cinématographiques dont on retrouve le détail en fin d'ouvrage.
L'auteur nous offre également sa philosophie de la vie, sur la vie et c'est très intéressant, en toute humilité. Je pense que cela peut faire écho dans le coeur des ados dont certains peuvent s'y retrouver vraiment. Une expérience de vie en somme, un exemple parmi d'autres. N'est-ce pas le but recherché des livres ?
Commenter  J’apprécie          230
prune42
  30 octobre 2016
Dans cette autobiographie, le narrateur nous parle de sa jeunesse. Enfant, il n'aimait pas lire même si son frère de quatre ans son aîné, adorait cela et dévorait les classiques. A l'école, récitations et dictées étaient ses pires ennemis et plus tard au lycée, quand il fallait lire les romans au programme du Bac, tous les moyens étaient bons pour se dispenser de ces lectures. C'est plus tard, grâce à sa passion pour le cinéma, que l'auteur a (re)découvert la littérature et à commencé à s'y intéresser de près, devenant d'abord lecteur puis écrivain.
J'ai emprunté ce livre au CDI du lycée où je travaille. J'ai été attirée d'abord par son titre puis par la 4ème de couverture qui m'a donné immédiatement envie de le lire. Néanmoins, ce n'a pas été un grand coup de coeur comme je l'espérais ; ces mémoires m'ont paru assez plates et sans grand intérêt, un peu ennuyeuses parfois. Ces souvenirs sont vite lus et finalement, moi qui espérais découvrir comment convertir des adolescents à la lecture, je n'en sais pas plus. Je retiendrai surtout de ce livre la 4ème de couverture attractive, bien supérieure au contenu du livre en lui-même. Je ne suis pas sûre qu'il parle plus à un lectorat jeunesse auquel il est initialement adressé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
c.brijs
  17 février 2013
Celui qui n'aimait pas lire, c'est Mikaël Ollivier, aujourd'hui écrivain.
Il aimait les livres mais pas la lecture...
Les poèmes mais pas les récitations...
Ni les pages à lire, les résumés, les analyses et autres inventions des professeurs...
Comment est-il devenu lecteur ? puis écrivain ?

"Confessions", voilà une collection intéressante pour découvrir l'enfant qui se cache derrière l'auteur. (Je me souviens notamment de la confession choc de Christian Grenier dans "Ce soir-là, Dieu est mort"où il confie les événements dramatiques qui lui ont fait perdre la foi.)

Ici, à cet intérêt premier s'ajoute la problématique évoquée : la lecture et les livres. Sujet qui m'intéresse en tant que lectrice bien sûr mais aussi en tant qu'enseignante, confrontée très souvent à des élèves qui n'aiment pas lire.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'auteur ne ménage pas l'école qui, selon lui, passe à côté de la vie. Au lieu de découvrir la littérature par plaisir, tout n'est qu'affaire d'obligations... Heureusement, il glisse quand même de-ci de-là le fait que les pratiques ont quelque peu évolué... Et c'est vrai! Depuis plusieurs années, les enseignants laissent tomber les sacro-saintes fiches de lecture pour les remplacer par des médiations plus créatives (écrire à l'auteur, réaliser une bande annonce, créer une nouvelle première de couverture, etc.). le plus souvent également, ils essaient de proposer une sélection et non plus un seul titre, histoire que chaque lecteur y trouve son compte... Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir !

A la lecture de ces pages, j'ai immédiatement pensé au sublime "Comme un roman..." de Daniel Pennac et à ses fameux droits imprescriptibles du lecteur.

Mikaël Ollivier, par son parcours de lecteur, nous les rappelle de façon très concrète !

On ne peut qu'adhérer d'un bout à l'autre à ses réflexions, même si on n'a pas suivi le même cheminement. Et certaines phrases font particulièrement écho à nos propres sentiments à l'égard des livres. Citons par exemple cet extrait où il parle de l'objet livre:
"Je n'aime pas lire mais j'aime les livres. Leurs pages dégagent une odeur de poussière et de colle qui a quelque chose d'intime et de réconfortant."

J'ai également beaucoup apprécié ses nombreuses listes, de sa liste de "Il faut..." qui énumère les obligations qu'on nous sert enfants à son top 10 des livres qu'il a aimés depuis qu'il est devenu lecteur...

En bref, un titre que je conseille vivement à tous ceux qui aiment les livres mais aussi, et surtout, à tous ceux qui n'aiment pas lire !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ValerieLacaille
  28 avril 2016
Une petite pépite littéraire destinée à la jeunesse mais recommandé à tous! Mikaël Ollivier sait raviver nos souvenirs de collégiens et lycéens, confrontés aux décorticages de textes littéraires, au manque de motivation face aux matières enseignées et aux liens étranges qu'elles entretiennent avec tout avenir professionnel, la lassitude d'être comparé au reste de la fratrie, l'envie de faire râler les parents, la tentation du "séchage" de cours, etc.
Ces confessions trouvent forcément un écho sur tel sujet ou telle envie chez le lecteur. Et il faut dire que l'auteur raconte vraiment bien. La nostalgie flirte avec l'ironie, la larme à l'oeil avec le rire, et on ressort de ce petit livre tout heureux d'être en vie, d'aimer lire et d'avoir envie que cela dure encore et encore...
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
prune42prune42   30 octobre 2016
Je pense aussi qu'il est aisé - par inattention, paresse, peur, pessimisme ou désespoir- de s'égarer et de passer à côté de cette "vocation". A côté de sa vie.
Cela peut être n'importe quoi : cuisiner, jardiner, réparer des motos, faire des maquettes, du pain, pêcher à la ligne, jouer au foot, soigner des animaux, piloter des avions, dessiner, chanter, tenir un bar-tabac, faire des films, élever des enfants... Mais quelque chose qui fait que chaque matin, on a le courage de sortir de son lit. De vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
genougenou   21 septembre 2016
Depuis que l'homme est homme, malgré la faim, le froid, la jalousie, la canicule, l'argent, la misère, la maladie, la guerre, le deuil, la conscience de la mort, il fait du beau. Il peint, il chante, il compose, il écrit, il sculpte, il joue la comédie... Envers et contre tout.
Commenter  J’apprécie          340
EloahEloah   09 mai 2010
Je suis timide : les personnages des romans parlent pour moi. Je suis casanier : ils me font parcourir le monde. J'ai peur de déplaire aux femmes : ils les séduisent à ma place. Je comprends mal le monde : ils me l'expliquent en s'y frottant à ma place. Je me sens lâche : ils sont héroïques. Vaniteux : ils m'enseignent l'humilité, la fragilité, l'humanité.
Commenter  J’apprécie          240
rabannerabanne   23 septembre 2017
Et pourtant, dans Stendhal aussi il y a du rêve, de l'aventure, du frisson, du dépaysement, de l'émotion, de l'action et du rire ! (...)
Sauf que personne ne me le dit.
Alors, comment lutter ? Comme Julien Sorel peut-il l'emporter sur Rambo ? Il ne fait pas le poids face à Stallone alors qu'un film et un roman, au départ, c'est la même chose : une histoire.
Commenter  J’apprécie          190
zazimuthzazimuth   24 août 2010
A quoi ça tient la vie ?

A pas grand chose comme tous les miracles.

Certains pensent qu'elle est écrite d'avance et appellent ça le destin. J'y vois plutôt une suite de hasards bons ou mauvais qui, les uns mis au bout des autres, font ce que l'on devient et chacun des jours que l'on traverse.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Mikaël Ollivier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mikaël Ollivier
?Miroirs?, la web-série : Mikaël Ollivier .13 écrivains de la nouvelle vague de la littérature pour ados et Young Adult font face à de jeunes lecteurs, âgés de 14 à 17 ans, pour des portraits chinois croisés en 13 capsules vidéo. Scénariste et réalisateur : Andrés Jarach sur une idée originale du Salon du livre et de la presse jeunesse
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fréres de sang

Que fessaient la famille lors de l'arrestation de Brice ?

Ils lisaient
Ils regardaient la télé
Ils dînaient
Ils se promenaient

16 questions
247 lecteurs ont répondu
Thème : Frères de sang de Mikaël OllivierCréer un quiz sur ce livre

.. ..