AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Celui qui n'aimait pas lire (28)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
rabanne
  24 septembre 2017
Un court roman autobiographique ou les confessions d'un ancien non-lecteur, repenti depuis, transfiguré par l'amour.

A l'instar de Daniel Pennac et son "chagrin d'école", il faudra 21 ans à Mikaël Ollivier pour découvrir qu'il aime lire.
Il fallait simplement ne pas le lui demander sans cesse, à la maison, à l'école, tout le temps. Ce qu'il voulait, lui, c'était juste apprendre à exister...
Un récit sur la quête d'identité, sur le mal-être adolescent, la culpabilité, la libération par la parole et, surtout, par l'image (cinéma).

Quelques touchants passages, mais pas assez pour m'enthousiasmer totalement.
Je trouve dommage que l'ensemble frise souvent le prosaïsme, que la confession soit si intime qu'elle finisse par laisser le lecteur un peu seul, dans son coin.
(dès la 4ème)
Commenter  J’apprécie          736
book-en-stock
  31 mai 2019
Un ouvrage de la collection « Confessions » chez La Matinière jeunesse où les auteurs s'adressent à leurs lecteurs et évoquent, entre autre, leur adolescence.
Mikaël Ollivier a choisi de nous raconter comment et pourquoi il n'aimait pas lire : l'emploi de l'imparfait est important puisqu'à présent cela a bien changé !

Le texte est découpé en plusieurs étapes pas forcément chronologiques, plutôt thématiques. le ton est simple, très accessible et sincère, avec sa touche d'humour personnelle. Il n'omet pas de nombreuses références littéraires et cinématographiques dont on retrouve le détail en fin d'ouvrage.
L'auteur nous offre également sa philosophie de la vie, sur la vie et c'est très intéressant, en toute humilité. Je pense que cela peut faire écho dans le coeur des ados dont certains peuvent s'y retrouver vraiment. Une expérience de vie en somme, un exemple parmi d'autres. N'est-ce pas le but recherché des livres ?
Commenter  J’apprécie          260
prune42
  30 octobre 2016
Dans cette autobiographie, le narrateur nous parle de sa jeunesse. Enfant, il n'aimait pas lire même si son frère de quatre ans son aîné, adorait cela et dévorait les classiques. A l'école, récitations et dictées étaient ses pires ennemis et plus tard au lycée, quand il fallait lire les romans au programme du Bac, tous les moyens étaient bons pour se dispenser de ces lectures. C'est plus tard, grâce à sa passion pour le cinéma, que l'auteur a (re)découvert la littérature et à commencé à s'y intéresser de près, devenant d'abord lecteur puis écrivain.
J'ai emprunté ce livre au CDI du lycée où je travaille. J'ai été attirée d'abord par son titre puis par la 4ème de couverture qui m'a donné immédiatement envie de le lire. Néanmoins, ce n'a pas été un grand coup de coeur comme je l'espérais ; ces mémoires m'ont paru assez plates et sans grand intérêt, un peu ennuyeuses parfois. Ces souvenirs sont vite lus et finalement, moi qui espérais découvrir comment convertir des adolescents à la lecture, je n'en sais pas plus. Je retiendrai surtout de ce livre la 4ème de couverture attractive, bien supérieure au contenu du livre en lui-même. Je ne suis pas sûre qu'il parle plus à un lectorat jeunesse auquel il est initialement adressé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LabiblideVal
  28 avril 2016
Une petite pépite littéraire destinée à la jeunesse mais recommandé à tous! Mikaël Ollivier sait raviver nos souvenirs de collégiens et lycéens, confrontés aux décorticages de textes littéraires, au manque de motivation face aux matières enseignées et aux liens étranges qu'elles entretiennent avec tout avenir professionnel, la lassitude d'être comparé au reste de la fratrie, l'envie de faire râler les parents, la tentation du "séchage" de cours, etc.
Ces confessions trouvent forcément un écho sur tel sujet ou telle envie chez le lecteur. Et il faut dire que l'auteur raconte vraiment bien. La nostalgie flirte avec l'ironie, la larme à l'oeil avec le rire, et on ressort de ce petit livre tout heureux d'être en vie, d'aimer lire et d'avoir envie que cela dure encore et encore...
Commenter  J’apprécie          200
c.brijs
  17 février 2013
Celui qui n'aimait pas lire, c'est Mikaël Ollivier, aujourd'hui écrivain.
Il aimait les livres mais pas la lecture...
Les poèmes mais pas les récitations...
Ni les pages à lire, les résumés, les analyses et autres inventions des professeurs...
Comment est-il devenu lecteur ? puis écrivain ?

"Confessions", voilà une collection intéressante pour découvrir l'enfant qui se cache derrière l'auteur. (Je me souviens notamment de la confession choc de Christian Grenier dans "Ce soir-là, Dieu est mort"où il confie les événements dramatiques qui lui ont fait perdre la foi.)

Ici, à cet intérêt premier s'ajoute la problématique évoquée : la lecture et les livres. Sujet qui m'intéresse en tant que lectrice bien sûr mais aussi en tant qu'enseignante, confrontée très souvent à des élèves qui n'aiment pas lire.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'auteur ne ménage pas l'école qui, selon lui, passe à côté de la vie. Au lieu de découvrir la littérature par plaisir, tout n'est qu'affaire d'obligations... Heureusement, il glisse quand même de-ci de-là le fait que les pratiques ont quelque peu évolué... Et c'est vrai! Depuis plusieurs années, les enseignants laissent tomber les sacro-saintes fiches de lecture pour les remplacer par des médiations plus créatives (écrire à l'auteur, réaliser une bande annonce, créer une nouvelle première de couverture, etc.). le plus souvent également, ils essaient de proposer une sélection et non plus un seul titre, histoire que chaque lecteur y trouve son compte... Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir !

A la lecture de ces pages, j'ai immédiatement pensé au sublime "Comme un roman..." de Daniel Pennac et à ses fameux droits imprescriptibles du lecteur.

Mikaël Ollivier, par son parcours de lecteur, nous les rappelle de façon très concrète !

On ne peut qu'adhérer d'un bout à l'autre à ses réflexions, même si on n'a pas suivi le même cheminement. Et certaines phrases font particulièrement écho à nos propres sentiments à l'égard des livres. Citons par exemple cet extrait où il parle de l'objet livre:

"Je n'aime pas lire mais j'aime les livres. Leurs pages dégagent une odeur de poussière et de colle qui a quelque chose d'intime et de réconfortant."

J'ai également beaucoup apprécié ses nombreuses listes, de sa liste de "Il faut..." qui énumère les obligations qu'on nous sert enfants à son top 10 des livres qu'il a aimés depuis qu'il est devenu lecteur...

En bref, un titre que je conseille vivement à tous ceux qui aiment les livres mais aussi, et surtout, à tous ceux qui n'aiment pas lire !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Troisieme6
  09 octobre 2013
Ce livre m'a vraiment plu. Je suis sûr que certains se reconnaîtront dans cet ouvrage. Au début, je n'accrochais pas vraiment mais en continuant, ce livre devenait de plus en plus surprenant. Plus j'avançais dans l'histoire, plus je voulais connaître la suite. Ce livre est complétement vivant, c'était comme si on se mettait à la place de Mikaël. Quelques fois, à certains chapitres, on ne voyait pas le rapport avec l'histoire mais c'est après que l'on comprend.

C'est fou de voir qu'une personne qui n'aimait pas du tout lire, se mette tout à coup à lire un livre, puis dix, puis toute une bibliothèque, jusqu'à devenir écrivain.
"Pourquoi tu ne prends pas un livre, comme ton frère?
-J'aime pas lire."
"Alors pourquoi pas, en résumé, faire mon "Top 10" des des livres aimés depuis dix-sept ans que je suis lecteur."

Ce livre est fait pour ceux qui, comme Mikaël dans son enfance, n'aiment pas lire: il est écrit gros, sur une moitié de page, l'histoire est facile à comprendre et elle est captivante. Ce livre est conseillé pour tout âge.
VL 00
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
argali
  07 décembre 2010
Ce récit est publié dans la collection 'Confessions" des éditions De La Martinière. Pendant longtemps, le livre n'était qu'un devoir scolaire pour Mikaël Ollivier, une obligation. Son frère lisait Tolstoï à treize ans, lui, passait des heures couché, à regarder le ciel. Il nous amène à nous poser de bonnes questions sur la vie, l'amour, les livres. Avons-nous déjà songé à ce que serait notre vie "si"... ? Et le voilà qui passe en revue tous les choix qu'il a posés et l'ont amené au grand amour de sa vie.
Lui qui écrit d'abord pour raconter des histoires, nous en raconte une vraiment plaisante ici.
Commenter  J’apprécie          90
3ZIEM
  30 novembre 2014
Ce livre m'a beaucoup plu, car on rentre dans l'histoire facilement. Il n'est pas difficile à lire,captivant et intéressant. Ce livre parle de son enfance où il détestait les livres, pourtant il est maintenant écrivain. Il dit dans son autobiographie qu' il voulait faire du cinéma, mais il s'est tourné vers la lecture
On s'attache au personnage car il nous ressemble. Je m'identifie au personnage car moi aussi je n' aime pas lire.

C.R.










Commenter  J’apprécie          70
Mitsu73
  04 septembre 2011
Comment l'auteur en-est-il venu à idolâtrer ce qu'il détestait : les livres. Des fois il faut prendre des chemins détournés et non ceux que l'on nous impose savamment.
Intéressante autobiographie de quelqu'un « qui n'aimait pas lire »
Plaira sûrement aux amateurs de « Comme un roman » de Daniel Pennac
Commenter  J’apprécie          60
vallery73
  15 janvier 2010
Si j'ai choisis ce livre c'est parce que le résumé était plutôt drôle pour une mordue de lecture comme moi qui en a pas toujours été une. le seul hic c'est que je pensais que c'était un roman... ce qui n'est pas le cas. Donc j'ai été déçue en partant. Dans l'ensemble c'est quand même bien, ont peux facilement se reconnaitre si enfant nous n'aimions pas la lecture imposer des professeurs. J'y reconnais même mon fils présentement. Mais ça reste une biographie de l'auteur qui explique qu'il n'aimait pas lire petit... J'imagine qu'il ne faut pas se fier à ça pour se donner une idée de ces romans... J'ai trouvé se petit livre dans la section jeunesse, l'idée est peut-être justement de montrer au jeune que tout peux arriver avec des si... et des peut-être que si... (mot et phrase utilisés dans le livre). Tout ça pour dire que ce n'est pas nécessaire de lire ce petit livre, à moins que vous soyez tenté de rendre mon commentaire plus positif. Pour lui donner une chance j'ai quand même entendue de bon commentaire sur ces romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fréres de sang

Que fessaient la famille lors de l'arrestation de Brice ?

Ils lisaient
Ils regardaient la télé
Ils dînaient
Ils se promenaient

16 questions
283 lecteurs ont répondu
Thème : Frères de sang de Mikaël OllivierCréer un quiz sur ce livre