AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Marty (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2359660268
Éditeur : Editions Fei (01/07/2011)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 69 notes)
Résumé :
SHANGAI, 1937.

Prisonnière, Yaya découvre le monde caché du
méchant Zhu et son terrible secret !

Pour sauver sa nouvelle amie, Tuduo semble céder
au chantage de son maître...

Mais il a un autre plan...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  06 octobre 2017
Deuxième tome de la balade de Yaya où cette dernière est emprisonnée par l'ancien chef de Tuduo, Zhu. Très mouvementé entre la recherche de la servante de la maison et un tête à tête avec les serpents gardés en captivité. J'aime le côté fantastique de cette BD avec la faculté de Yaya de pourvoir parler aux animaux, ça allègue le côté dramatique de la guerre sino-japonaise. Trop vite passé encore, l'impression de n'y passer que quelques minutes... Heureusement j'ai le tome 3 sous le coude pour pouvoir continuer cette longue balade !
Commenter  J’apprécie          280
alouett
  24 octobre 2016
Chine, 1937.
Nous sommes à Shanghai au moment où les Japonais lancent leur offensive contre la Chine. Peu à peu, les troupes japonaises s'imposent dans les grandes villes, contrôlent les points stratégiques du pays. Peu à peu, elles s'éloigneront des villes pour contrôler également les campagnes, les hameaux… les endroits les reculés. Face à cette invasion, la population chinoise prend peur et cherche à rejoindre des lieux plus sûrs, sollicitent les proches qui pourraient les accueillir. Dans ce mouvement, les parents de Yaya projettent de rejoindre Hong Kong où un membre de leur famille peut les héberger. Mais avant tout, il faut trouver un moyen de locomotion pour quitter Shanghai. L'histoire débute lorsque Yaya accompagne son père au port. Pendant qu'il paye leurs billets, Yaya furète à droite et à gauche, curieuse de tout. Pipo, son oiseau, l'accompagne et profite de la balade tout en étant posé sur l'épaule de sa petite maîtresse. Soudain, elle entend un air de musique joué au piano. Fascinée, elle se laisse guider par la mélodie qui la conduit dans une salle de banquet. Elle prend place à côté du pianiste puis, n'écoutant que son instinct, elle se met à jouer. La musique transcende cette fillette qui doit passer un concours de piano le lendemain, première étape vers une grande carrière de pianiste… elle en est convaincue. Quelle n'est pas sa déception lorsqu'elle apprend le soir même qu'elle ne pourra passer le concours. En effet, la guerre menace la Chine et les parents de Yaya préfèrent partir avant que le conflit n'éclate. Triste et en colère de ne pas pouvoir passer son concours, Yaya décide de fuguer.
En même temps, dans le quartier pauvre de Shanghaï, Tuduo réveille son petit frère à l'aube. Tuduo, si jeune mais déjà si marqué par la vie, la pauvreté et les coups de Zhu, décide de mettre son jeune frère à l'abri. Peu après y être parvenu, les bombes se mettent à pleuvoir sur la ville. C'est dans les décombres que Tuduo rencontre Yaya. Les deux enfants vont devoir apprendre à survivre seuls.

« La Balade de Yaya » est une série jeunesse et pourtant, la complexité et le sérieux des thèmes abordés donnent de la profondeur à cette histoire. On est face à un récit d'aventure captivant, contenant de nombreux rebondissements et contrairement à l'idée que l'on peut avoir d'un univers qui s'adresse à des enfants, on est confronté à la cruauté des hommes, à la dure réalité de la guerre… Jean-Marie Omont ne cherche pas à enrichir son récit de faux-semblants, il ne ménage pas son jeune lecteur et malmène même un lecteur plus âgé. Pourtant, si la réalité est crue et si l'on peut être surpris que Yaya – la petite héroïne – parvient à échapper au pire [presque par miracle], cette série nous emporte dans un élan de bonne humeur. le dynamisme des personnages, leur pugnacité, rend la lecture entraînante. A chaque fin de tome, la question ne se pose pas. On ferme l'ouvrage tout juste achevé et on prend le suivant pour poursuivre l'aventure. Chaque protagoniste a une personnalité propre et des motivations personnelles dans cette course en avant qui est engagée. Pour autant, le récit est structuré et cohérent et quand bien même chacun tente de tirer profit de la situation, tous convergent finalement vers un même point : la réalisation de leurs idéaux. En toile de fond, le contexte historique [l'invasion de la Chine par les troupes japonaises] met en exergue l'obstination des personnages à parvenir au terme de leur épopée.
D'autres éléments enrichissent le récit puisqu'il sera également question de l'exploitation forcée et de trafics d'enfants, de génocide, de maltraitance, de corruption, de cupidité, d'abandon, de mensonges, d'orphelins, d'oeuvres caritatives… Une trame narrative riche qui aborde la guerre sous toutes ses facettes et montre les pires penchants de l'Homme. le récit est sublimé par les illustrations de Golo Zhao. Chaque dessin est une petite merveille. Un travail à l'aquarelle, des couleurs douces et chaudes la plupart du temps, l'ambiance graphique évite au lecteur de ressentir la lourdeur des événements que doit traverser l'héroïne. Les planches de ces petits formats à l'italienne sont lumineuses, les fonds de cases hyper fouillés jusqu'au moindre détail d'un accessoire. le trait rond de Golo Zhao est un régal et s'accorde parfaitement à la bonhomie et à la bonne humeur des deux personnages principaux (Yaya et Tuduo).
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Colibrille
  16 mai 2015
La balade de Yaya se poursuit dans ce second tome. Son chemin est semé d'embûches. La voilà tombée entre les mains Zhu, le maître violent et cupide de Tuduo. Heureusement, elle peut compter sur l'aide du courageux Tuduo.
Dans ce second tome, le caractère et la personnalité des deux personnages principaux se dessinent de manière plus approfondie. Yaya nous apparaît plus que jamais comme une petite fille naïve et vulnérable dont l'éducation privilégiée ne l'a guère préparée à affronter la vie et ses rudes épreuves... A l'inverse, Tuduo l'enfant des rues se montre particulièrement courageux et débrouillard. N'ayant pas bénéficier d'une enfance dorée comme Yaya, Tuduo a du apprendre à se débrouiller seul et même à encaisser les coups si nécessaire afin de survivre. L'amitié qui naît entre les deux enfants est d'autant plus touchante et forte qu'elle naît dans des conditions extrêmes et fait fi des classes sociales.A mesure que j'avance dans la série, je m'attache de plus en plus aux personnages.
Ce second tome se conclut sur une note très émouvante et nous laisse impatient de découvrir la suite des aventures de Yaya et Tuduo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
glow
  22 mars 2012
Second tome de la série pour la jeunesse écrite par un scénariste français (Jean-Marie Omont) et dessinée par un artiste chinois (Golo Zhao), la balade de Yaya se poursuit là où nous avions laissés nos deux jeunes protagonistes, bien mal en point…
Prisonniers d'un exploiteur d'enfants…
Yaya a été faire prisonnière par le même exploiteur d'enfant qui tenait déjà Tuduo sous son joug. L'homme vil et cupide ne voit que des côtés positifs à la guerre… c'est l'occasion pour lui de « recruter » de nouveaux enfants perdus comme Yaya.
Mais le jeune duo n'a pas dit son dernier mot et va tout tenter pour retrouver les parents de Yaya, le dernier espoir pour la jeune fille pour retrouver sa vie d'avant et la seule échappatoire de Tuduo pour échapper à sa terrible situation…
La suite des aventures de Yaya et Tuduo
Encore une fois, ont se laisse totalement prendre par l'intrigue simple mais accaparante de la série. de malchances en mésaventures, les deux enfants n'ont pas fini de lutter pour accomplir leur quête.
Cette seconde partie se déroule toujours dans la ville de Shangaï, lieu où se trouve la maison de Yaya. On y découvre une ville remplie à la fois d'injustices criantes et de bonté.
Dans cette série, le côté humain passe avant tout. On y découvre aussi bien l'homme opportuniste que l'être qui donne sans rien attendre en retour. Et chaque nouvelle rencontre que font les enfants fait craindre pour leur sécurité, ne sachant jamais s'ils sont tombés sur une bonne personne ou non… en somme, une illustration très juste de la vie.
Notons tout de même la très légère pointe de fantastique que possède cette série : Yaya sait parler avec les animaux. Ce pouvoir étrange se révèlera fortement utile dans certaines situations périlleuses.
Enfin il convient de parler du graphisme de l'ouvrage. le trait de Golo Zhao est toujours aussi réussi. Rendant ses personnages vivants, attachants.
Toujours aussi bien travaillées, les couleurs sont vivantes, éclatantes. Tantôt tristes et lugubres, tantôt lumineuses et pétillantes, les teintes qui dominent les différentes parties de l'ouvrage sont un magnifique reflet de l'histoire elle-même.
Ludique, intelligente, pétillante, ce second opus confirme ce que l'on pressentait déjà dans le premier tome… Yaya est une petite perle ! Prochaine chronique avec le troisième tome de la balade de Yaya aux éditions Fei : le cirque.
Lien : http://glowmoonlight.unblog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Foxfire
  25 mars 2019
Un 2ème tome bien sympathique pour cette série originale et sans prétention. le mélange des genres est réussi même si j'aurais aimé que le contexte de la guerre sino-japonaise soit plus exploité. J'apprécie particulièrement l'ingrédient fantastique, la petite Yaya qui parle aux animaux, qui s'intègre bien au reste de l'histoire. Les deux petits héros sont attachants et on suit avec plaisir leurs aventures.
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
BulledEncre   19 juillet 2011
Si on peut regretter que l’album se lise un peu trop vite, c’est aussi que le récit est d’une fluidité parfaite. Le contexte historique rend par ailleurs cette histoire plus touchante et absurde
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   07 juillet 2011
L’histoire a beau être d’une grande simplicité et destinée avant tout aux plus jeunes, elle se lit avec un immense plaisir.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JumaxJumax   09 juin 2012
" Le gouvernement de Tchang Kaï-Chek incite la population à résister, mais la plupart des habitants préfèrent fuir la ville..."
Commenter  J’apprécie          130
swettnessswettness   28 janvier 2016
une super aventures de deux enfant
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Jean-Marie Omont (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Omont
La Balade de Yaya - Musique : Petite Valse de Domenico Curcio
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3623 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre