AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
DanMachi - La Légende des Familias tome 1 sur 13
EAN : 9782373020144
302 pages
Ofelbe (30/06/2016)
3.82/5   57 notes
Résumé :
La ville d’Orario est connue pour abriter en son sein un gigantesque donjon labyrinthique infesté de monstres. Donjon que les aventuriers de tout poil parcourent fréquemment en quête de richesses et de gloire, le tout sous l’œil protecteur de leurs dieux et déesses respectifs qui ont décidé de vivre parmi les mortels. Bell Cranel est l’un d’eux. Âgé de 14 ans et venu de la campagne, il décide de se lancer à corps perdu dans cette épopée dans le but inavoué de se fai... >Voir plus
Que lire après DanMachi - La Légende des Familias, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 57 notes
Merci à Babelio et aux éditions Ofelbe de m'avoir permis de lire ce livre grâce à l'opération Masse Critique.

Ce livre est un Light-Novel (roman jeunesse japonais) et qui est le premier à changer de format chez Ofelbe. Il faut savoir que la maison d'édition Ofelbe publie exclusivement des Light-novels et on a vraiment de la chance d'avoir enfin un éditeur qui publie cela en France.
Le format donc, est différent puisque ce titre comporte le premier tome de DanMachi, alors que les autres séries publiés chez Ofelbe proposaient 2 tomes en 1. Ils ont donc décidé de respecter le format original japonais. L'idée est bonne, car c'est toujours plus sympa d'avoir quelque chose qui se rapproche au plus près de l'édition originale, mais le soucis est que le prix s'en ressent. Je m'explique.

Si l'on prends les autres titres de cet éditeurs, on a de grosses séries comme Spice and Wolf, Sword Art Online ou Log Horizon, qui sont vendus à 19,90€ le tome mais qui contiennent deux tomes japonais.
Avec DanMachi, on a un seul tome, comme au japon, mais il est vendu à 12,90€. Ce qui nous fait donc 20€ pour deux tomes d'un coté et 26€ de l'autre. Ce n'est pas grand chose me direz vous ? Mais quand on sait que les Light-Novels sont des séries très longues (minimum entre 10 et 15 tomes) on va se prendre 30€ de plus, pour le même temps de lecture. Ofelbe doivent forcément avoir leur raison pour vendre cela plus cher et je ne les juges pas, mais pour nous lecteur, c'est quand même une chose à prendre en compte avant de se lancer dans la série.

Bon, et sinon DanMachi, ça vaut quoi ? C'est très bien, on est dans un univers fantastique très fouillé, très varié, dans lequel on suit un jeune anti-héros, un certain Bell.

Fraichement arrivé dans la cité d'Orario, son but est de se faire une place et de progresser dans l'immense labyrinthe/donjon qui se trouve sous la cité. Cela peut paraitre un peu confus dit comme ça, mais c'est au final assez simple une fois les premières pages lues.
Il n'aura de cesse de vouloir progresser et comme dans un Rpg, gagner des points de compétences et prendre des niveaux pour amasser plus de ressources et ainsi obtenir plus de confort etc…
Il y a également une notion de famille assez spéciale sorte de clans, dirigés par des Dieux qui sont descendus sur Terre car ils s'ennuyaient. Pour les humains, intégrer une famille, où comme dit dans le livre une Familia est quelque chose de très prestigieux.

J'ai beaucoup aimé le concept, il y a de réelles bonne idées, mais j'aurais préféré lire cela en manga. C'est d'ailleurs un soucis récurrent avec les Light-Novels, la narration, l'écriture, les dialogues, tout cela est très pauvre. le vocabulaire n'est pas riche, les mots usités sont vraiment basiques et encore plus dans DanMachi. J'ai l'impression que cette série est encore plus axée jeunesse que les autres titres. J'avais lu Log Horizon il y a quelque temps et même si il y avait un coté jeunesse obligatoire, l'histoire était bien plus profonde, et les personnage moins idiots.

Je pense donc que DanMachi est réservé à un public très jeune, plus jeune qu'a l'accoutumé en tout cas. En tout cas, c'est une très bonne histoire, il y a beaucoup de bonnes idées, et ce sera à n'en pas douter un titre phare de ces prochaines années, mais je ne suis clairement pas le public visé par le niveau d'écriture qui est vraiment trop bas pour me captiver.
Commenter  J’apprécie          180
Voilà un manga que j'attendais avec impatience car j'avais déjà lu le premier tome en Light-Novel édité chez Ofelbe. Si l'histoire m'avait vraiment plu, je n'avais pas accroché au style plutôt basique de l'écriture du Light-Novels. C'est d'ailleurs un soucis récurrent avec les Light-Novels, la narration, l'écriture, les dialogues, tout cela est très pauvre. le vocabulaire n'est pas riche, les mots usités sont vraiment basiques et encore plus dans DanMachi. J'en ai essayé plusieurs, et à chaque fois c'est le même constat. Je sais que beaucoup parmi vous lisent des Light-Novels et vous ne serez sans doute pas d'accord avec moi, mais chez moi, le charme n'opère pas, je m'ennuie, et je préfère donc attendre les adaptations en manga.

Et ça tombe bien, puisque aujourd'hui je vous parle du manga, qui est un format qui je pense me convient plus. D'une part cela va beaucoup plus vite, on rentre plus facilement dans l'histoire et d'une autre, je trouve que la narration est bien plus réussie dans cette adaptation en manga.

Bon, et sinon DanMachi, ça parle de quoi ? C'est très simple, on est dans un univers Fantasy très fouillé, très varié, dans lequel on suit un jeune anti-héros, un certain Bell. Fraichement arrivé dans la cité d'Orario, son but est de se faire une place et de progresser dans l'immense labyrinthe/donjon qui se trouve sous la cité. Cela peut paraitre un peu confus dit comme ça, mais ce n'est pas du tout le cas. On découvre l'univers lentement et on assimile les différents concepts au fur et à mesure.

Bell n'aura de cesse de vouloir progresser et comme dans un Rpg il voudra gagner des points de compétences et prendre des niveaux pour amasser plus de ressources et ainsi obtenir plus de confort et allez plus profondément dans le donjon. Il y a également une notion de famille assez spéciale. Sorte de clans, dirigés par des Dieux qui sont descendus sur Terre car ils s'ennuyaient. Pour les humains, intégrer une famille, où comme dit dans le manga, une Familia est quelque chose de très prestigieux.

J'ai beaucoup aimé le concept, il y a de réelles bonne idées, même si il y a un coté manga-harem assez présent. Il manque à mon sens de personnages masculins, peut-être que ce sera pour plus tard, je ne sais pas, mais j'ai beaucoup de mal à me dire que toutes les femmes de ce titre ne peuvent pas résister au gringalet pauvre et pas très doué de ses dix doigts.

Car c'est tout de même Bell le personnage le plus intéressant, surtout lorsqu'il est seul. Les phases d'exploration dans le Donjon sont vraiment les meilleures, on voit qu'il apprend et qu'il veut sans cesse progresser pour pouvoir aider Hestia, sa déesse. D'ailleurs, j'ai eu un peu plus de mal avec le personnage de Hestia qui est très infantilisé. Elle est censée être une déesse mais elle ressemble plus à une gamine qui découvre la vie. Et cela, s'accentue encore plus lorsque l'on croise d'autres déesses comme Hephaistos, Loki ou encore Freya. Ces dernières sont bien plus charismatiques et de surcroit bien plus intéressantes que Hestia, qui pour l'instant n'a comme seul atout que sa plastique et le peu de vêtements qu'elle porte.

C'est d'ailleurs ce qui me chagrine un peu. Je n'ai rien contre le fan-service, d'ailleurs, il n'y en a quasiment pas ici, mais on nous présente tout de même un monde ou les dieux sont descendus sur Terre, mais pour l'instant, on ne croise que des déesses. Sont-elles là pour lancer le manga tant qu'il ne s'y passe pas grand chose ? Cela voudrait dire que que lorsque l'intrigue se complexifieras on verra les dieux ? Ce serait dommage de cantonner les femmes dans des rôles moindre. Tout comme il serait dommage de ne pas voir de dieux alors qu'on a déjà vue 3 ou 4 déesses. Sur ce point, je ne sais pas vraiment quelle orientation va prendre le titre, mais j'aimerais qu'il y ait un certain équilibre entre les sexes, cela serait plus logique. Je n'aimerais pas que l'on se dirige vers un manga-harem comme Love Hina, Nisekoi ou Rosario Vampire. Ce n'était pas l'idée que je me faisait de DanMachi. Je voyais plutôt le titre comme un récit de Fantasy, mais peut-être qu'il mélange les deux genres ? J'ai toujours bien aimé les manga-harem, donc si c'est bien fait, cela ne me pose pas de problèmes, mais c'est vrai qu'avec ce premier tome j'ai été un peu surpris.

J'ai hâte de lire la suite car après un premier tome de mise en place, on sent clairement qu'une première intrigue va s'installer rapidement. On a déjà commencé à voir des personnages intéressants, notamment Freya et j'ai vraiment hâte de suivre l'évolution de Bell, qui pour l'instant porte à lui tout seul ce premier tome.

Les dessins sont de très bonne qualité, tous les personnages sont parfaitement identifiables, les scènes de combats son très claires et compréhensibles et il n'y quasiment jamais de fond blanc. L'édition d'Ototo est une fois de plus au rendez-vous avec de belles pages en couleurs pour commencer la lecture et aucun soucis d'impression.

Lien : https://chezxander.wordpress..
Commenter  J’apprécie          90
DanMachi - La légende des Familias est le second lightnovel que je lis (après Spice & Wolf d'Isuna Hasekura que j'aime beaucoup). Je suis donc plus à l'aise avec le concept de lightnovel que je n'avais pas trop compris au début. Ce n'est pas un manga, c'est le point le plus important. C'est un roman japonais avec des illustrations, et dont mangas et animés s'en sont inspirés, et non pas l'inverse, ce sont bien des formats très différents.

Bell est un jeune adolescent de 14 ans, seul membre de la Familia d'Hestia, qui veut lier ses deux passions: les filles et le fait de vouloir devenir un aventurier, un héros. Aussi espère-t-il rencontrer des demoiselles dans le Donjon, une espèce de labyrinthe à plusieurs niveaux, remplis de créatures à vaincre, où de courageux aventuriers y pénètrent pour le challenge ou pour récupérer des ressources. Sa vie va basculer le jour où il va être sauvée par la meilleure épéiste, Aiz Wallenstein de la Familia de Loki dont il va aussitôt tombé amoureux. Il est à mille lieux d'imaginer qu'il va être l'objet d'une attention toute particulière de certaines filles et déesses.

Le personnage principal masculin est comme tout garçon de son âge aux émotions exacerbées, rêveur, naïf, qui pense beaucoup aux filles (sans être un pervers!), qui part de très bas et qui ne cesse de progresser et ce de façon hallucinante, courageux et sympathique, ne voyant pas l'intérêt que lui portent les demoiselles et déesses alentours.

Je ne savais pas trop si on était dans jeu vidéo car on y retrouve pas mal de codes: les niveaux, les quêtes, les armes, les améliorations... sans compter l'univers avec des créatures, une guilde, des castes, des combats. Ce n'est pas sans rappeler Sword Art Online de Reiki Kawahara (saga que j'adore!), il y a pas mal de similitudes. ça reste quand même un univers fantasy très complet et des plus intéressants. le fait que l'auteur se soit inspiré des mythologies est génial bien que ça reste assez simple _ un personnage de la mythologie, quelques traits de caractère et aspirations qui lui sont propres _, et ça ne va pas plus loin (pas de pouvoirs de fou, de supériorité, ou de vénération. On retrouve les mythologies grecque, scandinave et hindoue majoritairement, avec des personnages comme Loki, Hestia ou Ganesh! Les dieux, tellement fascinés par le monde des humains, sont descendus vivre parmi eux, renonçant à beaucoup de leurs avantages comme leurs pouvoirs. Chacun a créé une Familia, une organisation qui porte son nom et dont les membres doivent progresser, entretenir leur communauté et leur dieu, et en échange, les dieux offrent des faveurs et des bénédictions à leurs "poulains", des coups de pouce en somme. Ils ne s'entendent pas toujours très bien entre eux, certaines Familias sont en guerre. La plus grande et plus puissante Familia est celle de la déesse Loki et la plus petite est celle d'Hestia qui ne compte qu'un membre. Quatre déesses sont le plus mis en avant et il s'agit de Loki, Freya, Hestia et Héphaïstos, c'est cette dernière qui m'a le plus plu et qui sort du lot.

C'est écrit à la première personne du singulier lorsqu'on a le point de vue du personnage masculin principal et à la troisième personne du singulier pour les points de vue des personnages féminins, et j'ai apprécié d'avoir ces points de vue en plus de celui du héros car ça apportait un vrai plus au récit, surtout pour mieux les connaître et savoir ce qu'elles pensaient et attendaient de Bell. C'est fluide, ça se lit sans mal mais les "bruitages" m'ont agacé au bout d'un moment, ils ne servaient à rien surtout dans un roman ("grrr", "ha, ha, ha", "rhaaa"... et tellement d'autres!), il fallait se contenter de descriptions, ça aurait été mieux. Ce sont des mots et des expressions parasites qui cassaient le rythme, et qui ont plus leur place dans les mangas! J'imaginais une histoire avec beaucoup d'humour et beaucoup de fan service. de l'humour, il n'y en avait pas tellement et c'est dommage; par contre, je suis soulagée pour le fan service, ce n'était pas trop, et pas dans la vulgarité (à voir dans l'animé et le manga qui s'en sont inspirés si c'est le cas aussi, mais j'en doute).

Les illustrations sont jolies bien qu'assez simples et elles enrichissent l'histoire, ayant toujours un lien avec le chapitre en cours dans lequel elles apparaissent. le poster en couleurs au début du livre est de toute beauté, mettant en avant les jolies demoiselles de l'histoire.

Une lecture sympathique, je lirai très certainement la suite si j'en ai l'occasion.

Merci à Babelio et aux éditions Ofelbe pour la découverte de ce titre.
Commenter  J’apprécie          30
Adepte dans un âge plus jeunot des jeux de rôle et MMMORPG j'ai été attiré de suite par ce roman nouvelle formule : le light Novel.

Il m'a à la fois rappelé cette époque où je faisais évolué avec difficulté mon jeune personnage immature en level et une série d'animes que je regardais aussi : Hack et Hack Sign.

Bell Cranel est un ado de 14 ans assez particulier déjà de par son physique albinos. Les cheveux blancs, le regard rubis il ne peut que marquer les mémoires.

Arrive à Orario, la cité-labyrinthe, à la mort de son grand-père tué par un monstre, Bell décide de devenir aventurier. Non pas pour le venger mais pour une raison beaucoup plus surprenante : se faire un harem. Car c'est ce que son grand-père lui a toujours conseillé.

Outre nous donner une image assez désopilante de notre héros cette présentation a le mérite de plonger de suite dans son histoire et dans l'humour de l'auteur.

Car, forcément, Bell est débutant. Et ses visites dans le Donjon sont plus du genre "courage, fuyons!" que des scènes de combat épique et élogieux.

Mais c'est ce qui le rend si attachant et si attendrissant.

C'est d'ailleurs ce que semble ressentir sa Déesse.

Car dans ce monde, les aventuriers doivent posséder la bénédiction d'un dieu ou d'une déesse pour se lancer à l'aventure. Et la petite déesse de Bell est tout à fait en accord avec lui-même.

Surnommée la "Lolita laitière", je vous laisse deviner pourquoi sinon les quelques illustrations très sympathiques de ce roman vous le montreront rapidement. Hestia est une déesse immature et surtout fauchée. Bell est le seul membre de sa familia et sa bénédiction n'est pas ce qui leur apporte à manger chaque jour. Elle se doit donc de travailler, car les dieux ayant décider de vivre avec les humains ne peuvent plus utiliser leurs pouvoirs sauf pour la bénédiction de leurs membres.

Cela nous donne donc une équipe de bras cassés sympathique et hilarante.

Les deux personnages sont entourés de demis-elfes, d'autres dieux et déesses en majorité sortis de la mythologie nordique et de monstres sortis tout droit des Donjons.

L'un comme l'autre cachent une grandeur d'âme qui va nous être dévoilée petit à petit ainsi que les effets qu'elle peut ainsi avoir sur leur statut personnel et leurs actions.

J'ai vraiment apprécié cette lecture, parsemée d'illustrations qui donnent un relief différent à cette light Novel.

Imaginez-vous suivre les aventures d'un aventurier de jeu vidéo, d'un héros au grand coeur et au courage moins développé, lâché dans un monde peuplé de monstres et de jolies filles? C'est ce que vit Bell. Et sa candeur n'a d'égale que son désir de devenir fort.

Car il veut changer sa faiblesse en courage, devenir un héros non plus pour se créer un harem mais pour s'élever au niveau d'une personne qui lui a sauvé la vie.

Cet élan prodigieux va nous apporter de belles aventures mais aussi de belles frayeurs. Car Bell est parfois inconscient et se lance à l'aveuglette dans des traquenards dangereux. Mais c'est ce qui fait son charme et va emmener le lecteur à le suivre, avec à la fois le sourire aux lèvres et les yeux levés au ciel.

Une belle découverte qui me donne envie de foncer rapidement m'acheter le tome 2. Alors vivement ma cagnotte de Noël pour ça ;).
Commenter  J’apprécie          30
Voilà. Juste deux petits jours pour lire ce livre que j'ai pu recevoir pour la masse critique Jeunesse et Jeune adulte du 8 novembre 2017, s'effectuant sur Babelio. Sortant d'une lecture particulièrement ennuyante, je dois avouer que celle-ci m'a fait un bien fou. Déjà, j'ai pu renouer avec l'un de mes genres favoris : la fantasy. de plus, le hasard fait bien les choses. Depuis quelques temps, je voulais me risquer sur un Light-Novel pour savoir si ce type de littérature pourrait avoir mes préférences et comme le livre reçu appartient à cette catégorie, mon voeu fut exaucé. Etant un ancien fan de mangas, je voulais savoir si un bouquin alliant illustrations issues de plumes japonaises et textes pouvaient se marier correctement. A la fin de cette lecture, je réponds par le positif. Bien sûr, j'ai ma petite liste d'éléments négatifs à exposer mais aussi de détails positifs. Je vais commencer à rédiger ces dernières et comme d'habitude, je débute par les points fâcheux.
- J'ai pu déceler quelques coquilles. C'est dommage mais dans l'ensemble, cela ne m'a pas trop dérangé pour la compréhension de l'histoire, fort heureusement.
- Ensuite, je dois avouer que je ne me suis pas montré fan de la plupart des illustrations. Etant fan de tout ce qui touche au MM, voir des déesses se faire tripoter les nichons par certaines de ses collègues, très peu pour moi. Ce n'est pas avec ce type d'histoire que l'image générale des japonais sera relevée, bien au contraire.
- Les motivations du personnage principale. Au tout début, Bell ne cache pas que s'il souhaite devenir le plus grand aventurier de tous les temps, c'est juste pour avoir la chance de se constituer un harem entièrement féminin… Avoir quatorze ans et songer de cette manière, c'est un peu triste pour moi. Certes, il est expliqué que son feu grand-père y est pour beaucoup pour cette piètre ambition mais je trouve cette idée un peu trop légère à mon goût. du coup, à chaque personnage féminin que ce jeune héros rencontre, on se doute bien que du sentimentale risque de se glisser entre eux. Sachant que la romance n'est pas du tout mon truc, une petite scène m'a fortement ennuyé. En effet, à un moment de l'histoire, Bell et sa Déesse en arrivent à manger dans la crêpe de l'autre, comme pourrait le faire deux amoureux… Ouais, bof. Là, une scène d'animation typiquement japonaise m'a traversé l'esprit et j'aurais bien aimé avoir autre chose sous la dent que ce passage.

Voilà en ce qui concerne les points négatifs. Maintenant, j'attaque ceux qui font gagner des points à cette lecture :
- Les illustrations. Je savais, vous allez me dire, « tiens, c'est bizarre, il a déjà expliqué ce point dans la liste des négatifs. » Je sais mais justement, toutes les illustrations ne sont pas débridées, fort heureusement. Certaines sont innocentes et j'ai su les admirer lorsque l'occasion s'est présentée.
- La taille des chapitres. Ils sont tellement gros que j'ai pu dévorer le livre à très grande vitesse. J'espère que les autres tomes renferment d'autres parties de cette grosseur et si c'est le cas, je risque de goûter à mon plaisir.
- Enfin, l'histoire m'a fait sourire. En effet, je suis un fan des livres dont vous êtes le héros, pour ceux et celles qui connaissent ce type de littérature. Je suis en train de réunir deux collections et forcément, il m'arrive d'y jouer souvent. Etant également un fan de jeux vidéos de type RPG, j'avais la sensation de vivre pleinement les mésaventures du protagoniste principal. J'aime voir mes statuts s'améliorer lorsque j'avance dans mes quêtes et je me montre rassuré lorsque je mets la main sur de nouveaux équipements, bien plus résistants que ceux portés sur le moment, afin de me montrer plus coriace face à mes adversaires. Sur le moment, cela m'a donné envie de m'y remettre juste pour passer quelques heures de pur bonheur, alliant jeu et littérature et c'est sûrement ce qui va se produire.

En tout cas, pour conclure cette chronique, j'ai vraiment pris un joli pied à lire cette histoire. Pour les délicieuses heures d'évasion qu'elle a su m'offrir, je compte bien poursuivre cette saga et il y a de fortes chances que chaque tome se voit offrir mon avis sur ce blog. Bref, pour les personnages qui souhaitent se lancer dans le Light-novel, n'hésitez pas à débuter avec ce premier bouquin, je pense qu'il y a de fortes chances pour que vous y trouvez votre compte.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
ActuaBD
03 novembre 2017
DanMachi apparaît comme un manga d’aventure de facture honnête, plus mignon que sexy, assez bien dessiné, doté de scènes d’action lisibles et énergiques, menées par un héros innocent plein de fougue, accompagné d’un casting presque exclusivement féminin.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
19 septembre 2017
À l'arrivée, DanMachi démontre un certain potentiel grâce à des bases scénaristiques et graphiques attrayantes ; cependant, la série devra assurer sa part d'originalité sur le long cours (tome deux en octobre).
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
[rêve de Bell]
Je m'élance, sans rien d'autre que mon épée à la main, pour enfin trouver au bout du chemin une belle jeune femme attaquée par un monstre.
Ses cris de terreur et les hurlements grotesques de la créature résonnent, les bruits clairs et chantants de la danse effrénée de mon épée tintent dans l'air.
La bête s'abat, la jolie fille reste effondrée sur le sol, alors que je me dresse devant elle, admirable et splendide.
Ses joues se colorent légèrement, et une lueur d'adoration s'allume au fond de ses pupilles embuées de larmes, reflétant ma glorieuse silhouette.
[...] [réalité]
- Euh... Ça va ? répéta-t-elle.
Non, ça ne va pas.
Ça ne va pas du tout, même.
Comment ça pourrait aller, alors que mon pauvre coeur est sur le point d'exploser pour s'éparpiller en mille morceaux ?
Mes joues se colorent légèrement et une lueur d'adoration s'allume au fond de mes pupilles embuées de larmes, reflétant sa glorieuse silhouette... Une lueur d'adoration ou, pour être plus précis, une lueur d'amour passionné.
Commenter  J’apprécie          20
Les pierres atterrissent dans ma besace ; en revanche, je range soigneusement la griffe de Kobold dans mon sac à dos. Ce dernier a été fabriqué selon une technique magique qui me permet d'y placer plus d'objets qu'il ne semble pouvoir en contenir... Non, je plaisante, il n'est malheureusement pas aussi pratique. Quand je mets trop de choses dedans, les coutures lâchent ou il se déchire. Il ne supporte pas trop les objets lourds, non plus. Il est loin d'être aussi utile que le sac de mes rêves.
Commenter  J’apprécie          30
_ Choisis Aiz. En tant que femelle, quel type de mâle te fait remuer la queue et te donne envie de t'envoyer en l'air?
_ T'entendre parler ainsi ne me donne certainement pas envie de te désigner, Bête.
_ Tu veux dire que si ce gosse se pointait et t'avouait son amour, là, tu accepterais? Jamais, tu ferais un truc pareil. Pas pour une telle loque, plus faible que toi et irrécupérable, qui n'a à offrir que ses misérables sentiments?! En aucun cas, il ne peut prétendre à être près de toi. Jamais tu ne l'accepterais à tes côtés. Un minable pareil n'est pas digne d'Aiz Wallenstein.
Commenter  J’apprécie          20
"Bell, depuis quand es-tu devenu défaitiste? Où sont passés tes déclarations enflammées sur les rencontres prédestinées? Où est passé celui qui se précipitait pour affronter le Donjon le coeur léger? Celui qui me jurait qu'il allait devenir plus fort, maintenant qu'il s'est trouvé un but?" # Hestia
Commenter  J’apprécie          40
Le Donjon, c'est le Donjon. Que pourrait-il y avoir d'autre que des murs glacials et des monstres ?
Commenter  J’apprécie          90

Video de Fujino Omori (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fujino Omori
Light novel review of Is It Wrong to Try to Pick-up Girls in a Dungeon? Volume 1 by Fujino Omori.
autres livres classés : light novelVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus


Lecteurs (140) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2288 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..