AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246689010
342 pages
Éditeur : Grasset (15/02/2006)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 53 notes)
Résumé :

Dans cette Contre Histoire de la philosophie, Michel Onfray se propose d'examiner en six volumes vingt-cinq siècles de philosophie oubliée. Les manuels, les histoires, les encyclopédies, les travaux universitaires, les programmes scolaires, les colloques, les éditions, les traductions évitent soigneusement cet immense continent de la philosophie. Voilà pourquoi nous ne connaissons de cette discipline que ses protagonistes le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Erveine
  27 mars 2017
C'est toujours très agréable de retrouver Michel Onfray dans la lumière de ce tome II de la contre-histoire de la philosophie car il possède une écriture savante qui ne manque pas d'être entraînante.
On a tout de suite envie d'en savoir plus sur Lorenzo Valla et plus conséquemment sur Montaigne pour n'en citer que deux et pour ce faire, d'explorer des pistes et des auteurs répertoriés en fin d'ouvrage ; puis entrer de plain-pied dans le vif du sujet suivant, le tome III de la contre-histoire.
Commenter  J’apprécie          472
petch
  13 septembre 2014
Parmi les enseignants-chercheurs hantant les couloirs des facultés, une petite guerre oppose l'hémisphère gauche de leur cerveau (disons l'enseignement) de ceux activant leur hémisphère droit (la recherche). L'enseignant-chercheur est un être profondément schizophrène. Une critique récurrente à propos de Michel Onfray consiste à clamer qu'il ne serait pas philosophe au titre qu'il ne développerait pas son propre système de pensée, se contentant avec plus ou moins de talent à ressasser les idées des autres, de manière pas toujours très subtile.
Peut-être… Cependant, force est de constater que si l'hémisphère droit de M. Onfray est en sourdine, sa partie gauche est redoutablement efficace. Brillant pédagogue, Onfray sait transmettre ses convictions à son lecteur. Même si on peut ne pas toujours le suivre sur son chemin politiquement très engagé et anti-conformiste, il sait passionner le lecteur et le faire réfléchir sur la pensée dominante existant à chaque recoin des ouvrages de vulgarisation en philosophie.
Le deuxième tome de sa contre-histoire consacré aux philosophes et penseurs opposés au christianisme dominant des 17 premiers siècles de notre époque est en tout point passionnant. Michel Onfray commence par nous montrer comment émergea, parmi toutes les nombreuses gnoses des premières centaines d'années, le christianisme officiel. Son catéchisme eu pour effet quasi-immédiat la suppression de toute pensée alternative, bien que plus ou moins chrétienne. de manière très convaincante, Onfray nous explique comment « pour les tenants du Christ, la culpabilité pèse un poids considérable, puisque le péché originel se transmet de génération en génération ; pour les gnostiques, pas question de se sentir coupable d'une faute qu'on n'a pas commise : si le mal existe, il faut s'en prendre au Dieu méchant, concepteur intégral de la prison » (p.47).
Au cours des pages, Onfray passe en revue les alternatives de pensée, bridées mais toujours vivantes : de Simon le magicien à Quintin Thierry et la liberté de la chair, en passant par Amaury de Bène, Lorenzo Valla ou encore Jean de Brno, tous ses penseurs ont en commun de lutter contre l'obscurantisme et la pensée unique, tel Zénon le héros de « l'Oeuvre au noir » de M. Yourcenar. Certains s'en sont sortis, d'autres – nombreux - n'ont pas eu cette chance. Ce volume s'achève sur un chapitre lumineux de plus de 100 pages, consacré à Montaigne, précurseur des idées de la renaissance puis des lumières, revendiquant sa foi tout en cherchant à contourner les rigidités du système afin de vivre en harmonie avec sa pensée.
Au final, un livre de vulgarisation engagé et passionnant qui affute la pensée du lecteur en le rendant aguerri au monde qui l'entoure. Et on se rend compte que finalement, Michel Onfray développe au fil de ses écrits une philosophie qui lui est propre, et fait quand même fonctionner son hémisphère droit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Fortuna
  13 février 2015
Dans ce 2ème tome de la "Contre-histoire de la philosophie", Michel Onfray aborde une période où le christianisme s'est imposé. le monde antique et la philosophie païenne ont laissé place au règne de la religion monothéiste et de sa haine du corps, du plaisir, du monde d'ici-bas. L'homme est né pour souffrir et se repentir du péché originel, le bonheur est pour une autre vie...
A rebours, une pensée hédoniste subsiste, survit, s'affirme malgré les châtiments réservés aux hérésiarques. Michel Onfray nous présente ces philosophes, pour la plupart demeurés inconnus, Simon le magicien, Basilide, Valentin, Carpocrate, et bien d'autres, libertins, licencieux, soucieux de plaisir et de liberté. Nombre d'entre eux le paieront très cher.
A partir du Moyen Age, un courant philosophique, le Libre-Esprit, va faire son chemin. Au sein même du christianisme, ses adeptes réinterprètent les Ecritures. On découvre quelques figures peu connues, Amaury de Bène, Jean de Brno, une femme, Heilwige de Bratislava, tous libertins, hédonnistes, épicuriens...D'autres mieux connues comme Marsile Ficin, Erasme, qui est à la recherche d'un christianisme authentique, anticlérical et célèbre le plaisir et la folie.
Enfin un bon tiers du livre est consacré à Montaigne. Bien que chrétien, ce dernier est un penseur libre, très en avance sur son temps dans de nombreux domaines : émancipation de la femme, respect des autres cultures, abolition de l'esclavage, égalité des hommes, tolérance religieuse, laïcité...Un très beau texte qui donne envie de se plonger ou de se replonger dans les "Essais"...
Un hymne à l'humain, à la présence au monde, au plaisir de vivre loin des prescriptions religieuses de tous bords. Un fois encore on ne peut que noter l'actualité de ces propos face aux tentations de l'obscurantisme qui resurgissent à chaque siècle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Fx1
  26 octobre 2014
Onfray fidèle a sa ligne de conduite continue sa route dans les sentiers peu fréquentés par la plus grande majorité des penseurs contemporains .
Il revisite dans cette série tout un pan de l'histoire de la philosophie qui n'est que trop peu abordé .
Cela avec un talent certain et une volonté de rendre accessible à chacun des textes importants passés sous silence pendant longtemps.
Sa démarche est toujours aussi louable , car à la différence de Pernaut il tente à son niveau d'élever le niveau , ce qui est profitable à chacun.
Onfray est il un philosophe ?
A sa manière oui et cette série le démontre brillamment.
Commenter  J’apprécie          103
Celkana
  29 avril 2015
Un deuxième volume consacré donc aux philosophes hédonistes sous le feu du christianisme et chrétiens eux-mêmes. Une première partie avec des auteurs que, j'avoue, n'avoir pratiquement voire pas du tout entendu parler mais qui présentent un intérêt que L Histoire philosophique n'a pas retenu et s'en est bien dommage! Une seconde partie avec en vedettes Erasme et surtout surtout Montaigne, et là quel régal! Michel Onfray a fait un superbe travail de synthèse des Essais de Montaigne qui donne envie de lire l'Intégrale, une critique et une analyse forte, claire et précise sur son oeuvre, ce qu' il était, et les contradictions permanentes de l'Église catholique qui n'en est pas à une près!!
Je reste enthousiaste de l'écriture et du style de Michel Onfray et ses idées sont des arguments très intéressants pour une conversation animée....
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ErveineErveine   26 mars 2017
Partisan du fleuve, car il sait devoir ne jamais s’y baigner deux fois, Montaigne tourne résolument le dos à Platon et consorts. Le réel ? De l’insaisissable, du mouvement, du flux, de l’eau qui coule, du sable entre les doigts. Ce qui est passe, ne s’incarne jamais définitivement, ne dure pas, apparaît, puis disparaît aussitôt. La vérité ? Une forme visible dans un moment donné, dans un lieu donné, dans un temps donné. L’époque passée, rien ne dit qu’il s’agira toujours d’une vérité… (p.243)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
petchpetch   18 juillet 2014
Le corps dans lequel nous croyons vivre innocemment est chrétien : la chair est fabriquée par les discours hystériques de Paul de Tarse, formatée par l'Eglise catholique, apostolique et romaine, imbibée d'eau bénite, travaillée par les grandes peurs et angoisses distillées par un catéchisme appuyé sur la faute, la culpabilité, le péché originel. Inconsciemment, nous subissons la Loi judéo-chrétienne. Dans notre rapport à l'autre sexe, à notre désir et notre plaisir, nous agissons en chrétiens - même si nous nous croyons athées, agnostiques ou mécréants. (p. 293)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
petchpetch   27 avril 2014
Simon le magicien met au défi son auditoire : qu'on l'enterre bien profondément, et trois jours plus tard, il ressuscitera, d'entre les morts. On saisit l'allusion : les trois jours de délai sonnent comme un défi lancé au Christ et aux siens. Simon peut lui aussi effectuer cette performance [...] Un peu péremptoire - on ne rivalise pas impunément avec le futur maître de l'univers visible et invisible en passe de réussir son coup - Simon rentre sous terre et y demeure encore à ce jour. Gageons qu'une sortie inopinée presque deux mille ans plus tard lui donnerait aujourd'hui un indéniable avantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
KittiwakeKittiwake   19 août 2015
La mesure permet d’éviter la satiété qui engendre le dégoût. Trop avoir, tout avoir ne permet pas une satisfaction simple ni sereine.
Commenter  J’apprécie          190
Jean-DanielJean-Daniel   30 août 2019
Si le royaume des cieux appartient aux pauvres, nul doute qu'au Vatican se compte un nombre considérable de damnés.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Michel Onfray (127) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Onfray
Michel Onfray justifie sa revue, Front Populaire, par le recul de la liberté de la presse en France.
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
320 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre