AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253942634
512 pages
Le Livre de Poche (04/02/1998)
3.74/5   45 notes
Résumé :

Les pauvres peuvent-ils être libertins ? Quelles leçons sur les hommes un chat peut-il donner ? Dans quelles circonstances Socrate va-t-il à l'abattoir ? Que disent les prostituées aux philosophes ? Quid de la pourriture de l'oeuvre en soi ? Quelles relations entre stupre et stupeur ? Quelle âme ont les pousse-pieds lisboètes ? Comment vivre au pied d'un volcan ? Mondrian aide-t-il à comprendre Venise ? Qui préférer : Eve, Pénélope, Carmen ou Marie ? Y a-t-i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BlackRadis
  06 novembre 2021
Michel a été prof de philo, puis il a ensuite écrit quelques plutôt bons livres, notamment sa contre-histoire de la philosophie et créer l'université populaire... Alors à quel moment ça a merdé ? Comment cet ancien hédoniste de gauche a pu basculer du côté de Zemmour. le mystère reste entier....
J'ai le seum car c'est l'auteur que j'ai le plus lu.
Ici son journal philosophique dans lequel on apprend toujours des trucs.
Commenter  J’apprécie          00
ClairdeLune5
  17 avril 2019
Auteur qui laisse du temps à la réflexion...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
ErveineErveine   03 mars 2016
La certitude d’être un destin implique d’être pour l’éternité. C’est-à-dire de souffrir dans l’étroitesse de l’instant présent. Elle installe dans le devenir et rend périlleuse la fixité des moments actuels. Sûr de son fait, il (Arnold) écrit à Rufer, en 1921 : « J’ai fait une découverte qui assurera la suprématie de la musique allemande pour les cent ans à venir. » À savoir la composition à l’aide des douze sons. Nietzsche détruit le platonisme, l’enjambe et promeut son esthétique vitaliste ; Schönberg pulvérise la tonalité, la dépasse et fonde le dodécaphonisme. Fort de ces certitudes, le musicien, tout comme le philosophe, débouchent sur une éthique solaire et solitaire, radieuse et radicalement aristocratique. D'où une croyance indéfectible aux droits de la plus petite des minorités qui va avec une certaine morgue à l’endroit du plus grand nombre et des troupeaux attardés.
Formulant cette éthique qui assume ouvertement ce que Nietzsche appelait « le pathos de la distance », le compositeur écrit : « Si c’est de l’art, ce n’est pas pour les masses ; si c’est pour les masses, ce n’est pas de l’art. » Il n’en démordra pas. Et peut-on lui donner tort ? Les régimes totalitaires, sous toutes leurs formes, pourvu qu’ils aspirent à l’homme unidimentionnel visent la musique populaire, pour les masses et pour des consommations qui ont moins à voir avec l’esthétique qu’avec l’idéologie ― de la révolution prolétarienne au grand Reich antisémite en passant par le marché généralisé.
(Arnold et Frédéric p. 370-371)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
ErveineErveine   28 février 2016
Entre le feu de l’enfer et le ciel, sur le toit des hectares de l’usine, ils expient on ne sait quel péché. Si, dans l’Antiquité grecque, la fumée des sacrifices était destinée à réjouir les divinités, ici, elle est le prix payé par les hommes aux dieux de la production. La fumée est coïncidence avec la crémation, l’incinération. Subjugué par la scène, j’eus l’impression que les épaisses volutes noires grimpant dans la densité de la nuit se nourrissaient de l’âme des ouvriers, qu’elles exigeaient leur sang, leur sueur, leurs nerfs et toute l’énergie dont ils sont capables. La bête se repaît de tout l’homme : sa chair et ses muscles, sa capacité à rêver, à imaginer. Plus rien n’existe ici et la production veut les corps de ces hommes qu’on asphyxie jour après jour. Cet encens destiné aux dieux de l’industrie est ignoble. En même temps, il est la preuve qu’on sait encore aujourd'hui, asservir les ouvriers comme aux époques les plus glorieuses de l’esclavage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
euphemieeuphemie   08 décembre 2013
J'étais certain qu'un jour je tâcherais de rembourser cette dette, ces heures de labeur pénible pour me payer mes études...Comment ? Du moins en n'oubliant pas, en me souvenant, en témoignant, en racontant partout, ici, là, ailleurs, ce que le travail de ceux qui peinent, le labeur de ceux que l'on paye des misères et que l'on exploite sans vergogne, l’aliénation de ceux qui n'ont ni la conscience, ni les mots, ni les moyens, car ils sont démunis de tout. En ne cessant d'être le fils de mon père, un fils de pauvre....Car ce sont les patrons de mon père qui m'ont fait rebelle autant que les prêtres de mon enfance chez les salésiens m'ont converti à l’anticléricalisme. Je leur dois au moins ça
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PetitebijouPetitebijou   23 septembre 2011
Lettre à Pessoa

Peut-être vais-je dormir un peu avant de repartir dans les rues pavées, autour des collines où je tâcherai de traquer vos douleurs à l'âme, essayant un peu de calmer les miennes, de les apprivoiser, de les trouver moins exigeantes ou moins extravagantes. Dans mon sommeil, il se peut bien que je vous croiserai, sinon dans le cimetière des plaisirs, du moins près du Tage où j'ai lu qu'un jour une sorte de baleine blanche vint amuser les Lisboètes, quelque temps. Ils la nourrirent tous les jours avec des tonnes de calmars avant qu'elle ne reparte, comme elle était arrivée, laissant derrière elle cette ville qui perdure entre tremblements de terre et incendies.

Pourquoi n'auriez-vous pas été cet animal facétieux, souvenir du capitaine Achab ? Au bord des eaux, je sais pouvoir, alors, vous sourire sans arrêter ma déambulation. Vous continuerez votre chemin vers les astres et la lumière, moi, vers vos livres et les quartiers de la ville? Nous verrons. En attendant, croyez, cher Monsieur Pessoa, à l'expression de mes sentiments intranquilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
euphemieeuphemie   11 novembre 2013
Le principe de délicatesse....Il oppose la culture à la barbarie, la civilisation à la sauvagerie, l'humain à l'inhumain. Il résiste au pire par le meilleur : l'art. Cette résistance exige je que j'appelle le principe de délicatesse, la volonté d'opposer au réel délétère, contre vents et marées, malgré tout, l'élégance et la beauté, même au milieu des ruines. Surtout au milieu des ruines. Loin de l'affliction convenue, du relâchement et de la compassion bruyante, des facilités qui séduisent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Lire un extrait
Videos de Michel Onfray (148) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Onfray
Dans la pure tradition du libelle politique, Michel Onfray ose un portrait irrévérencieux d'Emmanuel Macron et dresse un bilan sans concession du quinquennat de l'« en même temps ». Cet essai mordant et drôle offre aussi, à l'heure des présidentielles, une édifiante radioscopie de notre société et de la faillite de sa classe politique. Indispensable à quiconque entend voter… ou pas.
Pour découvrir le roman : https://www.albin-michel.fr/foutriquet-9782226472106
Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez-vous : https://www.youtube.com/channel/UCaVR_¤££¤15SNtoDZlVVTI4¤££¤9rQ
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel/ Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel/ Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre