AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de chichi_zibest


Michel Onfray aborde de multiples thèmes contemporains dans ce livre, avec comme thèmes principaux :

- La perte de souveraineté progressive des états européens, qui sont de plus en plus noyés dans une Europe qui s'impose comme fédérale.

- La décadence de l'occident. Si toute civilisation finit par disparaître ou se fondre en une autre, Onfray présente le remplacement de la civilisation occidentale et ses valeurs par le trans-humanisme, dont le cheval de Troie est le wokisme.

- La mondialisation qui a accentué l'irruption du virtuel dans notre rapport au monde, et ainsi avons-nous perdu notre liaison avec la nature, le temps, le 'bon sens paysan', qui ont été les piliers de l'Europe pendant des siècles jusqu'à l'avènement du numérique.

Autour de ces trois axes on retrouve aussi une approche toute Cartésienne : l'introduction d'une philosophie à partir des faits, à l'image de Maurras. Cette approche étant celles des Philosophes Français des Lumières, qui s'oppose à celle des Allemands (Kant, Heidegger...) qui s'efforcent de faire rentrer le réel dans leurs concepts.

Par exemple, Onfray rappelle le contenu des premiers articles de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, comme fait, et démontre dans quelle mesure (très large à mon sens) celle-ci reste valable, mais est bousculée par la réalité.

Ce qui est appréciable, c'est d'appliquer la philosophie et le bon sens qui sont intemporels, à la contemporanéité. Certes, Onfray écorche Mitterrand, Robert Schuman, BHL, Attali....mais on en a l'habitude (et ce qu'il rapporte est édifiant car parfaitement public et vérifiable). Cela alourdit un peu le livre, mais ces passages sont faciles à éviter pour qui préfère l'approche objective d'Onfray à celle subjective ou émotive.

Ce livre est aussi très accessible, aucune formation préalable ou culture imposante ne sont requis pour l'apprécier.

Pour ceux qui sont des lecteurs de la revue 'Front Populaire', c'est un approfondissement, et aussi un éclairage sur l'hostilité dont ils sont victimes dans les émissions, courants ou journaux 'bien pensants'.

Commenter  J’apprécie          10