AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fumihiko Suzuki (Traducteur)Emmanuel Pettini (Traducteur)Patrick Honnoré (Traducteur)
ISBN : 274592060X
Éditeur : Milan (12/06/2008)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Par-delà l'ombre de la lune, un monde extraordinaire attend d'être découvert : le monde des 12 royaumes. Un monde peuplé de créatures fantastiques et où chaque être a sa place. Un monde régi par douze rois, chargés de faire régner la loi et la justice. Qu'un seul d'entre eux renie son destin, et l'harmonie sacrée des 12 royaumes sera rompue. Viendra alors l'heure du chaos... Elles sont trois. Suzu, jeune Japonaise devenue esclave dans le monde des 12 royaumes. Shôke... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
florencem
  30 octobre 2013
Ayant déjà vu l'anime qui est très fidèle aux romans, je savais plus ou moins à quoi m'attendre dans « le vent de l'infini ». Et je l'avoue, ce n'est pas du tout la partie que j'apprécie le plus dans la saga. Pourtant, les différents passages du roman sont très importants pour la suite de l'histoire et même si certaines choses sont assez agaçantes, elles nous en apprennent beaucoup sur trois personnages en particulier ainsi que sur le monde des douze royaumes (la carte présente au tout début de l'ouvrage est d'ailleurs très utile, j'y revenais de temps en temps pendant ma lecture pour arriver à me situer géographiquement par rapport au récit).
« le vent de l'infini » est un peu particulier car nous avons trois narratrices : Yoko, la nouvelle reine de Kei que nous avons déjà rencontrée dans les tomes précédents, Suzu, une jeune japonaise qui a été comme Yoko emmenée dans le monde des 12 royaumes, et Shokei, l'ancienne princesse du royaume de Ho. Les trois jeunes femmes sont très différentes les unes des autres et leurs situations respectives le sont tout autant. Pourtant, dès le début, on sent que les trois jeunes femmes sont liées. Un sentiment accentué par le fait que les deux tomes qui composent « le vent de l'infini » leur soient consacrés. Dans cette première partie, elles ne se rencontrent pourtant pas. On les suit à différents endroits, on apprend à les connaître et pour deux d'entre elles à les détester… Enfin, pour ma part. Fort heureusement, petit à petit, Suzu et Shokei semblent changer (très très doucement…). Je ne sais pas qui d'entre les deux, j'apprécie le moins… Suzu, peut-être, alors que Shokei a pourtant de quoi être très détestable… Il faut dire que Suzu est extrêmement agaçante dès le départ. Elle se complaît dans son malheur, pensant qu'elle est la seule à souffrir et à être malheureuse. Pire même lorsque quelqu'un lui parle de ses malheurs, elle pense que ce n'est rien, que c'est elle qui souffre le plus de toute façon… Et voyez-vous, ceci à le don de m'énerver plus que tout… Surtout que Suzu n'a jamais rien fait pour s'aider elle-même. « Aide-toi et le Ciel t'aidera », je ne suis pas croyante, mais je pense que ce proverbe est tout à fait approprié et que c'est une bonne ligne de vie. Car bien souvent, ce genre de personnage n'essaye pas d'améliorer sa condition et patauge dans son malheur avec « bonheur », si je puis dire. Quant à son délire sur le fait que Yoko là comprendra parce qu'elle a aussi été arraché de son pays natal… Et malgré tout, Suzu a souffert, je ne le nie pas. Elle n'a pas eu la vie facile, mais Fuyumu Ono, nous la présente tellement de façon pathétique qu'il est difficile de plaindre ce personnage.
Quant à Shokei… Elle est fort antipathique elle aussi, mais étrangement, même si je ne cautionne pas ses actes, j'arrive à la « comprendre ». Il est même assez facile de la plaindre alors que c'est pourtant elle qui a commis de part son indifférence le plus de mal. Mais impossible de vraiment lui en vouloir. Sa prise de conscience vers la fin du roman (qui je l'espère n'est pas une feinte), rend même Shokei très sympathique. du coup, j'aimerais vraiment voir ce que Fuyumu Ono lui a réservé comme sort (j'ai un peu oublié ce qui lui arrive dans l'anime, pour tout vous dire…).
Quant à Yoko… J'adore ce personnage depuis le début. Je la trouve extrêmement forte malgré tout ce qui a pu lui arriver. Elle cherche à bien faire, mais plus de la même façon que lorsqu'elle était au Japon. Elle prend aussi de l'assurance, et même si ce ne sont que des écrits, lorsque je me l'imagine, c'est toujours avec beaucoup de prestance. La seule chose un peu embêtante dans les chapitres qui lui sont consacrés, sont les longues explications que le fonctionnement des Douze Royaumes. Ce n'est pas que ce n'est pas intéressant, mais cela alourdi beaucoup le récit et n'apporte pas grand-chose au récit. du coup, je lisais en diagonale ces passages-là (pas très nombreux au final, je vous rassure).
Et pour finir, l'histoire en elle-même. Il est encore assez difficile de savoir où Fuyumu Ono veut nous conduire. Car nous suivons les trois jeunes femmes à différents endroits, mêlant différentes situations et rien n'est encore très clair. Ce premier tome est plus là pour nous montrer le parcourt des trois héroïnes, c'est une sorte de préparation au second tome. Il se lit cependant très rapidement car, pour ma part, j'avais envie de voir comment elles allaient évoluer et surtout comment elles allaient se rencontrer à un moment donné. Je pense sincèrement que le tome deux sera beaucoup plus palpitant et je vais de ce pas le commencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ihopes
  25 juin 2015
Un très bon tome, même si je l'ai moins aimé que les autres. J'ai trouvé Shokei et Suzu incroyablement égoïste, j'avais envie de les secouer. Yoko a quant à elle perdue de son assurance, mais elle veut toujours bien faire. Dans ce tome, on traverse beaucoup de royaume et on en apprends plus sur ces pays que l'on n'avait pas vu encore.
Lien : http://ihopes-lecture.blogsp..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
florencemflorencem   31 octobre 2013
Il est normal de souffrir lorsqu’on se retrouve en pays étranger. Et c’est encore plus difficile lorsqu’on ne parle pas la langue… Mais on peut parler la même langue et ne pas être sûrs de se comprendre, de saisir exactement ce que pense son interlocuteur, ne croyez-vous pas ?
Commenter  J’apprécie          60
florencemflorencem   01 novembre 2013
Le bonheur, ce n’est pas avoir de la chance, c’est avoir son cœur en paix.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Fuyumi Ono (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fuyumi Ono
Les 12 royaumes AMV
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre