AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072640970
Éditeur : Gallimard (09/03/2017)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 97 notes)
Résumé :
"Je veux bien avoir été distrait ces temps-ci, mais je sais que si j'avais croisé cette fille-là dans l'ascenseur ou le hall d'entrée, je m'en serais souvenu. Et puisque je me souviens d'elle, c'est que je l'ai vue ailleurs." César a décidé de mourir. Mais une jeune femme sonne à sa porte et contrarie ses plans. Étudiante en architecture, grecque, elle se prétend sa voisine, alors qu'il ne l'a jamais vue. En est-il si sûr ? Pourquoi se montre-t-elle si prévenante en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
14 mars 2017
Ce que j'ai ressenti:…Invitation à la rêverie et au voyage…
Etre lu, c'est être caressé.
La perte d'un être cher et la douleur de celui qui reste…Toute cette histoire tourne autour de cette reconstruction après le drame d'un duo qui n'a pas fini de s'aimer…César, c'est l'homme brisé qui veut en finir avec cette souffrance, en dépit de tout ce qui lui reste…Mais la vie réserve parfois de jolies surprises, aussi délicieuse qu'une Nana impertinente…
Est-ce que c'est ça le deuil? Etre confronté au silence? Se fracasser constamment contre le mur de l'absence? Chialer tout en conservant l'espoir d'un miracle?
J'ai particulièrement apprécié de retrouver dans ses pages, la beauté et la simplicité de vie qui règne dans les îles Grecques, de ressentir encore l'émerveillement devant ses paysages époustouflants, ainsi que me remémorer ses légendes antiques. Rien que pour cet instant de souvenir ravivé, j'ai adoré cette lecture. Cette ambiance de sérénité devant une douceur de climat méditerranéen: l'envoûtement de l'air marin, le réconfort d'un soleil brillant, l'ensorcellement de la pierre ancienne…C'est une invitation au voyage mais aussi une plongée immersive dans les textes mythiques, et le flot nous emporte vers des sirènes, les demi-dieux aux destins fabuleux, la poésie des aventures extraordinaires dans ses livres poussiéreux…Croire au merveilleux, quelle bien jolie idée…
« J'aime les mots, leur sens ancien, les passerelles que ça crée. L'impression d'un ordre, d'une cohérence, d'un enracinement, le seul qui tienne dans ce monde de folie. »
Ca et là, posés comme des ailes de papillons, des citations en lettres grecques, pour nous rappeler la force de ses écrits, qui ont réussi à traverser les siècles comme une envie de se relier à l'ancien pour mieux appréhender le présent…Ce roman est hanté par l'ombre des attentats, et on ressent malgré cette perpétuation de la violence, le doux espoir, qu'au regard des chaos du passé, on saura garder la vaillance de ses héros fantastiques, et surtout le besoin de transmettre leurs vraies valeurs…Ces textes « magiques », derniers remparts vacillants face à l'heure de la surconsommation et la surenchère d'informations, qu'il nous faut pourtant réveiller pour la génération future…Tel est le joli message que cet auteur passionné, essaye de faire passer…
« -C'est quand même, il faut l'avouer, rempli de livres que plus personne ne lit. Que plus personne ne lira.
-Pourquoi dites vous ça? C'est idiot. Les enfants aimeront toujours ces récits fabuleux.
-J'espère que vous avez raison. »
Quel moment d'apaisement que cette lecture qui finit en beauté sur une touche des plus romantiques et poétiques…C'est bien le coeur battant, qu'on referme ce livre avec cette impression d'avoir dégusté un petit instant mielleux, un bonbon merveilleux…

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
palamede
21 avril 2017
Dans un environnement bourgeois vaguement décadent, César, héros moderne et déprimé, ne réussit pas à surmonter la mort de celle qu'il aime encore de toute son âme, que son corps réclame par tous les pores de sa peau.
À la recherche du temps passé et heureux avec Paz, César se lance dans un voyage dans une Italie solaire, la nostalgie d'un bonheur et d'un partage à jamais révolus empoisonnant chaque instant de ce pèlerinage. Et puis il y a une rencontre qui fait partie de celles qui guérissent un peu... Elle le ramène à son enfance et lui ouvre un horizon. Malgré la perte et le chagrin, César a encore un avenir sur cette terre. Il renaît au monde et prend conscience de son rôle de transmission, de son futur dans la paternité qu'il se sentait incapable d'assumer, de son fils qui est un prolongement au delà de la mort.
Avec Christophe Ono-dit-Biot, il faut aller au delà des phrases spontanées, candides ou chargées de mythologie, pour apprécier et se laisser porter par la beauté des images et des sentiments, pour Croire au merveilleux. Merci à Babelio et aux Éditions Gallimard pour ce beau voyage aux apparences trompeuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
Lolokili
01 mai 2017
Où l'on retrouve César – pas trop la pêche César faut avouer – héros et narrateur de « Plonger » découvert pour ma part il y a peu et commenté ici-même, pour les ceusses qui auraient envie de suivre.
Où l'on retrouve donc César qui tente (ou pas) de survivre au deuil de sa Paz et à l'obsédante énigme de son amour perdu.
Pas bien joyeux tout ça pour commencer. Au-delà du désespoir, pourtant, s'amorce très vite, et presque en parallèle, une histoire nouvelle doublée d'un lumineux retour aux sources, troublant périple intérieur proche de la quête initiatique ou du conte onirique.
Retrouvailles solaires de la mer omniprésente et des paysages enchantés de la Grèce ou du littoral amalfitain déjà évoqués dans « Plonger », où l'on se prend à rêver d'un nouvel éveil au monde pour qui osera enfin croire au merveilleux...
Il est cohérent Christophe. Sa prose et son personnage lui ressemblent, illustrant fidèlement, je crois, sa sensibilité, son amour du beau, l'importance qu'il prête au temps de l'enfance et cette universelle fascination pour les mythes antiques dont l'éclairage et la transmission lui tiennent particulièrement à coeur.
Un auteur clairement habité par son récit, sans autre prétention que celle d'exprimer sa propre vision de l'existence, et de la partager. Transmettre, toujours transmettre... et générer ici un simple et authentique plaisir de lecture.
Ҩ
Mille mercis à Christophe Ono-dit-Biot pour sa chaleureuse disponibilité, ainsi qu'à Gallimard et Babelio qui ont permis cette jolie rencontre pour de vrai.

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
Epictete
21 avril 2017
Il est toujours intéressant de recevoir un livre qui a été pas mal médiatisé. C'est l'occasion de se faire sa propre opinion ; et nous voilà au pied du mur...
Je me suis donc lancé dans la lecture du récit De César, quadragénaire branché, qui survit après la mort accidentelle de sa compagne Paz, et hésite à mourir à son tour pour fuir son état, ou au contraire à se consacrer à son fils qui a besoin de lui.
Dans un premier temps il opte pour la première solution et entame un processus de destruction qui commence par la prise de calmants et somnifères. Mais il fera une rencontre bouleversante, Nana qui l'entraînera dans un univers mi onirique, mi réaliste. Elle-même étant peut-être issue de cet univers.
Nana sera le catalyseur d'une résurrection, où chacun se reconstruit en retrouvant son véritable rôle, le père comme le fils.
Ce livre tout en nous racontant une histoire d'amour, une histoire de deuil, nous entraîne dans un certain nombre de rêveries, de voyages à travers le temps, l'espace, les pays et le ressentit de chacun.
Le style est simple, narratif, avec quelques trouvailles sympathiques. C'est un livre qui se lit rapidement car on a envie de connaître la fin. Et celle-ci est originale, révélant enfin la construction du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
kavinka
22 mars 2017
Du fast-food littéraire ! "Croire au merveilleux" n'est guère à la hauteur des louanges entendues chez Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché" sur France 2, et le fait que Christophe Ono-dit-Biot soit présentateur de l'émission littéraire "Au fil des mots" sur TF1, responsable des pages culture de l'hebdo "Le Point", mais aussi ami personnel du polémiste Yann Moix explique sans doute cette infatuation disproportionnée. Outre la lourdeur d'un récit à la première personne au foisonnement du "je", ce qui choque d'emblée c'est le manque de style. Phrases courtes, parfois sans verbe, ce qui peut être génial si on a le talent et le rythme phrasé de Victor Hugo dans "Les travailleurs de la mer", mais qui avec Ono-dit-Biot sombre plutôt dans les méandres d'une perspective malheureuse  d'un genre qui s'articule au confinement du flirt avec le mal bâti. On regrette aussi un manque certain de vocabulaire et de grammaire. Que penser de cette phrase "Il faut voir ma gueule que j'ai..." ?  Sans doute Ono-dit-Biot a voulu pasticher Johnny.
Publié chez Gallimard, "Croire au merveilleux" raconte l'histoire d'un certain César, le double récurrent, l'alter-ego cyclique de l'auteur, qui veut fuir la vie en se suicidant mais en réchappe à cause de l'arrivée inopinée d'une jeune étudiante grecque. Il se retrouve alors sauvé par son enfance et une insolite emprise mythologique. Au fil des pages, on a dû mal à suivre l'intrigue, l'ensemble étant confus nous entraînant dans une succession de délires personnels et existentiels de l'écrivain-journaliste avec cette même "pseudo littérature comme appeau" pour reprendre le titre d'une longue critique de "Plonger", son précédent roman pourtant Grand prix du roman de l'Académie française en 2013 (1). Ainsi, dans ce qui est visiblement la suite de "Plonger" avec le même César, on cherche en vain la moindre narration poétique, un soupçon de cette hypotypose, la description imagée à l'extrême immortalisée par la madeleine de Proust ou l'alambic de Zola dans "L'Assommoir". Avec Ono-dit-Biot, c'est plutôt du fast-food littéraire, du syncopé textuel telle cette phrase "Un couple sort de l'eau" flanquée cinq lignes plus loin de "J'entre dans l'eau". Avec lui, le récit devient carrément assommant voire "barbant" pour être en phase avec son look de quadragénaire qui pour faire jeune arbore la barbe tendance ; pilosité d'ailleurs jugée au XVIe siècle comme étant la propagation du vice-italien et aujourd'hui attribuée à ceux qui ne s'assument pas d'où leurs rapports conflictuels avec les femmes obligés de replonger dans les traumatismes de leur enfance pour en exorciser leur frustration. Enfin, si le roman ne manque pas de nous faire voyager chez les Grecs dans cette quête du pouvoir des mythes, il est surtout truffé de clichés de guides touristiques tel ce récit d'un dîner du héros César devant l'Acropole à Athènes: "Le prof m'a dit que Parthénon vient de Parthénos, 'la vierge", l'un des surnoms d"Athéna". C'est sûr qu'avec Christophe Ono-dit-Biot, il est difficile de croire au merveilleux !...
Kävin'Ka



  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152

Les critiques presse (1)
LePoint27 mars 2017
Un récit solaire sur la transmission.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations & extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
LolokiliLolokili02 mai 2017
A l’heure de la dépendance à l’immédiateté, l’information devenait inactuelle : la suivre, c’était mourir d’essoufflement. Il fallait donc la devancer, couper par d’autres chemins moins autoroutiers. Etre buissonnier, peut-être pirate, proposer un regard, un ton, un style, des histoires différentes. Notre monde en regorgeait. Et le besoin de récits, d’oxygène narratif, n’avait jamais été aussi grand dans un monde paradoxalement rétréci par l’hypercommunication. Il fallait juste prendre le temps, écouter, en finir avec l’impatience qui épuisait, le désenchantement qui gagnait. Prendre de la hauteur ou voler sous les radars, avoir l’œil de l’aigle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
PiatkaPiatka20 avril 2017
- Ils cherchaient quoi, au juste, ces amants de la Sirène ? Pas juste une grotte ? 
Personne ne bougea. Le professore se crut autorisé à poursuivre.
- En effet. Ils cherchaient quelque chose que les sirènes étaient censées posséder, et qui n'a pas de prix...Bien mieux que les secrets d'un Kamasutra exceptionnel. Le vieil érudit marqua une pause. Ses yeux brillaient. « Quand on lit attentivement le texte de l'Odyssée, on s'aperçoit que ce n'est pas seulement un chant mélodieux que les sirènes promettent à Ulysse. Celui qui l'a entendu, disent-elles, « s’en va charmé et plus savant ». Et que savent-elles ? « Οσσα γένηται έπί χθονί πονλνβοτείρη » : que « tout ce qui advient sur la terre féconde »…
- Elles ont le don de connaître l'avenir ?
- Oui. Et c'est certainement pour ça qu'on leur a voué un culte et qu'un temple leur a été dédié...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LolokiliLolokili01 mai 2017
Dans mon pays, pourtant intoxiqué à la nostalgie, tout se passait comme si le mot « transmission » était devenu un gros mot. […] C’est le passé qui, désormais, devait s’adapter au présent […]
Nos décideurs à nous n’avaient que le mot « numérique » à la bouche, fantasmant des Silicon vallées et des french Californies en ignorant qu’avant d’inventer Facebook, Mark Zuckerberg (qui n’était pas vraiment ce qu’on appelle un réactionnaire) était connu, à Harvard, pour sa propension à réciter des passages entiers de l’Iliade. Pour inventer des mondes, c’est-à-dire, d’abord, les rêver, le passé pouvait, semble-t-il, être d’une certaine aide. Et si l’imaginaire dopait les intuitions ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
palamedepalamede21 avril 2017
[...] - je pensais souvent aux attentats du 7 janvier, qui avaient tranché net l'existence des êtres les plus libres du monde, et, pour certains, les plus bienveillants, l'ami Georges par exemple. Était-il vrai qu'il avait fait aux tueurs, juste avant d'être fauché par le feu pathétique, un bras d'honneur ? J'aimais le croire.
Commenter  J’apprécie          240
PiatkaPiatka24 avril 2017
La brûlure de l'alcool m'aida à soutenir son regard. Pourquoi se moque-t-on des garçons qui disent aux filles qu'elles ont de beaux yeux ? L'érotisme est dans le visage. Dans le dessin d'une lèvre, une fossette, le froncement d'un sourcil.
Commenter  J’apprécie          300
Videos de Christophe Ono-dit-Biot (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Ono-dit-Biot
Rencontre avec Christophe ONO DIT BIOT à la librairie La Galerne du Havre, pour la parution de "Croire au merveilleux".
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
888 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .