AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764416881
Éditeur : Québec Amérique (06/01/2014)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Victor, Konrad et Elizabeth vivent une jeunesse de rêve entre les murs du château Frankenstein. Jusqu’à ce que Konrad tombe gravement malade et que Victor se rende compte qu’il est amoureux de leur cousine Elizabeth, tout comme lui. Heureusement, un vieux bouquin traitant d’alchimie, découvert entre les murs de la Biblioteka Obscura, révèle la recette d’un mystérieux élixir de vie. Victor et Elizabeth, accompagnés de leur ami Henry Clerval, se mettent aussitôt en qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Salyna
  09 avril 2014
Un très bon moment lecture ! Je suis très agréablement surprise !
Car soyons honnête, un roman jeunesse abordant l'enfance de Victor Frankenstein, ce n'était pas forcement très rassurant. Mais l'auteur s'en tire remarquablement bien !
Bon, commençons par le commencement, la couverture. Jolie, sombre et représentant sans doute Victor, elle colle plutôt bien au livre.
Le livre, qui provient du Québec, est donc présenté à l'américain, avec des sauts de lignes lorsqu'on va à la ligne. le résultat est un texte très aéré, surtout qu'il y a énormément de dialogue. Parfois on se dit que ces espaces ne servent qu'à faire « gagner » des pages et sortir un tome de 400 pages alors qu'il pourrait être plus court (et moins gros, donc moins cher… Mais je dis ça je dis rien…).
Comme je le précise juste au-dessus, il y a beaucoup de dialogue, mais ils sont bien menés et n'alourdissent pas du tout la lecture.
Le choix d'écrire ce roman à la première personne était aussi un risque, mais c'est très bien écrit et on y lit sans la moindre lourdeur !
Le fond maintenant. Kenneth Oppel a clairement bien bossé son sujet ! Faire un roman sur Frankenstein, c'est comme faire un roman sur Dracula, on peut très bien se contenter de « la culture populaire » laissant croire qu'on connait le sujet. Mais là non, clairement le travail de recherche a été fait et on retrouve beaucoup de clins d'oeil : ruelle Wollstonekraft, Polidori, la pièce de théâtre au début, Dr Murnau….Bref, j'ai aimé ces petits détails !
Une chose m'a pourtant sauté aux yeux gros comme une maison : le triangle amoureux qui se dessinait entre Konrad, Élisabeth et Victor… ça se voyait venir de très loin et ça me faisait peur, car en général ce genre de romance triangulaire me soule… Mais là, elle est très bien menée, elle ne plombe pas le roman !
Cela me conduit à l'autre point que me faisait peur : la gémellité de Victor et Konrad. Parce qu'honnêtement, ce sujet est souvent un condensé de stéréotype (soit des sosies soit des opposés totaux). Ici, l'auteur est tout en nuance et en dualité dans les relations des deux jumeaux. C'était très agréable.
Sur Victor en particulier, on retrouve les prémices du personnage de Mary Shelley, et c'est vraiment bien. Il aurait été facile de se détacher de l'oeuvre d'origine et de faire la personnalité qui chantait à l'auteur. Mais non, on sent que ce jeune Victor va devenir plus mature pour devenir celui que l'on connait une fois adulte.
Un détail aussi non anodin, la position féministe de l'auteur (non non ne fuyez pas !). Kenneth Oppel a choisi clairement de faire de la famille Frankenstein une famille progressiste, où la jeune Élisabeth reçoit la même éducation que les deux garçons. D'ailleurs, elle ne restera pas sur le côté pendant les épreuves qui les attendent ! Loin de là. Et la mère Frankenstein tient une ou deux fois des propos féministes clairs (et en ça, on ne peut s'imaginer Mary Wollstonecraft – mère de Mary Shelley et féministe anglaise — derrière ces phrases).
Si vous aimez les aventures, l'alchimie, les sentiments, et bien sûr le personnage crée par Mary Shelley, ne boudez pas ce livre ! Un vrai moment de plaisir !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
Cielvariable
  14 avril 2019
Bien que j'aie beaucoup apprécié l'oeuvre de Mary Shelley, je n'ai pas réussi à être happée par l'univers de ce Frankenstein adolescent. Non parce que c'est mal écrit (au contraire, l'histoire est bien structurée, le vocabulaire - du moins celui de la traduction française - est parfaitement choisi et assez soutenu, particulièrement pour un roman jeunesse), non plus parce que le genre ne m'intéresse pas (j'aime déjà l'histoire de Frankenstein). Je ne sais pas quel ingrédient manquant a empêché la chimie ou l'alchimie d'être au rendez-vous, mais je me suis ennuyée pendant cette lecture. le récit relate l'adolescence de Victor Frankenstein, au moment où son frère jumeau tombe gravement malade et qu'il n'y a plus rien à faire pour lui. Victor refuse ce constat et sera prêt à tout pour sauver son frère, même à se perdre lui-même à jamais en devenant l'ombre (très sombre) de ce qu'il aurait dû être. À défaut d'être sympathique, le héros du roman est complexe et intrigant, son aventure peut plaire à plusieurs. Il y a beaucoup de descriptions qui personnellement m'ont exaspérée, mais parfois c'est parce que je ne fais pas la bonne lecture au bon moment (je n'ai jamais eu aucun mal à apprécier les mises en scènes détaillées et décrites sur des dizaines de pages De Balzac). C'est peut-être le manque de personnages féminins qui a nuit à ma motivation (une seule fille manquant cruellement de profondeur et de définition).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
kineyume
  15 mai 2014
Très simplement j'ai vu ce livre en librairie avec le nom de Kenneth Oppel, je ne pouvais que l'acheter. Kenneth Oppel est un auteur extraordinaire qui a ravi une grande partie de mon enfance avec la trilogie Silverwing, Sungwing et Firewing, et avec un autre livre à part que j'ai dévoré en une journée (si si) Darkwing. Après avoir parlé de l'auteur, passons maintenant au livre.
Dans ce monde d'accros à la bit-lit, Kenneth Oppel ose enfin se détacher et revenir à l'un des mythes (ou pas) fondamentaux, Frankenstein.
Que dire ? ce livre est captivant, ayant fini un chapitre je voulais en commencer un suivant. Rien qu'au premier chapitre il nous sert un twist digne de ce nom et il y en aura un autre grandiose à la fin, je ne vais pas spoiler car VOUS DEVEZ LE LIRE D'URGENCE
Je n'ai pas fait de recherches donc je ne sais pas si le vrai Frankenstein avait un frère jumeau et une cousine. Mais ce sont donc les personnages principaux de ce roman ainsi qu'un de leurs amis. Bon pour faire court il y a Victor et konrad (frère jumeaux), Elizabeth (cousine), Henry (ami poète et dramaturge), la famille Frankenstein, quelques médecins sans grande importance et un personnage dont je ne vais pas vous en dire plus mais qui s'appelle Julius Polidori qui est un référence à un auteur connu.
On est donc transporté à leurs côtés, vivant le triangle amoureux qui les éloigne ou les rapproche selon le moment.
Si vous connaissez Oppel, vous saurez qu'il ne fait pas dans la dentelle, à plus de la moitié du livre, l'histoire devient encore plus sombre et glauque (donc je ne pense pas qu'un enfant en dessous de 12 ans devrait le lire et encore je suis large, si vous connaissez la série de Joseph Delaney, au niveau du sombre il peut s'en rapprocher. L'action est extrêmement bien décrite, les personnages développés.
Bref un nouveau chef d'oeuvre d'Oppel dont je suis impatient de connaître la suite. ILY Kenneth Oppel
Lien : http://www.facebook.com/pens..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
weatherwax
  31 juillet 2014
Bon, si je ne suis pas sortie éblouie de cette lecture, je ne peux pas dire non plus que c'est mauvais, loin de là.
Comment un méchant devient méchant, voilà la base de ce roman.
Maintenant, je n'ai pas lu le roman de Shelley, ce qui dissiperait peut-être quelques reproches que je ferais à ce livre : une famille hors-norme, c'est-à-dire tolérante, ouverte d'esprit et non-croyante à une époque où presque tout le monde est l'inverse. Et bien sûr, riche. Tout ça est un peu caricatural...
Du coup, nos héros ont peu de mérite et je les ai trouvés un peu "enfants gâtés". La rivalité entre frères jumeaux est également un grand classique.
Bref rien de bien neuf sous le soleil, mais l'intrigue est plutôt bien menée.
Pas sûre cependant d'avoir envie de lire le 2ème volume !
Commenter  J’apprécie          00
alian
  25 septembre 2013
Au début, on ne sait pas trop où cette histoire va nous mener mais c'est une aventure originale et divertissante. Comme toujours avec Kenneth Oppel, on y retrouve beaucoup de références scientifiques.
Une fois terminé, ce volume donne envie de découvrir la suite...
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
vedaveda   17 décembre 2014
Kenneth Oppel...quoi dire de plus; - qu'Excellent auteur! -, j'ai pratiquement tout ces livres, reste à voir..

Ce premier tome d'un deux....seulement me suis-je dit avec déception à la fin du deuxième tome.
J'ai carrément dévoré ce roman, il était dans mes mains en voiture(en tant que passager..), en mangeant, au matin sitôt éveillé, avant de dormir, vécu de beaux moments, sauf peut-être ma femme qui a trouvée que deux tome, était assurément assez pour le bien de notre couple. hihi!

Il m'a agréablement surpris avec l'histoire de Frankenstein qui, sous sa plus, m'a vraiment séduit voir même, envouté.
Sortir du personnage que l'on connaissait tous, et en modeler un tout autre différente avec toute l'histoire familiale et les personnages très attachants, ne serait surement pas aisé pour la majorité, sauf pour Mr.Oppel.
Passant du triangle amoureux cliché..heu non détournez-vous, ce n'est habituellement mon genre ce cliché blasant des triangles amoureux, mais ici, il nous le sert différemment, des sciences occultes, secrets familiales obscurs oubliés, passages secrets dans le château des Frankenstein,, le drame et de belles intrigues qui se succèdes sans cesses.

Un magnifique roman d'aventure fantastique, sombre, au concentré des sciences alchimiques, mais..
précisons-le, pas tout à fait pour les moins de 13-14 ans, à mon avis, tout dépend de nos convictions et valeurs.

Depuis ce premier roman lu de Kenneth Oppel, Canadien tout comme moi, je n'ai cessé d'acheter et lire ces livre, et ce même s'ils étaient dédiés à un public plus jeune, je suis devenu un fan de Mr.Oppel.
Merci pour d'avoir un jour, mit ta plume sur le papier et partager tes univers.

Respectueusement,
veda

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   03 mars 2019
J’entrepris devant eux l’ascension des marches hérissées d’éclats de bois et je m’arrêtai devant la porte. Même en tenant la flamme près du petit trou, je ne voyais rien. Je passai la chandelle à Elizabeth et, en avalant ma salive, tendis ma main vers l’ouverture sombre.

— Qu’est-ce que tu fais, Victor ? demanda Konrad.

— Il y a peut-être un loquet à l’intérieur, dis-je en ricanant pour masquer ma nervosité. Je parie que quelque chose va m’attraper la main.

Je serrai les doigts, puis je glissai ma main dans le trou et aussitôt quelque chose la saisit.

Les doigts, froids et très, très puissants, m’agrippèrent, si fort que je poussai un cri de douleur et de surprise mélangées.

— C’est une blague, Victor ? demanda Elizabeth avec colère.

De toutes mes forces, je tirais, tentais de dégager ma main.

— La chose m’a attrapé ! rugis-je. Elle m’a attrapé la main !

Derrière moi, Konrad cria :

— Quelle chose ?

En proie à l’hystérie, je n’avais qu’une seule pensée : Si la chose a une main, elle a une tête, et si elle a une gueule, elle a des dents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   03 mars 2019
Si je détestais autant ces repas, c’était notamment parce que Konrad y brillait beaucoup plus que moi, comme d’habitude. Lorsque nous nous assîmes enfin, maîtres et domestiques formant une grande famille inusitée, mon jumeau engagea sans effort la conversation avec les uns et les autres. Il demanda à Maria, notre gouvernante, si le bras cassé de son neveu guérissait bien. Il s’informa auprès de Philippe, notre palefrenier, de l’état de Prancer, notre jument enceinte. Et bientôt, les domestiques se mirent à raconter des histoires les concernant, ce qui me plaisait bien, car leurs vies étaient très différentes de la mienne. Ex-soldat, Kurt, notre valet de pied, avait participé à une bataille sanglante au cours de laquelle il avait perdu plusieurs orteils ; Céleste, la femme de chambre de ma mère, avait servi une méchante duchesse française qui la battait à coups de pantoufle quand le gâteau était rassis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SalynaSalyna   30 mars 2014
Cela viendrait plus tôt, dis mère, si l'éducation des filles n'avait pas pour but de faire d'elles des créatures faibles et simples d'esprit qui gaspillent leur véritable potentiel.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   22 décembre 2013
La fièvre ne retrouva jamais sa virulence du début, mais elle refusait de disparaître. Après une embellie en matinée, elle était de retour en fin d’après-midi, telle une tempête infernale qui s’apaise un instant pour mieux renouveler sa fureur.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Kenneth Oppel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenneth Oppel
Kenneth Oppel Is 'Boundless'
autres livres classés : frankensteinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

As-tu bien lu Silverwing?

Comment s'appelle le personnage principal?

Cinook
Frieda
Marina
Ombre

9 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Silverwing, Tome 1 : Les ailes de la nuit de Kenneth OppelCréer un quiz sur ce livre