AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358872733
Éditeur : Manufacture de livres (07/02/2019)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Quel lien existe-il entre les éliminations ciblées des ennemis de l'Amérique par drone, la soif de vengeance d'un homme trahi par ses supérieurs et la nomination à la tête de la CIA par un clown mal peigné d'une nouvelle directrice sachant ce que torturer veut dire ? Une femme, apparemment. Lucy Chan, analyste à la CIA fraîchement promue officier, est confrontée au classique dilemme de la cause à défendre et des moyens à employer pour le faire.
Roman noir, r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Mome35
  13 avril 2019
Je l'avoue bien humblement. La lecture de ce roman d'espionnage de Jean-Hugues Oppel a été, pour moi, pendant plus de la moitié du livre, un vrai parcours du combattant. Loin de moi l'idée de dénigrer les connaissances géopolitiques de l'auteur, sa perception des conflits mondiaux, sa science des armes, qu'elles soient de poings ou plus imposantes, carrément dissuasives ou offensives comme les drones, sa familiarisation des organismes secrets comme la CIA, ses compétences en les arcanes du pouvoir américain, sa culture générale concernant l'informatique et bien d'autres sujets plus spécifiques comme le hard rock ou le rock alternatif.
Mais diantre quelle écriture complexe par moments avec des comparaisons, des métaphores sur de multiples thèmes, personnages ou lieux dont je n'avais pour ma part jamais entendu parler et dont je n'avais pas le courage de rechercher les significations ou emplacements. Je dois bien le dire, si la trame, après bien des chapitres sans réelle transition, s'est faite peu à peu jour, l'intérêt n'est venu qu'avec la dernière partie avec la chasse de l'analyste Lucy Chan contre le renégat de la CIA Jonathan Rogue. On a pu alors s'apercevoir que dans ce monde sans pitié, sans foi, sans loi, sinon celle de défendre la bannière étoilée, les vies de tout un chacun ne valent pas un cent. Si, à mon avis, ce livre est sauvé par sa dernière partie, il laisse encore sur notre faim, car l'héroïne n'en a probablement pas fini avec l'espoir, non seulement de se sauver, mais un désir de vengeance qui se trouvera dans un autre opus. Je ne pense pas que je poursuivrais l'expérience, car j'aime trop la simplicité dans le style pour me satisfaire de l'écriture difficile, alambiquée et saucissonnée de JHO. Mais, il a sûrement ses adeptes (ou fans).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bibliocoach
  19 avril 2019
A l'origine, il y a une mission merdique. Ce n'est pas moi qui le dis mais un agent de la CIA. Expédié dans une clinique pour pachydermes afin d'en exfiltrer trois "barbichus" islamistes, il a été salement lâché par l'Agence. Seul en pleine jungle au fin fond du Laos.
De Moscou à Bangkok, du Pakistan à la mer de Chine, Oppel nous emmène partout où des espions se croisent, se rencontrent et parfois se jaugent. Là où des auteurs de romans d'espionnage perdent leurs lecteurs en route, lui a titré ses chapitres avec les coordonnées latitude et longitude des lieux où il nous balade. On est jamais trop prudent.
Dans un monde où le FSB a remplacé le KGB et où un crétin peroxydé dirige la première puissance mondiale, le combat se mène aussi sur le terrain (miné) des réseaux informatiques. Oppel nous sert de guide dans les profondeurs du dark web avec la volonté quasi-pédagogique de ne pas nous perdre au détour d'une mauvaise connexion.
A la précision mécanique du récit répond la légèreté d'une écriture qui fait mouche ("ils n'ont pas inventé la machine à dénoyauter les pois chiches"). Dommage que les personnages ne se livrent pas davantage. En nous privant de leur intimité, Oppel prend le risque d'en faire des fantoches voire des caricatures.
C'est cela sans doute qui m'a maintenue à la lisière d'un récit pourtant maîtrisé et déroulé avec beaucoup de savoir-faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   28 mars 2019
La tuerie est récente, le sang est à peine sec ; du café encore bien tiède dans une tasse. Les cinq agents ont été exécutés à bout touchant d’une balle dans la nuque ou de côté dans la tête. Arme de poing de faible calibre à haute vélocité, réducteur de son obligatoires, étuis récupérés : du travail de professionnels.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2019
Les impôts qui rentrent pas, c’est du manque à gagner pour le gouvernement, et comme les impôts c’est pas seulement fait pour payer ceux qui nous gouvernent, ça veut dire des écoles qu’on ne construit pas, des hôpitaux qui rament par manque de personnel, les routes qui ne sont pas entretenues et j’en passe… Alors, les États-Unis par exemple, ils doivent emprunter des sous sur les marchés pour combler le trou fiscal, et devinez qui va les leur prêter, ces sous, mine de rien ? La maison Apple, bingo ! Elle achète de la dette américaine, la maison Apple, et elle palpe ensuite son pourcentage de créancier sur les remboursements ! Bon, elle n’est pas la seule à faire ça, mais quand même… Elle est pas belle, la vie ultra-libérale !?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2019
Le personnel est exclusivement féminin, sentinelles armées jusqu’aux dents y compris. À l’inverse de la prétendue garde rapprochée du défunt colonel Kadhafi, les amazones de Lady Cobalt sont de véritables guerrières, rompues aux arts martiaux comme au maniement de armes, et ne sont pas là pour lui servir d’esclaves sexuelles. Elles sont prêtes à mourir pour leur reine. Leurs scarifications révèlent une appartenance ethnique commune au sein d’une hiérarchie mystérieuse, en échelonnage de degrés divers synonymes d’obéissance et de fidélité à la vie à la mort s’il était besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2019
Tant que la courbe des cours n’est pas celle d’un encéphalogramme plat, les marchés sont contents. Les marchés détestent l’immobilisme ; faut que ça bouge, dans un sens ou dans l’autre ; de préférence dans celui qui rapporte gros. Alors le gouvernement de Kinshasa a décidé une augmentation des taxes pour compenser et / ou faire remonter les cours, d’où la présence des investisseurs potentiels sur place ; tous représentants des gens d’argent qui ont ou veulent réaliser des placements dans le cobalt (entre autres) et l’art de s’en servir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2019
Elle a l’oreille de la capitale. Si elle avance un nom pour une candidature à la prochaine élection présidentielle, on l’écoutera. Si elle conseille de ne pas se présenter, on l’écoutera aussi, et sans aucun doute avec plus d’attention. La dame est loin d’être une traînée. Elle a de la classe. Elle s’est hissée au sommet sans devoir faire boutique-mon-cul comme tant de ses semblables nées filles pour leur malheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Jean-Hugues Oppel (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Hugues Oppel
Jean-Hugues Oppel - 19.500 dollars la tonne
autres livres classés : DronesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Trois fêlés et un pendu

Qu'ont prévu de faire les trois garçons au début du récit ?

Une chasse au trésor
Faire de la moto-cross
Cambrioler une banque
Dormir

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Trois fêlés et un pendu de Jean-Hugues OppelCréer un quiz sur ce livre