AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226168092
191 pages
Albin Michel (14/09/2005)
3.13/5   69 notes
Résumé :
Pouvez-vous répondre à une seule question ? Si je vous parle et que vous parveniez à me guérir, ce sera pour vivre quoi ?
Un roman qui se lit comme une leçon de vie.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,13

sur 69 notes
5
1 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
1 avis

infini
  20 juillet 2014
"Deux fois par semaine" par Christine Orban...
Un livre remplie de douleur décrite avec une plume poétique....
La narratrice nous livre ses états d'ame dans la relation qu'elle entretien avec son psychanalyste...face a ses démons ,face à l'épreuve qu'elle doit affronter...
la maladie et la perte de son etre cher ...
Ce livre est une profondeur émotionnel très forte , il m'a fait sourire face a des situations lors de ces "trois quart d'heure' loué a son psy.
Ce coté je vous paye ,soigner moi avec les mots ,est-ce possible?
Face a cette inconnu...
Je trouve qu'elle a le don de d'écrire un livre d'une grande noirceur ,d'une grande tristesse....inconsolable...,Elle est arrivé a y mettre des couleurs ..
Ce livre a été pour moi un vrai coup de coeur.
et la relation qui se noue entre elle et son thérapeute , montre que l'humanité prime ....
quel doux moments....
Christine Orban est pour moi un vrai délice a lire....elle touche le coeur ....
Commenter  J’apprécie          150
Apoapo
  30 mars 2022
Voici un récit de psychanalyse, très différent de ceux que j'ai pu lire jusqu'à présent. de nombreux indices laissent supposer qu'il est autobiographique et non romanesque, écrit sans doute une trentaine d'années après les faits relatés. On ne saurait dire s'il s'agit d'une psychanalyse réussie, tant est pesant le poids des silences (la cit. infra reproduisant l'échange verbal le plus long en absolu). Les symptômes et les évolutions comptent peu devant le sentiment d'oppression qui règne de façon prépondérante durant toute la lecture. Avec une grande maîtrise, les événements dramatiques que la protagoniste, jeune femme mariée de vingt ans, est en train de vivre en-dehors de son analyse, ainsi que quelques hypothèses sur son trauma infantile et ses relations avec sa mère sont dévoilés au lecteur, d'une manière qui représente avec réalisme une prise de conscience progressive de la part de la narratrice. de même, quelques indices donnent un ton suranné qui situe l'action dans le passé ; un seule petite incohérence de style à ce propos : « […] bien qu'en cette journée "portes ouvertes" il soit capable de me laisser faire. Cool. » (p. 164).

Cit. :
« Je respire et, dans un souffle, glisse un flot de mots :
- Certains événements sont assez forts pour modifier une personne. La douleur m'a façonnée.
Le psy, le visage pas très loin du mien :
- Tout sert.
Moi :
- le malheur ne sert à rien.
Le psy :
- Tout dépend de ce que vous en faites.
Je hausse les épaules...
Lui, la voix douce :
- Vous parlez comme si vous aviez choisi les épreuves. Toujours ce sentiment de toute-puissance qui vous rend coupable. Vous préférez que ce soit à cause de vous, plutôt que l'idée de subir... » (p. 157)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sylvie2
  10 mars 2019
Couchée sur un divan, la narratrice essaye de retrouver la vie et non plus se contenter de l'observer. Un livre qui ne raconte pas beaucoup, mais dont les mots sont puissants. Je suis sortie de ce livre pleine de questions.
Commenter  J’apprécie          120
Chantilly34
  02 mai 2014
"Les mots d'un médecin m'ont condamnée, je ne vois pas comment les vôtres peuvent me ressusciter."
Enfermée dans son silence douloureux, "anesthésiée du coeur", la narratrice entreprend une analyse afin de trouver la force d'affronter la mort imminente d'un être cher. Quand tout s'effondre autour de soi, le psychanalyste peut-être un refuge malgré son silence.
Comment aller au-delà des mots, comment surmonter la difficulté de se livrer à un inconnu muet (le psy), de sortir de son silence ?
Les livres de Christine Orban ne sont pas particulièrement gais ; celui-ci l'est d'autant moins qu'il est autobiographique, mais elle nous raconte avec beaucoup de pudeur la relation qui s'établit entre une patiente et son psy.
Pour qui a l'expérience d'un cabinet de psy, la description de certaines séances sont tellement réalistes que, malgré la gravité du thème on ne peut s'empêcher de sourire !
Lu en une soirée, très facile à lire et agréable.
Commenter  J’apprécie          60
anne_le_bruit_des_vagues
  08 avril 2014
Et bien me voilà face à un dilemme : bien qu'ayant littéralement dévoré ce roman, et l'ayant trouvé somptueux, j'aurai vraiment du mal à le conseiller, car il est (trop ?) troublant. Coeur fragile, s'abstenir : sous son apparente légèreté, il est vraiment très sombre.
Peut-être est-ce justement cela, un bon bouquin ?
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
infiniinfini   18 juillet 2014
Ce n'est pas facile d'énoncer ou l'on a mal : estomac , foie , plus bas les reins ,alors que tout ce que l'on peut dire , c'est "j'ai mal' comme lorsqu'on est enfant .
Alors les états d'ames ! Difficile de répondre à la question "Comment allez vous?"
Seuls les gens polis et les menteurs ou les idiots , vont "bien"
S'il est aisé de lire un chiffre sur un thermomètre , comment décrire ce qui n'a aucun dosage , cet impalpable , à moins de détourner les mots de leur sens initial?
Par exemple ,si à cet instant précis ,je devais sincèrement décrire mon état , j'avouerais :"Docteur , je suis anesthésiée du cœur" Je rajouterai "Et cela est insupportable"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
infiniinfini   18 juillet 2014
L'extérieur je le connais mais je reste sur le quai .
C'est l'autre coté de la vitre , de la rive , de la vie . Ce sont les autres ,remuant , palabrant.
Moi je suis ici parce que l'extérieur est toujours extérieur , qu'il y a comme une vitre entre la vie et moi .Comment lui dire tout ça ?
Commenter  J’apprécie          100
infiniinfini   21 juillet 2014
Je sais pourtant que l'amour est au-dessus de tout , je sais qu'il est important de se connaître pour pardonner aux autres , que toute ma vie je continuerai à vouloir comprendre. Que cela ne change rien . Je sais que je vais souffrir , que c'est inéluctable ,qu'à trop me préparer à cette souffrance , j'ai gaché les moments qu'il restait . J'aurai voulu , je n'ai pas pu . Je sais que l'existence n 'est qu'un court espace de temps entre la vie et la mort , tout le monde y pense , personne n'y croit vraiment .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
carrecarre   08 février 2015
“Entendre une phrase qui tombe juste, c'est voir son âme dans un miroir.”
Commenter  J’apprécie          340
infiniinfini   19 juillet 2014
Je viens d'acheter une parcelle de temps à un homme .
Disons plutôt que je viens de louer , louer deux fois par semaine ,les tris quarts d'une heure à un propriétaire de temps , docteur en psychiatrie.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Christine Orban (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Orban
« Irrésistible », « troublant », « solaire et ténébreux »... La presse est unanime quant au nouveau roman de Christine Orban, « Est-ce que tu danses la nuit... ». Une histoire d'amour à la frontière de la morale qui nous emporte dans un tourbillon d'émotions aussi honteuses que délicieuses...
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/est-ce-que-tu-danses-la-nuit-9782226449542
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
386 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre