AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226258250
200 pages
Éditeur : Albin Michel (07/05/2014)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Quelques années après sa répudiation, Joséphine la femme volage et dépensière pour certains, la bonne étoile de Bonaparte pour d'autres, blessée, humiliée, prisonnière du tourbillon dans lequel la douleur la tient, se décide à lui écrire alors qu'il est exilé à l'île d'Elbe.
Entre culpabilité et force d'âme, Joséphine se demande comment ils en sont arrivés là et retrace les épisodes les plus déchirants de leur histoire. Un destin commun interrompu un soir aux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
denisarnoud
  12 mai 2014
Joséphine, répudiée par Napoléon passe son temps à noircir les pages d'un cahier. Ce texte est une longue lettre à son ex mari revenant sur leur histoire commune de leur rencontre à la dissolution de leur mariage. Un cahier qui devra être remis à l'ancien empereur exilé à l'île d'Elbe à la mort de sa rédactrice.
Ce texte débute par la convocation de Joséphine par Napoléon. le moment qu'elle redoutait est arrivé, le couperet va tomber, qui va mettre fin à quinze ans de vie commune. Même si elle s'attendait à cette répudiation pour raison d'Etat, Napoléon a besoin d'un ventre fécond pour asseoir sa dynastie, Joséphine est anéantie
quand l'Empereur lui annonce sa décision.
"Un cri finit par s'échapper de ma poitrine, un cri de détresse. J'aurais dû le retenir. Les oreilles indiscrètes collées à la porte raconteront et déformeront cette scène, mais sur le moment je n'y pense pas, je hurle avec la force d'une suppliciée avec un abandon que ni mon rang ni mon honneur n'auraient dû me permettre. je ne suis plus rien, je ne suis qu'une femme rejetée, une femme qui pleure son amour perdu, une femme humiliée qui ne peut retenir ses cris de souffrance."
Dans ce superbe roman, Christine Orban a réussi à se glisser dans la peau d'une Joséphine bafouée, détruite mais toujours amoureuse et bienveillante à l'égard de celui qui restera l'amour de sa vie et qui l'aimait profondément mais moins que son destin
"Ton désir de pouvoir a vaincu le désir de mon corps."
"Ta pâleur était celle d'un mort. J'avançai une main tremblante, et je me saisis de la plume. La stupeur avait gagné l'assemblée. Te rendais-tu compte de ce qui se passait autour de toi? L'amour sacrifié sur l'autel de la gloire. Quand l'ambition en est là, on tremble à l'idée des malheurs qu'elle peut engendrer."
L'auteure nous raconte la fin de l'histoire de ce couple au destin extraordinaire, dissout pour des raisons d'état. Elle nous décrit la fin d'un couple mais pas d'un amour . L'histoire d'un chagrin d'amour ordinaire, un chagrin d'amour universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
chriskorchi
  21 septembre 2014
J'aime beaucoup les livres de Christine Orban et c'est avec plaisir que je me suis plongée dans celui-ci où elle se met à la place de Joséphine , femme blessée et sensible. L'auteur arrive à nous faire ressentir sa peine, sa souffrance et l'amour incroyable qu'elle ressent pour Napoléon. C'est un véritable cri d'amour ! Quelle belle histoire ! Elle nous permet de revenir sur un pan de l'histoire de ce couple au destin incroyable .
J'aime la sensibilité de l'auteur et son style tout en finesse et c'est un roman qui m'a fait aussi un effet bizarre sur le coeur tant cet amour résonne en moi et je pense en chacun de nous. Qui n'a jamais aimé éperdument ? Un superbe roman d'amour sous fond d'Histoire de France qu'il faut lire.
J'ai aimé me laisser porter au fil des pages et l'écriture emplit d'humanité de Madame Orban que je ne me lasse pas de lire.
VERDICT
Si vous n'avez pas encore lu de roman de Christine Orban vous pouvez commencer par celui-là , je suis quasiment sûre que vous voudrez lire les précédents.
A découvrir d'urgence un beau roman d'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
infini
  10 juin 2014
Qu'elle jolie plume a Christine Orban dans ce livre.....
j'ai aimé ce cri d'amour , de long monologue ou Joséphine répudiait par "Bonaparte 'lui écrit tout ce qu'elle a sur son coeur...
Et combien son amour pour lui reste fidèle ,sincère....
Joséphine aimait l'homme....par le personnage de Napoleon ,mais son ame...
Commenter  J’apprécie          100
Lady_K
  14 janvier 2015
Alors qu'ils sont séparés depuis plusieurs années, Joséphine ressent le besoin de prendre la plume et d'écrire à Bonaparte, exilé sur l'île d'Elbe. C'est pour elle l'occasion de revenir sur le grand drame de sa vie : sa répudiation. Elle en souffre énormément, même cinq ans après. J'aurais tendance à comparer ce récit, écrit à la première personne, à un journal intime. En effet, Joséphine y couche ses pensées les plus intimes, écrit ce qu'elle n'a jamais osé dire à l'homme de sa vie. Cela lui permet de mettre de l'ordre dans ses pensées, mais également de se libérer d'un poids qu'elle porte depuis trop longtemps. Au travers de ce qu'elle nous livre par écrit se dessine le portrait poignant d'une femme qui, jusqu'au bout, sera malmenée par la vie mais qui saura rester digne.
Très habilement, alors que le sujet principal reste la période après la répudiation, l'auteur, via sa narratrice, revient sur l'ensemble de la vie de cette dernière. C'est ainsi qu'on apprend qu'elle a fait un premier mariage plus ou moins heureux. Il s'est d'ailleurs terminé de manière assez tragique. Si l'héroïne a échappé de peu à la guillotine, cela n'a pas été le cas de son mari. S'en est suivi une période de libertinage. Après la Terreur, elle a croqué la vie à pleines dents, accumulant les amants et profitant d'être en vie. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Napoléon Bonaparte. Petit militaire plein d'ambition qui n'a d'yeux que pour elle.
Dès lors commence une relation tumultueuse entre eux. Mais une relation faite d'amour et de tendresse. Toutefois, Joséphine redoute à tout instant le moment où la raison d'État prendra le pas sur tout le reste. Et c'est en effet ce qui arrive en décembre 1809. Étant dans l'incapacité de donner un héritier à l'Empire, son mariage avec Napoléon est dissout. C'est pour elle un déchirement dont elle ne se remettra jamais.
Ce livre m'a permis de faire connaissance avec Joséphine. J'en savais finalement assez peu sur ce personnage historique et j'ai aimé découvrir la vie de cette femme. Elle a su s'en sortir alors que sa route a été semée d'embûches. C'est un parcours admirable. de plus, la narration créée une véritable proximité entre le lecteur et Joséphine. Cela la rend d'autant plus attachante.
Je me demande tout de même jusqu'à quel point c'est romancé. Dans ce que j'ai pu lire ou voir au sujet de Joséphine, elle est généralement présentée comme une femme opportuniste, ayant fait un mariage d'intérêt et profité de l'ascension de Napoléon. Tandis qu'ici, c'est plutôt un mariage d'amour où elle est montrée comme une femme très attachée à Bonaparte, s'effaçant de son plein gré et prête à tout pour lui être agréable. Quoiqu'il en soit, l'aspect choisi et présenté par l'auteur – une femme amoureuse, sacrifiant son bonheur pour le bien de l'Empire – m'a beaucoup plu et touchée.
Si Joséphine est le personnage principal, Napoléon Bonaparte tient lui aussi un rôle important. Joséphine nous en dresse un portrait flatteur. Bien qu'il soit la cause de son plus grand malheur, elle semble ne pas pouvoir lui en vouloir, continue à voir en lui un grand homme et à en faire l'éloge. du coup, en refermant ce livre, on garde l'image d'un homme ambitieux au charisme indéniable.
En conclusion, un magnifique roman dont je me souviendrai longtemps. L'auteur nous offre un récit très touchant et poignant. Grâce à elle j'ai plongé, la tête la première, dans l'Histoire et dans la vie de ce couple mythique.

Lien : http://antredeslivres.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chapitre
  04 novembre 2014
Une page d'histoire écrite sous la forme d'un journal intime. Joséphine de Beauharnais au seuil de sa vie écrit à l'homme qui fut son seul amour : Napoléon Bonaparte. Elle parle de leur amour, de leurs trahisons respectives, de leur séparation, des choix difficiles auxquels un homme d'Etat est parfois confronté, des choix douloureux et injustes qui les ont confrontés à un destin tragique : la solitude, la dissolution de leur mariage à cause de l'absence d'héritier, la perte du seul sentiment important de leur vie, l'amour. Un amour qui a traversé les années, les épreuves et a continué à les lier même après leur séparation. Un texte où percent tristesse et remords qui tourmentèrent Joséphine jusqu'au dernier jour de sa vie.
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (2)
LaPresse   05 septembre 2014
Le volet historique est bien documenté et passablement instructif, mais on a du mal à croire à cette Joséphine. On entend plutôt la voix d'une femme contemporaine déchirée par un divorce. Certes, la douleur de l'abandon est toujours la même quelle que soit l'époque, mais quelque chose ici sonne faux.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   11 août 2014
Dans la peau de l'impératrice déchue, Christine Orban, tout en empathie, réussit son pari. Tapi derrière un bosquet, le lecteur vibre aux humeurs de l'un des couples les plus fameux de l'histoire de France.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
infiniinfini   01 juin 2014
Un cri finit par s'échapper de ma poitrine , un cri de détresse .J'aurai du le retenir. Les oreilles indiscrètes collées à la porte raconteront et déformeront cette scène ,mais sur le moment je n'y pense pas ,je hurle ,avec la force d'un suppliciée ,avec un abandon que ni mon rang ni mon honneur n'auraient du me permettre .Je ne suis plus rien, je ne suis qu'une femme qui pleure son amour perdu ,une femme humiliée qui ne peut pas retenir ses cris de souffrances .
L'Etat comme rival plutôt qu'une autre femme , n'est pas une consolation suffisante .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
infiniinfini   02 juin 2014
Je pleurais devant ceux qui me croyait supérieure ,ceux qui confondaient l'ame et l'habit .Aussi scintillant et brodé soit-il ,l'habit ne protège -pas des peines .
Commenter  J’apprécie          90
infiniinfini   04 juin 2014
A trop se voir on finit par trouver une place à celui qui n'en a pas.
La place de l'ennui ,la nécessité de remplir le vide.
Le désoeuvrement enferme dans l'atelier du diable.
Commenter  J’apprécie          81
infiniinfini   03 juin 2014
Il est plus difficile de décider que de subir .Moi ,je n'ai pas eu le choix ,mon malheur m'a été imposé .Tu as tergiversé des années .J'espère que tu ne t'es pas trompé.
Commenter  J’apprécie          80
infiniinfini   31 mai 2014
Nos sentiments s'inversaient , il en ai souvent ainsi des hommes et des femmes .Les années cumulées les lassent ,tandis qu'elles nous attachent .Avec le temps , les femmes ont besoin de protection ,les hommes de renouveau . Tu vois ,on se croit unique et nous agissons comme le commun des mortels
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Christine Orban (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Orban
« Irrésistible », « troublant », « solaire et ténébreux »... La presse est unanime quant au nouveau roman de Christine Orban, « Est-ce que tu danses la nuit... ». Une histoire d'amour à la frontière de la morale qui nous emporte dans un tourbillon d'émotions aussi honteuses que délicieuses...
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/est-ce-que-tu-danses-la-nuit-9782226449542
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3784 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..