AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246818435
Éditeur : Grasset (21/08/2019)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Début du XXe siècle : l’Asie du Sud-Est est humiliée, soumise à la colonisation par les Européens. Début du XXIe siècle : c’est une région triomphante, qui, avec la Chine, s’apprête à dominer le monde. Entre les deux, il y a eu ces Jungles rouges et son héros énigmatique, Xa Prasith : une histoire de révolution et d’amour fou vécue par des êtres de couleur de peau et de culture différentes.
Qui est Xa Prasith ?
À travers une succession d’époques et de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Fandol
  20 septembre 2019
Surpris, au début, de trouver Clara et André Malraux, en 1926, dans ce qu'on appelait à tort l'Indochine, colonies qui regroupaient des peuples différents (les Khmers, les Amanites et les Vietnamiens), j'ai peu à peu pris goût à l'histoire.
Les Jungles rouges est un roman qui m'a éclairé sur une période pas si lointaine, période qui a vu l'empire colonial français, comme on disait, s'effondrer. Jean-Noël Orengo, auteur que je découvre grâce aux Explorateurs de la rentrée littéraire 2019 de Lecteurs.com, démontre une écriture flamboyante, bien en adéquation avec cette jungle dans laquelle il nous entraîne à plusieurs reprises et qu'il décrit si bien.
Je me suis fait rapidement aux changements d'époque. Alternent le milieu des années 1920 avec la montée de plus en plus évidente des désirs d'indépendance en Indochine, les années 1950 durant lesquelles les futurs leaders indépendantistes se retrouvent et se forment à… Paris, puis 1973 et 1975 avec la prise du pouvoir sanglante par les khmers rouges, la fin du XXe siècle revenant à Paris et même à Trouville et le coup de théâtre final, en 2016. L'auteur précise, pour chaque nouveau chapitre, le lieu et la date pour ce qui va se passer, ce qui est précieux.
Entre volonté farouche d'indépendance et départ vers des horizons fantasmés - l'Asie du sud-est pour les Européens et l'Europe de l'Ouest pour les Thaï, Khmers, Vietnamiens - le roman est dense, un peu fouillis mais c'est volontaire, je pense, même si cela m'a désorienté parfois. Pourtant, cela a été une formidable motivation pour aller au bout de cette histoire terrible mêlant amour, politique et sexe tarifé ou non.
Jean-Noël Orengo m'a bien fait ressentir les dégâts irréparables de la colonisation, les mélanges de peuples pas toujours réussis et l'échec de théories parfaites sur le papier mais désastreuses dans leur application. Plongé dans cette histoire compliquée, je voulais toujours en savoir plus et je suis parfois resté un peu sur ma faim. En tout cas, les souffrances, les drames, les morts innombrables causés par la barbarie des khmers rouges et les bombardements américains ne doivent pas disparaître des mémoires.
L'auteur m'a donc fait aussi rencontrer Clara et André Malraux, démystifiant le grand homme, puis m'a plongé dans la vie quotidienne au Cambodge, en Thaïlande, au Vietnam mais aussi en France. Son style est bluffant parfois, son écriture d'une richesse intense et le coup de théâtre final, même s'il emprunte des chemins détournés, mérite d'être souligné.
J'ai beaucoup appris en lisant ce livre. J'ai été ému, horrifié aussi, lassé parfois par des détours que je n'attendais pas. Marguerite Duras est même venue compléter le tableau. Était-ce vraiment nécessaire ? Oui, mais pas indispensable.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          637
cecille
  01 août 2019
Premier tableau, le livre s'ouvre sur une première date et un premier lieu Phom Penh 1924, le rideau se lève sur deux personnages Clara et André, une histoire d'oeuvres Khmères, une nouvelle chance pour un couple qui avait tout perdu en bourse et qui espérait en ce lieu faire fortune.
Cet homme érudit, élancé, maigre est André Malraux, Clara est son épouse. Cela fait trois mois qu'ils ont été arrêtés, placés en résidence surveillée. Ils sont avec leur boy, Xa, qui leur a été attitré à leur arrivée au Cambodge.
Deuxième tableau, nouveau lieu et nouvelle date, Paris 1951. Un nouveau personnage fait son entrée, Saloth Sâr, étudiant, boursier de son pays, nous le suivons dans ses pérégrinations. A Paris ce dernier rencontre Xa Prasith, qui devient ami, un jeune qui soit disant bénéficie de la protection d'un homme célèbre.... Mais qui est-il vraiment ? Comme Saloth Sâr, si son nom ne vous dit rien, vous le connaissez, mais vous découvrirez qui il deviendra sur la scène politique de son pays ?
Sur de nombreuses pages on se ballade entre Paris et Saïgon à des époques différentes, entre 1925 et 1952. D'un regard interrogatif, nous suivons les deux jeunes étudiants et le couple Malraux qui perd tout et doit revenir sur la France ... Pour connaître une nouvelle ascension essentiellement politique et littéraire.
Troisième tableau, un couple nouveau apparaît sur la scène, Marie et Maxime La Rochelle, des jeunes diplômés de l'École des Langues Orientales, chercheurs et enseignants. Des lieux Bangkok, Trouville-sur-mer, des années 1973 à 1980.
Non, je ne peux vous raconter davantage, il ne faut rien révéler de plus. A vous de découvrir ce scénario très inspiré, certes complexe car habité de très nombreux personnages, des époques différentes. Surprenant par les identités de ces personnages. Passionnant par la richesse de l'Histoire de l'Asie du Sud Est et remarquable par une intrigue qui nous tient en haleine dès la deuxième partie du roman.
C'est le premier roman que je lis de cet auteur Jean-Noël Orengo, j'en suis très heureuse et très impressionnée même si il faut l'avouer, j'ai eu du mal à m'imprégner de l'histoire au début de part la multitude des personnages, de phrases très longues parfois.....me demandant où l'auteur voulait nous emmener. Et puis un déclic, une page, deux nouveaux personnages et là tout s'enchaîne et c'est la joie parfaite de la lecture ! Entre fiction et réalité, un pari réussi !
Vous l'aurez compris amis Babélios, une lecture que je vous conseille vivement pour les inconditionnels de la grande Histoire ...... de l'Asie du Sud-Est ....
#LesJunglesRouges #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
LiliGalipette
  03 septembre 2019
« Je suis khmer, pas vietnamien. Pas annamite. On ne s'entend pas. L'Indochine, pas exister ! L'Indochine, c'est votre histoire, pas la nôtre ! Mais votre occupation nous unit ! » (p. 19) Qui était Xa Prasith, figure énigmatique d'une Asie sud-orientale en pleine mutation ? Fils du boy du jeune couple Malraux, meilleur ami du futur Pol Pot, veuf inconsolable, père près au dernier sacrifice pour sauver son enfant, héros légendaire disparu dans des circonstances troubles : il était tout cela et plus encore. Son chemin croise celui de Catherine Leroy, photographe de guerre. Plus tard, c'est Marguerite Duras qui est fascinée par sa fille, Phalla, adoptée par un couple de Français. le mystère qui entoure Xa Prasith n'est pas dissipé : pour que le voile se lève, il faudra un dernier voyage, un retour vers l'ancienne terre des jungles rouges. « Elles sont hantées, habitées des pires créatures de la terre, minuscules et voraces, de félins fous et surtout d'esprits, de fantômes – une armée de l'au-delà. Des jungles rouge meurtre, comme la couleur des pistes de ce pays menant vers les populations les plus reculées, les plus visitées de la colonie. » (p. 28 & 29)
Le 1er août 1954 marque la fin de la guerre d'Indochine, mais la guerre du Vietnam ne tarde pas à prendre le triste relais des affrontements. Les Américains ont remplacé les Français et le désir d'indépendance des populations autochtones est de plus en plus vivace. Mais tout passe et tout cesse. Des années plus tard, les morts ne sont plus que des chiffres et tout reste à dire et à inventer pour parler des conflits. « La guerre s'étiolait vers son aboutissement. Bientôt elle serait un souvenir immense offert en pâture au cinéma et à la littérature. » (p. 130) le talent de Jean-Noël Orengo est d'éviter la fresque historique pour proposer ce qui est presque une chronique en prise directe. En suivant les voix des multiples intervenants de ce roman choral, on se frotte à une réalité dure, palpable, pleine d'odeurs et d'humidité. Les guerres d'indépendance ne sont pas les périodes historiques qui m'intéressent le plus, mais j'ai plongé avec beaucoup de curiosité et d'intérêt dans ce roman qui mérite amplement sa place dans la première liste des candidats au prix Renaudot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
belaval
  15 septembre 2019
le début m'a intéressée : il allait être question de la guerre d'Indochine puis celle du Vietnam, les américains prenant la suite des français; les khmers rouges, Sianouk et Pol Pot: j'en avais entendu parler, surtout de Dien Bien Phu quand j'allais vers mes dix ans.
Ensuite, c'est devenu si compliqué que j'ai failli abandonner, l'image des Malraux est négative: voleurs d'oeuvre d'art qui laissent quasiment tomber leur boy; lequel engendre Xa Prasith dont les faces multiples sont évoquées au long du livre.
La première partie alterne des chapitres "légendes dorées" et jeunesses mystérieuses".Cela se termine en 1929. La deuxième partie commence en 1968, avec une photographe qui réussit à saisir l'ennemi. continue avec Octobre rouge, puis l'Ambassade de France: où Prasith confie Phalla au couple La Rochelle, leur faisant promettre de raconter sa vie à sa fille; ensuite c'est le Haut-Parleur: propagande. La troisième partie se passe à Trouville en 1980 sous les yeux de Marguerite Duras ou à Paris en 1996 où Phalla crée des éventails; en 2016, l'ami de Phalla enquête sur son père biologique...et cela conduit à un bouleversement
J'ai envie d'abandonner mais miracle à partir de la page 164, cela devient un roman où un couple stérile se voit remettre un nourrisson dont la mère est morte, par le père en danger de mort et qui veut donner une chance à sa fille Phalla. Restent une centaine de pages qui parlent de violence, d'amour, de goût d'ailleurs...
"Les jungles rouges" évoquent à la fois les redoutables Khmers rouges mais aussi cette jungle: savane aux hautes herbes et arbres sur une terre très rouge.


Cela me donne envie de relire Kampuchea (Cambodge) de Deville.
Les sélections pour les prix m'étonnent une fois de plus
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tichoulit
  29 août 2019
De 1920 à aujourd'hui, le roman nous narre l'histoire de Xa Prasith, khmer cambodgien et de sa famille. Histoire mouvementée de la colonisation du Cambodge par les français puis la naissance du mouvement des Khmers rouges. Xa Prasith évolue durant toutes ces années : à la fois fils d'un boy de couple blanc en 1920 qui l'initie à la cause coloniale, puis militant khmer rouge. L'histoire fait alors un bond jusqu'en 1970 où Xa vient en aide à une photographe française. Il est alors officier communiste, avant de devenir déserteur Khmer, dont on suivra ensuite l'histoire de la fille.

Une grande fresque familiale, foisonnante, où Xa croisera de nombreux personnages de l'Histoire qui l'influenceront. À travers ce personnage, c'est une histoire de l'Asie du sud-est originale que nous narre l'auteur. Une histoire qu'on connaît peu du point de vue de son peuple.

Un début dense, qui va se poursuivre tout au long du roman. Mais le texte aurait mérité d'être plus aéré. On ne peut nier la documentation poussée à l'extrême et les multiples références et célébrités, au point qu'on s'y perd. Cette façon de passer à travers le temps et les personnages les rend impalpables, on ne s'y accroche pas, ils deviennent flous. L'histoire de l'Asie les avale tout entier.
Peut-être aurais-je davantage apprécié le récit en me documentant sur cette Histoire plutôt qu'en la découvrant ici : l'Indochine, les guerres coloniales… Mais cela reste un grand hommage à l'histoire orientale, un beau roman au souffle historique.
Merci lecteurs.com #explorateursdelarentréelitteraire2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LeFigaro   12 septembre 2019
Avec son écriture flamboyante, Jean-Noël Orengo célèbre les liaisons dangereuses de l’histoire des Français en Indochine, ravivant des images que charrie depuis plus d’un siècle notre imaginaire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
FandolFandol   21 septembre 2019
Sans doute désirait-il cette photo pour éviter les tracas d'un procès, ou que des dossiers douloureux servissent de pâture aux chercheurs occidentaux, si avides à juger les gens du passé depuis les valeurs du présent.
Commenter  J’apprécie          240
FandolFandol   21 septembre 2019
Le Haut-Parleur est le grand écrivain universel pratiquant la littérature orale instantanée adaptée aux circonstances de chaque peuple, la plus honnête qui soit et que les détracteurs-espions de la CIA et du KGB appellent bêtement propagande ou complot. Leurs Nobel ne valent pas grand-chose en face du Haut-Parleur planté sur sa tige mince ou chapeautant un véhicule blindé écrasant lentement la route pour signifier : Attention, ça pourrait être toi en dessous et on commencerait par tes jambes, et tu hurlerais non seulement de ta douleur présente mais à la perspective de voir les chenilles broyer soigneusement ton sexe, tes boyaux, ton cœur+.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FandolFandol   21 septembre 2019
Il (Prasith) avait lui-même participé à l'élaboration du projet de rééducation globale de la société, de sa division en peuple "ancien", celui des campagnes reculées, des tribus des montagnes, et en peuple nouveau, celui de Phnom Penh, qu'il fallait complètement assainir par le travail collectif forcené, une purification.
Commenter  J’apprécie          100
FandolFandol   20 septembre 2019
Il semblait que gouverner n'aboutisse qu'à ça : jouir du luxe. Se griser d'évoluer enfin parmi les signes intérieurs de richesse. Les kremlins des anciens régimes demeuraient debout, habités par les nouveaux chefs.
Commenter  J’apprécie          260
FandolFandol   20 septembre 2019
Tout était normal puisque l'État lui-même vivait sur deux plans opposés, légiférant férocement sur la consommation de drogue en France tout en pilotant sa production en Asie, empochant des sommes faramineuses.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Jean-Noël Orengo (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Noël Orengo
Jean-Noël Orengo vous présente son ouvrage "Les jungles rouges" aux éditions du Grasset. Rentrée littéraire Août 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2350904/jean-noel-orengo-les-jungles-rouges
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : khmers rougesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3480 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre