AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915746494
Éditeur : TDO Éditions (24/04/2010)

Note moyenne : 3/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Je m’appelle Dylan, soldat Dylan. J’appartiens au 161e Régiment du train. Depuis tout petit, les gens se moquent de moi. Depuis tout petit, j’encaisse les coups. Mais à partir d’aujourd’hui, tout va changer, et enfin… vous me reconnaîtrez… Pour exister, le soldat Dylan va s’appliquer à faire le vide autour de lui. C’est en Cerdagne, au milieu de ses nouveaux amis, qu’il découvrira ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nahe
  24 août 2010
Désireux d'être accepté au sein de son régiment, le soldat Dylan s'invente une fiancée et s'envoit lui-même du courrier...
Rien dans ce début somme toute anodin ne laisse présager de la suite machiavélique du parcours de cet homme en apparence banal. Comme tout le monde, il aspire à trouver des amis, une maison, une famille... Mais sous des dehors ordinaires, cet homme, né de père inconnu et d'une mère qui ne l'a pas vraiment accepté, est en fait un être froid, calculateur, impitoyable.
La suite sur mon blog...
Commenter  J’apprécie          60
SEcriture
  28 août 2010
J'ai choisi ce livre grâce à sa couverture. Une très belle couverture, graphique et pure (j'ai également eu la surprise de voir mon livre dédicacé et accompagné de magnifiques marque-pages. Merci TDO Editions !)

Le style est simple et efficace. Parfois même trop simple. Je n'ai pas réussi à m'imprégner vraiment à l'écriture de l'auteur.
Malgré des chapitres relativement courts, certains passages sont parfois longuets, quant à d'autres, ils sont trop vite expédiés. Ainsi, je n'ai pas pleinement profité de cette lecture.

Un soldat qui déraille. Mais peut-être déraille-t-il de trop ? J'ai du mal à imaginer la vie du soldat Dylan. Sa réalité. Ce qui l'a poussé à tuer. Car rien ne l'y obligeait !
Au fur et à mesure, on découvre Pierre Dylan comme étant un horrible manipulateur, tueur, menteur... Il n'hésite pas à faire du mal à autrui pour arriver à ses fins. Mais qu'elles sont ses fins ? Est-ce vraiment nécessaire d'arriver à de telles extrémités ?
Il ment tellement que c'est à se demander comment il fait. Ses mensonges le noieront-ils ?

L'ambiance de se livre était assez étrange voire malsaine. Dylan est psychologiquement atteint. C'est un dangereux psychopathe !

J'ai eu beaucoup de mal à finir ce livre... Surtout que la fin m'a un peu déçue en fait...

Cependant, après coup et en y réfléchissant bien, j'ai trouvé l'idée de départ assez originale. Mais je n'ai pas accroché...
En bref : original mais très étrange. J'ai un peu décroché vers le milieu du roman...
Lien : http://s.ecriture.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Stemilou
  02 août 2010
Ce roman malgré la couverture, d'où survit un brin d'émotions et de tristesse face à ce soldat quittant cet arbre abritant une tombe, il s'agit d'un thriller. Vous me reconnaîtrez mêle suspense et intrigue, calculateur le héros va assassiner les personnes qui sur son chemin risquent de lui mettre des bâtons dans les roues. Et il fait ça sans scrupules, c'est une question de survie.
C'est son besoin de reconnaissance qui provoque cette suite d'évènements tragiques qui va de l'assassinat d'un voisin, à celui d'une danseuse… Il cherche sa place, un endroit où se poser, fonder une famille, des rêves simples en somme mais pas pour lui ; lui dont la famille était inexistante : père inconnu, mère sévère.
Comment lui en vouloir car même l'auteur ne le blâme pas, tout semble couler de source.

Un roman étrange sur un tueur en série, un homme froid sans aucuns ressentiments, un calculateur né, un roman sur ce qu'il ressent bien loin des reproches et des médisances.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui se lit sans aucune difficulté, on glisse de pages en pages à la découverte du soldat Pierre Dylan, de sa vie et de ses aspirations. de sa plume délicate et acerbe par certains moments, l'auteure nous emmène à travers le chemin déviant de cet homme assoiffé de notoriété.
Lien : http://www.stemilou-books.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilouze66
  17 août 2016
Dès les premières pages, nous pénétrons dans la tête de cet homme, dont on ne nomme jamais la folie de notre temps : le besoin incessant de reconnaisance, d'être une star, qu'importe le prix. Mensonge, cruauté, manipulation sont peut-être ses mots favoris. le prix est ici cher payé; et la reconnaissance effrayante. Ce livre dérange, car nous sommes plongés dans cet être machiavélique. L'esprit de Dylan semble sortir tout droit de l'enfer. Etrangement, je n'ai pas pu m'identifier à lui ou éprouver une quelconque empathie à son égard, mais pourtant, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher ce livre.
Le style de l'auteur y est pour beaucoup. Je me suis sentie happée par ce personnage, bien plus que par son histoire finalement. L'écriture nous fait ressentir tout le dégoût qu'a probablement éprouvé l'auteure à décrire ce personnage, tout en nous donnant le goût de poursuivre la lecture. Ce paradoxe rend l'intrigue captivante et savoureuse.

Quand à la fin de l'histoire, elle est particulièrement surprenante.
N'ayant pas eu en ma possession le livre original, je ne me permettrais pas de faire de commentaire sur l'aspect éditorial.
Je vous conseille vivement ce roman sombre et envoûtant.
Lien : http://tsilla66.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nahe
  24 août 2010
Désireux d'être accepté au sein de son régiment, le soldat Dylan s'invente une fiancée et s'envoit lui-même du courrier...
Rien dans ce début somme toute anodin ne laisse présager de la suite machiavélique du parcours de cet homme en apparence banal. Comme tout le monde, il aspire à trouver des amis, une maison, une famille... Mais sous des dehors ordinaires, cet homme, né de père inconnu et d'une mère qui ne l'a pas vraiment accepté, est en fait un être froid, calculateur, impitoyable.
La suite sur mon blog...
Lien : http://nahe-lit.blogspot.com..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tdoeditions66tdoeditions66   18 novembre 2010
– 1ère classe Dupont, un pas en avant... Rompez ! Caporal Durant, un pas en avant…
La distribution du courrier se poursuit sans que jamais le sergent ne cite mon nom. Aujourd’hui encore, je ne sortirai pas du rang. Rien. Bien sûr, certains n’en ont pas eu cette fois, mais eux l’ont reçu hier matin ou bien, ils l’obtiendront demain, pas moi. Personne n’écrit au soldat que je suis.
– Distribution terminée ! Soldats, rompez les rangs !
Oui, c’est fini. Je suis resté planté comme à l’accoutumée sans que le vaguemestre ne me remette quoi que ce soit. Les copains me regardent en coin, ils s’interrogent. De piètres moqueries fusent :
– Hé, Ducon ! Tu sors de la S.P.A ou quoi ? On sait pas écrire dans ta famille ? T’as pas d’amis ?
Non, je n’ai pas d’amis, je ne connais personne, enfin... pas vraiment. Je n’ai plus de famille, c’est la raison de mon incorpora10
tion dans l’armée, qui elle, a prétendu que c’en était une, une grande, au sein de laquelle chacun pouvait trouver sa place. Chaque jour, je constate pourtant que, lorsque l’on ne correspond pas exactement aux critères définis, on nous épingle une étiquette dans le dos, comme partout ailleurs. Moi, c’est Ducon. Les autres me fuient, ils se méfient. Ils ne comprennent pas ce manque de lettres, cette distribution qui me laisse collé sur place, le torse droit, la tête haute et les mains vides. Un type à qui personne n’écrit n’est pas digne d’intégrer cette belle fratrie. Il y a des bruits qui courent sur mon compte, il y en a même qui me rattrapent. De temps à autre : ils meurtrissent mes oreilles.
Je n’ai pas de fiancée, pas même l’espoir d’une ; je suis coincé. Trop confus dans mes pensées, mes gestes se font gauches face au sexe opposé. Elles me font peur, les filles. Je les soupçonne de détenir un étrange pouvoir, celui de lire dans ma tête, dans mon passé. Elles me déshabillent puis analysent ma nudité. Si je les fais rire, c’est à mes dépens...
Demain, quarante-huit heures de permission. Je dois partir comme les autres : mon sac à dos débordant de linge sale comme si je rentrais à la maison pour le confier à une mère attentive afin qu’elle me le rende lavé et repassé. Cette fois, je ne vais pas renouveler le scénario de l’autre jour : partir en retard pour rater un train qui ne m’emmènera, de toute façon, nulle part. Penchés aux fenêtres des wagons, les copains riaient en m’apercevant. Sur le quai, je courais tel un dératé comme si j’espérais rattraper le convoi. De la main, ils esquissaient des signes d’adieu, ils s’amusaient. Cyril m’a crié :
– Hé Ducon ! Ne t’inquiète pas, on pensera à toi ! Bien le bonjour aux copains de la caserne !
Moi aussi je riais. Oui, je me gaussais intérieurement, heureux de les avoir bernés. Grotesques guignols répondant à ma mise en scène. Le sergent chargé d’assurer la navette m’a ramené aux quartiers. Face à ma mine dépitée, lui aussi est tombé dans le panneau. Il s’est même senti obligé de me gratifier de quelques tapes amicales, manière de me consoler. Au fond, c’est probablement un brave type. Il était navré de me savoir bloqué ici pendant ma perm. Pas de train avant le soir ; huit heures de trajet aller, idem pour le retour ; c’est ce que j’avais prétendu. Pas fou, j’avais choisi une ville très éloignée afin de justifier ma présence quasi permanente à la caserne. Un superbe alibi, bien joué soldat Dylan ! Sur la route du retour, le sergent m’a proposé de boire un verre avec lui, ce soir, en ville. J’ai refusé. Je me méfie des gradés et puis, j’économise. Oui, je ne dépense que le strict minimum. Je veux m’acheter une maison, ma maison. Paraît que les filles ne rêvent que de ça. La mienne de maison, sera grande avec un tas de chambres, un immense salon, une cheminée en pierres apparentes et puis une vaste salle à manger en merisier. Je mettrai des tapis partout ou bien de la moquette. La cuisine sera spacieuse et lumineuse. Les femmes sont sensibles à cela. Normal, elles y passent le plus clair de leur temps. Ma femme sera une sacrée cuisinière : je suis gourmand ! Nous aurons une flopée de gosses et aucun ne se sentira seul. Les enfants uniques, ce n’est pas bon, ça ne sait pas se mélanger aux autres. J’en suis la preuve.
Ma mère n’en voulait pas ; elle m’a eu par hasard. Elle n’a jamais plus recommencé... Elle ne me parlait pas. Elle agissait comme ça, sans rien formuler. Quand je faisais trop de bruit, elle ne se fâchait pas, ne criait pas. Elle me saisissait par le bras et m’enfermait dans la chambre d’amis, celle où personne ne venait jamais. Pas le moindre jouet dans cette pièce close où les volets ne s’ouvraient guère. Ma mère l’aérait une fois par mois. Sans doute, les relents de solitude taquinaient-ils son odorat sensible. En ce temps-là, je n’avais pas de père. J’ignorais tout de lui : son nom, son âge, sa profession et ces menus détails qui rendent une personne vivante. Quelle importance ? C’était déjà difficile d’avoir une mère, alors un père... Dans mes moments de colère ou de révolte, je m’imaginais être le fruit d’un viol, un soir de juillet. J’étais le portrait craché (oui, craché ! Ce terme convient parfaitement) de cet homme, la mémoire brûlante de cette union violente. Ma mère se sentait agressée, déchirée à chacune de mes apparitions, alors elle se taisait. Le silence était son unique moyen de rébellion. Rébellion ou soumission ? La question restait posée. Moi, je la disais soumise à ce coup du sort dont j’étais à la fois le centre et la victime. Pour l’avoir si peu entendue, je me souviens parfaitement des intonations de sa voix. Elle était sèche comme une branche tombée d’un arbre foudroyé. Avec le temps, j’ai appris à aimer ce silence. Avez-vous remarqué, lorsque les mots sont absents, des codes se mettent en place. Un froncement de sourcil, un poing qui se serre, une bouche qui devient amère et l’on pressent l’orage. Alors, on cherche, on passe en revue chaque minute, on décortique chaque seconde afin de comprendre quel déclencheur a fait basculer la situation vers la colère et la sanction. La chambre d’amis. J’ai mis un « s » parce qu’elle est peuplée de mes fantômes, ceux qui m’ont tenu compagnie durant des heures, des jours, des nuits, une vie.
Voilà comment je m’expliquais le mutisme de ma mère, vous comprenez, il fallait bien justifier son attitude pour éviter de sombrer dans la folie. J’ai cherché le pire, le viol m’a paru correspondre. Personne n’aime le fruit de la brutalité ; ma mère ne faisait pas exception à cette règle. J’étais le mal, j’étais donc le plus fort.
Tous ces raisonnements sont tombés en désuétude dernièrement. Cela coïncide étrangement avec mon départ de la maison.
Je suis sorti un jour et ne suis plus revenu. Je n’ai rien dit, je n’ai même pas pris la peine de prévenir de ma décision et elle, elle ne m’a jamais cherché. Elle a dû constater mon absence comme autrefois elle constatait ma présence. Aujourd’hui, je me suis fabriqué une autre famille. Certes, elle est encore un peu distante et éparpillée, mais je vais y remédier. Je suis soumis à la réussite, à l’obligation de résultat ! Les gars ne me connaissent pas, c’est là un de mes principaux avantages. Dans ma tête, nombre d’atouts se bousculent. Parfois, ils me parlent, ils me disent : « Va, avance ». J’en frissonne de joie et tremble d’effroi. C’est si fort ! Je dois maîtriser mes ressentis, pas d’émotion trop vive sinon, ma logique s’embrouille. Je suis un serpent, un animal à sang froid. Pour l’instant, je mue doucement, chaque jour un peu plus, un peu mieux. Ma vieille peau sèche au soleil. Elle est invisible aux yeux des autres mais moi, moi je la sens se craqueler progressivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SEcritureSEcriture   28 août 2010
p.70 « La vie est une garce, elle amorce des virages non signalés. »

p.94 « Rencontrer sa fiancée à l’enterrement d’un homme que l’on a assassiné, cela peut paraître insensé. »

p.119 « Ma mère est une banlieue parisienne ; je suis son cambrioleur. Je lui fais peur. »
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1756 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre