AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean Guilaine (Autre)
EAN : 9782738154231
256 pages
Odile Jacob (13/01/2021)
3.75/5   8 notes
Résumé :
Cuvier reconstituait un squelette à partir d’une dent. Deux siècles plus tard, sur la base d’un minuscule fragment d’os, et grâce à des méthodes génétiques de pointe, la découverte de l’homme de Denisova bouleverse le lignage humain en lui ajoutant une espèce qui ne survit que par les traces laissées dans notre ADN. La paléontologie et l’archéologie sont devenues moléculaires. Plus fort que Jurassic Park, où le passé revit dans la fiction, avec le séquençage de l’AD... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique

Lodovic Orlando, l'un des meilleurs spécialistes français de cette discipline nouvelle qu'est la paléogénomique (l'étude des génomes anciens), nous propose avec ce livre un point d'étape précis et fouillé sur la puissance et la finesse que les outils d'investigation actuels nous apportent pour connaître et comprendre ce qui s'est passé en remontant le temps : du Moyen-âge à l'âge du bronze et jusqu'à 700 000 ans avant le présent !

C'est donc un « livre-voyage » dans le vaste monde du passé qui s'ouvre dès lors que l'on prend le temps d'étudier ce que l'ADN fossile peut nous dire et que l'on croise les résultats avec d'autres disciplines telles la statistique, la démographie, l'informatique, les mathématiques, la géologie...

Les surprises sont nombreuses et parfois à cent lieues de ce que l'on tenait pour acquis depuis des décennies. Par exemple, l'emblématique «résurrection » du cheval de Przewalski que l'on tenait pour dernier ancêtre sauvage du cheval domestique et qui n'est en réalité qu'un des descendants des premiers chevaux domestiqués et redevenu sauvage des millénaires plus tard ! Et tout est à l'avenant. La couleur de peau des premiers hommes ayant peuplé les Îles britanniques ; et les origines steppiques de notre langue mère : l'indo-européen…

D'ailleurs, selon l'auteur, la paléogénomique ne manquera pas de nous livrer bien d'autres surprises…

Cerise sur le gâteau, en guise de conclusion, M. Orlando taille en pièce – peut-être sans le savoir -- les élucubrations d'un éminent philosophe qui a tant influencé la pensée mondiale avec son livre-phare : « Discours sur les origines et fondements des inégalités parmi les hommes ». J'ai nommé Jean-Jacques Rousseau et son délire du Bon sauvage. Ainsi, page 220, Orlando écrit-il : « La société de l'époque [début de l'Age de Bronze] portait donc déjà en elles les stigmates de fortes inégalités sociales et de genre. » Plus de trois millénaires avant notre ère, les inégalités ne manquaient donc pas ! Et tant pis pour le philosophe. Rousseau explique qu'il a bâti sa théorie par la vertu de ses conjectures et spéculations sans même interroger ce que l'on connaissait déjà à l'époque de ces « bons sauvages » dont il parle tant. S'il avait disposé du secours de l'ADN, il aurait pu éviter de dire beaucoup de bêtises.

Livre facile à livre, ne nécessitant que peu de connaissances en génétique ou même en biologie et très intéressant pour ceux qui souhaitent comprendre les découvertes que la presse ne manquera pas de relayer dans les années à venir.

Commenter  J’apprécie          106

Le sujet de ce livre est prometteur et dès les premiers chapitres l'auteur nous fait comprendre l'intérêt de sa jeune discipline pour identifier nos ancêtres, reconstituer l'arbre de l'évolution des espèces et répondre à des questions sur les migrations des hommes préhistoriques et autres espèces et autres énigmes non résolues car nécessitant que des restes osseux en quantité suffisante soient disponibles.

Il apparaît que des morceaux d‘ADN ancien et même très ancien peuvent être trouvés dans des endroits inattendus et parfois même en dehors de tout fossile ce qui ouvre des possibilités parfois inattendues.

Les études s'appuient sur le décodage des molécules d'ADN et ensuite sur des études mathématiques de corrélation, comparaison et statistique.

Le contenu est donc très passionnant, mais la forme laisse à désirer.

On perçoit rapidement que l'auteur rêve d'imposer sa discipline comme une composante reconnue de l'archéologie. Il cherche à éblouir le lecteur par la diversité des applications de sa discipline mais il enchaîne pour cela une mosaïque de chapitres de façon un peu désordonnée.

Il parle parfois de révolution sans assurer le lecteur d'un véritable consensus des scientifiques.

A plusieurs reprises des procédés ou techniques nouvelles ne bénéficient pas des explications nécessaires ni de vulgarisation et font penser à une sorte de langue de bois scientifique.

Il manque des explications et du didactisme. Des allégations sont produites qui peuvent être sujettes à caution et certains jugements sortent carrément du domaine scientifique.

A titre d'exemple, un chapitre entier est consacré à l'épi-génétique sans expliquer ce concept et en l'utilisant comme prétexte à une tirade sur l'opposition entre inné et l'acquis qui parait un peu hors sujet.

Le style manque d'homogénéité avec parfois l'impression que l'auteur s'adresse à des collègues de laboratoire avec connivence et non à un lecteur ordinaire.

On peut noter également une profusion de clichés et de phrases creuses, même si on décèle une utilisation fréquente d'un dictionnaire de synonymes pour s'affranchir de répétitions.

Par endroits, des expressions familières sont utilisées qui détonent avec un contexte scientifique.

Néanmoins le contenu informationnel est très instructif et donne envie d'approfondir le sujet et d'enrichir sa connaissance du sujet par la lecture d'autres points de vue.

Commenter  J’apprécie          10

"L'ADN fossile, une machine à remonter le temps" est consacré à un panorama des découvertes de la paléontogénétique, science récemment née de l'analyse des fragments d'ADN fort anciens (jusqu'à 700 000 ans) que le progrès technique permet maintenant d'isoler et de séquencer. Ces découvertes enrichissent, et parfois bouleversent, les connaissances actuelles. Notamment l'archéologie et la paléontologie ; mais pas seulement : elles mettent en lumière que les migrations (pas toujours sous forme d'invasions) ont toujours existé au sein de l'espèce humaine et relativisent donc la notion de "peuple".

Ludovic Orlando fait partie des pionniers de cette aventure. Il livre un témoignage vivant et passionné mais, en même temps, d'une grande clarté, très instructif et très objectif. Il évite les développements trop complexes et ne cache pas les limites des approches décrites.

Je recommande la lecture de l'ouvrage à tous ceux qui sont curieux des avancées scientifiques récentes et pas seulement à ceux qui s'intéressent à l'archéologie et la paléontologie

Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation

[L]es hommes et les femmes du passé ne sont pas toujours restés immobiles, loin s'en faut, et ont sans cesse, à la faveur de migrations et de métissages, contribué à redessiner les contours génétiques des peuples. C'est un message crucial qu'il convient d'opposer à ceux qui s'arrogent aujourd'hui le droit de se définir comme les descendants légitimes du peuple ancestral qui peuplait jadis leur pays. Ce peuple ancestral est souvent un fantasme et n'a jamais existé en tant que tel : choisissez une époque et vous en aurez une première image, mais choisissez-en une seconde et la première image s'effacera vite pour une nouvelle.

Commenter  J’apprécie          20

La génétique ne cesse de montrer que l'histoire humaine n'est qu'une longue chaine de mélanges successifs et que toute « pureté raciale » n'est que mythe idéologique. Jean Guilaine, préface.

Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : fossilesVoir plus

Autres livres de Ludovic Orlando (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre