AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070377350
526 pages
Gallimard (13/05/1986)
3.64/5   44 notes
Résumé :
Il y a beaucoup de façons de lire ce livre. Il peut apparaître, successivement et au choix, comme un aperçu de la carrière de Chateaubriand, comme une étude sur Hortense Allart, comme une contribution à la vie et à l’œuvre de Julien Pontarlier. Comme un roman d'aventures, comme un roman policier, comme un roman d'espionnage. Comme une sorte de poème en prose sur les problèmes les plus généraux. Comme une histoire d'amour. Comme une quête des origines, comme une intr... >Voir plus
Que lire après Dieu, sa vie, son oeuvreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
d'Ormesson signerait là son plus grandiose ouvrage
En accroché coeur qui nous remet face à LA QUESTION EXISTENTIELLE à savoir où est qui est il Ce DIEU fuyant à la poursuite duquel nous nous attachons
Dans la recherche d en comprendre
quelques indices révélés en nos vies, que l'on en convienne ou non ....
D'ailleurs n'est il pas de son ressort à d'Ormesson de faire appel à notre raison, notre entendement et notre coeur de TOUTE SA PLUS Parfaite maîtrise d'écriture?!
pris par la puissance d'évocation de son phrasé!
Du très grand
Du TRES BEAU D'ORMESSON
Apothéose et testament !
Et peut-être juste son appel ultime Fruit du bilan de l'expérience acquise
à le suivre sur sa lancée
interrogation sur nos vies au plus profond de nos coeurs
Commenter  J’apprécie          50
Du très grand Jean d'O. Un style époustouflant, vraiment remarquable !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Il y a, à travers le monde, des lieux privilégiés. Ce sont ceux où les hommes ont accroché le plus de souvenirs.
Entre Athènes et Byzance, avant Grenade ou Paris, Rome la Ville immortelle, est un de ces lieux de rêve.
Prodigieuse et mortelle, Venise en est un autre. En suivant Chateaubriand à Venise et à Rome, nous l'avons fait et vu marcher parmi l'armée des ombres qui étaient venues avant lui.
Commenter  J’apprécie          80
Ni la peinture ni la musique, ni philosophes ni tragédiens, ni poètes ni romanciers — ni les historiens, bien entendu — n'ont osé abordé le thème du tête-à-tête céleste entre le bien et le mal. Au moment de franchir le pas, on hésite à leur donner tort. L'absence de toute source, de toute espèce de référence autre qu'un sentiment collectif dépositaire de secrets qui remontent à des âges évanouis et mystiques rend la tâche presque impossible. Il faut pourtant répondre à la question fondamentale que les hommes se posent sans l'ombre d'une solution, depuis la nuit de temps : « Pourquoi y-a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » Et à la question subsidiaire : « Pourquoi Dieu a-t-il permis qu'il y ait du mal dans le monde ? » Puisque c'est la réponse à ces deux questions qui constitue l'origine et le sens de ce livre, il n'est plus temps de reculer.
Commenter  J’apprécie          30
Si proches de Dieu, si loin de Dieu, le mal les travaillerait et les emporterait. Mais dans la souffrance et le crime, dans l'indifférence, dans la haine, ils aimeraient Dieu puisqu'ils s'aimeraient. Et, traversés d'orgueil, de cruauté, de mensonge, aspirés par le mal, ravagés par la douleur, toujours en quête d'autre chose, ils s'aimeraient entre eux parce que Dieu les aimerait.
Commenter  J’apprécie          60
Il me semble, à travers Dieu, me souvenir enfin de ce que je n'ai jamais su. Et peut-être de ce que personne n'a jamais pu savoir. Il me semble deviner déjà ce qui me restera toujours interdit et fermé par le temps encore à venir. Puisque je participe à la totalité, quelque chose de Dieu palpite dans ce que j'écris. Je l'écris parce que je souffre d'un étrange maladie : j'ai le vertige du monde. Je lutte contre le mal par la vaccination, par l'homéopathie : je prends quelques gouttes de l'océan universel et je les infuse dans ces pages. Au hasard, n'importe comment, en quantités imperceptibles et infinitésimales : traces, comme dit le jargon. Il y a, dans ce livre à la gloire du saint nom, des traces de l'univers, il y a des traces de Dieu.
Commenter  J’apprécie          20
Ni le hasard ni la nécessité n'auraient suffi à créer le temps, la beauté, l'attente d'autre chose, le souvenir et l'espérance de l'éternel et de l'infini, la passion et l'émotion.
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Jean d' Ormesson (133) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d' Ormesson
"Une petite merveille ! le seul conte écrit par Jean d'Ormesson et qui ressemble tellement à ses yeux bleus et pétillants ! de 8 à 120 ans !" - Gérard Collard.
Il était une fois, quelque part dans une vallée entourée de montagnes, un petit garçon comme tous les autres...
À retrouver à La Griffe Noire et sur lagriffenoire.com https://lagriffenoire.com/l-enfant-qui-attendait-un-train.html
autres livres classés : roman philosophiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (147) Voir plus



Quiz Voir plus

Jean d'Ormesson

Dans quelle ville Jean d'Ormesson a-t-il vu le jour?

Paris
Rio de Janeiro
Lyon
Bucarest

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thème : Jean d' OrmessonCréer un quiz sur ce livre

{* *}