AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213712871
414 pages
Éditeur : Fayard (16/09/2020)
3.55/5   21 notes
Résumé :
Dans ce nouveau voyage autour du monde au coeur de l'unité du vivant, on fera d'abord plus ample connaissance avec le cochon, si proche de l'homme, mais aussi emblème des ravages de la mondialisation. Au détour des chemins, on croisera beaucoup d'autres animaux tout aussi intéressants et qui portent également en eux de véritables bombes à retardement pour notre santé, entres autres chameaux, canards, pieuvres, chauves-souris et pangolins... Animaux, humains, plantes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
JeanAugustinAmarDuRivier
  21 novembre 2020
Les cochons, ces animaux si familiers qui nous ressemblent. Une passerelle entre l'être humain et l'animal. Finalement, que sommes-nous piètres individus, éphémères* si nous n'avons pas conscience de notre appartenance à l'humanité censée perdurer éternellement, sauf si nous l'avons déjà anéanti de nos pensées ? Avec cette humanité, cette collectivité qui transcende les individus qui la composent, alors nous pouvons prendre conscience de l'unité de la vie**, de l'unité de la santé et de notre responsabilité. Ce précis nous sensibilise puis nous incite à une attitude responsable. L'évolution n'est ni la foire d'empoigne, ni la course à l'échalote. N'oublions pas le capital de connaissance de plusieurs millénaires que nous lègue la Bible, un ouvrage extraordinaire tourné vers la vie. Ainsi, si l'humanité, réduite alors à deux individus, est placée en haut de l'échelle de la complexité***, la soumission légitime qui en découle ne signifie nullement la ruine de la vie, mais le fait de cultiver et de prendre soin du jardin d'Eden. Une activité noble et humble, proche de la Terre. Une condition sine qua non pour ce faire : "l'homme ne doit pas faire comme bon lui semble", car il n'en a ni la capacité, ni l'aptitude et ce faisant il court à sa propre ruine. Malheureusement, l'homme a bien outrepassé son rôle. Nous prenons, aujourd'hui conscience, de la nécessité de revisiter nos modèles et de nous tourner vers la vie plutôt que vers nos désirs, insatiables, mais éphémères qui nourrissent une illusion d'éternité, de mouvement perpétuel de consommation. L'heure du ni trop, ni trop peu, sans manquer de rien, redevient d'actualité, bien que le rapport d'Oxfam démontre des réticences délétères à lâcher l'avidité qui n'a jamais été synonyme de progrès. Ce voyage au pays du vivant nous sensibilise au fait d'être tous dans le même bateau, des géo-nautes du même vaisseau spatial. Une lacune cependant, dans cet excellent livre. Elle n'aurait pas échappé à feu Jean-Marie PELT : le vivant est aussi, voire surtout, végétal. Un arbre, une plante produisent, sur place, les substances pour se soigner et nous soigner. Nous avons désormais, les capacités d'analyses Big Data pour mieux cerner les interactions des principes actifs. Bien sûr, ces pharmacopées naturelles sont certainement moins brevetables, qu'une molécule artificielle. Mais ici encore, la prise de conscience des bénéfices mutuels durables devrait nous conduire à reconsidérer les approches actuelles. Une suite, un nouveau précis, sur le règne végétal peut être ...
*Pour le percevoir fortement, consulter le calendrier cosmique de Carl SAGAN qui ramène l'histoire entière de l'Univers dans un calendrier d'un an;
**Souvent, nous oublions ce passage du livre de l'Ecclésiaste (Ec 3:18-21, Bible de Louis Segond) au sujet de l'unité de la vie, par lesquelles Salomon exprime la sagesse : "18 J'ai dit en mon coeur, au sujet des fils de l'homme, que Dieu les éprouverait, et qu'eux-mêmes verraient qu'ils ne sont que des bêtes.19 Car le sort des fils de l'homme et celui de la bête sont pour eux un même sort; comme meurt l'un, ainsi meurt l'autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l'homme sur la bête est nulle; car tout est vanité.20 Tout va dans un même lieu; tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière.21 Qui sait si le souffle des fils de l'homme monte en haut, et si le souffle de la bête descend en bas dans la terre?";
***Le concept de pyramide de la complexité est utilisé par le géologue-paléontologue Pierre TEILHARD DE CHARDIN. La nature est structurée de manière semblable à un langage écrit.Des lettres forment des mots, des mots forment des phrases, des phrases forment des paragraphes, des paragraphes forment des chapitres, des chapitres forment des livres, des livres forment une bibliothèque,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maudino
  05 janvier 2021
Erik Orsenna nous emmène , "aux pays du Vivant" à travers cet animal fantastique mais trop souvent méprisé qu'est le cochon. Tous les aspects sont abordés : histoire, biologie, agriculture, élevage, enjeux environnementaux etc. le livre s'organise sous un format plutôt original, à travers de "micro-chapitres" pour lesquels on peine parfois à reconstituer le lien qui les unit. Ce livre est donc une belle mine d'informations pour toute personne intéressée par notre lien avec les animaux.
En revanche, (et ce n'est que mon avis personnel), l'auteur "surfe sur la vague Covid" en faisant de très grandes digressions au sujet des virus provenant du monde animal et en nous présentant de manière très détaillée les chauves-souris. Bien que cela soit passionnant, le lecteur peut être rapidement perdu par ce manque de fil rouge et cet aspect un peu "fouillis".
On peut reprocher également à Erik Orsenna de ne pas trop aimer se mouiller en ne donnant jamais d'avis tranché sur des sujets importants comme la pollution ou le bien-être animal. Ses positions n'arrivent qu'en conclusion et sont très intéressantes, extrêmement courageuses. On aurait aimé lire cet avis plus tôt afin de pouvoir creuser des sujets parfois abordés qu'en surface.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
miriam
  12 février 2021
Depuis le Voyage au Pays du Coton, je suis fidèlement les différents opus de son Précis de Mondialisation où Orsenna donne toute sa mesure comme économiste et écrivain. J'aime le suivre sur les cinq continents et explorer un thème, Coton, Papier, Eau et Caoutchouc pour l'Exposition Coloniale. Orsenna est un conteur et un vulgarisateur merveilleux. En ce qui concerne le "Vivant", sa biographie de Pasteur et la Géopolitique du Moustique m'ont aussi intéressée. C'est dans la lignée de ce dernier que ce dernier opus trace sa route. 
80 petits chapitres, parfois une page, parfois une dizaine sont rangés en huit parties. Chapitres courts, lecture facile, distrayante. Sans se prendre au sérieux ,l'auteur explore de nombreuses pistes avec ou sans cochons (parfois remplacés par les chauve-souris), rencontre des spécialistes, les cite et satisfait la curiosité de chacun.
On peut s'attacher à tout lire à la suite, ou picorer les sujets d'intérêts divers.
Mais, qui trop embrasse, mal étreint. L'auteur s'éparpille parfois. La Pandémie de Covid-19 surgit - semble-t-il - en cours de route, d'où les digressions avec les chauves-souris, et les explications (un peu basiques) sur l'immunologie. J'ai préféré les histoires autour du cochon et surtout quand il nous emmène en Bretagne à la rencontre des éleveurs, des algues vertes, méthanisation et commercialisation. J'aurais aimé qu'il creuse plus ce sillon. Je suis plus que saturée de coronavirus, chauves-souris et autres.
Ami des éleveurs, il dresse un tableau assez complaisant de l'élevage industriel. La critique est sous-jacente, jamais appuyée, il tente de concilier vegans et charcutier.
Je suis déjà pressée de lire les autres oeuvres d'Orsenna, honnête homme, de très bonne compagnie. 
Lien : https://netsdevoyages.car.blog
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BMSierre
  15 janvier 2021
Voici un livre à picorer. J'ai commencé à le lire traditionnellement et j'ai trouvé ça indigeste. Mais en parcourant les chapitres et les thèmes qui nous intéressent alors là, c'est vraiment passionnant. le cochon est vraiment un être vivant étonnant. Il est manne nourricière, éboueur, auxiliaire médical. On va chercher un lubrifiant dans le poumon du porc pour aider des bébés grands prématurés à respirer à leur naissance. Aujourd'hui 80% des valves cardiaques implantées chaque année en France sont empruntées à un animal, veau et porc. Erik Orsenna aborde toutes les problématiques concernant le vivant. L'origine du cochon, le début de l'industrie, de l'élevage, la médecine, la mondialisation et le monde sans animaux. Bien sûr quelques pages sont consacrées aux virus et spécialement la Covid-19. YR
Commenter  J’apprécie          30
Mamaillou
  09 juin 2021
Au rayon nouveauté de la médiathèque, le titre m'a interpellé. Cochons. Oui. Comme dans la saga des Neshov. Ces cochons qui me passionnent tant et que j'adore manger, j'avoue. Donc j'ai pris. Livre divisé en 7 parties indépendantes, chacunes divisées en petits chapitres sans lien. On apprend sur l'histoire du cochon, sa rencontre avec l'homme et tout ce qui en découle : industrie, alimentation, médecine...... C'est abondant, mais jamais ardu ; fourre-tout, mais facile à lire ; à picorer, ce que je ne sais pas faire. J'ai déjà oublié beaucoup mais j'ai aussi beaucoup voyagé. Et ça m'a donné l'envie de lire ses autres petit précis de mondialisation. Et de réfléchir à ce que je mets dans mon assiette et dans ma vie.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
LaLibreBelgique   10 novembre 2020
"Cochons, Voyage aux pays du Vivant" résonne fortement avec l’actualité sanitaire dramatique.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeSoir   20 octobre 2020
L'écrivain français consacre son dernier livre au porc. «Raconter son histoire me permet indirectement de raconter l?histoire du monde», confie-t-il.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LesEchos   19 octobre 2020
Du coton au cochon, en passant par l'eau ou le papier, Erik Orsenna poursuit son exploration de la mondialisation.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TytalbaTytalba   04 juin 2021
« Qu’est-ce qu’une maladie émergente ? Un maladie qui commence à concerner les pays riches » Merci à Jean-François Saluzzo, Pierre Vidal et Jean-Paul Gonzales. Nous leur devons cette définition imparable, ainsi que bien d’autres passionnants voyages aux pays des virus.
Commenter  J’apprécie          00
MamaillouMamaillou   09 juin 2021
Vous ne supposez avec les animaux que de la contiguïté où il y a de la continuité.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Erik Orsenna (135) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Orsenna
Erik Orsenna vous présente son ouvrage "La passion de la fraternité : Beethoven" aux éditions Stock / Fayard. Entretien avec Christophe Lucet, journal Sud-Ouest.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2511958/erik-orsenna-la-passion-de-la-fraternite-beethoven
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : cochonsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Erik Orsenna, presque...

Erik Orsenna est un pseudonyme ?

vrai
faux

5 questions
94 lecteurs ont répondu
Thème : Erik OrsennaCréer un quiz sur ce livre