AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253237693
320 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/07/2020)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 14 notes)
Résumé :
À ce jour, mars 2018, cinquante agglomérations dépassent, sur notre planète, les dix millions d'humains. Soixante-cinq millions à Hong Kong et dans les alentours de la rivière des Perles ; quarante-deux millions pour Tokyo et son proche voisinage ; trente-cinq millions pour Jakarta... D'ores et déjà, la moitié de nos compatriotes vivent en ville. Bientôt, dans quinze ans, dans vingt ans, ce seront les deux tiers... Et si la ville était le creuset de toutes les inven... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
  22 mai 2018
Tour du monde en mode "reader digest" des innovations et initiatives environnementales, urbanistiques, sociétales qui se développent dans les grandes métropoles mondiales, emportées par le grand vent de la mondialisation et la pression démographique.
Ce n'est ni fouillé, ni abordé avec un pas de côté, mais ça a le mérite de rassembler en quelques pages une synthèse facile à lire, créant un effet de masse qui sert cette bonne vieille thèse de la mondialisation heureuse.
Bof...
Commenter  J’apprécie          122
deuxquatredeux
  25 juin 2018
Participant de la série des Petits précis de mondialisation, Désir de villes traite naturellement de la question de la ville.
Sujet de grand intérêt - voire un sujet de désir - pour lequel Erik Orsenna s'est adjoint un spécialiste de la ville par sa qualité d'architecte-paysagiste, Nicolas Gilsoul mais dont le traitement (forme et fond) tourne rapidement au Petit précis de décomposition - sans le talent de Cioran évidemment - pour le lecteur.
On lui préfèrera largement entre autres un Philosophe dans la ville de Thierry Paquot, Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation de Michel Lussault, les Etudes sur (ce que l'on appelait autrefois la ville) de Rem Koolhas et ses autres livres, les livres remarquablement bien écrits de l'économiste et urbaniste Jean Haëntjens dont La ville frugale : un modèle pour préparer l'après-pétrole, Urbatopies : Ces villes qui inventent l'urbanisme du XXIe siècle ou encore Comment les géants du numérique veulent gouverner nos villes : la Cité face aux algorithmes ou encore les analyses (académiques) sur « Underground, upperground et middle-ground : les collectifs créatifs et la capacité créative de la ville »*.
Lecture largement dispensable de cet essai de gare et d'aéroport.
* L'article de Laurent Simon est en lecture ici : https://www.erudit.org/fr/revues/mi/2009-v13-mi3096/037503ar/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
JeanAugustinAmarDuRivier
  23 avril 2018
Le coton, l'eau, le papier, le moustique ont précédé ce cinquième précis de mondialisation : désir de villes.
Ce nouveau précis de la mondialisation serait-il une invitation à l'acclimatation ? Des voyageurs, des explorateurs ramenaient différentes plantes de leurs périples autour du monde. Les mêmes ou d'autres s'ingéniaient alors à faire pousser, à cultiver ces découvertes sous nos latitudes. Saurions-nous acclimater des villes parmi les quelques centaines visitées et analysées dans la première partie de cet ouvrage. La seconde partie tire quelques leçons et brosse à grands traits le portrait d'une ville idéale.
"il était une fois la vie. Il était une fois les villes" nous dit l'auteur dans son introduction. En effet, la ville tend maintenant à être le lieu où les vies végétales et animales doivent demeurer en symbiose.
Par ailleurs, la ville ressemblerait à une sorte de lifeberg - une montagne de vie - dont la partie souterraine est souvent aussi essentielle que la partie hors-sol.
Afin que la ville refuge, forteresse du vivant ne soit pas gangrenée par la misère, il pourrait être crucial de développer le concept de la ville "serre de biodiversité" qui doit bénéficier d'un essaimage rural.
À notre époque de réseaux en tous genres, ne serait-il pas enviable de s'inspirer, pour les villes, de la façon dont les arbres développent leurs réseaux racinaires ?
Sur des territoires à la superficie modeste, comme notre pays la France, il pourrait être profitable d'imaginer une continuité raisonnée et harmonieuse entre la ville et la ruralité.
À l'instar, du règne végétal - mondialisé depuis des lustres - qui a développé, ici et là, différentes substances reconnues dans les pharmacopées, nous pourrions orchestrer nos comportements de penseurs mondialistes et d'acteurs locaux en vue de faire fructifier durablement nos patrimoines.
J'apprécierais volontiers un précis numéro VI sur le bois, les forêts.
Merci bien Monsieur Orsenna !
Bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ValerieAnneCoston
  21 juin 2018
Grosse colère pour DÉSIR DE VILLES, PETIT PRÉCIS DE MONDIALISATION d'Erik Orsenna & Nicolas Gilsoul - Ed. Robert Laffont - Paru Mars 2018
1) Sur la couverture, il aurait été honnête d'écrire : de Nicolas Gilsoul & Erik Orsenna plutôt que l'inverse. Gilsoul écrit les 3/4 du bouquin. Orsenna signe à peine le dernier quart.
2) Quand on met en avant, toujours sur la couv, Orsenna 'de l'Académie française', on fait un effort d'écriture dans sa contribution de fin de livre, histoire de leurrer le lecteur sur l'objectif uniquement pécunier de ladite contribution d'une part, et de faire croire qu'on a encore des idées et une analyse plutôt que de répéter synthétiquement tout ce qu'a écrit l'autre pendant 200 pages d'autre part : dans le genre torché...
3) Sur l'ensemble, quel que soit l'auteur, un catalogue, un fastidieux catalogue sur les villes du monde où il se passe des trucs en vue d'une adaptation écolo de l'urbanisme à outrance, seul truc sur lequel je suis d'accord.
#foutage de gueule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alexmotamots
  25 août 2018
Nicolas Gilsoul, architecte, nous parle des villes : la ville Lego, la ville terrier... mais aussi leurs façons d'envisager l'avenir.
Enfin, Erik Orsenna nous parle à son tour de la "bonne ville" : une ville serviable, attractive et textile.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
kaumthuveukaumthuveu   22 janvier 2020
À la différence des espaces ruraux où l'on s'imagine difficilement échapper au cycle immémorial et identique des saisons et des générations, toute (grande) ville paraît l'arche de Noé des possibles. A commencer par la possibilité première et nécessaire, celle qui permet tout et d'abord d'échapper, pour soi et pour sa famille, à la pauvreté voire à la misère : l'emploi. Mais aussi la possibilité de l'éducation, promesse pour les enfants de bons emplois futurs. La possibilité de loisirs, pour les travailleurs comme pour leurs conjoints et conjointes. La possibilité de culture, la possibilité de rencontres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kaumthuveukaumthuveu   22 janvier 2020
Une bonne ville est une ville facile à vivre. Cette facilité repose sur des équipements et des réseaux d'autant plus invisibles qu'ils fonctionnent bien. De même, nous oublions notre corps tant qu'il garde la santé. En allumant une lampe, en ouvrant un robinet d'eau ou de gaz, en retrouvant vide chaque matin la poubelle que nous avons descendue le soir, nous sommes des enfants gâtés, inconscients des hautes technologies et des investissements mobilisés pour rendre en toute sécurité ces services quotidiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kaumthuveukaumthuveu   22 janvier 2020
On peut se demander comment ça marche. Touchez au sens de circulation d'une voie dans une ville française, enlevez trois places de stationnement et vous récolterez la tempête, des réactions violentes des commerçants et des riverains. Tous les maires vous le confirmeront : cqest un sujet délicat dès qu'il devient opérationnel.
Commenter  J’apprécie          10
kaumthuveukaumthuveu   22 janvier 2020
Ici, on ne renie pas l'apprentissage collaboratif en ligne et on ne s'érige pas contre les innovations numériques. Au contraire. On les détourne à des fins d'expression environnementale. Les plates-formes numériques jouent un rôle clé dans l'autogestion, la mise en réseau et la visibilité des Laboratoires citoyens. (...) La révolution numérique propose ici aussi des outils à disposition, des techniques de fabrication digitale innovante, du crowdfunding pour financer, des recueils de bonnes pratiques et des REX pour aller plus loin encore, en métissant, ensemble et autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kaumthuveukaumthuveu   22 janvier 2020
La nature devient ainsi un Bien Commun qu'il s'agit de préserver et de cultiver. Et pour ce faire, toute aide est la bienvenue, de l'élu à l'habitant. La métropole invente alors de nouveaux outils participatifs et s'empare de la révolution numérique pour faciliter sa réalisation et son financement.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Erik Orsenna (132) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Orsenna
En partenariat avec Cap Sciences, dans le cadre du cycle ECHO, Erik Orsenna vous présente son ouvrage "Petit précis de mondialisation. Volume 6, Cochons : voyage aux pays du vivant" aux éditions Fayard Stock. Entretien avec Raphaël Dupin.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2448022/erik-orsenna-petit-precis-de-mondialisation-volume-6-cochons-voyage-aux-pays-du-vivant
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : UrbanisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Erik Orsenna, presque...

Erik Orsenna est un pseudonyme ?

vrai
faux

5 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Erik OrsennaCréer un quiz sur ce livre