AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Bigre ! (Illustrateur)
EAN : 9782253114345
190 pages
Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.67/5   336 notes
Résumé :

Il y a ceux qui veulent gendarmer le langage et le mettre à leur botte, comme le terrible Nécrole, dictateur de l'archipel des Mots, et la revêche Mme Jargonos, l'inspectrice dont le seul idéal est d'" appliquer le programme ".

Et puis il y a ceux qui ne l'entendent pas de cette oreille, comme Jeanne et Thomas, bientôt traqués par la police comme de dangereux opposants...

Leur fuite les conduira sur l'île du Subjonctif. Une îl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 336 notes
5
12 avis
4
14 avis
3
10 avis
2
0 avis
1
1 avis

Nastie92
  29 mai 2015
Pour notre plus grand plaisir, Erik Orsenna poursuit son exploration de la langue française entamée dans La grammaire est une chanson douce.
Dans ce livre, il fait un zoom sur les verbes, et d'une façon toujours très poétique nous présente leurs différents modes : l'infinitif, l'impératif, l'indicatif, le conditionnel... et surtout le subjonctif. Ce subjonctif qui dérange, parce qu'il est "le mode du désir, de l'attente, de l'imaginaire...", pas étonnant que le dictateur Nécrole cherche à le soumettre !
Erik Orsenna est tellement convaincant qu'il m'a donné envie de devenir à mon tour "chevalier du subjonctif" et de me lancer dans sa défense.
Est-il vraiment gênant ce subjonctif pour qu'on ne veuille plus l'enseigner à nos écoliers, et qu'on ne l'aborde que du bout des lèvres en collège ? Veux-t-on condamner nos enfants à dire "il faut que "je vais" à l'école" ou "il faut que "je fais" mes devoirs" ? Mes yeux piquent, mes oreilles sifflent, aie !
Je crains que ce pauvre subjonctif ne soit l'une des victimes de la dégradation générale de notre système scolaire. Allez, il pourra se consoler de n'être pas seul à être jeté aux oubliettes, le passé simple lui tiendra compagnie... et bientôt, les nouvelles générations ne sauront plus que lire et écrire du style texto.
Je m'égare, je sais, mais assister à ce massacre organisé m'énerve au plus haut point, et je suis effondrée quand je vois l'immense gâchis qu'est devenu l'enseignement en France.
Refuser la transmission du savoir, c'est priver les générations suivantes de connaissances auxquelles elles auraient droit. C'est tout simplement malhonnête.
Certains me rappelleront à l'ordre et voudront m'envoyer cette chère madame Jargonos pour me rééduquer : qu'elle vienne, je l'attends de pied ferme !
Merci, merci, monsieur Orsenna, de mettre votre talent au service du français et de nous offrir une fois de plus un texte qui, bien au-delà de l'histoire qu'il raconte, fait prendre conscience de la richesse de notre langue, une langue qu'il faut défendre et protéger comme un trésor, un bien commun.
Oui, avec vous, monsieur Orsenna, la grammaire est vraiment une chanson douce !
PS : un peu hors sujet, parce qu'il ne s'agit pas de conjugaison, mais il s'agit encore de la langue française, alors...
J'ai entendu tout récemment un invité politique sur une station de radio. Un moment, la conversation porte sur un fait d'actualité dans lequel on évoque l'utilisation dans certaines circonstances de peintures hydrophobes. Le journaliste, amusé, demande au politicien s'il sait ce dont il s'agit. Question piège. Du tac au tac, celui-ci répond que non, mais qu'en réfléchissant à l'étymologie du mot, alors il peut en comprendre le sens, et le voilà qui donne son explication.
Libre à vous de faire un lien avec la défense de l'enseignement du latin et du grec... libre à vous...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4711
HORUSFONCK
  01 mars 2021
C'est un réeli plaisir de retrouver la jeune Jeanne, dans cette exploration des verbes et de leurs conjugaisons.
Ces chevaliers du subjonctif m'ont ravis, dans la réflexion et les significations de cette forme verbale.
J'avoue qu'a force d'utiliser ma langue, je ne m'étais jamais interrogé sur ces verbes et leurs images.... Alors que nous parlons comme nous pensons, tels que nous sommes supposés nous exprimer.
Erik Orsenna me plonge dans la conjugaison amusante, avec un hommage bienvenu à quelques grands de la littérature.
Erik Orsenna m'apparaît de plus en plus comme un bienfaiteur de ma langue maternelle et comme un explorateur avisé et clair de sa complexe grammaire...
Et puis, ce qui ne gâte rien, de belles illustrations en couleurs agrémentent ce sympathique bouquin!
Un vrai régal.
Commenter  J’apprécie          513
domisylzen
  20 septembre 2017
J'suis pas un adepte de ce temps
que je trouve un peu trop pédant.
Parler en utilisant le subjonctif
rend la conversation un brin élitiste.
Tu comprends mon cher avec cette conjugaison,
je peux : ordonner, exiger, souhaiter.
Marquer ma différence avec la population,
qui ne se sert à peine de trois temps pour bafouiller.
Mais comme l'écrit si bien Nastie :
Comme faire sans lui ?
Condamnerons-nous nos enfants à dire : il faut que "je vais" à l'école.
Rien qu'à cette audition mon coeur se surcharge d'extrasystoles.
Commenter  J’apprécie          455
lecassin
  06 janvier 2013
Erik Orsenna nous avait gratifiés en 2001 d'un premier « ouvrage de grammairien » avec « La grammaire est une chanson douce » ; un livre qui nous emmenait sur l'archipel des mots… de ce curieux archipel administré de main de maître par Madame Jargonos, Jeanne et Thomas ne manqueront pas de s'opposer à la loi et seront recherchés par la police…
Ils parviendront à fuir et à accoster sur l'île du subjonctif ; d'où ce second volume : « Les chevaliers du subjonctif »…
Poursuivant une démarche didactique entamée avec « La grammaire… » Erik Orsenna nous fait toucher du doigt l'importance du subjonctif dans la langue française : « le mode du désir, de l'attente, de l'imaginaire. du monde tel qu'il devrait être... » Superbe définition quand on y ajoute les regrets…
Dans la même veine que « La grammaire est une chanson douce », et comme lui, « Les chevaliers du subjonctif » est texte hissable au rang du « Petit Prince » tant par la qualité poétique de son texte que par ses illustrations superbement naïves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
bookpass
  23 octobre 2021
Un conte fantastique très réussi pour mettre en valeur la langue française et en particulier les verbes et les temps de conjugaison.
C'est drôle, léger et en même temps très pédagogique.
De l'importance des temps et de leur signification.
Le subjonctif est le mode du désir, de l'attente, de l'imaginaire. Que serait un monde sans attente ni imaginaire ?
Le subjonctif que le dictateur Nécrole veut abolir et faire disparaitre parce qu'il représente un danger, qu'il représente la liberté de penser, de rêver et qu'il est par essence révolutionnaire.
Merci pour ce texte original qui vient compléter la série autour de la grammaire et qui met en valeur la langue dans toute sa complexité et dans toute sa beauté.

Commenter  J’apprécie          191

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
MourgumMourgum   09 janvier 2013
Amoureuse.
Rien, aucune créature au monde n'est plus ridicule, et déplaisante, qu'une fille amourese: du matin jusqu'au soir, elle sourit vaguement, prunelles clignotantes et bouche entrouverte. De temps à autre, l'amoureuse rougit (sans doute pense-t-elle, la pauvre chérie, à des caresses jugées par elle scandaleuses). Ou alors elle grimace : ce doit être la jalousie qui vient lui mordiller le coeur
..
Hélas, ces accès de fragilité ne durent pas. Le visage de l'amoureuse reprend au plus vite cet insupportable air de reine : surtout, ne me derangez pas, n'osez même pas me parler, je suis d'une autre race, supérieure à toutes les autres puisque j'aime et suis aimée.
Amoureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nastie92Nastie92   29 mai 2015
Les Subjonctifs sont les ennemis de l'ordre, des individus de la pire espèce. Des insatisfaits perpétuels. Des rêveurs, c'est à dire des contestataires. "Je veux que tous les hommes soient libres." Bonjour le désordre ! "Je ne crois pas que notre président réussisse." Merci pour le soutien ! Du matin jusqu'au soir, ils désirent et ils doutent. A-t-on jamais construit une civilisation à partir du désir et du doute ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
sagesse66sagesse66   07 janvier 2022
- Les paresseux, les verbes à l'infinitif qui ont décidé que, être verbe, c'était trop fatigant. Ils ont changé de métier. Ils ont préféré devenir des noms. Un nom a beaucoup moins de travail qu'un verbe.

- Vous pouvez me donner des exemples d'infinitif paresseux?

- Le savoir, le sourire.
Commenter  J’apprécie          274
JessoyaJessoya   14 juillet 2010
- Alors le monde est une immense bibliothèque?
- Je crois que c'est ce qu'il a voulu nous dire.
- Il dit n'importe quoi! Nous sommes entourés d'endroits sans livres : la mer, le ciel, la montagne.
- Et tu crois qu'il ne faut pas apprendre à lire la mer, quand on veut naviguer? À lire la montagne, si on ne veut pas être enseveli par une avalanche? À lire le ciel, quand on vole en planeur?
Commenter  J’apprécie          200
JessoyaJessoya   14 juillet 2010
- Les paresseux, les verbes à l'infinitif qui ont décidé que, être verbe, c'était trop fatigant. Ils ont changé de métier. Ils ont préféré devenir des noms. Un nom a beaucoup moins de travail qu'un verbe.
- Vous pouvez me donner des exemples d'infinitif paresseux?
- Le savoir, le sourire.
Commenter  J’apprécie          240

Videos de Erik Orsenna (141) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Orsenna
Écrivain et membre de l'Académie française depuis 1998, Érik Orsenna a eu un parcours extrêmement riche : tour à tour chercheur et enseignant en finance internationale, conseiller au ministère de la coopération, plume de François Mitterrand, conseiller d'État. Parallèlement, il est l'auteur de nombreux ouvrages dans des genres différents : des romans (parmi lesquels "L'Exposition coloniale", prix Goncourt 1988), des essais, des biographies et des contes. Ce qui réunit tous ces livres ? Ils sont mus par un besoin de comprendre et une curiosité insatiable et contagieuse !
Au cours de cette rencontre, Érik Orsenna nous parle de son livre "Les Mots immigrés", co-écrit avec Bernard Cerquiglini, illustré par François Maumont et paru aux éditions Stock. Par la voie du conte, il nous embarque dans un passionnant voyage à travers l'histoire de la langue française et rappelle qu'il n'est pas un mot de cette langue qui ne soit immigré.
Pour retrouver son livre, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/livre/20158697-les-mots-immigres-erik-orsenna-bernard-cerquiglini-stock
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairie.dialogues FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues TWITTER : https://twitter.com/Dialogues LINKEDIN : https://www.linkedin.com/company/dialogues-brest
+ Lire la suite
autres livres classés : conjugaisonVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Erik Orsenna, presque...

Erik Orsenna est un pseudonyme ?

vrai
faux

5 questions
99 lecteurs ont répondu
Thème : Erik OrsennaCréer un quiz sur ce livre