AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Heartstopper tome 1 sur 5

Valérie Drouet (Traducteur)
EAN : 9782017108313
272 pages
Hachette (09/10/2019)
4.45/5   2498 notes
Résumé :
Ceci est l’histoire de deux lycéens.
Nick, le rugbyman au sourire solaire.
Charlie, le musicien au cœur solitaire.


Parce qu’ils évoluent dans des cercles différents,
parce qu’ils n’ont pas le même caractère,
leur amitié n’était pas gagnée.

Pourtant, petit à petit, de façon irrésistible, Charlie tombe amoureux.
Même s’il sait que Nick aime les filles. Même s’il sait qu’il n’a aucune chance.
>Voir plus
Que lire après Heartstopper, tome 1 : Deux garçons. Une rencontreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (368) Voir plus Ajouter une critique
4,45

sur 2498 notes
Ces derniers temps, j'avais tenté de lire des oeuvres LGBT comme « mes ruptures avec Laura Dern » ou encore « la saveur du printemps » et j'avoue que cela me gavait un peu. La thématique n'avait sans doute pas d'attrait pour moi. En tous les cas, c'est ce que je me disais. Puis, il y a eu Heartstopper et cela a tout changé.

Certes, le manga « le mari de mon frère » qui est sorti un peu du lot de ces productions que je trouvais trop mièvres et pas intéressantes pour un hétéro. Comme dit ; Heartstopper, c'est autre chose de plus profond et de plus sincère voir de plus réaliste. Une histoire d'amour lorsqu'elle est bien racontée devient alors universel et parvient à toucher le coeur de tous les gens quelque soit le genre.

L'histoire met en avant deux sujets importants : l'homosexualité (ou la bisexualité) et le harcèlement à l'école. C'est important de voir ce qui se passe et comment réagir face à de telles situations. Il est question de s'accepter tel que nous sommes sans avoir honte. J'aime bien également ce côté assez feel-good même si c'est enrobé dans de la romance pour adolescents.

Cela fait des mois que j'entends parler de ce titre et que j'ai vu toute la publicité faite à l'occasion du lancement de la série sur Netflix. J'ai donc fini par craquer pour découvrir pourquoi ce roman graphique d'Alice Oceman avait autant de succès. Et j'ai compris pourquoi. Je me suis précipité sur la série que j'ai également adoré même si on peut préférer la BD. L'alchimie entre les personnages a bien eu lieu car on craignait le contraire.

J'ai beaucoup aimé le coup de crayon de l'auteure ainsi que la douceur du trait. J'ai apprécié ces moment où il n'y a pas de dialogues comme pour laisser respirer ce récit. On prend le temps de faire connaissance avec ces personnages tendres et touchants. En effet, Charlie et Nick sont tellement adorables qu'il est impossible de ne pas succomber !

C'est à la fois attachant et optimiste malgré les thèmes parfois compliqués comme la discrimination et le harcèlement moral. Franchement, je reconnais que c'est remarquable grâce à une histoire chaleureuse et d'une certaine innocence des deux principaux personnages qui m'ont touché en plein coeur.
Commenter  J’apprécie          704
« Il est si près de moi, pourtant, je ne sais pas comment l'aimer … »

On commence cette petite chronique en chantant, tiens ! Une fois n'est pas coutume !

Charlie est un ado comme les autres, ou peut-être un peu plus courageux que les autres.

A un âge où il est plus simple de rester caché, tout le lycée sait qu'il préfère les garçons.

Il va faire connaissance du mec populaire du lycée, rugbyman de son état et c'est une belle amitié qui va naître … Mais comme chante Céline Dion, « il a l'air d'hésiter entre une histoire d'amour ou d'amitié ».

Alice Oseman nous offre un petit bonbon de tolérance et de modernité où telle une midinette en folie, j'ai tournée les pages et les pages pour savoir si les deux héros allaient enfin finir par se mettre ensemble ! J'ai retrouvé mon coeur de guimauve pour quelques minutes de lecture et honnêtement, ça fait sacrément plaisir !

Un bouquin qui se lit comme une série de M6 de l'après-midi, l'émotion en plus, qui vient souvent faire réfléchir le lecteur.

On ne peut que saluer ce genre de littérature destinée à la jeunesse et qui propose d'ouvrir les yeux un peu plus grands, simplement, sans donner de leçon, sur le monde d'aujourd'hui.

Romance LGBT assumée à la sauce fleur bleue sous la forme d'un roman graphique où les dialogues prennent bien peu de place. Les dessins, en noir et blanc, proches d'un manga, offrent toute la douceur nécessaire au contexte raconté.

On pourra sûrement lui reprocher sa simplicité. Elle ne m'a pas dérangé tant il se lit d'une belle traite. Et puis, quand j'y pense, je me dis que lire ça, à l'âge du collège, du lycée, ne fera pas de mal et pourra même répondre à pas mal de questions existentielles à un âge où il est parfois compliqué d'aller vers soi…

Un roman graphique tendre et qui fait beaucoup de bien au coeur. On referme trop vite cette jolie histoire et il me tarde déjà de pouvoir me procurer le tome 2 ! #teammidinette

Lien : https://labibliothequedejuju..
Commenter  J’apprécie          664
Charlie, un collégien gay de Troisième, aime Ben qui le délaisse pour une fille. Mais Nick, un élève de Seconde adepte du rugby, semble, au grand étonnement de Charlie, s'intéresser à lui. ● Je vais aller à contre-courant de l'engouement quasi-généralisé pour cette bluette gay, dont j'avais dans un premier temps abandonné la lecture après l'extrait Kindle qui ne m'avait pas convaincu, mais que je me suis décidé à reprendre à cause des avis très élogieux qu'on trouve sur Babelio. ● Bien sûr, le roman graphique est agréable à lire, malgré des dessins simplistes (j'ai eu du mal, au début, à distinguer Nick de Ben). Les personnages sont tout mignons, tout choupinous… ● Il est aussi hyper-politiquement correct, c'est une belle leçon de tolérance et à cet égard on ne peut que penser qu'il constituera une lecture positive pour les collégiens et les lycéens prompts encore aujourd'hui à se moquer de et même à harceler leurs camarades gay. ● Mais que c'est lent et niais, que c'est vide et creux ! Les clichés politiquement corrects abondent, c'est une vraie soupe de poncifs ! Les personnages sont mous, n'ont pas de consistance, pas de milieu social (sauf celui qui fête son anniversaire). Les vrais problèmes ne sont jamais abordés, le harcèlement est presque passé sous silence, il a eu lieu lorsque Charlie était en Quatrième, ce qui permet de ne pas en parler. Tous ses camarades sont hyper à l'aise avec son homosexualité. ● Et les personnages secondaires ? La soeur est hyper gay-friendly, elle donne des conseils à son frère. Où sont les parents ? Curieusement aux abonnés absents. ● Bon, si ça peut améliorer la tolérance des ados, pourquoi pas, mais pour moi cela confirme que le succès, surtout dû à la série Netflix je suppose, n'est pas synonyme de qualité !
Commenter  J’apprécie          493
Oui, j'ai fini par craquer… mais à force d'entendre les copines en dire du bien, et de passer à côté de la version collector à chaque fois que je vais chez mon libraire… j'ai succombé. Et le plus drôle, c'est que je l'avais pris, juste pour feuilleter quelques pages en rentrant et que j'ai fini par le lire en entier sans m'en rendre compte ! Alors oui, bien sûr, j'ai adoré, le contraire aurait été surprenant.

J'avoue par contre avoir eu du mal avec le design. Il y a un côté mignon, et en même temps, je dirais non abouti. Je suis aussi très habituée aux mangas, bandes dessinées et comics, je m'attendais donc à autre chose. Mais cela ne m'a pas empêcher d'aimer l'histoire et comme dans d'autres éditions graphiques où j'ai eu au début du mal, je pense que je finirais par m'y habituer.

Il n'empêche que les émotions passent très très bien via les illustrations, je ne peux pas le nier. Et il y a une véritable palette à exploiter dans ce premier tome de Heartstopper, comme l'adolescence peut le présager, surtout quand il s'agit de sentiments amoureux. L'auteur arrive très bien à nous faire ressentir des émotions fortes, douces, négatives… avec quelques coups de crayons. Pas besoin de texte la plupart du temps, et j'aime beaucoup cela dans ce genre de support.

Je me suis aussi rapidement attachée aux personnages, et en particulier aux deux jeunes héros. Il faut dire qu'ils sont absolument mignons et qu'on a envie de les serrer dans nos bras. J'ai pensé pendant un moment que ce côté trognon allègerait peut-être trop les difficultés que vont rencontrer Nick et Charlie, mais j'ai trouvé au contraire que comme on s'attachait à eux en quelques secondes, on allait aussi avoir cette envie de les protéger et ressentir plus intensément leurs émotions.

Touchant à souhait, j'ai vraiment apprécié ce premier tome où l'on apprend à les cerner. Les points de vue alternés, si l'on puit dire, sont aussi très importants. Surtout vu la situation de Charlie et Nick, et en particulier ce dernier. Il y a beaucoup de pudeur et de douceur, même si l'auteur montre aussi dans Heartstopper combien les adolescents peuvent être des brutes épaisses, avec une intolérance à la différence ridicule. La bienveillance des adultes a aussi été un vrai rayon de soleil. J'avoue être souvent agacée de voir dans la littérature jeunesse ou young adult les adultes dépeints comme des figures très négatives, très régulièrement. Et ici, j'espère que lorsque les choses évolueront ou bien lorsque l'on passera plus de temps avec les parents des héros, cette bienveillance sera toujours là, car il n'y a rien de plus beau qu'un parent qui soutient et aime son enfant.

Contente donc d'avoir franchi le pas et d'avoir laissé à Heartstopper une place dans ma bibliothèque. le tome deux est déjà commandé et j'ai hâte de le lire, surtout avec la fin de ce premier volume. Une histoire douce et touchante qui m'a fait aisément comprendre pourquoi elle fait autant parler d'elle.
Commenter  J’apprécie          420
Il y a des livres dont nous entendons parler pendant longtemps avant de se décider - enfin ! - à les aborder. Heartstopper est de ceux-là. de ces ouvrages tellement encensés que je n'ose les ouvrir, de peur d'être déçue, de m'attendre à quelque chose de si extraordinaire que rien ne pourra contenter cette idée que je me suis faite de l'histoire. Heartstopper n'est pas de ceux-là : c'est mieux que ce à quoi je m'attendais !

Pour l'histoire, nous suivons deux adolescents : Nick, un rugbyman populaire que tout le monde apprécie dans le lycée, et Charlie, un jeune homme musicien un peu plus discret et renfermé. Quelques temps auparavant, Charlie, qui est gay, a été outé et les autres se moquent régulièrement de lui depuis... Et les deux ados vont se retrouver à se côtoyer et vont se lier d'amitié. Charlie va tomber amoureux sans savoir si Nick est attiré par les filles ou les garçons...

Je n'ai pas envie d'en dire plus sur l'intrigue, je pense que tout ceci est suffisant. Il s'agit d'une romance gay qui ressemble à tant d'histoires d'amour que nous avons déjà pu voir ou lire. Seulement, chose plus rare, les deux protagonistes sont des jeunes hommes. Et Heartstopper n'est pas un livre qui traite de sujets dramatiques comme l'homophobie, l'outing, la violence, les idées suicidaires, etc., comme nous pouvons le voir par ailleurs quand nous parlons d'homosexualité, de bisexualité ou encore de transidentité. Ce n'est pas une saga qui a vocation à faire de la pédagogie en évoquant la violence. C'est juste une histoire d'amour : et ça fait un bien fou !

La représentation gay sans qu'il y ait de drames est assez rare dans la fiction pour que les lecteur•rices puissent se réjouir d'avoir une romance homo qui n'a rien de plus qu'une romance hétéro. C'est une bande dessinée joyeuse, mignonne, qui fait du bien. Les illustrations, comme l'histoire, sont toutes douces ! J'ai ressenti de la joie toute simple face à cette histoire d'amour naissante, c'était fabuleux ! Et en plus, il y a un chien vraiment trop chou, ce qui peut achever de vous convaincre de lire ce livre qui, grâce à sa simplicité, est devenu exceptionnel !
Commenter  J’apprécie          340


critiques presse (1)
ActuaBD
06 décembre 2019
Heartstopper est une histoire touchante, agréable à lire et attachante. En effet, on ne souhaite qu’une chose pour nos deux protagonistes : que tout se passe bien pour eux ! Cependant, il n’est pas sûr que Alice Oseman les laisse vivre sans la moindre embûche...
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Vous ne pouvez pas savoir si quelqu'un est gay d'après son apparence. Et gay ou hétéro ne sont pas les deux seules possibilités. Quoi qu'il en soit, c'est très impoli de spéculer sur la sexualité des gens.
Commenter  J’apprécie          360
"Nick et Charlie sont dans mon cœur depuis très longtemps. Ils sont apparus dans mon premier roman YA, L'année solitaire. Charlie est le petit frère du narrateur, Tori et Nick est son amoureux transi / chevalier servant. Nick et Charlie n'étaient pas des personnages très importants dans ce roman, mais ils ont déjà une relation tendre et épanouie. C'est là qu'est né mon envie de raconter leur histoire d’amour. Comment en sont-ils arrivés là ? Et où les conduit-elle ?
L'année de mon baccalauréat, j'ai rempli un carnet entier de croquis pour raconter leur passé. Et puis j'ai recommencé, après avoir fait quelques progrès en dessin, et j'ai rempli un deuxième cahier. Je me rappelle avoir passé des heures assise à gribouiller dans mon lit, sans même écouter de la musique, complètement absorbée par l'histoire de Nick et Charlie que j'adorais. Cela m'a apporté une paix que même l'écriture de romans ne m'a pas apportée. En 2016, à 21 ans, j'ai lancé le projet Heartstopper, ça a commencé doucement mais, petit à petit, mon public s'est agrandi. Au moment où j'écris ce mot, Heartstopper a près de 50000 followers sur Tumblr et Tapas. Les gens viennent découvrir cette histoire pour toutes sortes de raisons - la romance réaliste, la représentation LGBT+, le dessin, l’intrigue. Mais je pense que la plupart viennent lire Heartstopper parce que ça les réconforte. Comme moi. Alice". pg 27
Commenter  J’apprécie          40
"Donc Nick en pince pour Charlie, pas vrai ? C'est bon, on c'est tous dit ça.
-C'est vrai qu'ils ont l'air proches. Mais Nick n'est pas gay, si ?
-Bah on sait pas.
-Il a pas l'air gay. Il en pinçait pas pour cette fille, Tara Jones ?
-Vous ne pouvez pas savoir si quelqu'un est gay d'après son apparence. Et gay ou hétéro ne son pas les deux seules possibilités. Quoi qu'il en soit c'est très impoli de spéculer sur la sexualité des gens."
Commenter  J’apprécie          130
Nick : *Hello, je voulais voir si tu allais bien. Ben est vraiment un connard !!!*
Charlie : *Je vais bien, t’inquiète ! :)*
Nick : *T’es sûr ???*
*Je suis là si tu veux parler*
*La situation semblait plutôt sérieuse*
*T’es pas obligé*
*Si t’as pas envie*
*Mais je suis ton ami et je m’inquiète*
Commenter  J’apprécie          150
"Charlie à l'aire adorable. Quand l'as-tu rencontré ?
Il y a quelques mois. Il est dans mon groupe de mentorat.
Il est très différent de tes autres amis, non ? Tu es bien plus toi-même avec lui.
-Ah oui ?
-Oh oui!
-..."
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Alice Oseman (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Oseman
Heartstopper - Saison 2 | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus



Lecteurs (4322) Voir plus




{* *} .._..