AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782130809067
128 pages
Presses Universitaires de France (03/11/2021)
3.58/5   6 notes
Résumé :
"Dantesque" : voilà comment, en français, l'usage a résumé le caractère sombre, terrifiant et tout à la fois sublime de l'oeuvre de Durante degli Alighieri (1265-1321). Et encore ce jugement ne s'applique-t-il qu'à La Divine Comédie, car Dante est également l'auteur de la Vita nuova, des Rimes, d'un De vulgari eloquentia, d'un Banquet et de Monarchia. Baudelaire le savait : "Un des caractères principaux du grand peintre est l'universalité.
- Ainsi le poète ép... >Voir plus
Que lire après DanteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Je n'ai pas encore lu la Divine Comédie et je cherchais un petit guide qui accompagnât ma lecture. Mais ce Que-sais- je ? est davantage un condensé d'érudition qu' un ouvrage de vulgarisation.
Carlo Ossola est professeur honoraire au Collège de France, éditeur de Dante Alighieri (1265-1321) dans « La Pléiade ». Il retrace la vie de Dante et son bannissement dramatique de Florence avec force dates et références fastidieuses. L'exil lui apporte une vision du monde illimitée qui lui permettra de créer une oeuvre universelle. Ensuite, Carlo Ossola s'attarde sur les autres oeuvres du poète. Dante est un poète et un dramaturge de l'amour, un penseur politique pris dans l'affrontement entre Rome et le Saint-Empire mais aussi un philologue, un théoricien de la langue. Et puis Carlo Ossola en vient enfin à La Divine Comédie au chapitre VIII et là il faut sérieusement s'accrocher car le propos est tissé de commentaires de commentaires de l'oeuvre. Je me suis souvent perdue dans les cercles infernaux de l'exégèse. Voilà ce que j'ai compris : « La Comédie est le théâtre des universaux physiques et métaphysiques légués par la tradition aristotélicienne à la pensée et à l'histoire de la chrétienté ». le voyage en incluant la tradition antique (Virgile, Platon) et l'histoire contemporaine peut dépasser la tentation manichéenne récurrente dans la pensée chrétienne et admettre que des âmes puissent aller au purgatoire. Ensuite si Dante s'exprime en langue vulgaire, il pense en latin. le penseur et le poète sont intimement liés. Boccace est le premier à s'apercevoir que « Dante » le personnage est le nouvel Adam. Il incarne l'humanité en général et son voyage est une lutte intérieure. La Comédie est une comédie des extrêmes, démesurée dans sa forme. Les dialogues succèdent aux monologues. Dante le personnage est toujours en marche et sa pensée en mouvement, le poète fuit aussi l'acédie (l'indolence) dont il est affligé. le « bien » doit être en actes.
Je reviendrai à cet opuscule quand j'aurai lu quelques chants de la Divine Comédie. A ce sujet, dans un de ses entretiens Carlo Ossola préconise de lire le premier chant de l'Enfer, puis celui du Purgatoire et enfin celui du Paradis.
Commenter  J’apprécie          5110
Suivant un cycle de conférences sur Dante surtout centré sur la Divine Comédie, j'ai voulu compléter par la lecture de quelques ouvrages me permettant d'approfondir. Après l'immense volume d'Enrico Malato, publié aux Belles Lettres, j'ai tenté un volume plus court, et que j'ai pensé d'un abord facile, puisqu'il appartient à la collection Que sais-je, qui à peine en plus de 100 petites pages, est censée introduire un sujet. le livre aborde la biographie de Dante, puis passe en revue ses différents écrits, en réservant à peu près la moitié du volume à la Divine Comédie.

J'avoue une réelle déception après ma lecture. J'ai à peu près suivi la biographie, même si j'ai eu par moments la sensation que c'était grâce à des connaissances antérieures. de même les analyses des ouvrages autres que la Divine Comédie sont relativement claires. J'ai toutefois trouvé la partie réservée à la Divine Comédie très compliquée, allusive, une très bonne connaissance du texte, et d'autres auteurs me paraissent indispensables pour suivre le propos de l'auteur. Sans oublier les citations, voire des passages entiers, en latin, et qui ne sont pas traduits. On est très loin d'un ouvrage d'introduction relativement accessible, et destinés à des non-initiés que j'espérais trouver. Je me pose même la question à qui s'adresse ce texte : certainement pas à des gens qui ne sont pas spécialistes, et en ce qui concerne ces derniers, un livre aussi court me paraît tout de même un peu frustrant.

Pour ne pas rester que dans le négatif, il y a de nombreux extraits, judicieusement choisis, que ce soit de Dante, que ce soit d'autres auteurs qui en ont parlé.

Je donne un extrait pour illustrer mon propos :

Dante n'est pas le poète de l'abstraction, mais de la « précision », de la définition qui s'accomplit dans le « toujours » [« s'insempra »] : c'est l'une des raisons pour lesquelles son lexique demeure cantus firmus dans notre mémoire, parole sculptée ou clouée, puisque « avec des clous plus forts que les discours d'autrui, / si ne s'arrête le cours du jugement [...] »(Purgatoire, VIII, v.137-138).
Commenter  J’apprécie          212
Cet opuscule consacré à Dante et rédigé par un spécialiste s'attache à dégager les grandes thématiques de l'oeuvre, sans toutefois jamais perdre le texte de vue, car de nombreuses citations émaillent le propos. Ossola se réfère également à tous les grands exégètes de Dante, des plus proches chronologiquement (Boccace, Petrarque) aux plus éloignés (Borges, Mandelstam). Malgré sa concision, cette lecture s'avère aussi dense qu'exigeante. Elle suppose une certaine familiarité avec Dante, ainsi qu'avec la théologie chrétienne et la langue latine (les citations dans cette langue ne sont d'ailleurs presque pas traduites en français).

Etant loin d'être parfaitement calé dans les différents domaines susmentionnés, cette lecture ne m'a pas toujours parlé, et je la déconseille à un public non averti. J'y ai néanmoins, trouvé des réflexions intéressantes sur la place de Dante dans l'histoire littéraire, car Ossola effectue des liens avec la tradition de l'amour courtois, mais aussi le XIXème siècle (surtout le romantisme et le symbolisme : un rapprochement d'autant plus aisé si l'on considère que les célèbres illustrations de la Divine Comédie par Gustave Doré ont participé de ces deux mouvements).

Ossola se montre également attentif au travail théorique de Dante sur la langue italienne, à laquelle il donnera son nom. le poète y injecte une rugosité, une « âpreté » nouvelle qui permet d'incarner les considérations les plus métaphysiques, à l'image de la figure humaine qui s'immisce au sein d'autres mondes dans la Divine Comédie.

Concernant la Divine Comédie elle-même, Ossola s'attarde particulièrement sur le Paradis, qu'il s'attache à présenter comme un poème où la Raison se fait le principal vecteur du bien commun et de la « paix universelle », car elle met la pensée en mouvement contre l'acédie (comme le remarque Mandelstam), dans un processus ascensionnel qui permet de surplomber le monde des hommes et de voir au-delà, ce qui rappelle beaucoup le Phédon de Platon.

D'où ce commentaire lumineux d'Ezra Pound : « Dante ou son intelligence peuvent aussi signifier « Tout le monde » ou « L'Humanité », et son voyage peut être pris pour le symbole du combat que livrent les hommes pour passer de l'ignorance à la lumière philosophique. »

Mêler les voix des plus grands commentateurs de Dante à travers les siècles pour retracer le mouvement de la parole dantesque, c'est peut-être le plus grand mérite de cet essai érudit, mais guère pédagogique.

Merci à l'éditeur et à Babelio pour cette lecture.
Commenter  J’apprécie          1914
Merci à Babelio et aux éditions PUF de m'avoir permis de découvrir ce livre.

Lisant la présentation de ce numéro de la collection Que sais-je ? mon attention a été retenue par la première phrase du second paragraphe : Après avoir tracé le portrait de celui que l'on considère comme le « père de la langue italienne », Carlo Ossola passe en revue toutes ces manifestations du génie de Dante... Allez savoir pourquoi, j'en ai conclu que ce livre allait principalement traiter de la vie de Dante. Mauvaise pioche.

Si j'avais consulté la page qui lui est consacrée sur le site de l'éditeur j'aurais sans doute deviné que la vie de Dante ne représentait qu'une petite partie de l'ouvrage ; le premier chapitre ne représentant que 10% de l'ensemble. Toute fois je dois bien reconnaître que tous les chapitres distillent des informations sur la vie de Dante.

Quoi qu'il en soit cette lecture a été l'occasion de replonger dans une oeuvre que j'ai lue pour la dernière fois il y a de trop nombreuses années.

En 124 pages, Carlo Ossola retrace donc la vie vie de Dante et décrypte toute son oeuvre. Si vous ne l'avez pas encore lue, ou ne vous en souvenez pas trop bien, ce fascicule va vous permettre de prendre connaissance de l'essentiel de ce qu'il faut savoir sur l'oeuvre monumentale de ce génie de la fin du moyen âge italien. Vous découvrirez, entre autre, comment et pourquoi il a permis à l'italien de supplanter le latin dans les écrits italiens et bien d'autres choses. Ossola a su également mettre en avant les passages les plus beaux ou les plus intéressants.

En bref : À lire si vous avez besoin — ou la curiosité — de connaitre l'oeuvre de Dante sans avoir le temps de la lire ou d'analyser votre lecture.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          170
En ce sept centième anniversaire de la mort de Dante, le poète italien intègre la collection "que sais-je ?" sous la plume de Carlo Ossola. Et qui mieux que cet auteur aurait pu se charger de cette mission.

Auteur de plusieurs essais sur Dante, il a dirigé la nouvelle édition de la Divine Comédie dans la Pléiade, il était tout destiné à mener à bien cette tâche.

En un peu plus d'un centaine de pages c'est une courte biographie du poète qui sert d'introduction à une présentation de ses oeuvres car Dante ce n'est pas que le Divine Comédie. Mais d'autres écrits bien en phase avec leur époque comme nous le démontre l'auteur.

Bien entendu la Divine Comédie n'est pas oubliée, loin s'en faut et comme le synthétise Carlo Ossola :
"Si Ovide a écrit l'histoire et le mythe des dieux de la tradition classique,
Si Virgile a tissé en vers les gestes épiques des civilisations méditerranéennes qui préparent la naissance de l'empire romain.
La Divine Comédie est le théâtre des universaux physiques et métaphysiques légués par la tradition aristotélicienne à la pensée et à l'histoire de la chrétienté"

Un écriture érudite, qui fait de ce petit opuscule une synthèse idéale pour mieux connaître, appréhender, ou compléter l'oeuvre du " Père de langue italienne "
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Le meilleur biographe de Dante n'est autre que Dante lui-même qui de définit souvent dans l'en-tête de ses épîtres comme un "Florentinus et exul inmeritus" ("Florentin injustement exilé")
Commenter  J’apprécie          30
Parce qu'elle est son la parole s'exprime par les sens ;
parce qu'elle se sert d'arguments pour signifier, elle s'adresse à la raison.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Carlo Ossola (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlo Ossola
Quelles sont les vertus « ordinaires » de nos vies, celles qui passent souvent inaperçues à notre manière d'être sensibles surtout à des gestes marquants ? Carlo Ossola nous les rappelle, vertus pour soi et pour les autres, vertus minimes et communes qui fondent et mesurent l'homme et la société.
En librairie le 7 avril 2023.
Pour en savoir plus : https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251454269/la-vie-simple
autres livres classés : lettresVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
811 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..