AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782915825992
118 pages
C&F Editions (15/01/2020)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Elinor Ostrom est mondialement reconnue pour son travail sur les communs. Relire ou découvrir son discours d'acceptation du Nobel d'économie de 2009 montre combien sa vision à la fois écologique et sociale ouvre des perspectives actuelles. Elle a su critiquer les modèles de l'économie dominante et mobiliser son savoir scientifique issu du terrain au profit d'une vision humaniste. Elle propose de remplacer le modèle abstrait d'individus réduits à des calculateurs à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  14 avril 2020
Nous ne devons pas ignorer le monde au profit de nos modèles
Deux remarques pour commencer.
Il n'y a pas de prix Nobel d'économie mais un prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel. Malgré les dénégations de beaucoup d'économistes, l'économie ne relève pas des sciences dites exactes (comme les mathématiques ou la physique) mais bien des sciences sociales. L'économie devrait nous parler des systèmes de production, de leurs évolutions, de leurs contradiction et des choix démocratiques nécessaires à la construction des futurs.
Seconde remarque. Ce discours de Stockholm n'est pas une critique de l'économie politique. Il n'y a ici aucune allusion au mode de production, au capitalisme, aux rapports sociaux, aux classes sociales ni au système de genre. le vocabulaire est infesté de termes du néolibéralisme, à commencer par la gouvernance, le contrat et les partenaires. La critique de l'idée saugrenue – mais idéologiquement très puissante – « des individus isolés et anonymes » me semble plus que faible.
Alors pourquoi lire ce discours ? Elinor Ostrom, à partir d'études de terrain critique des modèles – que je qualifierai plutôt d'idéologiques que scientifiques – de l'économie diffusée et enseignée (ce qui ne signifie pas que toutes les études soient sans intérêt). Pour celleux qui en douteraient, voir les liens entre l'Ecole de Chicago et la dictature d'Augusto Pinochet…
Comme l'indique Benjamin Coriat dans sa préface, elle soutient que « le point de départ de la théorie économique dominante n'est pas acceptable », que l'invention d'« un agent rationnel » ne dit pas grand-chose d'utile « à la connaissance des sociétés humaines telles qu'elles fonctionnent véritablement, ne peut-être dérivé de telles prémisses ». le préfacier souligne aussi l'apport de la notion de « réservoirs communs de ressources », des biens non-rivaux et possiblement d'accès universel, le rôle du « droit d'usage » et donc d'une remise en cause du droit de propriété, le besoin d'« approches polycentriques », la relation que les réservoirs communs de ressources « entretiennent aux droits fondamentaux de la personne et aux droits humains », l'importance accordée à l'écologie…
Elinor Ostrom discute, entre autres, des réservoirs commun de ressources et des biens publics, des effets des choix discutés et de l'auto-organisation des communautés concernées, d'exemples dans l'organisation des ressources hydrauliques ou forestières, de la différence entre complexité et chaos, de la typologie des biens en regard de leur possible utilisation, des niveaux des organisations humaines pour résoudre « des dilemmes sociaux » (pourquoi ne pas parler de choix démocratiques ?), de ressources partagées, et de niveaux de coopération, de la nécessité d'avoir une approche pluri-disciplinaire…
« Pour résumer, toutes ces expériences de ressources communes et de biens publics ont prouvé que de nombreuses prédictions nées des théories conventionnelles de l'action collective sont erronées ». Les êtres humains savent coopérer, contrôler, donc gérer – mais qui en doutait ?
Le titre de cette note est emprunté à l'autrice.
Au delà des divergences théoriques et politiques, il me semble utile d'engager un dialogue avec celles et ceux qui développent d'autres regards sur les communs…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
dede   14 avril 2020
Pour résumer, toutes ces expériences de ressources communes et de biens publics ont prouvé que de nombreuses prédictions nées des théories conventionnelles de l’action collective sont erronées
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : économieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre