AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782723428262
434 pages
Éditeur : Glénat (20/09/2000)

Note moyenne : 4.54/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Néo-Tokyo, an 2019. Nous sommes trente-huit ans après la troisième Guerre mondiale. Le grand cataclysme a dévasté la planète. Depuis, le monde a entamé sa reconstruction. La capitale japonaise n'est plus qu'une espèce de gigantesque poubelle high-tech. Une nuit, une bande de jeunes motards fait une rencontre étrange : celle d'un enfant au visage de vieillard, doté de bien curieux pouvoirs. Ils ne le savent pas encore, mais le processus de réveil d'Akira vient de com... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ElGatoMalo
  30 mars 2015
Saga mythique qui, si elle brille par la finesse de ses dessins et la précision des espaces et détails architecturaux construits ou détruits du Neo-Tokyo, du rendu des motos statiques ou en mouvement, des machineries inventées sur terre ou dans l'espace ou même encore copiées dans l'arsenal de la marine de guerre américaine, le dynamisme constant des personnages très bien cernés autant au niveau du graphisme que par leur caractère, la décomposition des évènements et des batailles - quelquefois d'une grande complexité avec des quantités de participants dignes des poèmes homériques - dans un découpage des actions en vignettes évitant tout verbiage inutile, cette titanesque fresque cyberpunk n'en demeure pas moins un peu répétitive dans ses trois derniers volumes (environs 1350 pages dans la version noire et blanc originale traduite en anglais par Kodansha Comics et reprise par Glenat en France à la fin des années 1990s), pour finir dans une confusion un peu décevante...
Commenter  J’apprécie          90
lokipg
  08 novembre 2018
Kanéda, Keisuke, Joker et sa bande, Kei, soutenue par les pouvoirs de Lady Miyako, Kiyoko et Masaru, le Colonel, les partisans du Nouvel Empire de Tokyo, l'armée américaine... Leurs motivations sont différentes, mais ils ont tous le même objectif : tuer Tetsuo !

L'action est menée tambour battant de la première à la dernière page. Katsuhiro Otomo lâche les chevaux et donne tout ce qu'il a pour nous gratifier de scènes encore plus spectaculaires qu'à l'accoutumée. On peut dire qu'à ce niveau, le dernier tome tient toutes ses promesses.
Malgré l'envergure des scènes d'action, l'auteur ne perd pas de vue le facteur humain. Otomo évite tout manichéisme dans l'écriture de ses personnages. Même ceux dont la motivation est la plus discutable ont des raisons d'agir ainsi. Rien n'est gratuit.
Les relations croisées Kaneda/Tetsuo et Kaneda/Kei seront décisives et ces trois personnages prennent de l'épaisseur. Je n'oublierais pas non plus Lady Miyako et son baroud d'honneur mémorable, ni mon personnage préféré, le Colonel qui apparaissait d'abord comme un grand méchant avant qu'on le découvre mieux. Il finira par gagner le respect de Kei, de Kaneda... et du lecteur. Akira gagne également en profondeur. Akira est un être si puissant qu'il est au-delà de l'humanité, quasiment indifférent à ce qui l'entoure. Il est presque plus un concept – l'échelon supérieur de l'humanité – qu'un personnage. Mais l'auteur nous rappelle que, si puissant qu'il puisse être, Akira reste avant tout un petit garçon.
Akira est un manga dont le statut d'oeuvre culte n'a rien de surestimé à mes yeux. C'est un excellent divertissement, avec de l'action, des personnages attachants, et une petite dose de réflexion sur les dangers de la science – comme dans beaucoup d'oeuvres japonaise, le traumatisme de la bombe est encore très présent -, l'expérimentation humaine, la société japonaise, l'écologie... Des questions qui prennent parfois des tournures plus philosophiques que scientifiques.
Une oeuvre phare que je conseille à tout amateur de bande dessinée, et pas seulement de manga. Si vous êtes intimidé par ses 2200 pages, je vous conseille également Dômu, du même auteur. Vous y trouverez presque tous les ingrédients d'Akira, dans une ambiance policière plutôt que SF.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tachan
  23 juillet 2019
Comme je m'y attendais, Otomo nous livre dans cet ultime tome un final d'anthologie ! Son art de la mise en scène est à son comble, au point qu'on se croirait au cinéma et ça fait d'autant plus regretter que l'adaptation animée n'ait pas été plus fidèle.
Tetsuo a atteint le pic de ses pouvoirs. L'heure est donc venue de l'affronter. A grand renfort de pouvoirs psychiques (merci Kei et les triplés), d'armes à feu diverses (merci les Américains), d'engins mécaniques (merci les copains de Kaneda) et de laser (merci Kaneda), la bataille qui se livre est rude et sans pitié. Ça canarde de partout et on se demande bien comment la ville fait pour résister. Les métaphores autour de ces scènes d'affrontements sont lourdes de sens : sur la course à la puissance voulue à une époque par certains japonais incarnés ici par les scientifiques du projet Akira, mais aussi sur l'ingérence américaine et pour résoudre tout ça sur l'esprit de corps du peuple japonais face à l'adversité. Otomo ne se gêne pas pour critiquer ni pour encourager non plus. C'est émotionnellement fort et visuellement ça claque !
Visuellement justement, c'est du grand art avec un superbe rendu de ce monde post-apocalyptique extrême violent où tout ne tient qu'à un fil. Ça donne un ensemble extrêmement dynamique où l'on passe d'un personnage à l'autre, d'une scène à l'autre en moins de deux. Les courses poursuites et les combats semblent plus vrais que nature et en même temps transcendent l'espace dans un sorte de ballet aérien de toute beauté. Les héros en font de même avec leurs pouvoirs, Kei en tête qui m'a bluffée dans ce tome, car pas facile de se tailler une place face à deux garçons à l'ego masculins si disproportionné, je parle bien sûr de Kaneda et Tetsuo.

Maintenant l'action a beau être menée tambours battants dans cette conclusion, celle-ci n'en reste pas moins perfectible. Il reste encore pour moi trop de zones d'ombre autour d'Akira et de ses pouvoirs, pour lesquelles les brèves explications finales ne suffisent pas à combler ma curiosité. de même, je ne suis pas entièrement convaincue par l'issue politique choisie par l'auteur même si je vois le cheminement qu'il y a eu derrière. En tout cas un véritable espoir est présent et j'aime l'idée de cette fin ouverte.
En conclusion : Akira est définitivement une saga culte magistralement mise en page par Otomo tout au cours de ces 6 tomes. L'univers post-apocayptique créé est culte lui aussi. Les personnages ont un charisme fou et l'auteur a su donner leur place à des figures féminines fortes, chapeau pour l'époque ! Les thèmes développés sont forts et marquants tout en étant très japonais. Un titre à lire pour tout fan de manga et/ou de SF !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Koneko-Chan
  06 août 2017
J'ai terminé l'édition Noir et Blanc de Akira. J'ai bien aimé suivre la série, qui m'avait pas mal intriguée lorsque j'étais adolescente car je la voyais beaucoup en bibliothèque. La notoriété du manga attisait encore plus ma curiosité, donc raison de plus… Dans ces deux derniers tomes, on retrouve enfin Kaneda (il m'avait manqué celui-là, j'aime beaucoup son personnage et le charisme qu'il dégage), qui avait disparu lors de la précédente catastrophe ; mais pas le temps pour des retrouvailles affectueuses (que ce soit avec Kei ou avec le chef de gang rival), le pouvoir de Tetsuo grandit à chaque instant.
J'étais auparavant assez sceptique quant à la série, j'avais du mal à me faire aux dessins. Mais ça remonte à 12 ans, mes lectures se sont pas mal diversifiées depuis ; résultats, j'adore les graphismes. Ils peuvent paraître "simples" quand on voit les personnages (et encore), mais au niveau du détail et des décors... C'est très travaillé !
J'ai bien aimé cette suite, mais la fin m'a frustrée. L'auteur nous quitte sur des répliques et mises en scènes qui laissent place à l'interprétation… Et je dois dire que ce n'est pas le genre de fin que j'apprécie le plus, tout comme les fins ouvertes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yvan_T
  05 novembre 2020
Ce sixième et dernier tome de la version N&B de cette série post-apocalyptique culte de Katsuhiro Otomo lève le voile sur l'intrigue d'Akira avec grande maestria.
Les éléments et personnages parsemés au fil des tomes se regroupent de manière efficace. Au final, il n'y a plus vraiment de camps distincts qui s'affrontent, mais plutôt des forces et des pensées qui se regroupent, pour terminer cette saga post-apocalyptique sur une note d'optimisme.
Le trait dynamique de Katsuhiro Otomo contribue de nouveau à happer le lecteur dans une atmosphère post-apocalyptique vraiment impressionnante à l'aide d'architectures en ruines et de scènes de destruction franchement superbes.
Une oeuvre que tout amateur de manga, de récits de SF et de BD en général se doit de lire, mais également une oeuvre qui ne meurt jamais car il reste forcément une partie d'Akira dans chacun de ses lecteurs !
Incontournable !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Sceneario   05 août 2019
Il se dégage une telle folie, une telle rage, c'est tellement fluide et dynamique… On ne peut qu'être impressionné par ce qui reste encore l'une des meilleures séries toutes époques confondues.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDZoom   20 juin 2019
Cette nouvelle version, conforme aux attentes des jeunes lecteurs actuels n’ayant connu que des manga en noir et blanc, et dans le sens de lecture japonais, va peut-être offrir un regain de visibilité à ce chef-d’œuvre.
Lire la critique sur le site : BDZoom

Videos de Katsuhiro Otomo (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katsuhiro Otomo
Née en 1982 de la collaboration de François Schuiten et Benoît Peeters, la série Les Cités obscures est aujourd?hui une ?uvre culte, avec 1,2 million d?exemplaires vendus en français et des traductions en une quinzaine de langues. S?ils se nourrissent de références à notre monde, notamment sur le plan architectural, les albums des Cités obscures s?inscrivent dans un univers parallèle au nôtre, dont la singularité s?est affirmée davantage à chaque nouveau tome.
« Une peinture monumentale d?un monde labyrinthique et kafkaïen ! » Katsuhiro Otomo
http://bit.ly/LesCitesObscures
autres livres classés : apocalypseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
936 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre