AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809710120
Éditeur : Editions Philippe Picquier (06/06/2014)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Michiru a perdu l’usage de la vue dans un accident et vit recluse dans une grande maison, comme dans un œuf de ténèbres. Un jour, elle apprend qu’un meurtre vient d’être commis à la gare toute proche. Peu de temps après, la jeune fille sent une présence dans la maison et comprend qu’un intrus s’est introduit chez elle. Progressivement, dans l’obscurité et le silence, se noue une étrange relation entre celui qui se cache et celle qui ne voit pas.
C’était comme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
andman
  02 décembre 2014
Une dame de mon entourage, bien au fait de mon tropisme nippon, m'a offert récemment un titre au doux parfum de mystère : “Rendez-vous dans le noir”.
J'ai choisi ce livre marqué du sceau de l'amitié comme support à cette 100ème critique qui bien sûr lui est dédiée !
La littérature japonaise regorge de thrillers psychologiques dont la petite musique singulière imprègne durablement l'esprit. Ainsi l'intrigue imaginée par l'écrivain Otsuichi, la rencontre apparemment fortuite entre une jeune femme aveugle et un fugitif suspecté de meurtre, ne manque pas d'originalité.
Depuis le décès de son papa, Michiru vit en quasi autarcie dans la petite maison familiale qui jouxte la gare. Heurtée de plein fouet par la voiture d'un chauffard, la jeune femme a perdu progressivement la vue voici quelques années.
Invariablement levée de bonne heure, elle ouvre en grand, pour une dizaine de minutes, la fenêtre du salon en contrebas de laquelle passe en trombe l'express de 7 heures 25.
Tout près d'elle, recroquevillé dans une des encoignures de la pièce, un jeune homme aux aguets retient son souffle et la regarde se livrer à son petit rituel matinal.
Recherché par la police, Akihiro a réussi la veille à déjouer la vigilance de Michiru et s'est glissé à son insu dans la maison.
Tour à tour dans la peau de ces deux êtres en grande souffrance et isolés du reste du monde, le lecteur assiste à un étrange et intriguant huis clos de quelques jours. Lorsque la jeune femme se rend compte de la présence d'un intrus auprès d'elle et qu'elle continue à vivre comme si de rien n'était, “Rendez-vous dans le noir” devient passionnant.
L'empathie pour ces deux êtres qui s'apprivoisent sans se parler, gagne peu à peu le lecteur qui en arrive à oublier le tragique de la situation.
Le style d'Otsuichi est agréable et non dénué d'un certain raffinement. le dénouement de l'intrigue est aussi surprenant que bien ficelé, bref un roman qui a aucun moment ne déraille.
Ce petit polar est vraiment une belle découverte, le Père Noël serait bien inspiré d'en charger abondamment la hotte !

N. B. : Je profite de cette 100ème pour remercier vivement celles et ceux qui m'adressent semaine après semaine un petit signe amical. Votre gentillesse n'a d'égal que votre indulgence, elles me vont droit au coeur :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7918
diablotin0
  29 août 2016
C'est un livre écrit tout en douceur. L'histoire d'une rencontre entre deux êtres fragilisés. Elle, Michiru, jeune femme malvoyante, lui, Akihiro jeune homme qui vient se cacher chez elle à son insu suite à un meurtre.
Ils vont tous les deux tâtonner à leur manière pour avancer, évoluer dans leur vie. Leur rencontre se fera en douceur, en silence, avec délicatesse mais aussi avec beaucoup de respect et d'empathie.
C'est un très beau livre qui met en avant de vraies valeurs humaines et cela fait du bien. Merci Otsuichi !
Commenter  J’apprécie          432
missmolko1
  22 avril 2016
Rendez-vous dans le noir est un thriller que j'ai dévoré tant je l'ai adoré.
On fait la connaissance de Michiru, une jeune femme aveugle, qui vit seule depuis le décès de son père. Elle a ses habitudes chez elle et n'ose pas sortir seule car marcher avec sa canne blanche lui fait peur. Elle est donc plutôt isolée mais elle peut compter sur une de ses amies.
Quand un meurtre est commis en face de chez elle, sur le quai de la gare, elle n'est pas inquiète pourtant petit a petit, elle va ressentir une présence chez elle. Est-ce le meurtrier qui se cache chez elle ?
C'est un huis-clos particulièrement réussi. le rythme est plutôt lent pour un thriller, il y a peu d'action et pourtant l'auteur arrive a maintenir le suspense jusqu'au bout. Comme toujours je fais un affreux détective car j'ai soupçonné la mauvaise personne pendant une bonne partie du roman.
J'en ai profité pour voir son adaptation cinématographique dont le titre anglais est "Waiting in the dark" que j'ai bien aimé. Je dois dire que le livre est quand même meilleur, notamment en terme de suspense mais le film se laisse regarder.
Les acteurs jouent très bien, particulièrement, Rena Tanaka.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Eskalion
  12 juillet 2014
Si j'ai un faible pour des écrivains comme Keigo Higashino ( « La maison où je suis mort autrefois » ) ou Seichô Matsumoto un endroit discret » ), je dois bien avouer que mon horizon littéraire en extrême orient s'arrêtait là, du moins jusqu'à aujourd'hui.
J'imagine, qu' à une époque où les auteurs nordiques jouent les rouleaux compresseurs, où le thriller se déploie sans partage sur les étales des libraires, il est parfois difficile pour un lecteur qui n'a pas forcément la curiosité vagabonde et l'imagination aventureuse, d'y dénicher des sentiers peu usités, susceptibles de l'emmener vers de nouvelles expériences de lecture.
Une maison d'éditions s'efforce pourtant de l'y aider depuis plusieurs années en lui offrant dépaysement, originalité et découverte. Cette maison, c'est celle des éditions Picquier .
Je n'ai pas pour habitude de faire ainsi de la publicité pour un éditeur, mais le travail remarquable de celui ci est à souligner tant il n'a pas choisi la voie de la facilité. Loin des tendances et modes actuelles, les éditions Picquier s'attachent à publier des auteurs asiatiques et à promouvoir une littérature encore trop méconnue en France. Et c'est là tout son mérite, d'autant que leurs publications sont toujours de bonne qualité.
Le roman d' Otsuichi , « Rendez vous dans le noir » , n'échappe pas à la règle. Réédité en juin, ce roman est un huit clos original , tout en délicatesse et retenue.
Michiru est une jeune femme qui vit seule depuis la mort de son père. Aveugle à la suite d'un accident , sa vie se drape dans les ténèbres permanentes et la solitude qui lui tient lieu de compagnie.
Des amis Michiru n'en a quasiment plus. Seule Kazue se préoccupe encore d'elle et vient lui rendre visite pour l'emmener se promener ou pour faire quelques courses.
Kazue aimerait bien d' ailleurs que son amie sorte plus souvent de chez elle, qu'elle apprenne à s'aventurer seule dans la rue et dans son quartier pour continuer à vivre. Mais Michiru préfère la vie de recluse qui est devenue la sienne . Avoir le moins de contacts possibles avec le monde extérieur la met à l'abri, la libère de son handicap, faisant d'elle presque une passagère clandestine de l'existence.
Il en va donc ainsi de sa vie parfaitement maitrisée et cantonnée dans ces quelques mètres carrés que constitue sa maison.
Pourtant un jour Michiru perçoit subrepticement des changements dans son environnement confiné. Un subtil déplacement d'air, la perception à peine audible d'un léger grincement du tatami , et progressivement la certitude qui se fait jour d'une présence inconnue chez elle, qu'un intrus s'est introduit dans sa vie.
Cette présence représente t-elle un danger ? A t-'elle un lien avec le crime commis dans la gare voisine où un homme a été projeté sous les roues d'un train et dont recherche toujours l'assassin ?
Michiru décide de ne rien changer à ses habitudes, de ne pas provoquer son hôte.
Peu à peu va s'instaurer entre eux une étrange relation. Si habituellement le silence éloigne, s'il met à distance, ici il va rapprocher ces deux êtres, enveloppant dans la douceur de ce temps suspendu cette relation sensorielle si particulière.
Au delà d'un suspens à pas feutrés, c' est donc d'abord un huit clos qui réunit deux êtres solitaires, isolés des Hommes. L'un par une cécité accidentelle, qui allongé des heures durant sur le sol trouve dans la méditation et le renfermement sur soi, une absence au monde à la fois salvatrice et résignée ; et l'autre, qui vit à la marge, incapable de s'intégrer au groupe et donc rejeté par ses semblables , qui vit son monde comme une terre étrangère.
Deux êtres qui dans cet espace confiné, affranchis des carcans et de la rigidité de cette société japonaise que l'auteur égratigne au passage, vont retrouver dans la présence ou le regard de l'autre cette part d'humanité qui les rends vivants et les ramènera à la surface de la vie.
Ne cherchez pas dans le roman d' Otsuichi ce que vous avez l'habitude de trouver dans les romans anglo-saxons. Oubliez le bruit, oubliez l'action, oubliez la violence. « Rendez vous dans le noir » est comme la volute d'un thé traditionnel qui serpente et s'évade dans l'espace ambiant, en diffusant la chaleur et la douceur suave de son scénario.
A cela s'ajoute un suspens tout en subtilité, en retenue, dont le dénouement , imprévisible même au plus perspicace des lecteurs , ne manquera pas de vous surprendre.
Otsuichi démontre ainsi que les auteurs asiatiques n'ont rien à envier à leurs coreligionnaires occidentaux, donnant à son oeuvre une épaisseur d'âme qui fait ben souvent défaut dans les productions occidentales, qui privilégient trop souvent l'action et le spectaculaire, à la réflexion et aux rapports des personnages, en particulier dans le thriller.
Preuve en est donc que l'on peut écrire une histoire captivante, toute en finesse et sobriété, sans artifice, que le lecteur saura savourer et apprécier à sa juste valeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Moan
  16 janvier 2015
Tout d'abord , je voudrais remercier André qui , par sa critique m'a donné envie de découvrir ce livre. Et je ne l'ai pas regretté!
Tout d'abord, la première de couverture est noire et belle. Une femme dans le noir : c'est ce qui arrive à Michiru qui a perdu la vue dans un accident. Elle vit seule dans sa maison, depuis la mort de son père.
Akihiro travaille dans une imprimerie. Il ne partage pas l'humour de ses collègues, en particulier celui très spécial de Matsugana et se retrouve écarté de tous. de plus en plus seul, il en arrive à détester Matsugana.
Un jour Michiru apprend qu'un homme est mort dans la gare près de chez elle.
Imperceptiblement, elle sent une présence dans sa maison.
Peu à peu, deux êtres solitaires, en essayant de comprendre l'autre vont se rapprocher.
Livre tout en finesse, en délicatesse pour découvrir peu à peu deux exclus du monde. Une lecture que j'ai bien aimée.
Commenter  J’apprécie          170
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
CmeguroCmeguro   07 juin 2015
L'express allait passer. Qu'arriverait-il s'il le poussait sous les roues du train? Peu importait qu'il y ait ou non du monde sur le quai. S'il ne tuait pas Matsunaga il sombrerait dans la folie, il sentait l'urgence l'envahir. Tout en songeant a la notion de chatiment, Akihiro s'approcha du dos de l'homme. Combien de personnes celui-ci avait-il bien pu faire souffrir? Au loin, le signal du passage a niveau retentit. Traversant le ciel glacial, par-dessus les toits des maisons, le son parvenait a ses oreilles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ColibrilleColibrille   30 juin 2014
Sous les yeux d'Akihiro, un flocon de neige tomba dans la main de la jeune femme. Sa blancheur s'évanouti aussitôt, laissant place à une goutte d'eau translucide. Il était témoin d'un instant précieux. Il aurait voulu continuer à marcher ainsi à l'infini. La lente descente des flocons aériens vers le sol qui les absorbait lui rappelait que, malgré tout, le temps poursuivait son cours.
Commenter  J’apprécie          40
nounours36nounours36   03 juillet 2014
Le bourdonnement sourd du réfrigérateur lui parvint de la cuisine. La maison se décomposait doucement de l’intérieur, dans une pourriture sucrée. C’était l’enfer. Son univers contenu dans la maison tombait lentement, s’enfonçait dans les entrailles de la terre pour finir sa course en enfer.
Elle en était convaincue.
Commenter  J’apprécie          30
ColibrilleColibrille   30 juin 2014
Approchant lentement son visage du sien, il dit :
- J'ai des envies de meurtre.
Wakagi pâlit brusquement, avant d'ébaucher un faible sourire, relevant les commissures de ses lèvres. Il était de ces êtres faibles dépourvus de toute assurance loin de leur groupe. [...] Des envies de meurtre... Il se répéta les mots qui lui étaient venus tout à coup. C'était une idée folle, mais plutôt bonne.
Commenter  J’apprécie          20
ColibrilleColibrille   30 juin 2014
Couchée sur les tatamis du salon, roulée en boule dans les ténèbres, elle songeait parfois à rester ainsi, sans bouger, jusqu'à son dernier souffle. Immobile dans le noir, elle sentirait sur son corps la course des rayons du soleil pénétrant par la fenêtre, le passage du temps limité à la sucession ininterrompue des vagues de chaud et de froid.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Otsuichi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Otsuichi
Présentation du manga GOTH de Ôiwa Kendi et Otsuichi.
autres livres classés : cécitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
311 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre
. .