AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259304986
320 pages
Éditeur : Plon (25/02/2021)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 21 notes)
Résumé :
« Chaque jour, Jacques de Bascher déjeune aux Deux Magots ou chez Lipp, toujours à la même table. Il retrouve dans ce minuscule triangle germanopratin l'ensemble de la faune qu'il recroisera le soir venu. Ses journées suivent un rituel immuable. Lorsqu'il rentre chez lui après le déjeuner, il fait une sieste puis se rend chez Carita, où Monsieur Guy, coiffeur de feu Gérard Philipe, se charge de sa nuque. Quand il ne prend pas soin de son apparence, il va au cinéma, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
carre
  07 juin 2017
Jacques de Bascher était le compagnon de Karl Lagerfeld, il fut aussi l'amant d'Yves Saint Laurent, ce qui lui vaudra une haine éternelle de Pierre Bergé. Marie Ottavi à travers le destin incroyable de ce dandy (on dirait people maintenant) dresse une passionnante radioscopie des années 70/80. de Bascher ne fit rien de sa vie, professionnellement parlant, cet homme intelligent mais aussi pervers et manipulateur qui sans cesse prenait plaisir à repousser les limites de la perversion et de l'addiction, ne laissait pas indifférent, tout autant haï qu'apprécié. Grâce aux nombreux témoignages collectés sur une époque (notamment auprès de Karl Lagerfeld et de la famille de Jacques de Bascher), on découvre une époque ou luxe et luxure étaient le coeur de nombreuses soirées parisiennes. Ou tout les interdits étaient bravés pour le grand plaisir de de Bascher et de ses amis. L'argent coule à flot de façon là aussi obscène. Mais la fête ne dure qu'un temps et s'arrêtera de façon brutale et terrifiante avec l'arrivée du Sida.
Un destin aussi incroyable que sulfureux pour une biographie de qualité, marque de fabrique des Editions Séguier que je remercie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
nadiouchka
  23 février 2021
Rentrée littéraire 2021 en Livre de Poche.
Ce nouveau livre sur Jacques de Bascher porte le sous-titre suivant : « Dandy de l'ombre. »
« Dandy de l'ombre » ou « dandy vénéneux » sont des surnoms donnés à « Jacques de Bascher » pour qui Marie Ottavi (jounaliste à Libération), a écrit cette biographie.
Avec cet ouvrage, c'est une plongée dans ces années folles où Jacques de Bascher fut l'une des figures les plus singulières.
Ce livre est divisé en de nombreux chapitres et se termine par une bibliographie très utile.
De nombreuses illustrations figurent dans le texte, ce qui agrémente la lecture.
Que sait-on exactement de Jacques de Bascher ? Il a été dit, entre autres, que c'était « la permissivité extrême. »
Avec son allure d'aristocrate, son goût très sur et sa beauté « viscontienne », il a été la muse de Karl Lagerfeld et « l'amant terrible » de Yves Saint Laurent. Jacques de Bascher avait ajouté à son nom, Beaumarchais, en faisant référence à l'un des chefs vendéens de sa famille paternelle et à l'écrivain au patronyme prestigieux. Sinon, Jacques n'avait pas de titre de noblesse. Il est né au Vietnam (en 1951) - décédé (en 1989), à l'hôpital de Garches et faisait partie de la jet set.
Dans cet ouvrage, Marie Ottavi, relate son enquête auprès de ceux qui l'ont côtoyé et ils furent nombreux et prestigieux, aussi bien artistes que ceux appartenant à la haute société (par exemple, la Baronne Marie-Hélène de Rotshchild (une grande cliente fidèle).
Karl Lagerfeld admirait « sa désinvolture et son absence totale, presque cynique, de toute ambition carriériste. » Quant à Jacques de Bascher, il estimait que son travail était d'inspirer Karl.
Dans cette nouvelle édition en Livre de Poche (parution le 25 février 2021), on voit que « Jacques haïssait la bande de Warhol ».
Pour Karl Lagerfeld, Jacques de Bascher a été son seul et unique grand amour. le grand couturier, qui était de nature solitaire et indépendante, ne s'est laissé séduire qu'une fois dans sa vie. Leur idylle a duré dix-huit ans et après le décès de son amant, on ne lui a connu aucune autre relation. : fidélité incontestable à son art comme en amour.
De Jacques de Bascher au destin sulfureux, de sa courte vie, il reste des ouvrages dont celui-ci que j'ai reçu des Editions L'Abeille PLON, par l'intermédiaire de « Lire et Sortir. "
Merci de m'avoir fait connaître cet homme bien que ce ne soit pas tellement un de mes thèmes préférés. Mais je l'avais choisi et vous en remercie car ce petit livre est très dense par ses renseignements sur un monde pas vraiment à la portée de tout le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Aela
  11 juin 2017
Je remercie Babelio de m'avoir fait découvrir ce livre par l'intermédiaire de l'opération Masse Critique. Dans ce livre, la journaliste Marie Ottavi, qui travaille pour Libération, enquête sur Jacques de Bascher, amour de Karl Lagerfeld et passion d'Yves Saint Laurent, et dresse un tableau des années 1970 et 1980. le personnage de Jacques de Bascher n'est pas vraiment connu du grand public, en fait c'est surtout par son entourage que cette personnalité mérite le détour. Lagerfeld, Saint Laurent, il n'a laissé personne indifférent. Et pourtant il est resté toute sa vie un dilettante. Dandy de l'ombre tel est le titre du livre, ce qui correspond bien au personnage de Jacques de Bascher. Esthète, cultivé, il avait du mal à s'engager dans la vie professionnelle. Au départ rien ne le prédestinait à devenir la coqueluche des soirées mondaines parisiennes et de la Jet Set Il venait d'un milieu aristocratique breton, son père avait fait carrière dans le pétrole. Une enfance sans histoire entre un appartement bourgeois face au bois de Boulogne et le château de la Berrière près de Nantes. Jacques de Bascher est un adolescent maniéré et arrogant. Il entre, en 1971, dans la marine. Sa carrière de marin durera sept mois. Il multiplie les frasques et a du mal à trouver sa voie.
Sa vie va basculer lorsqu'il rencontre en 1973, à l'âge de 22 ans, le grand couturier Karl Lagerfeld. C'est l'époque des grandes soirées au 7, ensuite au Palace. Toute une frange de la société dorée sort tard, boit, donne parfois dans la drogue, l'époque paraît bien insouciante avec nos yeux de 2017... Quoiqu'il en soit voilà notre "héros" parachuté dans un milieu créatif et peu conventionnel. Son ami Lagerfeld reconnaît que tout les oppose: autant notre "kaiser" de la mode est un modèle de rigueur, de self-control, autant Jacques aura du mal à se discipliner et tombera vite dans toutes sortes d'excès, ce qui le mènera à une mort prématurée (du sida) en 1989, à l'âge de 38 ans. Un personnage étonnant que ce Jacques, qui, bien que peu doué pour gagner de l'argent, ne dédaigne pas vivre dans le luxe.
Le portrait fait par Marie Ottavi de Lagerfeld et de Saint Laurent est passionnant de même que l'évocation des relations compliquées pour le moins entre Pierre Bergé/ Saint Laurent et Lagerfeld/ Bascher.
Nous revivons avec ce livre toute la créativité (et la folie!) des années 70 et, dans une moindre mesure, des années 80, avec au détour des pages, des personnages hauts en couleurs comme Andy Warhol, le couturier Kenzo, Grace Jones....Nostalgie, nostalgie.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lesaloes
  25 septembre 2017
Fleur du mal ou dérisoire étoffe de héros ?
Dans le film Saint Laurent du réalisateur Bertrand BONELLO, il irradiait l'écran en vénéneuse fleur du mal, Jacques de BASCHER incarné avec maestria par un Louis Garrel canaille et pervers, Lucifer porteur de blanches ténèbres, ange déchu entraînant dans sa chute Yves Saint-Laurent travaillé par ses démons intérieurs et coupé des réalités du monde, fasciné et amoureux « Je suis esclave de l'Époux infernal, celui qui a perdu les vierges folles » qui ira à son exemple « par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens, toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie, il épuisera en lui tous les poisons » jusqu'à s'avilir dans toutes les humiliations et se perdre lui-même pour sauver son art dans un sublime et quasi religieux don de soi sacrificiel.
Sans nier la réalité de la relation passionnelle et destructrice d'YSL, le portrait dressé par Marie Ottavi paraît plus prosaïque et moins mythique que la représentation de sa fiction. Jacques de Bascher, enfant du baby-boom et des années folles libertaires post soixante-huitardes, ne brille que grâce à la lumière portée des deux grands géants/génies de la mode, YSL, et surtout Karl Lagerfeld, figure tutélaire, qui lui offre appartement de 390 m2, confort financier pour assouvir sa dépendance à la cocaïne, ses perversités, fêtes et folles débauches, à domicile ou dans les plus célèbres boites homos à la mode. Gigolo entretenu, à l'image des courtisanes, parité oblige, coquettes et semi-mondaines de l'entre-deux guerres du XXe siècle, Odette du Swann de Proust.
Gloire usurpée de dandy dilettante et oisif, " sa statue de plâtre fait pâle figure à côté des bustes en marbre de ses amis ", velléitaire du travail qui n'aura ni réalisé, ni créé ou écrit, «  il ne produit rien en dehors de lui-même ; il est dans le paraître qu'il peaufine jour après jour » il restera comme le vestige et le témoin privilégié d'une époque hédoniste - ni tabous ni politiquement correct - d'intelligentsia, d'avant-gardes et d'artistes gay, de frénésies de plaisirs et d'émulations créatrices. Il finira par se perdre entre lignes de coke et sexe, comme d'autres « se noyer dans la queue de comète des eighties » et s'éteindra en 1989 à 38 ans, terrassé par une nouvelle maladie mortelle, le Sida.
La biographie - doublée de l'étude ethnographique des années 1970-80 - d'un « dandy de l'ombre », figure emblématique décadente de l'âge d'or d'un siècle finissant, qui n'aura vécu que pour brûler sa vie et la construire égoïstement comme une oeuvre d'art : dérisoire étoffe de héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pleasantf
  11 juin 2017
Les deux films consacrés à Yves Saint Laurent en 2014 avaient mis sous la lumière des projecteurs le monde de la mode et un certain style de vie. Trois ans plus tard, cette bio s'attache à sortir de l'ombre l'un des personnages secondaires de cet univers : Jacques de Bascher. Certes cela fait un peu penser à un article de Gala, Elle ou Paris Match en plus long : c'est très paillettes et beautiful people. Mais le livre est intéressant car il offre le portrait d'un homme qui est à la fois le reflet d'une certaine époque (la libération des moeurs des années 70, les années Sida) mais aussi un personnage hors du temps, indifférent aux mutations du monde qui l'entoure . Jacques de Bascher apparaît comme un hédoniste, un être narcissique, essentiellement préoccupé de beauté et pas du tout de moralité, soucieux à l'excès de son image. Aucune ambition professionnelle ne l'anime et sa mentalité aristocratique voit dans le travail quelque chose de déshonorant.
L'idée du livre est un paradoxe. Car Jacques de Bascher n'a quasiment laissé aucune réalisation derrière lui, si ce n'est un court-métrage financé par la maison Fendi. Il n'est donc pas chose aisée d'écrire sur quelqu'un qui n'a pas fait grand-chose dans sa vie si ce n'est s'y amuser. Le livre repose donc essentiellement sur les nombreux témoignages de ceux qui ont connu Jacques de Bascher et il faut saluer ce travail de recherche. De ce fait, il reflète ce que ces témoins ont vu et ils n'ont forcément pas tout vu ou ne savent forcément pas tout. Et la part du livre consacré directement à Jacques de Bascher ne représente finalement qu'une bonne moitié du total. Pour le reste c'est également en partie une biographie de Karl Lagerfeld, son compagnon, et le portrait d'une époque (essentiellement les années 70), l'histoire de la mode et de quelques-uns de ses protagonistes pendant ces années, une plongée dans le monde de la nuit, de ses excès et de ses clubs mythiques comme le Palace ou le 7.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Telerama   14 juin 2017
Un portrait ultra documenté du vénéneux amant de Karl Lagerfeld, dont le Paris mondain et décadent des années 1970 avait fait son prince.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   23 février 2021
Quelle gloire nocturne que d’être grand, sans être rien !
Fernando Pesoa, Je ne suis personne.

Epigraphe
Commenter  J’apprécie          60
SeguierSeguier   24 mai 2017
« Chaque jour, Jacques de Bascher déjeune aux Deux Magots ou chez Lipp, toujours à la même table. Il retrouve dans ce minuscule triangle germanopratin l’ensemble de la faune qu’il recroisera le soir venu. Ses journées suivent un rituel immuable. Lorsqu’il rentre chez lui après le déjeuner, il fait une sieste puis se rend chez Carita, où Monsieur Guy, coiffeur de feu Gérard Philipe, se charge de sa nuque. Quand il ne prend pas soin de son apparence, il va au cinéma, fait du shopping, prend le thé chez une comtesse ou reçoit un amant. Vers dix-sept heures, il repart vers l’Odéon et s’installe au Dauphin, rue de Buci. Il y joue au flipper et y achète les substances nécessaires à la prochaine nuit. Puis il se rend chez Karl Lagerfeld avant de rentrer se préparer pour sa soirée et de filer vers le Flore, l’antichambre de la nuit, à quatre minutes de chez lui. »

L’allure d’aristocrate, le goût très sûr et la beauté viscontienne de Jacques de Bascher feront de lui la muse de Karl Lagerfeld et l’amant terrible d’Yves Saint Laurent. Ce livre, fruit d’une enquête auprès de ceux qui l’ont côtoyé, admiré ou mal aimé, est une plongée dans les années 1970 et 1980, ces années folles qui consumèrent Paris et ses troupes, et dont il fut l’une des figures les p
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
carrecarre   29 mai 2017
"Tout ce qui se dit la nuit, ne voit jamais le jour."
Commenter  J’apprécie          261
carrecarre   28 mai 2017
La vie est une fête. C'est le seul sens que Jacques entend donner à 'existence. La drogue devient très vite indispensable à la succession des soirées.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : yves saint laurentVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre