AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782277115687
308 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 49 notes)
Résumé :
«Regardez un peu ce qu'ils m'ont fait.
»Sans blague. Ils m'ont bourré d'un tas de petits machins et je n'arrive pas à m'y habituer. Je suis passé quinze fois, non, seize, sur le billard et je commence à en avoir jusque-là. Coupe. Taille. Recoupe. Ajoute et retranche. Rapièce. Raccommode...
»Notez bien: ma peau est en plastique premier choix. Un article d'excellente qualité, agréable au toucher, à la fois souple et résistant, et tout ça. J'ai deux carie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  18 juillet 2012
Avant toute chose, critiquons sauvagement la couverture, d'une mocheté kitch sans nom (d'un autre côté le livre date de 1972 en vo et 73 en VF) sans rapport avec l'histoire d'ailleurs. Vous remarquerez également que l'édition de 1999 a recadré l'image pour supprimer le pubis poilu de la dame, visible sur l'édition de 1973.
L'histoire : Bing Walter, extra-terrestre "déguisé" en humain est chargé par sa hiérarchie, d'infiltrer le Times, pour produire un article visant à préparer la visite sur terre de son peuple.
Ce texte, qui se veut certainement très drôle, m'a décroché 3 ou 4 sourires, mais guère plus. A tout prendre préférez, pour la sf humoristique, [[ASIN:2207261883 H2G2 : L'intégrale de la trilogie en cinq volumes]] ou [[ASIN:2070415627 Martiens go home]].
L'utilisation d'un vocabulaire familier voire vulgaire, fait sourire au début avant de devenir franchement agaçant.
Nous sommes dans les années 1970, dans un environnement fortement désuet, rétro, archaïque (faites votre choix) qui ressort à chaque page du roman. Avec la technologie de l'époque (ordinateur remplissant une pièce, enregistreur à bandes) les moeurs et la situation politique de l'époque, ouvertement anti-communiste aux USA. Nous dirons qu'il y a un certain intérêt historique à revisiter cette époque, mais pour la sf ??
Restent quelques bon mots, une critique gentillette du milieu journalistique (que l'auteur connaît bien pour être rédacteur en chef du "Sport illustrated", son vrai métier).
Bref un petit bouquin de 300 pages (dont certaines écrites gros pour les discussions entre Bing et l'ordinateur) qui se lit en une journée (ou une soirée) qui ne laissera pas un souvenir impérissable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Rusen
  28 décembre 2015
Seul et unique roman de Bob Ottum, Pardon, vous n'avez pas vu ma planète ? (All Right, Everybody Off the Planet en VO) met en scène Bing Walter, un extraterrestre travesti en humain, le corps de synthèse rempli d'accessoires, chargé par ses pairs d'étudier la planète Terre et ses habitants.
Pour ce faire, Bing doit se poser sur le toit du Time Magasine, dans un vaisseau ayant la forme d'un climatiseur, et s'y faire embaucher comme journaliste...
Roman de Science-Fiction drôle et décalé, Pardon, vous n'avez pas vu ma planète ? nous propose de redécouvrir notre monde via les yeux d'un véritable candide venu d'ailleurs. le résultats est franchement amusant et l'auteur tire à vue sur un peu tout et n'importe quoi, les journalistes et la presse en prenant pour leur matricule, Bob Ottum connaissant bien le milieu puisqu'il était, à l'époque, rédacteur en chef de Sport illustrated.
En bref, ne vous fiez pas à l'horrible couverture sans rapport aucun avec le contenu, Pardon, vous n'avez pas vu ma planète ? est une petite perle peuplée de personnages calamiteux se retrouvant dans des situations invraisemblables et bien souvent hilarantes, et vaut franchement le coup d'oeil !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
lecassin
  30 mars 2012
Bing Walter est en route pour la Terre. Sa mission est simplissime, en apparence : faire paraître un article dans le « Times » annonçant l'arrivée prochaine d'extraterrestres en visite de courtoisie sur la Terre.
Qui est Bing Walter ?
Un ersatz d'humain truffé de capteurs et d'électronique. Il pose donc son vaisseau spatial sur le toit du « Times » et se fait passer pour un journaliste. Pendant ce temps, sa planète d'origine commence à inonder la Terre de messages un premier temps interprétés par les terriens comme émanant de pulsars…
Une histoire complètement loufoque et hilarante.
Imaginez le problème quand le héros, ayant séduit la belle journaliste, « se trouva fort dépourvu », équipé qu'il est d'une sonde de température en guise de sexe… Une histoire loufoque doublée d'une satyre à peine voilée de la société américaine des années 70. Un petit bouquin obligatoire.
Commenter  J’apprécie          90
frandj
  21 septembre 2016
C'est un roman de SF (déjà ancien) qui sort de l'ordinaire. L'action ne se passe pas loin dans l'espace, mais sur notre bonne vieille Terre, à la fin du XXème siècle. Bing Walter - c'est le pseudonyme qui lui a été attribué - est un extra-terrestre venu en visite chez nous, incognito. Comme son apparence réelle aurait de quoi surprendre (ou effrayer ?) les Terriens, il séjourne dans un corps d'apparence humaine qui, en réalité, est bourré d'électronique: c'est, en somme, un robot qui contient sa conscience d'extra-terrestre. Son rôle ici est très précis: il doit préparer la future venue de ses congénères sur notre planète. Dans ce but, Bing Walter doit sensibiliser l'opinion publique américaine à l'envoi de messages codés envoyés dans l'espace, depuis sa planète d'origine.
Le scénario est assez intéressant, mais l'intérêt est surtout ailleurs: le regard porté sur la société humaine par un "alien" met en évidence nos bizarreries et nos sottises. Le milieu des journalistes est particulièrement visé. Dans ce livre, il y a beaucoup d'ironie, de gags plus ou moins hilarants, de comique de situation. On rit - très rarement aux éclats - et on passe un bon moment, sans garder par la suite des souvenirs marquants de ce sympathique roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jaiuneheurealire
  22 décembre 2016
Je termine "Pardon, vous n'avez pas vu ma planète?"
L'histoire d'un extra-terrestre envoyé en éclaireur sur le Terre pour préparer l'arrivée imminente de ses copains. Une drôle d'histoire en vérité où le héros, bien malgré lui, est confronté aux petites vicissitudes du New-York des années 1970 (sexe, drogue et rock'n roll).
Une satire aussi de la presse d'alors (... et d'aujourd'hui), des complexifications scientifiques de savants débonnaires, d'un ordinateur simplet rendu autonome...
Tout ça écrit d'une manière humoristique et décalée qui rend la lecture jubilatoire.
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
fnitterfnitter   17 juillet 2012
La déclaration des chercheurs de l'Institut de Technologie de Californie a provoqué quelques réactions dans les milieux non scientifiques. Un porte-parole de la NASA à Houston a déclaré que « quelque soit l'âge des signaux, jeunes ou vieux, ils sont du ressort de la NASA, puisqu'ils relèvent du domaine spatial. Et que l'espace, c'est nos oignons ». A Los Angeles, le Révérend Billy Max Finster, responsable californien de la Société Américaine pour la Liberté et l'Elimination du Communisme Oppresseur et Notoire (S.A.L.E.C.O.N) a fait remarquer avec insistance que les signaux pourraient participer d'un complot communiste. « Méfions-nous a-t-il déclaré, des Rouges de l'espace autant que de ceux de Moscou. Comment savoir si ces signaux ne sont pas encore pires que nous pouvons l'imaginer ? Ne pourrait-il pas s'agir d'une tentative des marxistes pour introduire l'éducation sexuelle dans nos écoles ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fnitterfnitter   17 juillet 2012
Et puis tous les ans, on va au congrès de Chicago, et on fait notre conférence, le matin, à l'heure où les autres sont encore au pieu, ou en train de dégueuler le banquet de la veille, ou de jouer au golf. Bon Dieu, tout le monde sait qu'il n'y a jamais personne aux réunions du matin, dans les congrès. Ces enfoirés de Russes pourraient s'emparer du pays entier, s'ils se débrouillaient pour débarquer le matin, avant que l'Amérique ait fini de dégueuler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
fnitterfnitter   17 juillet 2012
Ecoutez, Bing. Je vous avais prévenu de na pas vous enticher de ces Terriens. Pas d'animaux familiers, pour l'amour du Ciel ! Vous savez comment ils sont. Traîtres. Faux. Méchants. Destructeurs. Sournois...
… Erotiques.
Felicity ! Auriez-vous la bonté de ne pas m'interrompre lorsque je parle à Bing ?
Commenter  J’apprécie          210
lecassinlecassin   30 mars 2012
Les toilettes pour hommes les plus agréables de New York sont sans conteste celles du quarante-huitième étage de l'immeuble de Time-Life. C'est un endroit reposant et stérilisé, où d'importants personnages, vêtus de couteux costumes de flanelle grise, viennent soulager leur vessie torturée par les vins, les cognacs et les cafés devant lesquels ils ont conclu des marchés décisifs pour l'avenir du groupe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3141 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre