AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020201094
439 pages
Éditeur : Seuil (01/01/1998)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 34 notes)
Résumé :

Que se passe-t-il quand un livre a rendez-vous avec son lecteur? Comment " lire " a-t-il une répercussion sur nos états d'âme ? sur notre santé ?

Comment le bibliothérapeute, par le livre, son interprétation et le dialogue qu'il provoque, dénoue-t-il les nœuds du langage puis les nœuds de l'âme, obstacles puissants à la vie et à la force créatrice?

Travail de libération et d'ouverture, la bibliothérapie consiste à rouvrir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
andras
  14 mars 2020
Ce livre risque de dérouter plus d'un lecteur qui aura été attiré par son titre "Bibliothérapie" ou même son sous-titre "Lire, c'est guérir". On est très loin en effet du livre de Régine Détambel "Les livres prennent soin de nous: Pour une bibliothérapie créative" qui vantait les bénéfices de la lecture en multipliant les citations d'écrivains célèbres en soutien de cette "thèse" que personne d'ailleurs ne songe à contester.

Le livre de Marc-Alain Ouaknin se range d'emblée du côté de la philosophie et plus particulièrement d'une branche de celle-ci qui s'appelle l'herméneutique, c'est-à-dire la science de l'interprétation des textes. Même si l'auteur se montre particulièrement bon pédagogue en cherchant à définir les termes obscurs pour le profane (souvent en hébreu, en grec ou en latin) auxquels il a recours pour nous initier à cette science, cela reste difficile de comprendre son projet. Ou du moins faut-il s'accrocher et accepter d'être dérouté par des pratiques de lecture qui sont éloignées de nos habitudes de lecteurs occidentaux.

En effet M-A Ouaknin s'appuie beaucoup sur les pratiques d'enseignement des écoles rabbiniques ou talmudiques où l'on apprend à "jouer –avec beaucoup de plaisir d'ailleurs – avec les mots, avec les chiffres et les lettres, les voyelles et les consonnes, les consonnes sans voyelles, les homophonies, les homographies, la forme graphique des lettres, etc.", où, nous dit-il "le talmudique" est souvent proche du "tam-ludique". On apprend ainsi à vocaliser de différentes façons un mot (qui s'écrit en hébreu avec seulement ses consonnes) ce qui est source de riches polysémies. Si cela ne suffit pas pour ouvrir un texte à de nouveaux sens, on peut aussi avoir recours aux méthodes kabbalistes qui passent par un équivalent numérique des lettres de l'alphabet hébraïque. Il est fort à craindre que certains esprits cartésiens "décrochent" au sujet de ce qui peut apparaitre comme une sorte de jeu de hasard.

Il y a pourtant là, à mon avis, une conception très féconde de la lecture, qui ouvre le texte à de multiples interprétations et surtout à une participation active du lecteur au sens et à la valeur d'un texte. Ouaknin en appelle d'ailleurs à la confrontation de différentes lectures comme cela est systématisé dans les pratiques talmudiques. Il fait aussi référence à la psychanalyse où l'écoute, même flottante, de l'analyste, son attention aux double sens des mots notamment, peut, avec un peu de chance, conduire l'analysant à des lectures différentes du récit de sa vie.

Les chemins sur lesquels nous emmène l'auteur sont variés et ouvrent sur de vastes paysages philosophiques que je ne saurais résumer dans ces quelques lignes. S'appuyant sur un corpus de textes d'origine très diverses (depuis les exégèses du texte biblique comme le Talmud ou le Midrash jusqu'aux philosophes contemporains comme Ricoeur, Heidegger, Derrida, Levinas, en passant par de grands textes littéraires comme les Contes des Mille et une nuits, le Don Quichotte ou les romans et nouvelles de Kafka) ce livre est un plaidoyer pour une lecture toujours ouverte et renouvelée des textes qui est une condition pour que l'Homme reste lui aussi en devenir. Au delà de l'interprétation des textes, c'est bien d'une philosophie de l'Homme dont il est ici question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Apoapo
  05 février 2016
Il s'agit là d'un essai de philosophie cossu sur tous les effets qu'a la lecture sur l'acte de "prendre soin de son âme" (thérapeia). La "lecture" doit être mise entre guillemets plus encore que la thérapie, car il est question surtout d'interprétation de l'écrit, en particulier d'herméneutique, de rupture des sens attendus (par l'habitude ou une lecture superficielle) et reconstruction par d'autres moyens (y compris kabbalistiques, par assonances, etc.) de nouveaux sens.
La double "casquette" de l'auteur, rabbin et philosophe, donne le la à la démarche: hélas, j'ai eu d'énormes difficultés à suivre les références talmudiques et en général la philologie hébraïque, de même que le côté philosophique, qui puise abondamment à Heidegger, à Ricoeur, à Lévinas et parfois à la psychanalyse notamment lacanienne... (Quelques lumières d'un ami spécialiste en ontologie n'ont pas été superflues...)
Des moments d'intense jouissance intellectuelle, surtout dans la partie "Langage, récit et identité" qui touche à des thèmes qui me sont plus proches, se sont alternés à des déserts d'ennui, en particulier sur la valeur numérique des mots et racines d'hébreu... de longues citations littéraires de textes très variés de Bachelard à Kafka à Rabbi Nahman de Braslav, etc etc, ont égayé les concepts tout en les faisant s'égailler... (phrase qui aurait bien trouvé sa place dans l'essai, je suppose!)
Je sors le dos rompu de cette lecture, interrompue et reprise sans cesse tout au long d'une période de presque six mois, mais globalement convaincu par l'idée de fond: que les noeuds de l'âme sont d'abord des noeuds du langage; qu'il faut donc éclater le sens avant de le reconstruire - seule la lecture peut le permettre - , et que l'identité (mais ceci vient de Ricoeur) s'en trouve ainsi "libérée". Avoir eu un petit aperçu des "méthodes" pluriséculaires des kabbalistes révèle sans doute aux profanes l'étendue de leur incapacité à les saisir, d'où évidemment tant de fascination et d'angoisse chez les ignares...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Rayon-de-Lune
  23 novembre 2014
Un trésor de pépites qui mettent en évidence les bienfaits de la lecture
Commenter  J’apprécie          90
guciazaba
  30 novembre 2016
Ce livre magnifique pourrait être le livre de chevet de tout lecteur, le petit "livre rouge" de tous les membres de Babelio. le sous-titre du livre en donne la piste principale:
"lire, c'est guérir".
Commenter  J’apprécie          20
hokmah
  17 janvier 2011
Un auteur d'une culture immense.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MarieElmoMarieElmo   27 juin 2017
Il y a de bons livres, des livres quelconques et de mauvais livres. Parmi les bons, il y en a d'honnêtes, d'inspirants, d'émouvants, de prophétiques, d'édifiants. Mais dans mon langage il y en a d'une autre catégorie, celle des LIVRES-HA!
Les LIVRES-HA! sont ceux qui déterminent, dans la conscience du lecteur, un changement profond. Ils dilatent sa sensibilité d'une manière telle qu'il se met à regarder les objets les plus familiers comme s'il les observait pour la première fois.
Les LIVRES-HA! galvanisent. Ils atteignent le centre nerveux de l'être, et le lecteur en reçoit un choc presque physique. Un frisson d'excitation le parcourt de la tête aux pieds.

[Épigraphe de l'introduction, citation de Vernon Proxton tirée de "Anna et Mister God", éditions du Seuil, 1976.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Marc-Alain Ouaknin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc-Alain Ouaknin
La Genèse de la Genèse : illustrée par l'abstraction Marc-Alain Ouaknin, Marc-Alain Ouaknin, Marc-Alain Ouaknin, Valère Novarina Éditions D. de Selliers Octobre 2019
Les éditions Diane de Selliers offrent depuis plus de vingt-cinq ans une lecture illustrée, éclairante, vivifiante, des textes fondateurs de l'humanité. La Bible était un rêve de toujours, qui a pris forme grâce à une éblouissante rencontre : celle de Marc-Alain Ouaknin, philosophe et rabbin, pour qui « traduire c'est révéler l'infini et la transcendance dont chaque langue est porteuse », et des peintres de l'abstraction, pour qui « l'art ne reproduit pas le visible, il rend visible » (Klee). Texte millénaire, la Genèse — et plus particulièrement ses onze premiers chapitres — fait partie de l'imaginaire collectif. de la création du monde à la tour de Babel en passant par l'Éden d'Adam et Ève, le déluge ou encore l'arche de Noé, ce livre dévoile un récit spirituel, pictural et universel. La modernité de la traduction de Marc-Alain Ouaknin face aux couleurs et aux formes de l'abstraction invite à une lecture intérieure, révélant à nos cours l'invisible du monde et l'inapparent de la condition humaine.
https://www.laprocure.com/genese-genese-illustree-abstraction/9782364371026.html
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Troubles psychiatriquesVoir plus
>Maladies>Maladies du système nerveux. Troubles psychiques>Troubles psychiatriques (235)
autres livres classés : BibliothérapieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
487 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre