AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782368461242
208 pages
Steinkis Editions (25/10/2017)
4.22/5   32 notes
Résumé :
1963. Une agence d État est créée pour soutenir la relance de l'économie française. En vingt ans d'existence, le Bumidom aura organisé l'émigration de 160 000 personnes originaires de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de La Réunion.
Péyi an nou est à la fois une enquête pour comprendre la politique et le fonctionnement du Bumidom, ses répercussions, son héritage... et un hommage à ces Français contraints à l'exil dans un pays qu'ils pensaient ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Erik_
  05 septembre 2020
C'est la première fois que je lis une longue bd sur ce sujet à savoir la politique française de migration des DOM-TOM. Je n'avais jamais entendu parlé du Bumidom à savoir une agence d'état crée en 1963 qui a organisé l'émigration de 160000 personnes originaires de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de la Guyane.
Cette bd nous conte la recherche menée par la scénariste Jessica Oublié originaire de la Martinique ainsi que la dessinatrice Marie-Ange Rousseau sur le Bumidom et ses répercussions politiques, économiques et démographiques. On se rend compte que d'une idée avec des intentions louables, on peut aboutir à une situation paradoxalement difficile. C'est intelligemment mené pour nous expliquer dans les moindres détails les côtés positifs et négatifs ainsi qu'une variation de témoignages pour bien saisir toutes les nuances.
On retiendra que le Bumidom est une espèce de politique colonialiste et presque esclavagiste en exploitant ces habitants déjà très pauvres et profitant de la misère locale. Il est clair que la France ne s'en vante pas et que c'est vite oublié dans L Histoire. Sauf qu'il y a désormais cette bd pour se documenter sur le sujet. Une lecture pédagogique à la portée de tous. Je regrette juste un peu sa longueur. Pour le reste, c'est bien dessiné et bien documenté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bdziles97
  18 mai 2018
(IK971) Un ouvrage fouillé, nécessaire, qui fait le tour de la question du Bumidom et de fait qui questionne le passé de toute une frange de la population française (population concernée, famille de l'auteure, sociologues, historiens, chercheurs). Une 50aine de page en trop peut-être aurait rendu cet album incontournable pour tous les publics. A réserver au public lycéen.
(SC971) un ouvrage bien documenté qui se veut exhaustif sur la question du Bumidom et des migrations antillaises du début du 20ème siècle. Peut être un peu trop et cela risque de décourager certains de nos lecteurs. En tout cas un ouvrage intéressant sur un sujet rarement évoqué. Je pense que cet album devrait figurer dans la sélection Lycée
(BMA971) Oui pour le prix lycée.
Recommandations pour le collège
Commenter  J’apprécie          30
JustReadDarling
  10 novembre 2021
Roman graphique ultra documenté qui m'a énormément appris sur l'histoire, la politique, la répression, la colonisation...dans les départements et territoires d'outre-mers. Ces "morceaux" français ou l'on déportait des enfants voir des bébés pour repeupler des départements de France désertiques. Ces femmes qui ont été avortées et stérilisées de force alors qu'en France on prônait la procréation...et tant d'autres modes de répression...racisme, représentation dégradante du peuple...
Je ne connaissait en rien ces histoires et je tombe des nues. Ma naïveté sur le monde m'agace parfois, il me reste tant à apprendre...
Commenter  J’apprécie          20
dimezell_marion
  25 mai 2019
Cette bd est construite comme le parcours de l'auteure et de la dessinatrice à la recherche de témoignagnes d'habitants des dom, notamment antillais, venus travailler/émigrer en métropole entre 1960 et 1980.
Ça a été pour moi instructif, j'ai appris par ce livre des choses que je ne savais pas, même si je pouvais les imaginer. Fait écho pour moi à la lecture de là où les chiens aboient par la queue il y a quelques mois.
La bd montre bien que les parcours ont été différemment vécus avec des espoirs, envies, ascensions sociales, déceptions, entraide et freins
Commenter  J’apprécie          20
Ssikakoa
  16 avril 2021
Raconte l'histoire de l'enquête de Jessica Oublié sur le Bumidon. Rencontre avec ceux qui sont partis et ceux qui ont voulu resté. Cela dénonce la réalité d'un exil de la jeunesse antillaise pour effectuer des basses besognes dans l'hexagone. de là vient le cliché des antillais flegmatiques travaillant comme petites mains dans les hôpitaux et à la poste.
Il y a à la fois les rencontres et les recherches qui constituent cette enquête. Ce n'est pas une fiction.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
BoDoi   22 octobre 2020
Une fiction extrêmement bien documentée. [...] L’auteur, dans un style crayonné très vif et expressif, retrace trois itinéraires touchants.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BoDoi   30 mars 2018
Péyi an nou s’affirme comme un travail important pour la mémoire de la France, dans un bel effort humaniste et pédagogue.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   28 novembre 2017
Incontestablement documenté et complet sur un sujet bien précis, Peyi an nou se révèle victime des défauts de ses qualités : le lecteur, rapidement saturé, peine à arriver au bout des deux cents pages sans se demander, ça va durer encore longtemps ?
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   27 octobre 2017
Si la Guyane ou La Réunion sont moins interrogées que les Antilles françaises par cette enquête, l’ouvrage constitue cependant un éclairage riche, vivant et plaisant (le choix de la bande dessinée est très convaincant) sur ce pan de l’histoire de France.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JustReadDarlingJustReadDarling   10 novembre 2021
Ils ne savent pas qu'ils sont des français à part entière, mais ils savent qu'ils sont des français entièrement à part
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   05 septembre 2020
Il n'y a pas un outre-mer, mais des outre-mers.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jessica Oublié (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jessica Oublié
La banane. L'un des principaux fleurons de l'économie des Antilles françaises, la Guadeloupe et la Martinique. Afin d'en assurer le rendement, un pesticide au nom particulier – le chlordécone – y a été utilisé très largement entre 1972 et 1993. Aujourd'hui, le cancer de la prostate s'y développe de façon exponentielle. Et la molécule est présente dans les corps des 800 000 personnes qui y vivent. Scandale environnemental ? Sanitaire ? Ou d'État ? Les débats sur cette molécule passionnent et opposent régulièrement par voie de presse : politiques, producteurs de bananes, chercheurs, avocats et acteurs de la société civile. Si la question de la responsabilité doit encore être tranchée devant les tribunaux, les Antillais doivent eux résoudre une question tout aussi essentielle : comment vivre dans un environnement à jamais pollué ?
Ce teaser a été réalisé par Marie-Ange ROUSSEAU, illustratrice et co-autrice (avec Jessica Oublié) de "Péyi an nou" (Steinkis, 2017).
+ Lire la suite
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2632 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre