AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Diglee (Autre)
EAN : 9782501133180
128 pages
MARAbulles (19/08/2020)
4.14/5   58 notes
Résumé :
A l'heure de la libération de la parole, Ovidie choisit la forme épistolaire pour s'adresser aux hommes et revenir sur des situations anormales vécues par presque toutes les femmes.
Que leur dirait-on aujourd'hui ? Oserions-nous évoquer des comportements douteux à un moment de la relation ? Quel est l'état des lieux de nos fantasmes ?
Tout reste à reconstruire entre les sexes. De ce champ de ruines renaîtra peut-être une sexualité plus apaisée et plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 58 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Noctenbule
  03 septembre 2021
Mon avis
En 2017, Ovidie et Diglee travaillent ensemble pour faire "Libres ! Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels". le duo de féministes reviennent avec un autre ouvrage toujours aussi investi : "Baiser après #Metoo - Lettres à nos amants foireux". L'autrice réalise des lettres à partir de son expérience personnelle et celle d'amis, de connaissances. le constat avec les relations aux hommes est souvent identique : le sexe masculin pense majoritairement à son plaisir et uniquement cela. On entend des mecs dirent avec #Metoo, on ne peut plus rien dire aux femmes. Mais qu'est-ce que cela veut vraiment dire? Qu'une femme ne peut pas se plaindre si la harcèle? si on la viole? si on profite d'elle contre quelque chose? Il faut trouver cela normal et fermer sa bouche? Pourquoi ne pas dénoncer que le service trois pièces est la moindre des choses? Ne sommes pas en phallocratie après tout? Et bien non. Quand une femme dit non, cela veut tout simplement dire non. L'acte sexuelle ne doit pas tourner uniquement autour de l'érection de l'homme et son éjaculation. C'est une histoire d'être deux à prendre du plaisir. En effet, les films pornos montrent aussi cela. Depuis quand ce genre de films est censé être une image fidèle de la réalité? D'autant plus quand il est proposé gratuitement.
Après on peut aussi se demander comment le fait de frapper une femme, l'étrangler et/ou lui cracher au visage peut l'exciter. N'existe pas derrière cela d'autres problèmes qui mériteraient une consultation chez un spécialiste? Etre deux, cela devrait être construire une relation à deux même si cela est une nuit ou pour la vie. Si pas de préservatif et de contraceptifs féminins cela veut risque de grossesse, de maladie... Des choses que l'on apprend au collège à part peut-être le côté qu'il faut assumer ces choix jusqu'au bout. Ovidie donne aussi des conseils et des chiffres. Par exemple sur le sida les personnes contaminée sont très souvent stigmatisés. On remercie aussi les campagnes d'affichages étatiques de corroborer des idées préconçues. Car les chiffres de Santé public France montre qu'en 2017, 56% des personnes diagnostiquées séropositives sont lors de rapports hétérosexuelles et que 22% avaient plus de 50 ans. Il faut regarder les choses autrement en changeant les verres de ces lunettes pour les mettre plus respectueuse et égalitaire. Les dessins de Diglee apporte beaucoup d'humour à ces sujets qui peuvent être très graves pour certaines femmes avec des traumatismes liés à des pénétrations anales de la part de leur partenaire pendant le sommeil ou le départ de leur compagnon après l'annonce qu'elle est enceinte. Les histoires qui finissent mal ne manquent pas. Toutefois, il n'est jamais trop tard pour essayer de changer les choses. Malheureusement, au vue du titre et du format avec du texte d'un côté et des illustrations de l'autre, peu d'hommes vont se plancher dans la lecture. Et ceux qui le feront seront éventuellement ceux qui déjà réfléchissent à leur relation aux autres ou sont ouverts au changement. Par conséquent, c'est aux femmes de plus s'affirmer, de prendre conscience pour être plus heureuse et échanger avec leur entourage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cha971
  26 août 2020
Après le succès de Libres !, Ovidie et Diglee reviennent pour une nouvelle BD féministe et tournée vers la sexualité.
Alors, autant j'ai dévoré Libres !, autant je suis un peu plus mitigée avec Baiser après #metoo. Après une introduction qui m'a laissé presque sans voix (et pas dans le bon sens), je découvre les lettres aux relous. Et, je pense (en tout cas je l'espère) que toutes les femmes ne peuvent pas se reconnaitre dans chacune des lettres (ou alors mon conjoint et mes précédentes relations sont moins toxiques que la plupart des hommes de cette planète). Après, elle a relevé des sujets actuels (harcèlement de rue, pénétration pendant le sommeil, drague après #metoo et j'en passe). Mais je ne sais pas... Autant j'ai trouvé Libres ! hyper positif autant avec cette BD je ne vois rien ou presque de positifs... Bien sur qu'il faut parler de tous ces sujets qu'elle aborde mais après un énième essai féministe dénonciateur, c'était peut être la goutte de trop pour moi. Car après les dénonciations, il y a les réactions non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
foxinthesnow
  02 mars 2022
Cette BD associe la prose franche d'Ovidie et le dessin humoristique de Diglee.
Ovidie est une féministe pro-sexe, ancienne actrice et réalisatrice porno. Elle a réalisé des documentaires concernant l'industrie du porno, l'éducation sexuelle... Elle a mené des travaux de recherche universitaire en lettres, est chargée de cours.
Diglee est une autrice illustratice dont le féminisme infuse dans les BD.
Cette oeuvre commune est très réussie ! le principe : Ovadie installe une correspondance pour faire le point avec tous les partenaires sexuels qu'elle a eus. On comprend vite que son expérience n'est pas si unique, et que l'intime est bel et bien politique, puisqu'il révèle l'ampleur de la domination masculine. Elle analyse ses relations sexuelles au prisme de son regard expérimenté et éclairé, montrant ce qui pose problème dans les relations hommes/femmes (agressions, harcèlements, viols...).
Une façon d'aborder la sexualité sans tabou, pour que les femmes s'outillent dans leurs relations et que les hommes ouvrent les yeux sur les comportements inacceptables. C'est presque une sortie de l'hétérosexualité, entendue comme rapport de force et scénario aux cartes déjà mille fois rebattues.
Elle finit avec un exemple qui remet en cause son propre comportement, et donc une lettre d'excuse.
La sexualité est donc abordée avec un ton militant, sans détour ni grande théorie, réhaussée d'u humour graphique et d' un format de correspondance original : pas mal du tout !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ellexa
  22 février 2021
Remette les points sur les "i" en alliant coup de gueule et humour ? Parler d'un sujet qui nous concerne tous ? Libérer la parole ? C'est un OUI.
Je connaissais cette auteure seulement de nom (et, quel dommage, je vais devoir en lire d'autres tellement ça m'a plu !) et autant dire que je ne suis pas déçue. Sous forme de lettres en réponse à tous les petits pics qu'on a pu recevoir à un moment ou un autre, dont on a pu être témoin, ou juste qu'on nous a raconté, Ovidie va raconter certaines histoires, et débriefer dessus. Parce qu'être bien dans sa peau, c'est plus sexy que des portes jarretelles, que certaines réflexions font quand-même un peu mal.
En gros, une analyse de notre société qui met le doigt sur un problème qui a été soulevé il y a un moment. Nous avons décelé le problème, c'est un premier pas pour arriver à un semblant de solution
Commenter  J’apprécie          20
sebito
  10 janvier 2022
J'ai commencé ce livre en me disant "Encore un discours féministe qui surinterprète et suranalyse tout. Ca va être pénible à lire." Et ce n'est pas du tout le cas ! C'est intelligent, bien écrit et bien illustré. On comprend combien les hommes hétérosexuels (pas tous, mais une bonne partie quand même) sont bien lourds et qu'ils considèrent certains actes comme normaux (alors que non, les mecs, ce n'est pas normal de "baiser" quelqu'un qui est endormi ou autre). Franchement les filles, je vous plains. Ce qui est affligeant, c'est qu'on retrouve les mêmes comportements chez les hétéros "curieux" qui vont sur les sites de rencontre "gay" : pour eux, il est tout à fait normal qu'un "gay" "avale tout" dès la 1ère "baise"(bah non...), qu'il soit en admiration devant leurs performances (qui ressemblent très souvent à une succession de scènes d'un mauvais film porno), etc Non franchement les filles, si ce qu'on vit avec les "curieux" ne représentent qu'un quart de ce que vous vivez, je vous plains...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TatianavdevTatianavdev   13 juin 2022
Et le pire c’est qu’en grandissant, ça ne s’est jamais arrêté, il n’y a pas eu de trêve. Ça a continué à coups de magazines, de pubs, de télé, d’Internet, d’Instagram, de Lagerfeld et de son horreur des grosses, de chirurgie esthétique et de « regardez Demi Moore, comme elle est bien pour son âge », d’injections, de lifting parce qu’on se dit que passé un certain âge, plus aucun homme ne bandera pour nous, que si on ne se fait plus baiser, alors on ne vaut plus rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TatianavdevTatianavdev   13 juin 2022
Quand vous étiez petits, pendant que vous dégueulassiez vos pantalons, nous, les filles, devions être jolies, propres, bien coiffées, contrôler notre ration alimentaire, nous épiler dès l’apparition des premiers poils, ne pas être turbulentes, ne pas dire de gros mots parce que « ce n’est pas joli dans la bouche d’une fille », il fallait sourire et faire en sorte que les messieurs nous trouvent mignonnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TatianavdevTatianavdev   13 juin 2022
Nous voilà face à un sacré chantier. La bonne nouvelle, c’est que les jeunes filles et garçons semblent beaucoup mieux intégrer que leurs ainés cette idée de rebattement des cartes et de distribution des rôles.
Commenter  J’apprécie          10
foxinthesnowfoxinthesnow   09 février 2022
Ces lettres n'ont absolument pas pour but de vous dégoûter à tout jamais des hommes cisgenres ni de vous interdire de fantasmer sur des bellâtres à gourmette. (p. 11)
Commenter  J’apprécie          10
foxinthesnowfoxinthesnow   09 février 2022
Les clients et les suggar daddies savent par exemple quelle est leur place. Ils paient sans aucune ambiguïté pour une prestation précise. Ils ne s'imaginent pas qu'ils vont se faire sucer parce qu'ils ont payé la note du rosé. En cela, le travail du sece est honnête. (p.29)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ovidie (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ovidie
Ovidie présente "Baiser après #MeToo"
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
429 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre